Apologie du livre : R. Darnton

En ces temps de rentrée universitaire, il est bon de s’interroger sur l’avenir des ressources principales de la recherche juridique : les livres! Robert Darnton est un historien du livre qui dirige la Harvard University Library. L’essai qu’il livre aux éditions Gallimard, ou plutôt la somme de petits essais, Apologie du livre, pourrait laisser le juriste froid et indifférent. Pourtant, les propos développés par l’éminent auteur intéressent le droit à plus d’un titre.

Il est d’abord question du développement du livre et de l’édition numérique, mais pas seulement.car ce développement est replacé dans son contexte historique, depuis l’invention de l’imprimerie. Ainsi, les peurs ressenties face à cette nouvelle technologie sont ramenées à leur juste mesure.

De nombreux développements sont relatifs aux accords conclus entre Google et plusieurs bibliothèques. L’auteur ne livre pas les stipulations contractuelles, mais met en avant un certain nombre de risques qui pèsent sur la conclusion de tels accords : conservation des ouvrages, privatisation de l’accès à la connaissance, etc. Il milite clairement pour un rôle plus important des bibliothèques dans la numérisation des ouvrages.

L’aspect de la numérisation est sans aucun doute le point fort du livre de Robert Darnton. L’auteur ne cache pas son attachement à l’objet livre, insistant sur les indications fournies par le papier : au-delà de la relation particulière que tout lecteur crée avec son livre, le papier est une source d’informations non négligeable pour la conservation. Il insiste également sur le fait que le papier est sans aucun doute le meilleur moyen de conservation trouvé à ce jour, qu’aucun support informatique ne peut égaler. Mais Robert Darnton dépasse rapidement le stade de l’opposition papier/numérique. L’avancée du numérique est telle qu’il serait idiot et contreproductif de s’en passer. Mieux, Robert Darnton explique comment un nouveau modèle de livre est envisageable, adapté au numérique. Brièvement, son modèle consisterait à superposer plusieurs couches, des liens permettant d’approfondir de nombreuses notions. C’est tout l’objet livre qui apparaît alors repensé. L’auteur explique même comment cette nouvelle manière de faire a été mise en œuvre, ses difficultés pratiques et théoriques, etc.

L’essai est à mettre en relation avec le développement des bases de données juridiques, dont la maîtrise est indispensable. Un nombre très important de revues est aujourd’hui accessible sur les sites des principaux éditeurs juridiques. Les encyclopédies le sont également. Mais toute cette connaissance n’est guère accessible pour le chercheur, sans l’aide financière et logistique des bibliothèques. Le coût d’un abonnement électronique est prohibitif et quelques éditeurs ont tendance à «saucisonner» leurs offres. Dalloz en est un bon exemple : la base dalloz.fr permet d’accéder aux revues, mais pour consulter les sommaires, il faut passer par le site dalloz-revues.fr, puis pour consulter les manuels, par une autre base, etc. D’autres éditeurs offrent une navigation par sommaire, mais le rendu est peu plaisant. Et très peu d’éditeurs permettent d’avoir accès à une image de la revue, ce qui rend toute citation de l’exact numéro de page impossible. Les pratiques sont donc encore à développer.

Surtout, la numérisation telle qu’elle existe aujourd’hui dans le domaine juridique fait fi des archives ouvertes et du libre accès à la connaissance. Cette problématique est quasiment absente en droit, alors qu’elle tout aussi fondamentale que dans les autres disciplines. La différence essentielle est sans doute que les publications juridiques correspondent à un marché et qu’au-delà de la recherche, elles intéressent les professionnels du droit – ce qui constitue un abus de langage car on voit mal en quoi les enseignants-chercheurs ne seraient pas des professionnels du droit.


2 réflexions au sujet de « Apologie du livre : R. Darnton »

  1. T-L A

    Robert DARNTON était l’invité de la passionnante émission « A voix nue » diffusée toute cette semaine sur France Culture :

    https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/robert-darnton-un-historien-americain-des-lumieres-15-un-destin-manque-de-journaliste

    https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/robert-darnton-un-historien-americain-des-lumieres-25-tu-seras-historien

    https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/robert-darnton-un-historien-americain-des-lumieres-35-de-lencyclopedie-aux-bas-fonds-de-la

    https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/robert-darnton-un-historien-americain-des-lumieres-45-la-censure-encore-et-toujours

    https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/robert-darnton-un-historien-americain-des-lumieres-55-le-livre-hier-aujourdhui-demain

    Répondre
  2. T-L A

    Un polar de Larry Beinhart, Le bibliothécaire, peut constituer une suite à cet essai très intéressant.

    http://www.folio-lesite.fr/Folio/livre.action?codeProd=A34238

    En effet, il est question d’un bibliothécaire qui effectue sa mission chez une personne influente au moment de l’élection présidentielle étasunienne. Le roman fait également état de références jurisprudentielles de la cour suprême en note de bas de page.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *