Devenir juriste, Le sens du droit : Ch. Atias

L’ouvrage de Christian Atias, Devenir juriste, Le sens du droit, publié récemment aux éditions Lexisnexis, est un précieux guide à destination de tous ceux qui s’interrogent sur le droit. Difficile toutefois de le conseiller aux étudiants débutants : le propos de l’auteur nécessite d’avoir un minimum de recul sur cette matière. Il est inutile de s’attarder sur le style élégant, pour ne pas dire flamboyant, de Christian Atias, qui mêle avec plaisir descriptions techniques et considérations fondamentales sur le raisonnement juridique.

L’ampleur de l’étude apparaît dès le début de l’ouvrage : constatant les difficultés, voire l’impossibilité, propres à la définition du droit, puis l’absence d’une communauté de juristes (contrairement à ce que d’autres ouvrages laissent entendre : Ph. Jestaz, Ch. Jamin, La doctrine, Dalloz, 2004, Méthode du droit ; J. Moret-Bailly, D. Truchet, La déontologie des juristes, PUF, 2010, Licence), M. Atias s’attachent au caractère polysémique du mot «sens». Il est ensuite question des principales professions du droit, des différentes spécialités (le droit pénal passe rapidement à la trappe p.36…).

Le langage juridique fait l’objet de beaux développements, tout comme la tradition. L’ouvrage se veut didactique : on lira ainsi avec intérêt les nombreux développements sur le raisonnement juridique (notamment la démonstration d’un raisonnement complet, construite sur un article de Philippe Rémy : p. 114), la question de droit, ou bien encore la ratio legis et le rôle de l’interprète. D’autres développements sont plus surprenants : l’étude de l’erreur dans le raisonnement (p.156 et s.) est particulièrement originale et semble influencée par le droit naturel, la vérité juridique finissant souvent par être découverte grâce au raisonnement des juristes.

Certaines affirmations, pourtant connues des juristes, font plaisir à entendre : «Le droit ne peut se confondre avec la loi, avec l’ensemble des lois, voire comme un ensemble de règles. Le juridique n’est pas le légal. Il ne commence que là où l’insuffisance des lois, des règles, plus généralement, se découvre et cette insuffisance est constante; elle tient à la généralité même de la règle qui ne peut entrer dans la réalité du cas. Le droit ne peut se dire en général; aucune règle ne peut le contenir. […] La règle peut montrer le droit, en indiquer la direction, à condition de ne pas croire qu’elle peut être “appliquée” aux faits. Elle montre le droit à ceux qui savent qu’elle ne le dit pas » (p.84). M. Atias regrette, mais il n’est pas le seul, l’évolution de l’enseignement, présentant «le droit comme un catalogue de règles dont la lettre s’impose» (p.183).

Reprenant un ancien article co-écrit avec Didier Linotte («Le mythe de l’adaptation du droit au fait», D. 1977, p. 251), M. Atias explique clairement que le droit n’a pas vocation à se plier aux faits : «Il a été souvent soutenu [que le droit] doit s’adapter aux faits et qu’il change ainsi. Si l’expression veut dire que les règles de droit ne peuvent être posées et dégagées qu’en tenant compte des faits, des comportements sociaux, des possibilités techniques et des conséquences de leur utilisation, elle relève de l’évidence. En revanche, transformée en dogme, l’adaptation du droit au fait est largement contestable. Ce n’est manifestement pas parce qu’une nouvelle possibilité technique est mise au point que le recours à cette possibilité doit nécessairement être entériné, voire favorisé par le droit. Il n’est pas plus réaliste de se soumettre à tous les faits que de résister à certains d’entre eux, ou au moins, de s’efforcer de les endiguer » (p.93-94). Revenant sur le caractère dogmatique de la croyance en un État tout puissant, seul à même de modifier les comportements sociaux, l’auteur insiste utilement sur la nécessaire conciliation des intérêts contraires inhérente au droit.

Ouvrage d’un amoureux du droit pour ceux qui le courtisent, source de réflexions sur le droit et sa perception par ceux qui le pratiquent, Devenir juriste offre une sensibilité que l’on ne trouve guère dans les publications juridiques. À ce titre, il prend place aux côtés des grands ouvrages sur le droit.


3 réflexions au sujet de « Devenir juriste, Le sens du droit : Ch. Atias »

  1. Frédéric

    J’ai eu la chance insolente d’être l’un des étudiants de Monsieur Christian Atias, et plus encore la chance de devenir par la suite l’un de ses confrères.
    Nul ne doute qu’à l’instar de nos pères fondateurs, il laissera sa marque indélébile dans le cœur de tous les vrais juristes, ceux dont il se plaisait à rappeler dans l’amphithéâtre Portalis, qu’ils ne savaient pas, mais qu’ils réfléchissaient.
    Lire Christian Atias c’est se laisser emporter dans le vif plaisir de la réflexion pure, mais, et c’est sans doute la marque des grands penseurs, c’est aussi redonner du sens concret à nos vies de praticiens.

    Merci Monsieur le Professeur

    Répondre
    1. Marie

      Je me demandais quel était le « meilleur ouvrage » de Christian Atias si l’on cherche à acquérir une bonne manière de raisonner en droit (et même en général ) en saisissant celle de ce Professeur peut-être, les qualités essentielles du juriste ou plus précisément du chercheur en droit (du chercheur tout court ?). Peut_être que cette question sur un ouvrage en particulier n’est pas pertinente..

      En tout cas je serais ravie d’en savoir plus, des conseils sur des lectures..

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *