Des salopes et des anges : T. Benacquista, Fl. Cestac

La bande dessinée occupe une place de plus en plus importante sur ce carnet, tout simplement parce que l’imagination des auteurs et les sujets traités rejoignent les problématiques de recherche de nombreux juristes. L’ouvrage de Tonino Benacquista et Florence Cestac, Des Salopes et des Anges, est intéressant car il retrace rapidement l’histoire de la loi relative à l’interruption volontaire de grossesse.

L’histoire de trois femmes sert de prétexte à ce retour sur une période importante de l’histoire législative. La première est une jeune femme qui ne peut être enceinte car son mari le refuse pour le moment, privilégiant sa carrière professionnelle. La deuxième est une militante pro-avortement qui exerce ce qu’elle considère comme un droit. La troisième est une femme issue d’un milieu aisé et très conservateur, enceinte suite à une relation adultère.

Chacune empruntera le même bus pour se rendre en Angleterre afin d’y subir une interruption volontaire de grossesse. Les problèmes de chaque femme sont montrés : solitude, difficultés psychologiques de l’acte que nulle ne considère comme anodin. Malheureusement, l’ensemble est rapide, pour ne pas dire caricatural : la simplification est inévitable dès lors que seulement quelques cases sont utilisées pour montrer une réalité éminemment complexe.

Le dessin de Florence Cestac participe à cette impression. Les personnages aux gros nez conduisent à une différence trop importante entre la forme et le fond. Cela répond certes à une volonté du dessinateur : Florence Cestac explique en effet que son dessin «apporte de la légèreté à des sujets difficiles». Si la légèreté est appréciable pour dédramatiser des situations délicates, on regrettera toutefois qu’elle aboutisse souvent à une simplification excessive, pour ne pas dire grossière.

 

Malgré tout, l’intérêt juridique de l’ouvrage réapparaît lorsque sont retracés les débats parlementaires et les raisons de l’autorisation de l’interruption volontaire de grossesse. Les arguments soulevés, les difficultés de l’adoption du texte sont mises en avant, démontrant que l’adoption d’un texte, quel qu’il soit, obéit à des considérations qui n’ont que peu à voir avec les grands principes du droit. Apparaissent ainsi les problèmes, classiques, de l’adaptation du droit aux faits, de la nécessité de préserver un équilibre entre des valeurs contraires, d’application d’une norme. L’ouvrage m’a étrangement rappelé la communication de Mlle Stéphanie DORION, relative au processus politique ayant abouti au vote d’une loi relative à la gratuité de la fécondation in vitro au Québec, qui a eu lieu lors du 79e Congrès de l’ACFAS. Il était question des tensions et arguments utilisés pour aboutir au vote du texte. La bande dessinée s’attache, d’une manière différente, à montrer les raisons de la loi Veil et les difficultés de son adoption.

Des Salopes et des Anges devient alors un instrument utile pour aborder autrement des questions fondamentales, trop souvent mises de côté lorsqu’il est question de l’intérêt d’adopter telle ou telle réforme.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *