Fictions juridiques

La fiction juridique est un «artifice de technique juridique (en principe réservé au législateur souverain), « mensonge de la loi » (et bienfait de celle-ci) consistant à « faire comme si », à supposer un fait contraire à la réalité, en vue de produire un effet de droit» (Vocabulaire juridique, G. Cornu (sous la dir.), PUF, 8e éd., 2007, Quadriges).

Mais il sera question ici d’autres fictions, oeuvres littéraires ou cinématrographiques qui ont une portée juridique, soit parce qu’elles traitent du monde du droit, soit parce qu’elles se prêtent à une analyse juridique.

Le courant Literature and Law est connu aux États-Unis, a fait quelques émules en France, ou dans les pays voisins. Il est riche d’enseignements et permet de démontrer que le droit ne se réduit pas au droit positif, écueil dans lequel les enseignants tombent parfois, bien aidés par les « praticiens » qui reprochent parfois aux universitaires d’être éloignés de considérations concrètes, ignorant que le droit n’est pas qu’une juxtaposition de règles mais également et surtout un mode de raisonnement. Il permet en outre d’offrir une nouvelle analyse d’oeuvres, éclairée par l’approche juridique. Et si les classiques de la littérature sont concernés, d’autres oeuvres plus contemporaines plus surprenantes sont également des objets d’études intéressants : qui aurait pensé à dresser une étude juridique de Harry Potter ?

Depuis peu est apparu le projet « Droit et cinéma : regards croisés« , animé par Lionel Miniato, Agnès de Luget et Magalie Florès-Lonjou. La richesse de ce projet est rappelée ici. Ce projet s’approprie un nouvel objet d’étude. La blogosphère a déjà connu quelques billets remarqués sur un système juridique d’il y a longtemps dans une galaxie très lointaine,  ou plus contemporain.  Même s’il ne l’exclut pas, le projet Droit et cinéma dépasse la seule analyse d’un système juridique décrit dans une oeuvre, pour s’attacher à l’utilisation de thèmes comme le huis-clos, l’enfant, le travail. Le champ de ce projet est presque inépuisable, peut être étendu aux séries TV, qui se distinguent de plus en plus difficilement du cinéma.

Bref, il s’agit là d’un projet particulièrement stimulant, d’une nouvelle approche du droit, d’une interdisciplinarité d’un nouveau genre, à cultiver et à encourager.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bref, il s’agit là d’un projet particulièrement stimulant, d’une nouvelle approche du droit, d’une interdisciplinarité d’un nouveau genre, à cultiver et à encourager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *