L’évasion : Berthet One

La bande dessinée L’évasion, de Berthet One, est particulière. L’auteur est lui-même un ancien détenu, qui a toujours pratiqué le dessin et a utilisé le neuvième art comme moyen de réinsertion. Ce Journal d’un condamné d’un autre genre est malheureusement trop court : une partie de l’album est consacrée aux planches de la BD, une page par situation (les indécrottables, le mouchard, les innocents, l’école du crime, etc.). L’autre partie regroupe des documents (dessins, photos et fac-similés de documents sur le parcours pénitentiaire et judiciaire de Berthet One).

Le dessin de Berthet One est particulier : caricatural (y compris de l’auteur lui-même), très expressif. Le fond du propos est beaucoup plus intéressant. A l’opposé de 20 ans ferme, le propos n’est pas revendicatif. Au contraire, il ne comporte pas de réflexion directe et immédiate sur la prison. Berthet One s’amuse, de manière très impertinente, des situations quotidiennes vécues par les détenus. Tous ne sont pas montrés sur leur meilleur jour : le regard qu’il pose sur la réinsertion de certains condamnés est sans pitié; celui qu’il pose sur les «pointeurs» sans animosité particulière.

Spectateur et acteur du quotidien carcéral, Berthet One aborde frontalement des questions fondamentales de l’exécution d’une peine privative de liberté : la surpopulation, la sexualité, l’usage de drogues, l’utilisation des téléphones portables, les soins, la promenade, le sport, le travail, la permission de sortir, l’éducation.

Toutes ces situations, même les plus difficiles, sont abordées avec humour, en raison du trait du dessinateur et de son recul sur sa peine. L’auteur ne cherche ni à dénoncer ni à justifier : il raconte, simplement, habilement, avec humour les situations vécues. Le détail du dessin est amusant : les murs sont systématiquement ornés de graffitis, de citations de Berthet One, fleuries et parlantes! La couverture intérieure de l’ouvrage commence par une citation de Ignacy Krasicki («Mieux vaut se disputer à l’air libre que d’être d’accord derrière des barreaux»). Puis, une page ou Berthet One est pris en flagrant délit de tag, inscrivant sur un mur orné de citations de Hobbes, Alexandre Dumas, sa propre devise : «Ma vie a tellement le goût du béton que j’en chie des briques». Le ton de la bande dessinée est donné. Pas une page ne se départit de cette légèreté de ton, de l’impertinence du dessinateur.

Cette autre vision de la détention est particulièrement réjouissante parce qu’elle est drôle. L’humour permet de transcender l’inhumanité de certaines conditions de détention, l’inutilité du prononcé de certaines peines et permet de prendre conscience, autrement, des problèmes fondamentaux. Aujourd’hui Berthet One est dessinateur. Son site présente ses travaux, que l’on espère nombreux et de la même qualité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *