Paroles de…

En 1999, les éditions Delcourt lançaient une trilogie à faire figurer dans la bibliographie de tous les cours de droit de la peine : Paroles de taulards, Paroles de taule (2001), Paroles de parloirs (2003).

Chaque ouvrage est le fruit d’un long travail d’entretien du scénariste (Corbeyran) avec des détenus, leurs proches, les surveillants. La réalisation des courtes histoires a été confiée à différents dessinateurs : Etienne Davodeau, Marc-Antoine Mathieu, Manu Larcenet, Franck Margerin, etc. L’association BD Boum est à l’initiative de ce beau projet.

Différents aspects de la vie pénitentiaire sont abordés : l’incarcération, les règles de sécurité, la déshumanisation propre à l’institution, la santé, la cantine, les visites, les unités de vie familiale, les fouilles, les correspondances, etc.

Chaque histoire est le fruit d’un échange entre le scénariste et un détenu, un membre de sa famille, un surveillant. Les courts récits sont très riches : la narration et le dessin peuvent être très linéaires, figuratifs, ou bien au contraire, métaphoriques. Au-delà de l’intérêt d’une telle démarche qui contribue à la réinsertion des détenus, les trois ouvrages permettent d’avoir une autre vue de la prison. Les récits en pointent les absurdités (voir le récit édifiant sur les choses autorisées ou interdites en cellule), les difficultés pratiques (la cantine, le linge), mais également les moments d’humanité qui y naissent (voir le récit du détenu qui apprend à lire grâce aux surveillants).

Étrangement, l’insalubrité des conditions de détention n’est pas en cause : peut-être parce que l’établissement concerné, à Blois, n’est pas concerné. Il n’est pas davantage question de surpopulation. En revanche, la gestion du comportement des détenus apparaît en filigrane au travers de la frustration résultant de l’inactivité, de l’absence de sexualité, etc. L’échec de la fonction de réinsertion transparaît également, essentiellement dans le regard des proches raconté dans Paroles de parloirs.

Contrairement aux apparences, le ton n’est pas si tragique. L’espoir est souvent au coeur des récits (voir «18 mois» dans Paroles de parloirs). L’humour n’est pas absent (le récit illustré par Margerin dans Paroles de taule, notamment).  Le regard porté ne cherche pas à dénoncer et en cela, ne cède pas à la facilité. Si les récits portent tous sur la vie carcérale, il ne s’agit pas pour autant d’un documentaire dessiné : les tranches de vie racontées vont au-delà et ne peuvent qu’interpeller le lecteur sur la tolérance, le rejet, l’éducation, la famille, le changement, etc.

Trois ouvrages précieux. Chaque tome aurait mérité une note de lecture dédiée, mais il aurait été dommage de laisser penser qu’ils pouvaient être lus séparément.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *