La cuisine du droit : Ch. Jamin

Ne tournons pas autour du pot : le livre de Christophe Jamin, La cuisine du droit, est passionnant. Le sujet est a priori réducteur: expliquer les raisons pour lesquelles une école de droit a été créée à Sciences Po. Cette initiative avait en son temps déchaîné les passions : une pétition avait circulé combattant le projet et plusieurs professeurs étaient montés au créneau, dénonçant la formation accélérée de ces néo-juristes. Le projet consiste, schématiquement, à former, à l’issue d’un cursus universitaire quelconque, des juristes en deux années, voire trois années si les étudiants optent pour une année de césure à l’étranger.

Christophe Jamin, initiateur du projet de l’Ecole de droit de Sciences Po, cherche donc dans cet ouvrage à expliquer sa démarche et celle de ses collègues et à montrer la spécificité de la formation ainsi mise en place. Ce faisant, il livre un essai incontournable sur l’enseignement du droit en France, mais également aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. L’intérêt du propos réside également dans les réflexions qu’il suscite chez le lecteur, qui aura sans doute un regard différent selon qu’il est étudiant, enseignant-chercheur (en droit ou ailleurs) ou «praticien» du droit.

Il peut paraître surprenant que ce qui n’est après tout que la description de la mise en place d’une plaquette pédagogique suscite tant d’interrogations chez le lecteur. La raison en est simple: Christophe Jamin montre que la mise en place d’une formation, quelle qu’elle soit, est le fruit d’un long travail, concentré autour des objectifs à atteindre. Il y avait bien longtemps que l’intérêt des étudiants ne s’était pas trouvé au cœur du propos public d’un enseignant!

Tous les constats et propositions de l’auteur ne suscitent pas l’adhésion, mais tous suscitent la réflexion. Au-delà des désaccords que le livre peut susciter – et il y en a beaucoup – il faut reconnaître à l’auteur le don d’avoir su replacer le projet de l’Ecole de droit dans un contexte plus global et d’interroger les enseignants sur l’évolution de l’enseignement. Chaque enseignant devrait s’interroger s’interroge sur ses pratiques, mais il est rare que la réflexion dépasse les besoins immédiats : comment rendre un cours intéressant, comment interagir avec les étudiants, comment évaluer sa matière, sont certes des questions pertinentes. Mais elles ne répondent pas à celle-ci : pourquoi fait-on cours de cette manière ?

L’auteur commence par expliquer le fonctionnement de l’enseignement du droit en France (chapitre 1 : Le compromis français, p. 29). Plusieurs traits caractéristiques se dégagent : le modèle doctrinal, qui amène à construire le droit en théories générales en raison de l’approche scientifique du droit; la mono-disciplinarité ou pluri-disciplinarité de façade (un doigt d’économie, un soupçon de sciences politiques) qui est reproduite par les modes de recrutement (le concours d’agrégation est d’ailleurs souvent remis en cause); l’absence de lien direct avec la vie professionnelle. Les raisons historiques de ces traits caractéristiques sont expliquées et l’ouvrage constitue à cet égard un précieux instrument bibliographique sur l’enseignement du droit. Il décrit ensuite le fonctionnement des études juridiques aux Etats-Unis et au Royaume-Uni (chapitre 2 : Deux modèles concurrents, p. 97), ce qui permet d’apprendre beaucoup, ou de découvrir d’une autre manière ce que l’on sait déjà (notamment sur la fameuse méthode des cas). Un chapitre entier (chapitre 3 : Les attentes des praticiens, p. 125) est consacré aux besoins des professionnels du droit et l’ouvrage se termine sur un chapitre concernant le Design institutionnel de l’Ecole de Droit de Sciences Po où le parcours, les méthodes d’enseignement, les différents cours, sont expliqués.

Ecole de Droit from Sciences Po Avenir on Vimeo.

 Le reproche principal que l’on peut faire à Christophe Jamin est, paradoxalement, un manque de vision d’ensemble, tout à fait volontaire de sa part. Il ne s’attache en effet qu’à un très faible nombre d’étudiants (environ 140 personnes) qui n’ont guère de soucis financiers (une année de césure, certes non obligatoire, est prévue pour pouvoir partir étudier à l’étranger) et qui ont d’ores et déjà fait l’objet d’une sélection importante. Comme il le souligne lui-même, les étudiants des facultés sont également sélectionnés, de facto, en Master 1. Mais ils restent malgré tout beaucoup plus nombreux. Le projet de Christophe Jamin ne s’adresse qu’à peu de personnes et vise à fournir les grands cabinets parisiens (qu’il se targue souvent de bien connaître). Il s’agit d’une vision élitiste qui oublie que le droit ne se pratique pas qu’à Paris et qu’il existe de très nombreux contentieux pour lesquels il n’est pas utile de parler trois langues. Et laisser croire que l’Université ne permet pas de former des tels juristes n’est pas justifié. Enfin, un aspect n’est jamais évoqué, quand il est primordial : le coût de ces formations (pour l’étudiant ou l’institution). A l’heure où les universités ont des comptes peu florissants, il est bien évidemment difficile pour elles d’inviter des professeurs étrangers sur de longues périodes. Offrir le mieux est souhaitable, mais faire avec ce que l’on a est déjà important.

En réalité, l’Ecole de droit de Sciences Po n’est pas concurrente des universités. Elle constitue une offre complémentaire, encore limitée à deux masters (droit économique et carrières judiciaires), qui ne peut pas se débarrasser de ce que l’auteur regrette pourtant : le besoin d’intégrer une école professionnelle (CRFPA, ENM, CFPN, etc., ceci n’étant d’ailleurs pas propre aux études juridiques). Elle constitue une offre différente, ce que Christophe Jamin explique très bien : après avoir vu tout ce qui se fait, en France et ailleurs, et en avoir pointé les insuffisances, l’ambition est de proposer une nouvelle manière de former les juristes.

http://master.sciences-po.fr/droit

 

 

Au-delà des ces reproches, on ne peut nier l’intérêt de la formation mise en place. L’un des points les plus intéressants est l’accent mis sur la pluridisciplinarité. Elle est pour l’heure limitée à l’analyse économique du droit, mais l’auteur ne néglige pas l’intérêt d’autres approches (Droit et Littérature, Philosophie du droit, sciences sociales, etc.) qui ne peuvent qu’enrichir le parcours de n’importe quel étudiant.

Il n’est pas seulement question d’enseignement dans cet essai : l’auteur montre que celui-ci ne peut se comprendre qu’au travers des interactions entre la doctrine et la jurisprudence, de l’explosion des sources du droit (entraînant une explosion du modèle doctrinal). L’ouvrage est un plaidoyer pour une formation, une vision parcellaire de la profession de juriste et les fonctions de l’enseignement. Les enseignants : sont un peu oubliés et peu de détails sont disponibles sur leur mode de recrutement : vu le mode de fonctionnement de l’Ecole et les reproches faits à la formation universitaire, dans laquelle il faut bien inclure la formation doctorale, nul doute que les enseignants de l’Ecole de droit n’ont pas vocation à être des maîtres de conférences ou professeurs, sauf peut-être s’ils sont également avocats.

On l’aura compris, La cuisine du droit est un essai savoureux qui oblige à se remettre en question, à appréhender autrement l’enseignement du droit et à en comprendre les limites. La polémique qui avait existé est aujourd’hui un simple débat. On peut en voir une illustration dans un échange de mails entre l’auteur et Hervé Croze, publié dans La Semaine juridique.

Au-delà des plaquettes et des divergences d’opinion, il semble que l’on peut tomber d’accord sur la noble mission de l’enseignement et l’ambition des étudiants, qui n’est pas réductible à la seule accumulation du savoir : «Nous nous forgerons une fierté démesurée; nos penseurs, nos professeurs et nos artistes seront notre bien gardé. Ils nous formeront à leur image avec une envie irrésistible de transmettre leur savoir et leur talent. L’octave du don collectif s’élèvera en chacun de nous. Les récalcitrants finiront par céder à l’attractivité d’un projet commun» (F. Tremblay, «Discours pour l’augure d’un temps nouveau», Fermaille, no 8, avril 2012, p.9).

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30 janvier 2013

    […] etc. Sur ce point, Qu’est-ce qu’un «grand» juriste? est à mettre en relation avec La cuisine du droit, de Christophe Jamin. .fb_iframe_widget { vertical-align: top !important; margin-left: 16px […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *