Tu seras professeur… : J. Robert

Récemment paru aux éditions Panthéon Assas, le récit autobiographique de Jacques Robert, président honoraire de l’Université Panthéon Assas, ancien membre du Conseil constitutionnel, est destiné à montrer «par l’évocation quotidienne d’une vie universitaire en quoi ce métier est superbe et passionnant». L’auteur parvient-il à cet objectif ?

Personnellement convaincu de la beauté de ce métier, je ne peux que souscrire à l’expérience décrite par le prestigieux auteur de ces mémoires. La carrière universitaire permet de nombreuses rencontres, des voyages, un apprentissage permanent qui en fait un métier où l’enrichissement est constant. C’est alors avec une certaine connivence que l’on lit les récits de voyages, les impressions de cours et autres anecdotes universitaires. Certes, la carrière de Jacques Robert est remarquable et peu comparable à d’autres : tout le monde ne devient pas directeur de la maison franco-japonaise à Tokyo ou président d’université et, encore moins, membre du Conseil constitutionnel. Mais en dehors de ces faits exceptionnels, l’expérience de l’enseignement – il est très peu question de recherche – peut être partagée et on ne peut que partager les émotions racontées : le premier cours, les échanges silencieux avec l’auditoire, etc. Il y a également un intérêt lié à l’histoire de l’université : on apprend ainsi qu’une thèse se préparait en une seule année. La vie d’un président d’Université est également racontée avec justesse.

Jacques Robert livre ses mémoires avec une touchante sincérité, associant à sa réussite le soutien de ses parents, de son épouse, de ses enfants et de ses amis. Au-delà d’un livre d’universitaire, ce récit comprend d’intéressants développements sur la Seconde Guerre mondiale, vue d’Algérie, sur la Guerre d’Algérie, d’Indochine, et, plus largement, sur le contexte socio-politique de l’époque de l’auteur. On trouve ainsi de belles pages sur la victoire de François Mitterrand. Le livre est d’autant plus agréable à lire que l’écriture est élégante, l’auteur insistant souvent sur l’importance du style.

Malgré tout, l’impression générale reste nuancée. Alors que l’entier récit est construit autour de la carrière de professeur, on trouve bien peu de mots sur la vocation. Certes, la difficulté du concours d’agrégation est mentionnée, mais sans que l’auteur, insistant par ailleurs sur la beauté du métier qu’il a exercé, n’explique ce qui a conduit son choix. L’agrégation est d’ailleurs vue comme le seul moyen d’enseigner à de grands auditoires, montrant ainsi une vision particulière des fonctions d’enseignant-chercheur. L’auteur mentionne également nombre d’activités annexes à l’enseignement universitaire, évoquant les nombreux arbitrages et consultations qu’il a effectués.

S’il insiste beaucoup sur la difficulté de son parcours, revenant à plusieurs reprises sur les ressources modestes de ses parents, voire de ses propres revenus lorsqu’il évoque la difficulté de partir s’installer à l’étranger, on reste dubitatif sur cette insistance au rappel d’origines modestes : il y a toujours plus modeste que soi et certains n’attendent pas le service militaire pour réaliser leur chance (p. 40). Les conseils apportés sont intéressants lorsqu’il insiste sur la nécessité de saisir les opportunités, celles qui lui ont permis de voyager, d’exercer de hautes fonctions. Mais il oublie encore que nombre de personnes ne sont pas dans une situation où il est possible à l’épouse de ne pas travailler et de suivre les pérégrinations professionnelles de son mari.

Le métier raconté est passionnant, mais montre une vision bien particulière de l’Université : un monde «où l’important n’est pas de faire mais de bien montrer ce que l’on fait» (p. 42), un monde où les relations comptent énormément, indépendamment même de la qualité des travaux individuels.

On ne peut qu’adhérer au dévouement dont Jacques Robert dit avoir fait preuve durant sa carrière, qu’être touché par ses mots respectueux et fraternels envers ses maîtres et amis, mais l’Université racontée dans ce récit semble bien loin de celle d’aujourd’hui. Ces mémoires restent une lecture intéressante, en ce qu’elles offrent une sorte de vision sociologique du corps professoral originale. Reste un inconvénient que les plus modestes auront du mal à surmonter : leur prix (40 euros).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *