Imaginer la loi. Le Droit dans la littérature : A. Garapon, D. Salas (dir.)

L’intérêt des approches croisées n’est plus à démontrer (Droit et – rayer les mentions inutiles – sociologie, économie, philosophie, littérature, cinéma, bande-dessinée, œnologie, musique, rock, opéra, etc.). Paru en 2008 aux éditions Michalon, sous la direction d’Antoine Garapon et de Denis Salas, Imaginer la loi en est une énième preuve. Cet ouvrage est la suite d’un colloque organisé par l’Institut des Hautes Etudes sur la Justice, à la Cour de cassation.

A plusieurs reprises, l’approche Droit et littérature est expliquée (v. not. A. Garapon, D. Salas, « Introduction », p.8 ; Ph. Malaurie, « Les exigences contraires de la littérature et du droit », p. 287-288) : la conjonction « et » n’est guère signifiante – on conseillera d’ailleurs aux étudiants d’éviter de l’utiliser trop fréquemment dans leurs intitulés. Parler de droit et littérature peut consister à étudier :

  • le droit de la littérature : les infractions de presse, la liberté artistique, la distribution, le droit d’auteur, etc. Cette approche n’a rien de spécifique et ne se distingue absolument pas du droit de la propriété industrielle, de la santé, des marchés publics, etc.;
  • le droit comme littérature, ce qui constitue une approche beaucoup plus originale consistant à voir dans le style juridique un style littéraire à part entière. Gérard Cornu a déjà traité de la spécificité du langage juridique dans son ouvrage Linguistique juridique (distinguant entre les mots du langage courant employé en droit, ceux dont le sens est « usurpé » par le droit et ceux qui n’ont une signification qu’en droit) et on parle souvent de la littérature pour faire référence à un corpus documentaire. L’image est alors celle du Code civil, dont le bel ordonnancement et la qualité de la langue sont connus depuis que Stendhal avait avoué en lire trois pages chaque jour pour s’aérer l’esprit. Cet aspect n’est pas entièrement négligé dans l’ouvrage. Richard Weisberg (« Droit et littérature aux Etats-Unis et en France, une première approche ») en explique l’intérêt, que l’on comprend plus marqué dans les systèmes anglo-saxons où les décisions sont parfois de vraies nouvelles, mais qui est également présent en France (les arrêts de la Cour de cassation faisant alors figure de haïkus juridiques ! On pense également à l’ordonnance de référé du TGI de Paris, rendue le 1er juin 2011 : A. Lepage, « Le juge des référés a de l’humour », Comm. com. électr., 2011, comm. 90. Voir en fin de ce billet les extraits de la décision). L’auteur montre par ailleurs que le droit et la littérature ont entretenu des relations importantes au Moyen-Âge et à la Renaissance. Dans sa contribution (« Les exigences contraires du droit et de la littérature »), Philippe Malaurie cite quant à lui le doyen Carbonnier « qui voyait dans le XVIIIe siècle un siècle exceptionnel, parce que « le désir de réformer le royaume fut si fort que la littérature juridique y devient spontanément une part essentielle de la littérature tout court » » (p. 286);
  • le droit dans la littérature, approche privilégiée par l’ouvrage, comme l’indique son sous-titre, qui permet de se concentrer « sur la façon dont la fiction littéraire réfléchit le monde de la justice et du droit. […] Pour ce courant, la littérature recèle sa propre intelligence du droit dont l’intérêt excède la critique littéraire pour concerner également les juristes » (p. 8). Cette approche est passionnante : d’abord, parce que la vie des normes est dans les genres non juridiques (p. 8-9) ; ensuite, parce que la littérature permet d’informer le juriste de la représentation du droit que se fait l’homme du commun et, ce faisant, permet d’imposer à l’attention du juriste l’application concrète et la conscience de la nécessaire évolution de la loi ; enfin, parce que le juriste est ainsi renseigné sur la nature humaine (A. Simonin, « Make the unorthodox orthodox, John Henry Wigmore et la naissance de l’intérêt du droit pour la littérature », p. 27, spéc. p. 48-49).

Les contributions se succèdent qui analysent une pluralité d’œuvres, un ou plusieurs livres d’un même auteur. Les premières contributions (outre l’introduction, il faut citer R. Weisberg, art. préc. ; A. Simonin, art. préc.) sont essentielles qui reviennent sur la genèse et l’intérêt du mouvement droit et littérature. Suivent plusieurs articles :

–          François Ost, « Sade ou la contrefaçon des lois », p. 69 (ça ne s’invente pas !) ;

–          Gérard Gengembre, « Balzac ou comment mettre le droit en fiction », p. 97 ;

–          Sandra Travers de Faultrier, « Donner figure : la personne entre représentation et présentation » (p. 117) (cette contribution n’est pas la plus claire…) ;

–          Brigitte Breen, « L’affaire Karamazov, révélations métaphysiques d’un procès » p. 141 ;

–          Lissa Lincoln, « Jugement et justice dans La Chute de Camus », p. 157 ;

–          Denis Salas, « Le temps des procès-panique. A propos des Sorcières de Salem d’Arthur Miller », p. 175 ;

–          Gisèle Mathieu-Castelani, « Le tribunal imaginaire », p. 197 ;

–          Jean-Noël Dumont, « Corneille et la disparition du héros », p. 227 ;

–          Benoît Chantre, « L’histoire au tribunal. « Jugement juridique » et « jugement moral » chez Charles Péguy », p. 237 ;

–          Jean-Denis Bredin, « L’engagement de Zola pendant l’affaire Dreyfus », p. 261 ;

–          Philippe Malaurie, « Les exigences contradictoires de la littérature et du droit », p. 283.

Les contributions sont assez inégales. Alors que la comparaison entre l’œuvre de Miller et le maccarthysme est édifiante – notamment sur la liberté de l’écrivain qui peut comparer sciemment des périodes que le juriste ne se risquerait pas à confronter –, que celle narrant l’engagement d’Emile Zola, pré- et post- le J’accuse permet de se replonger dans ce passage important de l’Histoire, ou bien que l’analyse du procès dans l’œuvre de Dostoïevski permet une compréhension différente du rituel judiciaire et de ses enjeux, d’autres contributions sont plus difficiles d’accès ou ont un intérêt moindre.

L’autre reproche, inhérent à ce genre d’ouvrage, est relatif aux limites mêmes du genre. La culture littéraire apparaît ainsi très parcellaire, tant pour le lecteur, ce qui peut paraître normal, que pour les auteurs, ce qui est plus embêtant. Le lecteur qui n’a lu ni Sade, ni Péguy, ni Miller, ni Gide, etc. sera nécessairement un peu perdu. Le reproche est véniel, car les contributions peuvent donner envie de découvrir. Les auteurs en revanche ont fait le choix de mentionner des œuvres classiques, prenant ainsi le risque d’étudier des œuvres détachées de la culture contemporaine. On peut certes regretter que Claudel ou Gide ne soient pas les lectures de chevet de tous, mais une autre approche est envisageable : prendre des livres plus récents, plus accessibles, peut-être moins intimidants, pour montrer la richesse d’une analyse juridique, permettrait, peut-être, de remonter ensuite vers ces classiques. Les temps changent : une vidéo vaut mieux qu’un long discours.

Il ne s’agit pas de parler de la Princesse de Clèves, mais de donner envie de lire la Princesse de Clèves. Une approche Droit et Littérature ou Droit et Cinéma qui resterait centrée sur les « grandes œuvres » incontournables en négligeant la littérature contemporaine risque de n’être pas suffisamment séduisante pour les lecteurs. Or, la fonction pédagogique de telles approches est évidente. En outre, l’analyse juridique établie sur des œuvres anciennes ne peut être une analyse de droit positif, et risque de perdre encore plus le lecteur. Au final, l’intérêt pour Droit et Littérature peut apparaître anecdotique, assimilable à un hobby, ce qui est regrettable. La contribution de Philippe Malaurie est à cet égard très symptomatique : alors que le titre est prometteur, il n’est question que d’une « balade » dans les œuvres classiques où le Droit est abordé.

Or, et les premières contributions le démontrent : l’approche Droit et Littérature (ce qui est transposable à Droit et Cinéma) est éminemment sérieuse en ce qu’elle est riche de sens et d’enseignements. On consultera à cet égard l’intéressante liste de legal novels établie par John Wigmore, actualisées par Richard Weisberg (p. 66). La liste est, on le comprend, pauvre en ouvrages français. Une liste de romans juridiques français (le terme apparaît bien inapproprié) ou de legal movies pourrait être dressée. Mieux, une liste de romans ou films se prêtant à une analyse juridique pourrait être également pertinente.

Malgré ces faibles reproches, l’ouvrage dirigé par Antoine Garapon et Denis Salas est une lecture passionnante qui permet de sortir des sentiers battus et de voir dans le droit autre chose qu’une simple technique. « Le droit est un poème sérieux » (p. 15).

 

TGI Paris, ord. réf., 1er juin 2011, extraits :

« Emilie et Léo sont deux intrépides aventuriers de la médiatisation télévisée ayant illustré les meilleures heures du programme de téléréalité intitulé par anti-phrase « Secret Story » (saison 3) où il n’y a ni secret ni histoire, mais cependant une observation des faits et gestes des jeunes gens qui y participent sous l’œil des caméras, où le téléspectateur finit par s’attacher aux créatures qu’il contemple, comme l’entomologiste à l’insecte, l’émission ne cessant que lorsque l’ennui l’emporte, ce qui advient inéluctablement, comme une audience qui baisse. Mais « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé », alors, sevrés du programme télé qui s’achève, les aficionados se ruent sur les gazettes, sûrs qu’elles sauront entretenir aussi durablement que possible le feuilleton du rien, passion toujours inassouvie des sociétés contemporaines. Les cobayes, trop heureux de voir quelques flashs qui crépitent encore, et désormais adeptes de l’exposition de soi, courent de l’une à l’autre, comme un canard sans tête, accordant interviews ou posant pour des photos.

Les publications que de telles mœurs font vivre s’en offusquent quand le ciel menace, et dénoncent quelquefois la règle du jeu, comme des enfants qui ergotent pour ne jamais se séparer ».


Une réflexion au sujet de « Imaginer la loi. Le Droit dans la littérature : A. Garapon, D. Salas (dir.) »

  1. T-L.A

    Il y a également une note de lecture de Phèdre

     » A propos de « Phèdre »
    Prosaïques réflexions de juriste  »

    réalisée par Philippe Jestaz

    et publiée à la RTD CIV. 2011 p. 75

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *