Droit et bande dessinée. L’univers juridique et politique de la B.D : C. Ribot (dir.)

11 décembre 2012
Par

Il devenait difficile d’écrire des notes de lecture sur des bandes-dessinées sans mentionner les ouvrages traitant des relations entre le droit et le neuvième art. Un ouvrage de 1998 édité par les Presses Universitaires de Grenoble, sous la direction de Catherine Ribot, fait figure de précurseur : Droit et Bande dessinée, L’univers juridique et politique de la bande dessinée. La table des matières est impressionnante et l’on saura gré aux auteurs d’avoir su dépasser les bandes dessinées « traditionnelles » (Tintin, Astérix, etc.) en se frottant à des auteurs différents : Enki Bilal, Hugo Pratt, Schuiten et Peeters, etc.

Le résultat est remarquable, quantitativement – 454 pages, ce qui démontre la richesse des relations entre droit et bande dessinée – et qualitativement – nombre de contributions démontrent l’intérêt d’une approche juridique. Un regret important toutefois : l’ouvrage contient principalement des contributions de publicistes et il en résulte un certain déséquilibre au regard des autres disciplines. Un autre est relatif à la lecture littérale des bandes dessinées, mettant de côté la mise en scène, le dessin qui en constituent les caractéristiques principales. Il faut à cet égard signaler la remarquable contribution de Agathe Van Lang, « Les cités obscures ou les figures de l’utopie » (p. 137).

La table des matières est trop riche pour pouvoir être reproduite ici. Signalons tout de même la variété des thèmes abordés : organisations internationales, approche historique, droit d’auteur (intéressante contribution sur le droit de la bande dessinée de Olivier Iung, « Le droit de copier dans la BD », p. 211), droit humanitaire, peine de mort, assurance, droit d’ingérence, violence légitime, etc.

L’enseignant y trouvera de nombreux exemples permettant d’appuyer une démonstration ; l’étudiant y appréhendera le droit autrement et constatera qu’il n’est pas pure technique ; l’amateur de bandes dessinées sera convaincu, s’il en est besoin, de la richesse de ses albums préférés.

Le flambeau a été repris brillamment par les doctorants de Poitiers qui ont récemment publié Le droit dans les bandes dessinées. Il sera bien évidemment question de cet ouvrage dans une prochaine note de lecture.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , ,

Posté dans : Notes de lectures

5 commentaires pour “ Droit et bande dessinée. L’univers juridique et politique de la B.D : C. Ribot (dir.) ”

  1. [...] en témoigne et deux ouvrages issus de colloques ont été consacrés à la question : l’un en 1998, l’autre en 2012. Une exposition a été consacrée à la justice lors du dernier festival [...]

  2. Guillaume B. le 14 décembre 2012 à 9:42

    Tu veux dire que Spirou et Fantasio attendent l’instauration du mariage pour tous ? Nan, je rigole. On ne touche pas à Spirou et Fantasio ; c’est les meilleurs !

  3. [...] Il devenait difficile d’écrire des notes de lecture sur des bandes-dessinées sans mentionner les ouvrages traitant des relations entre le droit et le neuvième art. Un ouvrage de 1998 édité par les Presses Universitaires de Grenoble, sous la direction de Catherine Ribot, fait figure de précurseur : Droit et Bande dessinée, L’univers juridique et politique de la bande dessinée. La table des matières est impressionnante et l’on saura gré aux auteurs d’avoir su dépasser les bandes dessinées « traditionnelles » (Tintin, Astérix, etc.) en se frottant à des auteurs différents : Enki Bilal, Hugo Pratt, Schuiten et Peeters, etc…  [...]

  4. Guillaume B. le 12 décembre 2012 à 9:29

    Corto Maltese est toujours en état de légitime défense, c’est ça ? Et Raspoutine a sans doute un trouble neuro-psychique ayant aboli son discernement au moment des (nombreux) faits !

Laisser un commentaire


Carnets de recherche