Vingt-trois prostituées : C. Brown

Les débats sur la prostitution semblent aussi vieux que la prostitution elle-même. Régulièrement, des propositions sont faites pour abolir, encadrer, autoriser la prostitution. Les avis sociologiques succèdent aux questions juridiques, qui prennent en compte les opinions des associations pro ou anti prostitution. Régulièrement des arguments sont avancés qui s’appuient sur la liberté ou l’oppression, sur les abus ou les intérêts, sur l’ordre public ou l’autonomie personnelle. Il ne s’agit pas ici de revenir sur ces arguments, ni les évolutions envisageables ou souhaitables, mais de mentionner la parution d’un ouvrage de Chester Brown, Vingt-trois prostituées,  qui vient apporter un angle de réflexion nouveau au débat : la bande-dessinée.

Comme le titre l’indique, il n’est question que de la prostitution féminine. L’histoire est assez simple, mais surprenante car autobiographique. Chester Brown vit avec une femme qui lui annonce qu’elle va avoir une relation avec un autre homme. Il n’en est pas choqué, ni amer, et va jusqu’à accepter que l’amant vienne vivre dans leur domicile commun. Sa vie amoureuse est réduite à néant, mais l’auteur n’en tire aucune peine. Mieux, il se réjouit de cette situation et de la complicité retrouvée. Une chose toutefois le tracasse : l’impossibilité d’avoir des relations sexuelles. Il décide donc de recourir aux services de prostituées. Le livre raconte donc cette expérience, le ressenti de l’auteur et celui de ses proches, auxquels il raconte ses différentes aventures. L’ouvrage est complété par un argumentaire écrit, où l’on a parfois l’impression que l’auteur, plutôt que de livrer une analyse objective, cherche davantage à justifier le fait qu’il ait eu recours aux services de prostituées. Cela n’en a que plus d’intérêt.Le récit et son auteur sont surprenants : Chester Brown livre un récit particulièrement intime (son rapports aux femmes, sa relation amoureuse, la fréquence de ses rapports sexuels, etc.) tout en faisant preuve de … pudeur. Il respecte ainsi la pudeur des prostituées qu’il a recontrées, se refusant à dessiner leur visage, pour éviter d’interférer dans leur vie privée. Tout élément qui pourrait permettre de les identifier est soigneusement écarté. Il montre également toute l’ambiguïté du rapport aux personnes qui se livrent à la prostitution. D’abord honteux d’avoir recours aux services d’une prostituée, il ne peut ensuite plus s’en passer, tant la facilité et la simplicité du rapport lui plaisent. Les prostituées sont évaluées, individuellement lorsqu’il les rencontre la première fois, mais également collectivement, sur des forums dédiés.

 

Le cadre légal de la prostitution au Canada n’est guère expliqué dans l’ouvrage. L’auteur s’en explique dans la préface : «J’habite à Toronto, si bien que je pensais commencer cette préface en parlant des lois qui régissent la prostitution au Canada, mais récemment un amendement a créé une certaine incertitude quant à l’avenir de ces lois» (p. vii). L’auteur explique qu’en 2003, seule la prostitution «outcall» était autorisée (celle où la travailleuse du sexe se rend chez le client) mais pas la prostitution «incall» (celle où le client se rend chez la travailleuse du sexe). Cette différence rappelle le cadre légal français où la prostitution n’est pas interdite, contrairement au racolage ou au proxénétisme. L’amendement auquel il fait référence semble être une décision de la cour d’appel de l’Ontario affirmant que les articles du Code pénal canadien incriminant différents comportements de proxénétisme ou liés aux maisons closes étaient inconstitutionnels. Il a été considéré que ces incriminations sont attentatoires aux droits fondamentaux à la sécurité. L’affaire aurait été portée devant la Cour suprême du Canada.

L’ouvrage de Chester Brown est intéressant à plusieurs égards. D’abord parce qu’il montre l’illusion de l’incrimination. Malgré les interdits pénaux, la prostitution reste une activité exercée. Ensuite, parce qu’il permet d’aborder la question sous un angle nouveau : la prestation sexuelle est une prestation comme une autre et il l’envisage comme un commerce. L’ouvrage dérange le lecteur autant qu’il a dérangé son auteur : les quelques cases où Chester Brown se demande s’il n’est pas en train d’avoir des relations sexuelles avec une mineure sont à cet égard surprenantes. De la même manière, la mise à nue des sentiments et de la vie de l’auteur constitue une démarche aussi singulière que perturbante. L’un de ses amis le note en appendice : «il semble que Chet soit plus limité que la plupart des gens en ce qui concerne ses émotions. Je crois qu’il y a quelque chose qui cloche chez lui» (p. 255). Enfin, Vingt-trois prostituées est un bel outil de réflexion qui permet de penser l’équilibre entre autonomie personnelle des uns et morale des autres : le parti de l’auteur est celui de la liberté.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *