Le travail, entre droit et cinéma : M. Flores-Lonjou (dir.)

Une fois n’est pas coutume, ce carnet s’ouvre au droit du travail à l’occasion de la récente parution aux Presses Universitaires de Rennes de l’ouvrage Le travail, entre droit et cinéma, sous la direction de Magalie Flores-Lonjou, avec une prestigieuse préface d’Alain Supiot.

Les journées Droit et cinéma organisées chaque année à La Rochelle, ainsi que le blog associé sont devenus des « marronniers » de ce site. Les actes des journées consacrées au vote à l’écran ont été publiés dans la revue Politeia et une précédente note de lecture traitait de l’ouvrage sur L’enfant, le droit et le cinéma.

L’ouvrage consacré au travail est plus bref et est accompagné d’une impressionnante filmographie ainsi que d’une bibliographie très complète. Comme le note Alain Supiot, le cinéma illustre à merveille les problèmes du droit du travail: asservissement du salarié, mouvements collectifs, revendications individuelles, etc. Les cinéastes «saisissent sur le vif ce que nous autres juristes peinons souvent à déceler derrière la lettre des lois, des règlements et des décisions de justice. Et ils révèlent au grand public les risques inédits qu’engendrent pour la santé mentale les nouvelles formes d’organisation du travail à l’œuvre dans les entreprises» (p. 16).

Les contributions viennent appuyer cette argumentation, parfois de manière surprenante. Les prolégomènes d’Agnès de Luget et Magalie Flores-Lonjou (p. 17) montrent comment le travail et le droit du travail sont utilisés dans les films. Le travail apparaît ainsi être un matériau cinématographique riche et fécond : le cinéma permet de montrer la contrainte sur les corps, sur l’esprit. Les films se divisent selon qu’ils traitent du travail «primaire», celui de la terre, ou du travail «secondaire», celui de l’usine. Au-delà, montrer le droit du travail à l’écran est un réel défi cinématographique, souvent habilement relevé par les réalisateurs. Le cinéma constitue finalement un vecteur de connaissance des modalités de travail, mais également un élément de dénonciation ou de validation des règles juridiques existantes.


VIOLENCE DES ECHANGES EN MILIEU TEMPERE -… par CoteCine

Certaines contributions sont particulièrement surprenantes et originales : celle de Jean-Marie Tixier sur les soldats de métier, par exemple, permet, de manière singulière, de faire un point sur le cinéma antimilitariste en partant du «métier» de soldat. On relèvera également l’article de Richard Vidaud, explorant la perception du travail dans certaines comédies américaines, ou bien encore le bref article de François Thubaut sur le cinéma italien qui laisse apparaître un ouvriérisme pathétique (sic). L’article de Xavier Deverat, Working class zero, permet quant à lui de revenir sur le film Blue Collar et de montrer comment le film fait de l’entreprise un obstacle à toute émancipation. Enfin, l’article de Eve Lamendour, qui intervient en conclusion, permet d’aborder de manière intéressante la méthodologie de la recherche confrontée à la fiction.


Blue Collar de Paul Schrader (1978) par Galaxy_Of_Terror

Les contributions de Lionel Miniato et Marie-France Mazars méritent une place à part, tant elles lient habilement l’évolution du droit positif et l’analyse filmique, à deux échelles différentes. Elles sont en ce sens complémentaires. La contribution de Lionel Miniato, «macro-cinématographique» traite des évolutions du droit du travail et le monde de l’entreprise vus par le cinéma français depuis 1981. Le choix de la date n’est pas anodin. Le plan de l’article est lui-même cinématographique et permet une vision générale de la filmographie française des dernières années. Marie-France Mazars quant à elle aborde une approche plus «micro-cinématographique» en ne traitant que du film Ressources humaines, de Laurent Cantet, replaçant la narration dans les évolutions du droit du travail : déplacement du lien de subordination (l’employeur étant lui-même subordonnée), logique de la législation sur les 35 heures (travailler moins pour travailler tous) et démontrant que le lien de subordination ne doit pas devenir un lien de soumission.


Ressources humaines – Bande Annonce FR par _Caprice_

L’ouvrage est particulièrement utile à celui, non spécialiste du droit du travail, qui souhaite obtenir un éclairage juridique sur la vision cinématographique de cette discipline, tout comme au juriste, non spécialiste de cinéma, qui peut voir comment les normes sont vécues et reçues par le corps social et montrées à l’écran par les réalisateurs. Cette démarche permet de dépasser le malaise qui existe lorsqu’il s’agit d’illustrer le droit en images, animées qui plus est, relevé par Alain Supiot et qui consiste «lorsqu’il […] faut illustrer un article ou un reportage consacré au droit du travail, [à montrer] presque invariablement un livre – rouge en général – sur lequel on peut lire “code du travail”. » (p.11). Or le cinéma et le droit ne sont pas incompatibles, pour peu que leur articulation soit pensée intelligemment : c’est tout l’intérêt du livre Le travail, entre droit et cinéma.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *