Pétition en faveur de Bruno Deffains et pour la liberté de la recherche

La récente affaire mettant en cause notre collègue Bruno Deffains appelle une réaction. Une pétition de soutien est accessible. En voici le texte :

 

« Il est 6h50. On sonne à votre domicile. Vous ouvrez, les policiers sont là. Un huissier vous met en demeure de laisser un expert informatique procéder à des recherches dans le disque dur de votre ordinateur. Vous avez alors le loisir de lire ce que l’on vous reproche : avoir publié dans la presse un article qui a déplu à une puissante société commerciale.

Vous ne rêvez pas, c’est ce qui est arrivé récemment à Bruno Deffains, professeur d’économie à l’Université Panthéon-Assas. Une requête auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris, visant au dépôt d’une plainte pour  « dénigrement » a abouti à cette détestable matinée.

Le débat éclairé et loyal, l’argumentation fondée sur des faits établis et des théories étayées n’est pas seulement un exercice intellectuel. Il s’agit surtout d’un élément central du fonctionnement de toute démocratie. Il n’est pas nécessaire de partager les conclusions de l’étude de Bruno Deffains pour s’indigner des procédés intimidants dont on a fait usage à son endroit.

C’est sur le terrain scientifique que doit se placer la contestation de son travail. Cette règle, commune à toutes nos disciplines, est une pierre de touche de notre enseignement. L’Université s’enorgueillit d’avoir résisté aux pressions religieuses et politiques par le respect constant des libertés d’expression, d’enseignement et de recherche. Les poursuites judiciaires ne devraient être fondées que sur des abus graves et manifestes de ces libertés.

Nous apportons notre total soutien à Bruno Deffains. Au-delà de la sympathie pour notre collègue dans l’épreuve qu’il traverse, il en va du respect du principe de l’indépendance universitaire et de la liberté d’expression.»


Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Marchal dit :

    L’attitude de l’opérateur est insensé. Si Free juge les données du Pr. Deffains erronés, qu’il en fournisse d’autres et une confrontation pourra avoir lieu et la vérité sortira au final. Mais attaquer comme cela, est un aveu du fait qu’il n’avait pas de faits à opposer. Faisons confiance à la justice (en espérant que le service juridique de l’université puisss faire fasse à celui d’une multinationale) française pour la suite.

  2. Bastit dit :

    Je soutiens complétement notre collègue Deffains et avec lui les libertés universitaires .

    Michel Bastit
    Professeur , Université de Bourgogne

  3. Laurent Philippe dit :

    Invraisemblable cette affaire !

  4. Noëlle Girault-Lidvan dit :

    Il est pour le moins « questionnant » qu’une telle procédure de contrôle d’un ordinateur ait pu être autorisée.
    La réponse judiciaire de M. Deffains doit être à la mesure de la gravité de cette attaque à son intégrité de chercheur, et faire l’objet d’une ample médiatisation.
    Noëlle Girault-Lidvan
    Maître de Conférences des Universités

  5. Madou, Jean-Pol dit :

    On ne transige pas avec la liberté académique sans laquelle il n’y a plus d’université.

    Jean-Pol Madou
    Professeur émérite des universités.

  6. Le Bohec Yann dit :

    Je soutiens totalement M. Bruno Defains et je demande le respect absolu des libertés universitaires, et surtout des libertés de la recherche.
    Dans quel pays sommes-nous?
    Courage à Bruno Deffains!
    Yann Le Bohec

  7. raffinot dit :

    Je ne suis pas d’accord avec le papier de Bruno Deffains, mais je suis indigné par cette attaque en justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *