En chienneté : Bast

chiennete_couvRécemment paru à la Boîte à bulles, En chienneté, tentative d’évasion artistique en milieu carcéral, de Bast est le récit de l’expérience d’animateur d’ateliers de bandes-dessinées vécue par l’auteur. Contacté par le SPIP, Bast accepte de participer à ces ateliers pendant quatre années au sein de la maison d’arrêt de Gradignan, dans le quartier des mineurs.

Bast retrace quelques moments marquants, les rencontres faites, sa confrontation avec le monde carcéral. Le récit reprend les interrogations de l’auteur, depuis sa première entrée dans le quartier des mineurs, jusqu’à la fin de ces ateliers, que l’on devine motivée par la lassitude et le sentiment de vanité qui point petit à petit.

De nombreux éléments font de En chienneté une œuvre intéressante. La couleur, d’abord. La teinte bleutée des planches évoque la froideur et l’uniformité du milieu carcéral. L’établissement pénitentiaire, ensuite, qui est un élément clef du récit : son architecture extérieure («le bâtiment du quartier des mineurs me fait penser à un énorme cétacé à grande bouche avachi de tout son long. Un monstre gris et vorace qui engouffre tout ce qui se trouve à sa portée et ne garde dans son ventre que les détenus à digérer» p. 10), les abords du bâtiment où viennent les familles, le hall d’entrée, «lieu de rendez-vous de tout le monde carcéral» (p. 17), mais également son organisation panoptique : l’œil scrutateur qui surveille les entrées, le centre de commande, véritable centre nerveux de l’établissement, et les perspectives biaisées par les barreaux. La mise en scène carcérale est remarquablement montrée par l’auteur.

Le récit est utilement enrichi de quelques planches plus générales sur l’histoire de la maison d’arrêt, l’évolution des établissements pour mineurs et le fonctionnement des partenariats public-privé pour la construction des établissements pénitentiaires. L’auteur interroge l’utilité de la prison pour les mineurs, lieu où la conciliation entre l’impératif d’éducation et les contraintes de la sanction est quasiment impossible (p. 50-51).

Les détenus sont également les acteurs principaux de ce récit. Dessinés comme des adultes, leur comportement est celui d’enfants : malgré la gravité des infractions commises, malgré leur cynisme et la violence de leurs relations, ils restent enfantins. Les planches retraçant la fanfaronnade des détenus, rivalisant d’exploits criminels, brusquement interrompue par la fin de l’atelier est remarquable : l’explosion de joie des enfants apprenant qu’ils auront le droit de jouer aux jeux vidéos jusqu’à 16h montre que ces condamnés ne peuvent décidément pas être traités comme les autres. Ces adultes en construction, démolis par la peine et le chemin qui les a amenés là, sont vulnérables. Ils sont traités avec une certaine bienveillance par Bast, qui montre leur potentiel créatif, celui de tout enfant, mais également leurs paradoxes. Le dessin qu’ils feignent d’ignorer est ainsi déjà dans leur corps, au travers des tatouages que tous arborent fièrement.

Enfin, il faut souligner l’intérêt de ces ateliers bande-dessinée. L’auteur s’interroge sur son rôle. Il ne s’agit pas de faire des détenus des dessinateurs accomplis, mais peut-être de leur offrir un espace de liberté : «et si mon rôle n’était pas celui d’un professeur mais d’un passeur ? Que ces ateliers ouvrent des portes et fassent sauter des verrous… Le dessin ne serait pas une fin en soi. Il n’en serait qu’un prétexte. Un prétexte pour vibrer, rêver, s’émouvoir et se souvenir de bons moments. Un prétexte pour se viriliser et se valoriser et se construire une autre vie plus stable, plus solide et structurée. Un simple prétexte» (p. 92-93).

L’échange final entre Bast et les détenus résume à merveille l’illusion du pénalocentrisme, celle qui consiste à voir dans la peine (utile ou inutile) la seule réponse à la commission d’infraction et à la prévention de la récidive. Interrogé sur son métier de dessinateur, et alors que les enfants s’étonnent de sa faible rémunération, Bast leur explique : «Je fais pas ça pour l’argent. Ce qui me plaît, c’est de dessiner ou de raconter des histoires. C’est la passion, quoi… C’est ce qui me fait lever de mon tous les jours, vous savez… C’est pas plus compliqué que ça. Ce qui serait bien, c’est que tout le monde puisse trouver cette motivation pour se lever. Mais si ça se trouve, je suis fou, c’est vrai » (p. 95).

L’ouvrage est accompagné d’une préface de Dominique Simonnot et d’une postface de Gabi Mouesca. Il constitue un bel outil de connaissance de la prison et de réflexion sur ses fonctions, son utilité, ses nombreuses limites.


2 réflexions au sujet de « En chienneté : Bast »

  1. Ping : En chienneté : Bast | Sine lege | Autres Vérités | Scoop.it

  2. Ping : En chienneté : Bast | Chronique des Droits de l'Homme | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *