L’évaluation des enseignements

La question de l’évaluation des publications juridiques posée dans un précédent billet a comme corollaire celle de l’évaluation des enseignants. Contrairement aux fruits de la recherche, les enseignements d’un universitaire ne sont pas systématiquement évalués. Il existe une mode de l’évaluation venue d’Outre-Atlantique, qui n’est pas sans poser quelques questions sur les modalités de l’évaluation et les critères retenus. Il n’existe pas un corps d’inspecteurs chargés de contrôler la pertinence du savoir délivré aux étudiants ou de vérifier le déroulement d’un cours.

Certains et rares responsables de cours magistraux viennent assister à des séances de travaux dirigés, pour mieux superviser les chargés de T.D. C’est une solution. Ma maigre expérience ne m’a jamais fait ressentir la nécessité d’aller contrôler ce qui était dit pendant les T.D : le chargé de T.D, quel que soit son statut, est un enseignant à part entière et non pas un apprenti enseignant et il peut être difficilement concevable de lui appliquer un régime que l’on ne voudrait pas subir. Si des problèmes existent, les étudiants auront vite fait de les mentionner au responsable du cours magistral et il est alors facile d’y remédier. Surtout, si quelqu’un peut contrôler le chargé de T.D, qui contrôle le contrôleur ? Un maître de conférences par un professeur, un professeur seconde classe par un professeur première classe, etc. Ce serait oublier que l’enseignant-chercheur dispose d’une liberté d’expression importante (sur ces aspects, v. J. Moret-Bailly, D. Truchet, Déontologie des juristes, PUF, 2010) et qu’il est a priori maître du savoir qu’il souhaite donner.

L’évaluation des enseignements – qui n’est pas synonyme de notation – n’est pas une panacée, mais permet d’obtenir l’avis des étudiants. Pour cela, l’évaluation doit être anonyme, basée sur le volontariat, et laisser un champ libre, permettant à celui qui répond au questionnaire de faire les remarques qu’il souhaite.

Lorsque je donnais des TD, les effectifs réduits me permettaient de faire mes propres questionnaires : le dépouillement était aisé. Les outils informatiques existent (grâce à Moodle, encore un logiciel libre) permettant aux étudiants de répondre en ligne à plusieurs questions. Le dépouillement est alors quasi-instantané. Beaucoup de collègues rechignent à se soumettre à une évaluation par les étudiants. Les raisons de cette réticence sont multiples et peuvent être résumées en deux questions :

  • que peuvent bien évaluer les étudiants ?
  • que deviennent les résultats des évaluations ?

Les étudiants peuvent bien évidemment donner leur avis sur les cours qu’ils suivent, et ne s’en privent d’ailleurs pas. Autant être au courant! Les remarques apportées concernent rarement le fond du cours, mais certaines remarques sur la forme sont précieuses. Certains m’ont déjà reproché de multiplier les subdivisions dans le plan de cours, quand d’autres les appréciaient, estimant qu’elles facilitaient les révisions. Peu demandent l’utilisation d’un vidéoprojecteur, mais quelques-uns demandent que des schémas, tableaux, dessins illustrent le cours. Certains ne sont satisfaits de rien, quand d’autres sont contents de tout. Les résultats sont alors à pondérer.

Voici une copie d’écran de la grille que j’utilise : des cases à cocher, un champ à remplir librement, rien de compliqué. Quant aux résultats, ils sont plutôt satisfaisants, mais c’est une autre histoire. Jusqu’à présent, j’ai toujours gardé précieusement les résultats de mes évaluations. Ils n’ont été communiqués qu’à de rares exceptions (quand je n’étais pas à l’initiative de l’évaluation, dans le cadre de formations continues, par exemple). Si cela devait devenir une obligation, je peux comprendre que certains y soient hostiles. Mais cette opposition dépend seulement de l’utilisation des résultats : ils ne sont en aucun cas une note attribuée au cours ou à l’enseignant, encore moins la preuve que l’on est un bon ou un mauvais enseignant.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Guillaume B. dit :

    La question se pose également à Toulouse, le conseil de faculté l’étudiant sérieusement. J’avoue que, personnellement, je n’y suis pas très favorable, ayant eu une fois à subir les remarques violentes d’un étudiant belliqueux. J’avais beau savoir qu’il ne m’aimait pas, la cristallisation de cette haine sur un document officiel, me fût-il exclusivement destiné, m’a été plus douloureuse que véritablement utile.

    Dans la grille que tu proposes, je trouve les questions très utiles. Mais une échelle de 1 à 5 est-elle vraiment pertinente ? Ne vaut-il pas mieux se contenter d’un oui ou non, voire d’un peut-être, à compléter par des explications qui, seules, peuvent vraiment permettre de comprendre ce que l’étudiant a pensé (même si ton questionnaire se termine par la possibilité d’écrire ces explications) ?

    • Jean-Baptiste THIERRY dit :

      Sans doute les grilles méritent-elles d’être amendées. Il ne faut pas non plus trop espérer de la partie explications qui figure à la fin : elles sont rares!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *