On ne réveille pas un juge qui dort : G. Thiel

Déjà contributrice sur ce carnet avec un compte-rendu de colloque, Mlle Océane GERRIET récidive avec cette note de lecture sur un ouvrage paru en 2002 : On ne réveille pas un juge qui dort.

thiel«Gilbert THIEL, magistrat depuis 1976, passé par l’instruction et le parquet : un magistrat qui ne mâche pas ses mots et qui a donc décidé de nous compter l’envers du décor de la Justice. Il s’agit d’un entretien journalistique (Avec M. Daniel CARTON) qui a pour but d’analyser la justice dans sa globalité (son statut, son indépendance, les droits de la défense, la place de la victime) et ses relations avec l’extérieur (la presse, la police, le politique, voire les diplomates !). 387 pages qui ne manquent pas d’action, d’anecdotes et qui couvrent l’ensemble des problématiques de la Justice aujourd’hui.

Commençons par les choses qui fâchent, et parlons statistiques mais elles sont évocatrices et démontrent que nos magistrats « font comme ils peuvent, avec les moyens qu’ils ont »[1], et c’est d’ailleurs le fil conducteur de cet entretien : montrer ces hommes et ces femmes qui se battent chaque jour pour essayer de rendre justice convenablement.

On souligne bien évidemment l’éternelle problématique de l’indépendance, la problématique de la notation des magistrats (« un mal nécessaire » ?), le rattachement du parquet au ministère (Reprenant l’adage à sa façon « Si la plume est serve, la parole n’est pas totalement libre »[2]). On aborde même l’épineuse question de la suppression du juge d’instruction (Pour quelle alternative ? Un arbitrage, « que la France aime tant », qui virerait en somme « à la procédure accusatoire dont les ravages aux Etats Unis ne peuvent pas être contestés de bonne foi »)

M. THIEL nous fait le portrait d’une justice humaine, et qui comprend donc son lot d’erreurs : une tutelle absente (le Garde des Sceaux qui ne les soutient pas[3] mais est prompt à donner des instructions de dossier), un syndicat aveuglé (citant le syndicat de la magistrature, dont il a fait partie durant longtemps, qui selon lui a parfois laissé son aveuglement idéologique le dépasser), des égos mal placés, le tout laissant parfois transparaître un corporatisme, sans doute justifié par toutes les attaques qu’elle subit, mais renforçant certains ressentiments des justiciables. Et pourtant, au long de ce livre, on voit et on apprécie cette Justice qui se bat chaque jour pour faire tenir le navire (le manque de moyen est donc clairement montré du doigt).

Il aborde la relation particulière entre les juges et la presse, touchant donc au sacrosaint « secret de l’instruction ». Il oppose donc le principe à la réalité : comment retenir un secret partagé par tant d’intervenants au cours d’une enquête ? Fatalisme. Mais pourtant le maintien du secret est indispensable. En passant par la presse, on aborde l’esprit de corps et la puissance syndicale (« Après tout, la justice ce n’est que pour les autres »).  Toujours sur la presse, il n’oublie pas ceux qui courent après les scoops et qui oublient (parfois) les implications judiciaires (humaines) qui en découlent (Affaire Guy George, affaire Simone WEBER, ou « ces affaires qui clouent au pilori des suspects sans preuve »[4]).

Il n’épargne pas non plus les avocats à qui ils reprochent (pour les plus bavards) de nombreux paradoxes : clamer une justice indépendante mais se référer au pouvoir pour sanctionner les juges, ou encore, se plaindre des délais de procédure mais émettre des exceptions plus ou moins inutiles pour retarder la décision[5] etc.

En tant que juge antiterroriste, il aborde bien évidemment ce pôle qu’il connait bien… et ses détracteurs ! Centralisme ou pas, il faut choisir.

Ceci suppose de parler du problème Corse auquel il consacre plusieurs pages dans son livre, abordant la politique d’amnistie (Inefficace sans doute quand elle est répétée à trois reprises générant pour certains un « sentiment d’impunité »), et les solutions possibles pour redresser la situation : notamment, selon lui, une confiance accrue dans les institutions de l’Etat qui poussera les Corses à mettre fin à cette « loi de la peur » (qu’il oppose fermement à la loi du silence). Car sans victime qui se manifeste, il n’y a pas d’enquête. M. THIEL semblait optimiste à l’époque où il a rédigé ce livre (2002), à nous de faire la somme aujourd’hui…

Ce livre parle bien évidemment des données et spécifiquement du FNAEG[6] qu’il a vu naître avec l’affaire Guy George, qui selon lui a démontré l’importance d’un tel système[7].

Pour finir, je ne peux pas nier les petits piques à la communauté des droits de l’homme. Il ne dénigre par leur nécessité (c’est évident !) mais souligne parfois leur étrange silence (notamment sur le cas Corse) ou absence.

Ce livre nous fait vivre les ressentis, les craintes, les joies, les peines, mais aussi l’humanité d’un magistrat. Ils ne sont que des Hommes ! Ce livre est enivrant, ponctués à chaque instant de précision par les affaires qu’il a traitées. Pour conclure, et vous inciter à le lire, et pour comprendre les enjeux qu’il recèle, je ne peux pas faire mieux que de vous citer une phrase limpide et toujours (ô combien !) d’actualité pour un livre écrit en 2002 : « La justice est devenu un pur produit de consommation médiatique ». A chacun d’en tirer les leçons qu’il voudra…»

 


[1] En 1857, 37 millions d’habitants pour 6254 magistrats. En 1998, 58.2 millions d’habitants pour 6187 magistrats. En 1981, 2.800.000 crimes et délits. En 1992, 4.000.000 crimes et délits.

[2]  Il cite notamment l’affaire BOURIEZ.

[3] Comment rendre justice si la justice n’est pas jugée respectable ?

[4] Affaire du financement du parti socialiste, avec la suspicion de financement par le général NORIEGA.

[5] Affaire CHALABI

[6] Fichier national des empreintes génétiques

[7] « Plus que de long discours, cette fiction démontre la nécessité absolue de conserver dans le fichier génétique les profils des personnes suspectées, et non pas seulement condamnés définitifs, si l’on veut effectivement faire de l’outil crée par la loi du 17 Juin 1998 un instrument efficace de prévention de la récidive ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *