Rapports et mémoires de master: quelques conseils

La fin de l’année universitaire rime avec soutenances : rapports de stages et mémoires donnent parfois le tournis à l’enseignant-chercheur qui doit ingurgiter énormément de pages en peu de temps. La difficulté est renforcée par la coexistence de ces soutenances avec les autres obligations professionnelles (recherches, tâches administratives, corrections, rédaction) voire extra-professionnelles (on dit que certains sont devenus pères pendant les périodes de soutenance !). L’exercice est éminemment formateur pour l’étudiant, confronté à la rédaction d’un travail conséquent, parfois précurseur d’une future thèse, obligé de soigner l’expression de sa pensée, d’obéir aux règles de l’exercice, de construire une pensée, etc. Mais l’exercice est également formateur pour l’évaluateur : chaque rapport de stage, chaque mémoire est l’occasion d’enrichir ses connaissances, de voir un étudiant construire un raisonnement, de prendre connaissance de règles jusque-là ignorées, d’appréhender des contraintes concrètes. Aussi, même si la répétition peut sembler rébarbative, on en sort toujours enrichi.

Les perles des copies, déjà mentionnées ici ou , pourraient connaître des développements nouveaux : perles de mémoires, perles de soutenances… Mais là n’est pas l’objet de ce billet. Il est surtout l’occasion de dresser quelques conseils méthodologiques sur cet exercice particulier. On trouve nombre de conseils sur la présentation des rapports et mémoires. Hervé Causse a consacré plusieurs billets au rapport de stage, aux dangers du plagiat, au plan en deux parties ; Gilles Guglielmi met à disposition des conseils de méthode pour l’élaboration des mémoires de master ; et l’on ne compte plus les sites regorgeant de conseils. Il ne s’agit pas ici d’être redondant, mais peut-être d’ajouter une pierre à l’édifice à partir de quelques constats dressés.

Les internets regorgent de conseils méthodologiques

Les internets regorgent de conseils méthodologiques

On sait que le document doit comporter une couverture et une page de garde : les deux doivent être identiques. Sur ces pages, on trouve l’indication de l’université de soutenance, de l’UFR, de l’intitulé du mémoire ou du rapport, de la date de soutenance (si elle est connue au jour du dépôt), du directeur des recherches ou du maître de stage. La formule sacramentelle « L’université n’entend ni donner aucune approbation ni improbation aux opinions contenues dans cette thèse. Les opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur » peut connaître quelques variations. Des remerciements peuvent être formulés. L’essentiel est qu’ils soient sincères : ils sont trop souvent dithyrambiques ou hypocrites. Certains ajoutent une dédicace : je n’y suis guère favorable pour un mémoire ou un rapport de stage, mais il ne s’agit pas d’une franche hostilité. La liste des abréviations vient ensuite.

Jusqu’ici, tout va bien. Arrive alors le sommaire. Si l’on en croit le Trésor informatisé de la langue française, un sommaire est une « analyse écrite ou orale, se limitant aux points essentiels et qui rend compte d’une information ou d’un texte donnés ou qui sert de base à un développement ultérieur ». Le sommaire est une sorte de mini table des matières : il doit tenir sur une seule page et indiquer les principaux développements. Surtout, on fera attention à indiquer les pages de ces développements. Le sommaire est fondamental : la lecture du sommaire permet de connaître le plan retenu. Cette première appréhension est importante : la qualité du plan, le soin apporté aux intitulés sont autant d’indications de la qualité générale du travail. Les développements peuvent certes être décevants, mais, le plus souvent, la première impression n’est guère démentie par la suite.

Continuons la lecture, qui s’effectue pour ma part à la fin, en examinant la bibliographie. Une bibliographie est un élément incontournable. Pour être tout à fait franc, il me semble que l’on peut noter un mémoire de master à partir de cet élément. Sur la forme, la bibliographie est révélatrice de la rigueur du rédacteur, qui aura pris soin d’effectuer une présentation ordonnée des ressources utilisées (ou consultées). Il faut alors respecter quelques règles simples et se fier à un système de citation. Sur le fond, la bibliographie est révélatrice de la démarche du rédacteur. L’absence de manuels ou ouvrages généraux est souvent annonciatrice d’une absence de réflexion globale. L’indication de sites entiers, de portails n’est d’aucune utilité, quand elle n’est pas contre-productive : indiquer dans une rubrique « sites » www.legifrance.gouv.fr signifie que l’on a lu tout ce site ; indiquer www.wikipedia.org montre que l’on a quelque peu négligé les ressources doctrinales habituelles. On a même pu voir des références à des sites loufoques… Un article paru sur un site ne se distingue guère d’un article paru dans une revue papier : il faut indiquer l’auteur, le titre de l’article, la revue (ici, le site), l’année, etc. En lisant la bibliographie, on peut voir si le candidat s’est contenté d’exploiter un moteur de recherche ou s’il est allé dans une bibliothèque. Les thèses, les mélanges sont des ressources importantes, qu’il faut exploiter.

Ne pas se contenter des ressources facilement accessibles

Ne pas se contenter des ressources facilement accessibles

Il est alors temps d’attaquer la lecture de l’introduction. Une introduction trop courte est décevante : elle est le signe que beaucoup de points n’ont pas été envisagés et, trop souvent, que le premier chapitre de la première partie constitue en réalité une introduction. Une introduction doit être enlevée, élégante, pour appâter le lecteur : gare aux citations grandiloquentes, mais les références littéraires ou cinématographiques peuvent être bienvenues, si le sujet s’y prête. Au-delà de l’introduction, les transitions et annonces sont également importantes : trop souvent négligées, elles permettent pourtant au lecteur de connaître à l’avance ce qui va être démontré, de savoir où il se trouve, etc. Toutes les subdivisions doivent ainsi faire l’objet d’annonces soignées. Quant aux développements, ils seront évidemment structurés, clairs, précis. L’appareil scientifique (i.e les notes de bas de page) est indispensable : il permet de sourcer les propos, d’apporter des justifications importantes, de renvoyer à des opinions concordantes (ou non), voire de consacrer quelques lignes à des aspects accessoires au sujet.

Quand je mets une référence dont je ne suis plus très sûre en note de bas de page, et que j’espère que personne n’ira vérifier (cielmondoctorat)

Quand je mets une référence dont je ne suis plus très sûre en note de bas de page, et que j’espère que personne n’ira vérifier (cielmondoctorat)

Il ne faut pas hésiter à faire œuvre de proposition. De même, une démonstration doit être construite, au risque de tomber à plat : affirmer une chose avec la force de l’évidence, sans prendre le soin de justifier les propos, d’exposer le raisonnement, revient à s’exposer à une critique certaine.

Les annexes ne sont pas toujours utiles : elles doivent être pertinentes et on peut être bien avisé de les exploiter dans les développements. S’il ne s’agit que de reproduire des textes législatifs ou réglementaires, il vaut mieux éviter. S’il s’agit d’illustrer le propos, ou de permettre l’accès à un document rare, c’est déjà plus intéressant. Quoiqu’il en soit, formellement, les annexes figureront avant la table des matières.

Vient enfin la soutenance à proprement parler, qui entre pleinement dans la note qui sera attribuée. Un petit discours introductif est demandé : inutile de répéter ce qui a été écrit. Il vaut mieux s’attacher au contexte du travail, aux difficultés rencontrées, à ses points forts. Les membres du jury prennent ensuite la parole. Certains posent finalement peu de questions ; d’autres procèdent parfois à un examen de connaissances (signe que le rapport ou le mémoire présente des lacunes). Il faut bien évidemment se défendre, mais ne pas tomber dans la mauvaise foi. Un étudiant avait rendu un mémoire ne comportant aucune bibliographie et avait cherché à expliquer qu’il s’agissait d’un choix : mal lui en a évidemment pris. Reconnaître ses erreurs, sans pour autant tomber dans une spirale d’excuses est un exercice délicat.

awkwrd

Quand ma soutenance est dans une semaine (cielmondoctorat)

Tout au long de la rédaction du mémoire, il faut essayer de respecter quelques règles élémentaires qui faciliteront grandement le travail : constituer la bibliographie au fur et à mesure (en utilisant au besoin des outils utiles, comme zotero), utiliser une feuille de style sont des éléments qui font gagner du temps. On voit encore ici ou là des tables des matières faites à la main, et l’on songe au malheureux candidat qui compte le nombre de points, en essayent de respecter l’alignement. Pendant la phase de recherche, d’élaboration du plan ou de rédaction, il ne faut pas hésiter à solliciter son directeur, qui pourra apporter de précieux conseils, de nouvelles orientations, indiquer des références, etc.

Le bon mémoire ou rapport est finalement celui qui fera le moins l’objet de remarques : voir un membre du jury arriver avec de nombreuses feuilles de notes n’est pas vraiment de bon augure.

Ces quelques conseils qui ne prétendent pas à l’exhaustivité, devraient guider la réflexion des candidats. Alors, certains peut-être s’inscriront en doctorat.

Quand tu es accepté en master recherche, que tu veux faire une thèse mais que tu tombes sur ciel mon doctorat

Quand tu es accepté en master recherche, que tu veux faire une thèse mais que tu tombes sur ciel mon doctorat


2 réflexions au sujet de « Rapports et mémoires de master: quelques conseils »

  1. Ping : Rapports et mémoires de master: quelques...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *