The Paper Chase (film): J. Bridges (à propos de l’enseignement du droit)

affiche_paper_chaseEt si l’on regardait un film sur les études de droit pendant les vacances ? Il a déjà été question sur ce site de la question de l’enseignement du droit : sur ce qu’il pourrait être dans La Cuisine du droit ou dans Qu’est-ce qu’un grand juriste ?, sur l’hypothèse d’une contrefaçon appliquée à un cours de droit pénal, ou bien encore sur les travers de l’institution. Il a même été question de l’enseignement du droit aux Etats-Unis, dans cette note de lecture consacrée au livre de Duncan Kennedy : L’enseignement du droit et la reproduction des hiérarchies. Difficile de ne pas mettre ce dernier ouvrage en relation avec un film de 1973, réalisé par James Bridges et adapté d’un roman de John Jay Osborn Jr (une série télévisée a également été réalisée) : The Paper Chase (traduit maladroitement en français par La Chasse aux diplômes).

L’histoire est surprenante de banalité : il s’agit de suivre la première année de droit d’un jeune étudiant de Harvard (auparavant diplômé de l’Université du Minnesota), du premier cours aux résultats des examens. L’étudiant en question est James Hart, brillant étudiant, travailleur, qui, malgré une première expérience traumatisante en cours (v. l’extrait suivant), devient un inconditionnel de son professeur de droit des contrats, le glaçant professeur Kingsfield.

Le spectateur suit alors la vie de cet étudiant, éloigné de sa famille (dont il n’est d’ailleurs jamais question), surmené, impliqué et amoureux … de la fille de son professeur. Le film alterne alors scènes de cours et scènes personnelles. L’obtention du diplôme devient une obsession pour le héros (l’un des étudiants fera même une tentative de suicide). Obsédé par sa réussite et l’envie de plaire au terrible professeur Kingsfield, Hart travaille avec acharnement et se consacre corps et âme au droit des contrats. Il ira même jusqu’à consulter clandestinement les notes de ce professeur, précieusement conservées à la bibliothèque.

Les deux héros du film sont le professeur Kingfield et… la méthode socratique. Voici comment le professeur la décrit : « We use the Socratic Method here. I call on you, ask you a question… and you answer it. Why don’t I just give you a lecture? Because through my questions, you learn to teach yourselves. Through this method of questioning, answering… questioning, answering… we seek to develop in you the ability to analyze that vast complex of facts that constitute the relationships of members within a given society. Questioning and answering. At times you may feel that you have found the correct answer. I assure you that this is a total delusion on your part. You will never find the correct, absolute, and final answer. In my classroom, there is always another question… another question to follow your answer. Yes, you’re on a treadmill. My little questions spin the tumblers of your mind. You’re on an operating table. My little questions are the fingers probing your brain. We do brain surgery here. You teach yourselves the law but I train your mind. You come in here with a skull full of mush and you leave thinking like a lawyer ». Rien à voir, on l’aura compris, avec l’enseignement du droit dans nos Facultés, où le cours magistral reste la règle, articulé avec les travaux dirigés qui permettront aux étudiants de résoudre différents exercices. Elle se rapproche peut-être de la méthode utilisée dans certains séminaires de Master 2 où le faible nombre d’étudiants se prête davantage à ce genre d’exercice. Cette méthode aboutit surtout à un travail conséquent des étudiants qui doivent, avant chaque cours, étudier les cas sélectionnés par l’enseignant, les comprendre, pour pouvoir être à même de répondre aux questions posées.

Dans l’idéal, cette méthode permet de développer les capacités de réflexion, l’aisance dans la prise de parole, la compréhension des cas, etc. Mais, dans le film, on voit vite ce qu’elle peut avoir de terrible entre les mains d’un enseignant hautain, pétri de son importance et méprisant (v. l’extrait suivant). Malgré tous les efforts de Hart, il ne se souviendra jamais de son nom. Celui-ci espère pourtant avoir réussi à gagner l’estime de son professeur lorsqu’il se voit confier des recherches, mais il sera déçu, n’ayant pas réussi à effectuer à temps sa mission. Las, lors d’un bref tête à tête dans un ascenseur, après toute une année, le professeur ne daignera pas se souvenir de celui qui semble bien être son meilleur étudiant et son plus fervent admirateur. Pourtant, Hart ne lui en tiendra pas rigueur : il est le premier à se lever, à la fin de l’année, pour applaudir le professeur Kingsfield, entraînant tout l’amphithéâtre avec lui. On peut y voir un syndrome de Stockholm, ou, plus vraisemblablement, le fait que Hart a plus appris sur lui-même que sur le droit, grâce à ce cours : l’homme qu’il admirait comme juriste est peut-être celui qui a permis, par son exigence, à Hart de devenir un homme accompli. La scène finale en est la preuve : debout sur un rocher, face à l’océan, Hart envoie voler l’enveloppe contenant ses résultats, transformée en avion en papier.

Dans le cours du professeur Kingsfield, la méthode socratique aboutit à une classification drastique des étudiants, que James Hart explique à sa petite amie, Susan: «It’s very interesting to me how quickly the classes have divided up into three factions. One faction being the students who sit in the back. Given up sitting in their assigned seats, preparing the cases. […] The second group are the ones who won’t raise their hands or volunteer an answer, but will try when called upon. That’s where I am, right now, living in a state of constant fear. And then there’s the third echelon. The upper echelon. The volunteers. They raise their hands in class. They thrust themselves into the fray. I don’t think they’re smarter than anyone else but they have courage. And they’ll achieve the final recognition. The teachers will get to know their names and they’ll get better grades». Avoir des étudiants apeurés, voilà un projet pédagogique particulier…

Le cœur du film dépasse bien évidemment (et heureusement) l’enseignement du droit : cette chasse au papier est la chasse aux diplômes, aux livres, aux notes de cours, cette quête absurde dans un système qui en exclut beaucoup, comme le rappelle Susan à Hart : « You’re gonna pass because you’re the kind the law school wants. You’ll get your little diploma, your piece of paper that’s no different than this, and you can stick it in your silver box with all the other paper in your life. Your birth certificate, your driver’s license, your marriage license, your stock certificates and your will ».

De manière plus anecdotique, le film est également marquant car il réussit à montrer la soif d’apprendre des étudiants du petit groupe d’études : passionnés par leurs études, ils apprennent avec envie. « Though I walk through the valley of the shadow of ignorance, I shall fear no evil for the law is with me », dit Hart lors d’une effraction nocturne dans la bibliothèque pour récupérer un livre dont il a besoin. L’envie devient obsession car ils en oublient de vivre et excluent presque malgré eux ceux qui ne les suivent pas, qui ne correspondent pas au stéréotype de l’étudiant en droit. C’est évidemment l’amour qui sauve James Hart et lui montre la voie de la sagesse. La morale du film peut être plus prosaïque, comme il est dit dans le film : « Nothing makes you hornier than studiying ». A bon entendeur !

NB : j’ai eu connaissance de ce film grâce à Tis et Livia : merci!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *