13/11/15

paris-316695_640Les assassinats de Paris qui ont eu lieu ce vendredi 13 novembre marqueront à jamais l’histoire de notre pays. Face à l’horreur de ces attaques, les réactions se multiplient, contradictoires, confuses, parfois inopportunes. L’indécence de certaines réactions laisse pantois et fait craindre le pire : le pire pour l’avenir si de nouvelles attaques ont lieu ; le pire pour le passé si les acquis des droits de l’homme sont remis en cause. Le sentiment d’irréalisme qui découle du comptage des morts, de la couverture médiatique des évènements, des explications toutes faites de ces crimes peut rapidement faire perdre pied à la raison. Pourtant, il ne faut pas céder à la tentation de l’irrationnel. Il n’y a rien d’irrationnel dans les actes commis, tout montrant au contraire une préméditation incroyable. Il n’y a rien de rationnel à réclamer des internements, légitimer le port d’armes, invoquer un laxisme judiciaire, demander une expulsion d’étrangers en situation irrégulière et autres idioties qui ne révèlent qu’une démagogie crasse. Il est en revanche rationnel de réagir, de punir et de prévenir. Mais il faut espérer que l’horreur des assassinats ne donne pas naissance à la vengeance, l’exclusion et la haine.

Le sentiment d’impuissance est palpable. Chacun peut toutefois, à sa mesure, contribuer à la compréhension et à la réaction. L’Université a un rôle évident à jouer, pour tenter de donner des clés de compréhension et de réflexion, sinon de convaincre, car il serait faux de penser que l’unanimité est possible. Nous notons, évaluons, examinons mais sommes surtout là pour former à l’esprit critique, livrer des clés, apprendre et discuter. Ce rôle peut sembler illusoire et vain, mais les manifestations de l’ignorance doivent être combattues. La tâche est délicate : il sera toujours plus difficile d’expliquer que la force et la beauté du droit résident dans le respect de son cadre que d’appeler à la déraison. Nos armes sont simples et dérisoires : elles participent pourtant au recul de l’obscurantisme et doivent donc être affutées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *