Vers la fin du handicap ? sous la direction de Joël Gaillard et Bernard Andrieu

En septembre 2010 est paru un ouvrage collectif, sous la direction de Joël Gaillard et Bernard Andrieu, aux Presses Universitaires de Nancy, dans la collection Epistémologie du corps, intitulé : Vers la fin du handicap ? Pratiques sportives, nouveaux enjeux, nouveaux territoires.

L’ouvrage est assez surprenant : son sous-titre ne laisse pas penser qu’une partie est consacrée aux « juridiciarisations » du handicap, comprenant une contribution sur « Le droit pénal et la perception des personnes handicapées », de ma plume (même si une erreur attribue cette contribution à quelqu’un d’autre).

Voici le texte de la quatrième de couverture :

« Le club, l’école sont des micro-sociétés, des endroits de socialisation dans lesquels se réalise l’apprentissage de la relation à l’autre. La personne handicapée est un individu qui occupe une position socialement reconnue comme extérieure, différente voire inférieure par rapport à celle des autres membres de la collectivité. En fait, elle subit un phénomène d’exclusion sociale. Considérant l’ambigüité et l’indétermination dans lesquelles se trouve placée la question de l’intégration des personnes handicapées « entre inclusion souhaitée et pratiquée et exclusion (mise à l’écart), constatée, rédhibitoire » et à partir de nos expériences d’accompagnement sportif, l’ambition de cet ouvrage et de penser une meilleure approche de différentes notions telles que l’exclusion, le territoire. Cet ouvrage se propose d’établir des constats sur la réalité de l’intégration par le sport, à travers les politiques et les dispositifs mis en place pour favoriser ce phénomène. Ce sont ces aspects particuliers pris en compte dans la loi du 11 février 2005 que nous abordons dans une première partie.

La virtualisation des corps aujourd’hui est une nouvelle étape dans la fin du concept de handicap. En devenant hybride, le corps du sujet se libère de la contrainte naturelle en intégrant la communauté des corps métissés. Le concept d’hybride ne se réfère plus au monstre, à l handicapé, à l’infirme car il intègre le fauteuil, la greffe ou la technologie dans le fonctionnement même du corps. Le schéma corporel de l’hybride constitue une expérience propre, efficace et fonctionnelle qui doit être décrite en première personne afin de comprendre les modifications de l’image du corps, de l’estime de soi, des performances du corps hybride. De nouveaux enjeux se dessinent alors, c’est tout l’enjeu de la deuxième partie de cet ouvrage« .


Une réflexion au sujet de « Vers la fin du handicap ? sous la direction de Joël Gaillard et Bernard Andrieu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *