L’universitaire dans tous ses états, André Cabanis & Michel Louis Martin

Récemment paru aux éditions Klincksieck, dans la collection Hourvari («Cri des chasseurs ou sonnerie de trompe pour ramener les chiens tombés en défaut», ou bien encore «Ruse d’une bête traquée consistant à revenir sur ses voies pour mettre les chiens en défaut», Trésor informatisé de la langue française), l’ouvrage de Messieurs André Cabanis et Michel Louis Martin mérite le détour. Pour comprendre le propos des auteurs, il suffit de se rapporter à la présentation de la collection : « Toute action, au départ habile ou avisée, peut produire de la bêtise. Toute pensée, si intelligente soit-elle, peut, en se pétrifiant, en se répétant et déclinant, devenir bête. Car la bêtise n’est pas une essence : elle est potentiellement incluse dans tout geste et toute posture, à l’état latent, finalement réveillée par on ne sait quoi : la répétition ? le seuil d’incompétence ? la volonté de plaire ? la mauvaise foi ? Peut-être simplement par ce moment où, paresse ou habitude, on arrête de penser ce qu’on fait, ce qu’on croit. Dans cette collection, des écrivains nous rappellent qu’il n’existe pas de remède à la pétrification de la pensée et que tenir la bêtise à distance exige de constants exercices de vigilance. Leurs essais sont moins des pamphlets que des avertissements et des appels à la responsabilité intellectuelle. Des sortes de «coins» dans la pensée contemporaine. De stimulants éloges de la liberté d’esprit ».

L’éditeur rappelle avec raison David Lodge, qui a croqué avec tout autant de bonheur le monde universitaire. Il ne s’agit donc pas d’une réflexion sur le métier d’universitaire, de réflexions sur la LRU, de propositions d’améliorations, mais bel et bien d’un ouvrage d’humeur ou l’agacement cotoie le plaisir, et de l’écriture, et de l’exercice du métier d’enseignant-chercheur. Le style, très enlevé, parfois précieux (les auteurs seraient-ils de ces dandies dont ils parlent p. 47 ?) croque avec délice les travers des collègues et de l’institution.

Pour qui a eu l’occasion de fréquenter assidument la Faculté de Droit de Toulouse, l’on ne peut s’empêcher de songer que les exemples cités sont bien souvent tirés de la Ville Rose. Mais les illustrations sont universelles, qu’elles concernent les collègues (celui «dont la voix porte plus loin qu’elle ne pense» (p.49)), les manies, la typologie des directeurs de thèses, le rôle de l’expertise vue comme un retour à l’inspection des universitaires, ou bien encore les précieuses excuses fournies pour le rédacteur d’un ouvrage ou d’un article.

Le trait caricatural en agacera certains et tous les collègues ne se retrouveront pas dans l’ouvrage, ce qui serait dommage. L’humour des auteurs est suffisamment général pour viser tout le monde sans vexer personne et la lecture s’apparente à une mini-évaluation de ses propres travers, invitant à s’améliorer sans doute plus efficacement que n’importe quelle autre méthode.


4 réflexions au sujet de « L’universitaire dans tous ses états, André Cabanis & Michel Louis Martin »

  1. voyages,voyages

    Cabanis et Martin sont à leur summum ! Quel bonheur que d’apprendre que le tome 2 (Blazer public, Blazer privé) est aujourd’hui en préparation …

    Répondre
  2. Georges L. Martinezzz

    Ce livre est une pure merveille, du genre de ces gâteaux aromatisés à l armagnac dont l’on de délecte aussi bien sur que sous la table

    Répondre
  3. lolotteB

    J’ai adoré lire Lodge et j’ai adoré ce livre de Cabanis et Martin. Je ne l’ai pas trouvé pédant, au contraire. Il n’a pas vocation à être sociologique, pamphlétaire, pompeux…c’est un fourre tout, un inventaire quasi ethnologue, et très farfelu. Et ayant été étudiante à Toulouse 1, certaines descriptions sont effectivement frappantes….c’est un régal de mettre des visages(et quels visages!) sur certains modèles du livre !!

    Répondre
  4. fischer

    Loin de croquer les travers des collègues, il s’agit en réalité d’un bel exemple d’auto critique!
    quelle lucidité sur eux-mêmes. C’est tout à leur honneur.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *