L’enseignement du droit et la reproduction des hiérarchies, D. Kennedy

C’est un pamphlet mordant, traitant d’une «blague orchestrée» (p.8) que les éditions Lux donnent à lire aux francophones : l’ouvrage de Duncan Kennedy, L’enseignement du droit et la reproduction des hiérarchies, ne peut qu’interpeller tout enseignant-chercheur. L’essai n’a rien à voir avec la vision de L’Universitaire dans tous ses états dont il était question il y a peu, tant la vision de Duncan Kennedy se veut militante, combattante, voire révolutionnaire.

L’ouvrage – qui a déjà fait l’objet d’une «invite à lire» et d’une recension dans L’Humanité – a été écrit en 1982 par le titulaire de la chaire Carter de théorie générale du droit à l’Université Harvard. Mordant, l’essai l’est certainement, le droit y étant présenté comme un «instrument au service d’une force établie» (p. 9) et les facultés apprenant aux étudiants à se conditionner pour la servilité (p. 87). Le propos n’est pas inconnu en France, même si la pensée de Duncan Kennedy vise à dépasser le constat de la reproduction pour insuffler de la contestation dans les esprits. Le titre de l’ouvrage est éminemment réducteur : ce n’est pas uniquement de l’enseignement du droit dont il est question, mais bien d’une réflexion sur la hiérarchie, vue comme une injustice fondamentale en ce qu’elle se reproduit et, avec elle, les inégalités qu’elle induit (p. 117). Si le système se perpétue, c’est parce que les étudiants le recréent, au barreau ou ailleurs (p. 57), refusant ainsi tout «progressisme» : «se conditionner pour la servilité sert aussi à se conditionner pour la domination» (p. 87).

Mais l’ouvrage est également plus limité qu’il n’y paraît car il concerne essentiellement le système d’enseignement américain. L’auteur invite à développer une pensée de gauche, afin de lutter contre la domination de l’homme blanc dans les facultés et contre le déterminisme social et universitaire, qui dépend en grande partie de la réputation de la faculté. Tout n’est donc pas transposable au système français, mais bien évidemment, l’évolution des politiques de l’Université, les classements incidents qu’elle sous-tend, les interrogations sur l’engagement politique des enseignants et étudiants, l’évaluation, le recrutement universitaire, sont autant d’éléments qui enrichissent la connaissance du système universitaire français par la connaissance de ce qui existe outre-Atlantique.

C’est avant tout la méthode de l’enseignement à partir de «cas» – la fameuse maïeutique – qui est remise en question : elle participerait de la dépolitisation du droit, en privilégiant une présentation orientée des solutions retenues. La mécanique de la servilité existerait dès la première année, puis lors des cours, des évaluations, de l’intégration dans une revue juridique, de la participation à une clinique juridique, jusqu’à l’exercice de la profession d’avocat.

L’engagement et le manichéisme de l’essai en font les faiblesses : l’on ne peut s’empêcher de trouver étrange qu’un auteur si prompt à dénoncer l’endoctrinement idéologique adopte des techniques de propagande si visibles. Néanmoins, il apparaît évident que ni l’enseignement ni les enseignants ne sont neutres : la vision apportée, le rituel adopté, la méthode privilégiée greffent indéniablement des messages dans l’inconscient des acteurs du système. Les marques de respect, les positions doctrinales, la hiérarchie entre les collègues, etc. sont autant d’indicateurs sur la valeur d’un individu, la manière dont il peut dénigrer les autres ou le privilège qu’il donne à une profession plutôt qu’à une autre.

Si l’on peut donc ne pas partager le point de vue de l’auteur, il faut toutefois le voir comme une (forte) invitation à l’analyse des pratiques, sinon à leur remise en cause, une (lourde) incitation à la méfiance lorsque l’exemple américain est mis en avant («A beau mentir qui vient de loin» rappelait le doyen Carbonnier). Jus est ars boni et aequi : si le droit est l’art du bon et de l’équitable, il faut donc éviter la démesure et privilégier la sagesse inhérente à cette discipline.


3 réflexions au sujet de « L’enseignement du droit et la reproduction des hiérarchies, D. Kennedy »

  1. Ping : Tweets that mention L’enseignement du droit et la reproduction des hiérarchies, D. Kennedy | Sine lege -- Topsy.com

  2. Marin Dacos

    Merci pour ce compte-rendu très équilibré, d’un ouvrage dont j’ignorais l’existence, et dont le sujet est très intéressant. Savez-vous s’il existe des études sociologiques sur l’enseignement du droit en France ou en Europe?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *