Quand les chercheurs discutent avec les professionnels de la recherche

Dans le cadre d’une formation organisée par MEDIAL, j’ai eu l’occasion d’intervenir avec deux collègues publicistes auprès des personnels de la bibliothèque universitaire de Droit, Sciences économiques et Gestion.

Cette formation poursuivait plusieurs objectifs:

  • Présenter les principaux parcours des études en Droit, principalement pour la Licence.
  • Présenter les méthodes de travail employées par les enseignants responsables des cours magistraux ou des travaux dirigés.
  • Présenter les grands principes du droit privé, du droit public et du droit communautaire et international.

A priori, il s’agissait de vulgariser les connaissances juridiques pour en présenter la substantifique moelle. Rien de neuf sous le soleil.

Et pourtant, au fil des questions et des attentes du public qui assistait à cette formation, de réels intérêts communs sont apparus. Les étudiants, tout d’abord : l’enseignant a devrait avoir le souci de la réussite de ceux auxquels il s’adresse; les bibliothécaires ont celui de fournir les renseignements appropriés, d’orienter les recherches, etc. Les chercheurs, ensuite : l’enseignant est également chercheur et a donc des besoins spécifiques; le bibliothécaire est un professionnel de la recherche et est donc un partenaire indispensable. L’Université, enfin : il est particulièrement regrettable que l’UFR ne soit pas en étroite relation avec le SCD et ses bibliothèques surtout quand, comme c’est le cas à Nancy, seul un parking sépare les deux bâtiments. La politique documentaire des bilbiothèques est, il est vrai, satisfaisante, mais échanger des informations ne peut que participer à son amélioration. Chacun a sans doute une anecdote sur ce trésor retrouvé au fond d’une poubelle de la BU, jeté parce que jamais consulté : comment en vouloir aux « désherbeurs » si personne n’a jamais mentionné l’intérêt de l’ouvrage ?

Les outils sont nombreux qui permettent de rechercher l’information.

Début de la publicité

L’un est encore méconnu, mais ne saurait le rester.

Fin de la publicité

D’autres sont connus, mais mériteraient d’être harmonisés : il s’agit des bases de données des éditeurs juridiques. Des réflexions peuvent également être menées sur la faible place des archives ouvertes dans le domaine juridique, sur la concertation entre enseignants, doctorants, étudiants, bibliothécaires, etc. Chacun a bien souvent une idée sur la marche à suivre : les mettre en commun ne peut qu’améliorer les conditions de travail de tous.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *