Une nouvelle section au CNU ?

Source : http://www.gamekult.com/jeux/image-criminology-J000094977-ME0001065607i.html

La criminologie est difficile à définir (v. R. Gassin, Criminologie, Paris : Dalloz, 6e éd., 2007). Lorsqu’une chaire de criminologie est créée au CNAM et qu’elle est attribuée à des personnalités très contestées, les réactions sont vives. Que dire alors de la possible création d’une section du Conseil National des Universités dédiée à la criminologie ?

La criminologie est enseignée dans de nombreux États, ce qui n’est pas le cas en France. Elle peut certes faire l’objet de cours durant les cursus universitaires, et l’on trouve de nombreux Instituts de criminologie et des diplômes universitaires de criminologie. Le contenu de ces diplômes est souvent identique : cours de droit pénal, procédure pénale, pénologie, mais également de police technique et scientifique, de psychiatrie médico-légale. Mais l’on peut adjoindre à la criminologie d’autres disciplines, parmi lesquelles l’économie, la sociologie, la psychologie, l’urbanisme, etc. Dès lors, est-il justifié de réunir toutes ces disciplines au sein d’une section CNU, en prenant pour prétexte qu’elles ont un objet d’études commun, la délinquance ?

Ce projet serait à l’étude et considérablement avancé, ce qui a conduit à une mobilisation de nombreux enseignants-chercheurs pénalistes convaincus de l’inutilité, voire du danger d’une telle perspective. Les raisons précises de l’opposition à ce projet devraient être reprises prochainement dans une revue juridique, mais ce carnet de recherches peut servir de relais pour exposer, brièvement, les arguments s’opposant à la création d’une énième section du CNU.

Détournement http://hollywood.logeek.com/create.php

Ce qui marque avant tout est le manque total de réflexion et de recul, nécessaires préalables à la création d’une telle section. On ne connaît en effet pas l’importance quantitative des travaux susceptibles de relever de cette discipline. En outre, les effets de la création d’une telle section sont inconnus : le risque serait que les pénalistes soient détournés des facultés de droit, tout comme les sociologues, médecins, historiens, etc. On peut également relever qu’il est curieux de créer une section universitaire en raison de la communauté d’objet de l’étude : créer une section commune à ceux qui étudient le phénomène criminel, pourquoi pas, mais alors, il faudrait également créer une section dédiée à la pauvreté, à l’enfance, à la sexualité, etc. Or, de telles démarches ne sont, dans le cadre français, scientifiquement viables que parce qu’elles sont pluridisciplinaires, qu’elles permettent la confrontation de différents points de vue. Bien heureux celui qui se prétend criminologue puisqu’il est spécialiste de droit pénal, de procédure pénale, de pénologie, de sciences pénitentiaires, de psychiatrie, de psychologie, de sociologie, d’histoire, d’urbanisme, etc. La criminologie est assurément intéressante et doit sans doute être développée si cela répond à un besoin réel. Ce serait la desservir, et toutes les disciplines qu’elle concerne, que de créer, ex nihilo, une section CNU réunissant les «criminologues».


8 réflexions au sujet de « Une nouvelle section au CNU ? »

  1. Guillaume B.

    Je viens de lire les raisons de l’opposition des pénalistes à la création de cette nouvelle section au Dalloz. Je dois dire que, bien que pourtant pas très favorable à la perception de la criminologie (que j’enseigne) comme une discipline comme une autre, je n’ai pas vraiment été convaincu par ces quelques lignes. Elles laissent l’impression d’un corps qui fait bloc contre l’essor d’une discipline qui ne les intéresse pas vraiment.

    Indépendamment des considérations de méthode, sur lesquelles les pénalistes font mouche (même en ne disant qu’à demi-mot qu’il s’agit de créer une section pour faire plaisir un seul homme), pourquoi ne pas laisser ceux qui prétendent faire de la criminologie une vraie discipline faire le preuve quitte, ainsi, à faire des pénalistes qui n’en sont pas vraiment (je veux dire des pénalistes qui ne sont pas vraiment des pénalistes) des criminologues ?

    Ce qui me heurte, c’est que dans la liste des signataires, il y a clairement des pénalistes qui se soucient très peu de la criminologie, et d’autres qui se soucient très peu du droit pénal…

    Répondre
    1. Pénaliste

      Pourquoi ne pas poser la bonne question: celle de l’inutilité de TOUTES les sections CNU. Les Conseils Nationaux des Universités sont une abberation française, encourageant népotisme et clientélisme.

      Faites un test: examinez les listes des publications des membres des CNU (tous les CNU!): les CNU regroupent souvent dans leur discipline le taux le plus élevé de « non publiant » (c’est-à-dire en revues A ou B, et non dans les revues où ils sont membres du Comité Editorial ou Rédacteur en Chef)…

      Ce débat est inepte.

      Répondre
  2. lolottebanane

    La criminologie (telle qu’elle est enseignée à l’université ; pour ce qui est de la pratique je ne me prononcerai par sur le débat) m’a toujours apparue comme une matière de charlatans. Certes j’en ai un a priori négatif à cause du prof qui me l’avait enseigné mais son problème est qu’on ne sait pas où la ranger. Science humaine, elle ne fera que montrer ses limites apparaissant plutôt comme une synthèse de travaux de socio, philo, psycho sur le délinquant (je pense que sur le plan purement intellectuel la crimino n’a strictement aucune crédibilité); science sociale il faudrait alors déterminer son but : prévenir la délinquance (ce qui serait plutôt de la politique criminelle, et ce qui m’apparait plus dangereux)? Expliquer pourquoi il y a une délinquance ? Son rapprochement avec le droit pénal est souvent peu convainquant. Je crois que la seule matière qui pourrait vraiment être crédible à l’université serait d’enseigner une histoire de la criminologie.

    Répondre
  3. Marie-Anne Paveau

    ce billet pose bien des questions qui concernent la notion de discipline et son fonctionnement en général, merci de les ouvrir, ce n’est pas si fréquent
    je trouve que le problème qui est aussi posé est celui de la confusion entre discipline et pratique, la criminologie me semblant plutôt du côté de la pratique, comme, chez moi en linguistique, la « linguistique de corpus » par exemple, qui est une pratique de la linguistique, et non « une » linguistique
    or on sait tous (enfin j’espère) que la construction d’une discipline demande des années voire des dizaines d’années avec toutes les étapes : les premiers linéaments, puis la formulation des savoirs, puis la disciplinarisation des savoirs, etc. c’est long, souvent difficile, et ça résulte de choix et de conflits avec les disciplines existantes
    effectivement vouloir ouvrir une section criminologie au cnu c’est confondre l’objet de la science et la science – on a actuellement quelque chose comme ça en linguistique, qui concerne la criminologie d’ailleurs : la « linguistique légale » semble avoir envie de se constituer en (sous)-discipline, alors que ses tenants eux-mêmes précisent que les méthodes scientifiques ne changent pas et que le « légal » est celui des contextes d’intervention
    en tout cas ça promet une situation cocasse : aux jurys des premières thèses de « criminologie », il n’y aurait personne de la nouvelle « discipline », sauf la personne nommée au cnam, qui, d’après le lien que vous donnez, est effectivement très contestée (le texte est assez musclé…)
    marie-anne paveau, la pensée du discours

    Répondre
    1. Vanessa

      en a-t-on maintenant, si ce n’est pas la peaurvte9 qui en est en partie la cause ? Le point important est en partie la cause . Et l’e9chelle des priorite9s lorsque l’on traite un proble8me.On voit bien par exemple dans les cite9s qu’un certain e9tat d’esprit re8gne consistant e0 promouvoir les solutions criminelles comme e9tant les solutions les plus viables. Les premiers de la classe ou meame simplement celui qui fait des efforts pour s’en sortir est d’abord raille9, ensuite opresse9 de diverses manie8res pour ne pas dire perse9cute9 par des e9le9ments qui ont clairement fait leur choix.Ensuite, le travail non seulement manuel, mais tout simplement honneate est caricature9 et de9conside9re9 les habitants locaux souhaitant travailler honneatement sont meame appelle9s des esclaves .Dans les faits, un SMIC avec un loyer mode9re9 ou pas de loyer du tout pour beaucoup de ces enfants qui vivent chez leurs parents est au dessus du seuil de peaurvte9 bien e9videmment. La perspective est ne9anmoins caricature9e comme une forme d’esclavage. Le he9ros local, c’est Scarface un petit truand qui devient roi de la pe8gre. Quelues mois de tf4le ferme sont une fierte9. Bien entendu, ceux qui caricaturent ou ceux qui insuflent cet e9tat d’esprit sont implique9s dans les divers trafics.Et la priorite9 est clairement le re9investissement de ces quartiers (par la force si ne9cessaire mais pas seulement) et imme9diatement derrie8re un e9norme effort sur l’e9ducation et la rehabilitation de l’environnement.Pour re9pondre e0 Thais, Ozenfant re9pond tre8s bien, en fait. Il est sur, qu’il existe un phe9nome8ne de de9placement, c’est meame un effet quasiment automatique. Sauf que, le crime ne prospe8re vraiment qu’au coeur des grandes cite9s. L’influence imme9diate des criminels dans une zone, en fait d’entrainement, de protection du territoire , de recrutement, d’exemple, d’incitation, de cliente8le e9galement, l’instauration de re9seaux, etc. sont des facteurs qui font que le crime, la de9linquance ne se de9place pas de fae7on bien organise9e comme si on de9plae7ait le sie8ge d’une socie9te9 d’un endroit e0 un autre. De la meame manie8re, dans une zone de9barasse9e des re9seaux, la moindre activite9 suspecte se voit, peut eatre traite9e imme9diatement sans grands efforts e0 de9ployer, etc. L’intole9rance de la population est e9galement beaucoup plus grande vis-e0-vis du crime. L’arrive9e du crime dans une zone non criminalise9e ne se passe pas non plus sans re9action. Egalement, les exemples de re9ussites (si les solutions envisage9es ne sont pas uniquement re9pressives) font valeur d’exemples qui contre balancent la pression criminelle. Donc diminue de fait la population delinquante. Il y a des facteurs psychologiques inte9ressants e0 e9tudier dans ce domaine. Par exemple, quand on commence e0 de9conner, il est tre8s rassurant voir de9culpabilisant de voir que l’on est pas le seul.Pour ce qui est de la transplantation d’une me9thode e0 un autre endroit, c’est effectivement ni facile ni meame un gage de re9ussite. Ce que l’on oublie de faire souvent, c’est de9je0 d’avoir une vision large de la situation originelle, de ses causes fondamentales re9elles, des grands principes qui ont fonctionne9 et qui sont en ge9ne9ral simples, etc.

      Répondre
  4. Ping : Tweets that mention Une nouvelle section au CNU ? | Sine lege -- Topsy.com

    1. Jean-Baptiste THIERRY Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour ce lien que j’avais laissé passé et qui contribue à enrichir la controverse.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *