IVe rencontres Droit et cinéma : Le vote à l’écran

Au mois de janvier 2011, je relayais l’annonce d’un appel à participation pour les IVe rencontres Droit et Cinéma du 2 et 3 juillet 2011, à l’Université de La Rochelle.

Ce projet est particulièrement stimulant et j’ai donc soumis une proposition de communication sur le sujet suivant : «Légitimité de l’élu et du non-élu : à propos de The Dark Knight». Celle-ci a été retenue et c’est donc avec une joie non dissimulée que je participerai à la manifestation.

Pour mémoire, voici le texte de ma proposition :

«Le personnage du super-héros est l’archétype de l’individu non-élu qui permet de sauver les institutions démocratiques face au danger représenté par un « super-méchant ». Alors qu’il est habituellement doté de pouvoirs extraordinaires, il peut également être incarné par un citoyen aux caractéristiques « normales » (Iron man, Batman). Rares sont les films qui abordent la question de la légitimité du super-héros, puisque celle-ci, résultant de prédispositions génétiques, est généralement « naturelle ». Le Batman de Christopher Nolan représente à cet égard une exception puisque l’entier The Dark Knight repose sur la question de la légitimité du résultat d’un vote dans un contexte politique où le pouvoir officiel est précarisé par les actes de terrorisme : ce film est en effet une analyse filmique de la situation politique américaine après les attentats du 11 septembre. Le but de cette communication est d’analyser la manière dont la légitimité d’un vote est perçue, au travers de la relation qu’entretient le Batman avec Harvey Dent, d’une part, et le Joker, d’autre part.

Bruce Wayne, voulant servir d’exemple, se voit rejoint par une multitude de faux Batman, représentant les dangers de la justice individuelle. Il persiste malgré tout dans sa tâche et y est encouragé indirectement par Harvey Dent, le procureur élu de Gotham. Ce dernier est un fervent partisan de la suspension de la démocratie « à la romaine », comme il le rappelle lors d’un dîner avec Bruce, Natascha, sa compagne d’un soir, et Rachel : « Quand l’ennemi l’assiégeait, les Romains suspendaient [la démocratie] et nommaient un protecteur. Ce n’était pas un honneur, mais un service public ». Mais personne n’a élu le Batman, ce dont ce dernier est bien conscient : c’est la raison pour laquelle il choisira d’aider Dent dans sa collecte de fonds et, surtout, d’endosser la peau du méchant, assumant les meurtres commis par Harvey Dent devenu « Double-Face » : l’opposition entre les deux personnages est expliquée par le commissaire Gordon, lors de la scène finale. Parlant de Harvey Dent, Gordon évoque « un héros, pas celui que nous méritions, mais celui dont nous avions besoin », i.e celui qui a été élu. Harvey est honoré après sa mort pour avoir redonné à Gotham la sécurité et la moralité qui lui faisaient défaut, à cause de l’engluement des politiques publiques, d’un maire uniquement concerné par sa réélection (voir le procès monstre et l’argument que Harvey donne au maire : un mois de tranquillité avant les élections). Batman ne peut qu’être honni, endosser la peau du méchant parce qu’il n’a pas été choisi : il est le héros que Gotham méritait, mais pas celui dont elle avait besoin. En concentrant la haine de ses concitoyens, Batman devient la raison d’être du pouvoir, la justification de son action.

L’opposition entre le Batman et le Joker n’est pas si évidente que cela : tous deux sont des partisans de la légitimité de ce que les citoyens choisissent par le vote, mais alors que le premier croit à l’équité de ce qui sera voté, le second n’aspire qu’au chaos qui serait choisi par des citoyens apeurés. Le film lui donne d’ailleurs raison à plusieurs reprises : lors du vote – implicite – de la pègre pour lui accorder les pleins pouvoirs en vue d’éliminer le Batman ; lors du vote – spontané – exprimé par les participants à la conférence de presse de Harvey Dent (l’effet de son discours – « mais la nuit est longue avant qu’apparaisse l’aube. […] Un jour le Batman devra répondre de ses actes, mais à nous, pas [au Joker] » – qui commence à porter ses fruits, est renversé par l’appel populiste lancé dans la salle – « Assez de flics tués ! ») ; prime à l’assassinat du personnage qui a fait le choix de révéler l’identité du Batman. Mais ce dernier triomphe lors de la bataille finale : les passagers des ferrys, placés face à un choix impossible, et alors qu’ils ont tous voté pour faire exploser le bateau concurrent, sur lequel se trouvent leurs bourreaux potentiels, font le choix de la justice et de la raison, refusant le meurtre de masse au risque de leur vie (« Cette ville t’a montré que ses habitants sont vertueux »). Si le Batman triomphe, c’est grâce à sa vision raisonnée des pouvoirs qu’il détient : s’il reconnaît la légitimité du mensonge, de la dissimulation comme mode de gouvernance face à des situations extrêmes, ce n’est que dans le but de respecter la volonté des citoyens. C’est ce qu’il explique au commissaire Gordon : « Parfois la vérité ne suffit pas, parce que parfois les gens méritent mieux. Parfois les gens méritent mieux, parfois les gens méritent de voir leur confiance récompensée [alors qu’on voit Lucius Fox éteindre la machine à écoutes] » : comment mieux traduire la nécessité de respecter le vote exprimé par les citoyens, si besoin grâce au mensonge ? Là où le Batman triomphe – malgré les apparences, puisqu’il décide de devenir l’ennemi public numéro un, démontrant ainsi qu’il n’est pas si différent du Joker – , c’est par la limitation de ses propres pouvoirs (refuser l’étiquette de sauveur, abandonner sa volonté de servir d’exemple, contrôle des écoutes confié à Lucius Fox) : ce faisant, il démontre que la limitation du pouvoir entraîne son renforcement1, puisque la renonciation du Batman aux pleins pouvoirs assure de son sérieux quant au caractère temporaire de l’état d’exception qu’il représente»

1 B. Deffains, S. Ferey, Agir et juger, comment les économistes pensent le droit, éd. Panthéon-Assas, 2010, p. 39-40.


5 réflexions au sujet de « IVe rencontres Droit et cinéma : Le vote à l’écran »

  1. The Major Tom

    Je vous rejoins totalement en ce qui concerne l’illégitimité de la question du « joker ».
    Cependant, je me demande s’il ne faut pas voir à travers l’acte du prisonnier, un simple effet « dramatique », plein de « bons sentiments », visant à introduire simplement l’idée que finalement il faut avoir foi en l’homme et en sa rédemption. Un traitement un peu simpliste du propos mais que le cinéma hollywoodien (et non américain) a tendance à multiplier.

    Par ailleurs j’aimerais vous inviter à découvrir (si ce n’est déjà fait), une série télévisée (évidemment américaine), qui traite en grande partie, à mon sens, de la question de la légitimité de l’élu/non-élu.
    Il s’agit de la série « LOST », Notamment à travers:
    – la création d’une micro société et des rapports au sein de cette dernière.
    – le personne principal (Jack) devenant un meneur/dirigeant malgré-lui. (Est-ce celui dont ils ont besoin ou celui qu’il méritent? Ainsi que toutes les conséquences que sa position impliquent)
    – les rapports entre ces nouveaux arrivants regroupés en une « micro société » et les autres occupants de l’île.

    On pourrait éventuellement s’interroger sur la question de la légitimité quand le pouvoir officiel n’existe plus et/ou ne peut matériellement pas être mis en place.

    Répondre
  2. The Major Tom

    Il me semble que vous avez parfaitement raison en ce qui concerne l’illégitimité de la question posée.
    En ce qui concerne l’action du prisonnier….il faut aussi peut être y voir simplement une volonté de montrer que l’on peut avoir « foi » en l’être humain, notamment en sa rédemption, comme aime tant le montrer le cinéma hollywoodien. Après tout il s’agit d’un Batman…

    Néanmoins j’aimerais vous inviter regarder (si ce n’est déjà fait) une série télévisée (évidemment américaine) qui traite, à mon sens, en grande partie de la problématique de la légitimité de l’élu/non élu. Il s’agit de la série LOST, notamment à travers:
    la micro-société qui se crée, le personnage de meneur malgré lui que va endosser Jack (personnage principal) et de du rapport de cette nouvelle société aux autres groupes présents sur l’île…

    Répondre
  3. The Major Tom

    Article très intéressant et qui a le mérite de s’interroger sur le droit à partir de supports qui ne seraient pas évoquer ni cités et encore moins débattus dans l’univers juridique (qui a dit que le droit, notamment à la faculté souffrait parfois d’un parfum de conservatisme?)

    Je pense cependant que l’on pourrait également se questionner, concernant le thème de la légitimité, sur le passage où les passagers des deux ferrys décident de ne pas tuer leurs « concurrents ».
    Vous dites à ce sujet:  » [Ils]font le choix de la justice et de la raison, refusant le meurtre de masse au risque de leur vie ».

    Mais au regard de la scène, ne serait-il pas possible d’y voir une sorte de renoncement, du fait d’une absence de légitimité.
    Si pour le condamné, jetant volontairement le détonateur par dessus bord, la question d’un choix de la justice et de la raison semble parfaitement coïncider,la question se pose pour le passager citoyen.
    Ainsi après s’être dit prêt à se sacrifier, il renonce finalement au moment de devoir presser le bouton. Ne pourrait-on dès lors, pas y voir un renoncement qui aurait pour fondement une absence de légitimité (on exclu ici le débat moral sur le fait de tuer autrui). Car le personnage semble se questionner sur, justement, sa légitimité à décider du sort d’autrui. En somme qui est-il pour décider du sort de l’autre bateau, en quoi aurait-il le « droit » de décider, car au fond qu’est-ce qui lui prouve qu’il fait le bon choix (outre le vote fait sur le bateau)?
    De ce fait en quoi serait-il légitime à décider de l’avenir de tant de personnes et « au nom » de tant d’autres personnes(les autres passagers).
    Seul face au choix, à l’action, il renonce. Il pourrait alors être intéressant de se demander, ce qu’il aurait fait si en plus du vote sur le choix à faire….un vote sur la personne qui devrait le faire avait été réalisé. Avec une légitimité tirée d’un vote aurait-il pressé le bouton. La légitimité d’un choix (le fait de sauver sa vie et celle des autres, le personnage étant favorable à cette solution), ne semble donc pas donner naturellement naissance à la légitimité (du moins dans le for intérieur du personnage) d’accomplir l’acte résultant du choix.

    Cette question semble trouver sa place dans le débat de la légitimité de l’élu et du non-élu…

    Répondre
    1. Jean-Baptiste THIERRY Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour cette intéressante contribution. La question est en effet posée. Il me semble que le personnage refusant d’appuyer sur le bouton est en réalité animé d’une simple peur, non pas liée à son manque de légitimité, mais davantage au meurtre de masse qu’il envisageait de commettre. La réaction du prisonnier jetant le détonateur par-dessus bord me semble plus énigmatique tout en étant plus évidente : le débat est rejeté, l’illégitimité de la question posée par le Joker appelle un refus de réponse, et tant pis pour les conséquences.
      Le billet d’aujourd’hui sur Justices à l’écran de Christian Guéry montre que l’enseignement du droit peut être vu différemment : non que les anciennes méthodes soient inadaptées, mais les nouvelles ne peuvent être rejetées.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *