L’ordre de Cicéron : R. Malka, P. Gilon

Le droit est décidément partout : en littérature, dans le cinéma, et même dans la bande dessinée. L’Ordre de Cicéron, de Richard Malka et Paul Gillon, paru en trois tomes aux éditions Glénat, est un bel exemple de l’utilisation du droit dans la construction d’une intrigue à rebondissements.

L’histoire est celle de Benjamin de Veyrac, jeune et riche avocat à la tête d’un cabinet que souhaite racheter Nathan Steiner, avocat américain. Les raisons de ce rachat apparaissent rapidement troubles, puisqu’il s’agit d’une vengeance familiale, sur fond de déportation et de collaboration pendant la Seconde Guerre Mondiale. S’il faut bien reconnaître que le dessin peut apparaître classique et peu original, le scenario s’avère plutôt plaisant.

Le scénariste a cherché à coller au plus près de la réalité et multiplie les notes destinées à expliquer au lecteur les règles juridiques qui sont utilisées. L’histoire est enlevée, et ravira les amateurs de complots, d’intrigues, d’amitié, de réconciliation et de coups de théâtre.

Le droit pénal et la procédure pénale sont bien évidemment à l’honneur, puisqu’il est question d’une mise en examen, puis d’un jugement pour blanchiment d’argent par un avocat. Mais le droit des sociétés est également concerné car le sort de la SCP de Veyrac-Richemont est au coeur de l’intrigue. Mais le vrai héros est le procès pénal : les auteurs réussisent à recréer l’ambiance d’un tribunal correctionnel, faisant oeuvre de pédagogie envers les lecteurs. La BD de procès deviendra peut-être un genre à part entière, comme le sont les fictions procédurales, très populaires outre-atlantique.

Les règles de la déontologie ne sont pas épargnées et l’on se prend à s’intéresser à cette histoire de lutte entre avocats, au mépris de la confraternité la plus élémentaire. L’honneur et la probité des avocats sont mis à rude épreuve par l’arrivisme d’une jeune collaboratrice, prête à tout pour devenir la dirigeante de la filiale française du partnership Steiner – Mac Rae.

Ces trois tomes sont également l’occasion de se plonger dans l’histoire sombre de l’Occupation et des réactions de l’Ordre des avocats, prêt à radier les confrères juifs par animosité ou cupidité. La lutte de Rapahël Steiner pour le Droit, entendu au sens de l’art de ce qui est juste et bon, est également passionante : déporté à Buchenwald, puis au goulag, il cherchera toujours à faire triompher ses idéaux.

Le troisième tome s’achève sur un cliffhanger surprenant, mais on ne sait pas encore si le quatrième tome paraîtra, Paul Gillon étant malheureusement décédé. Il faudra donc trouver un nouveau dessinateur pour offrir la fin de ces aventures. Quoiqu’il en soit et même inachevé, L’Ordre de Cicéron est d’une lecture agréable, oeuvre de vulgarisation à conseiller aux futurs étudiants des facultés de Droit, mais également aux professionnels du droit qui pourront profiter de cette lecture pour s’apercevoir que le droit mène à tout, même à la bande-dessinée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *