Dieu en personne : M.-A. Mathieu

Non, ce carnet de recherches ne devient pas mystique, même s’il a déjà été question de religion. Non, il ne se transforme pas en carnet de bandes-dessinées, même s’il en a aussi déjà été question. Mais le hasard des lectures, le fait que des auteurs non juristes abordent des thèmes juridiques et, surtout, la qualité de l’ouvrage de Marc-Antoine Mathieu (plus roman graphique que bande dessinée d’ailleurs), paru aux éditions Delcourt en 2009, font qu’il était difficile de passer à côté de Dieu en personne.

L’histoire est simple : dans un monde actuel ou futur, au cours d’un recensement, Dieu apparaît. Et dès cet instant, tout le monde s’interroge : s’agit-il vraiment de Dieu ou d’un plaisantin ? Dès le début, quand «Dieu DIEU» dit «Dieu. C’est pourtant bien moi», un personnage de la foule environnante fait rire tout le monde en criant «Eh bien bon courage, mon gars!». La réalité semble malgré tout s’imposer à tous : Dieu est descendu sur la terre et les personnes qui ont cotoyé Dieu témoignent : de son attachée de presse au psychanalyste, de son chauffeur («Pourtant Dieu sait si on était proches. On se tutoyait… C’était un gars comme tout le monde. Abordable. Pas bégueule pour un sou. Pas fier! Alors qu’avec son étiquette, là, il aurait peu, hein!») à un historien, tout le monde raconte les particularités de sa rencontre avec cette homme simple qu’est «Dieu DIEU», le tout dans une société hypermédiatisée.

Le dessin de Marc-Antoine Mathieu est proche du réalisme, avec juste ce qu’il faut de disproportions pour rendre son trait si caractéristique. La mise en scène est particulièrement soignée, élégante, et sert autant le récit que le dessin, démontrant, s’il en était besoin, que la bande dessinée est un art global, comme le cinéma. La force du dessinateur est aussi de ne pas donner de visage à Dieu, toujours montré de dos, voire de profil. Les seules fois où l’ouvrage représente Dieu, c’est en reproduisant un produit dérivé de dieu.

Pourquoi donc traiter de cet ouvrage est quel est le lien avec le Droit? Ce n’est pas de droit naturel dont il sera question, mais du procès de Dieu.

 

Un procès monstre, réunissant un nombre incalculables d’assignations de toutes sortes : «Il y a ceux qui l’ont accusé d’être directement la cause de leur malheur : ceux-là n’avaient rien demandé, ils n’avaient pas voulu naître. Ils demandaient réparation. Tout comme ceux, les misanthropes, qui l’attaquaient pour sa création de l’homme. Il y a tous ceux qui lui reprochaient de ne pas avoir su gérer – ou gérer mal… Ceux qui le taxaient d’immobilisme… Ceux-là sont toujours légion. Il y a aussi tous ceux qui auraient préféré que Dieu continuât d’exister… Mais comme avant! Loin, là haut dans le ciel» (p. 39).

Ce procès, filmé, commenté comme une rencontre sportive, permet à Dieu de s’expliquer, mais il ne se justifie jamais. Le procès prend place dans une arêne où les témoins les plus incongrus se succèdent, jusqu’au super-ordinateur qui, après des semaines de calcul intense, demande à Dieu : «Dieu… Qui es-tu ?». Car ce procès a pour objectif d’établir l’existence ou l’inexistence du mis en cause (défendeur, accusé, prévenu, on ne le sait pas) pour, ensuite, statuer sur sa responsabilité (civile, pénale ?).

L’ouvrage renvoie également une image du juriste particulière : les juges et avocats qui peuvent juger et défendre n’importe quelle affaire. Mais après tout, il n’y a rien d’absurde à cela, car le vide juridique n’existe pas.

Le verdict est laissé aux lecteurs de ce carnet, car il serait bien malvenu de dévoiler ce qu’il advint de Dieu.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Amandine dit :

    Un billet sur une BD ??? on sent que c’est les vacances !
    Cela dit je l’ai lue et je confirme qu’elle est est super … Et si tu aimes les histoires de ce type un peu décalées, je te conseille la série qui s’appelle le « voyage des pères ».

  1. 30 juillet 2011

    […] Dieu en personne : M.-A. Mathieu | Sine lege Non, ce carnet de recherches ne devient pas mystique, même s’il a déjà été question de religion. Non, il ne se transforme pas en carnet de bandes-dessinées, même s’il en a aussi déjà été question… Source: sinelege.hypotheses.org […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *