Archives mensuelles : juillet 2010

SEXHI, un mois après : quelques mots sur l’assistance sexuelle

Le colloque Sexualité et Handicap en Institutions s’est déroulé les 24 et 25 juin dernier à la Faculté de Droit de Nancy. Il s’inscrit dans le projet éponyme mené dans le cadre de la Maison des sciences de l’Homme de Lorraine. Quelques mots sur cette manifestation, un mois après.

Comme la photo ne le montre peut-être pas, il a été un succès. Plus d’une centaine de participants ont assisté aux deux jours de colloque. Les communications se sont succédées en séances plénières et en ateliers (de deux à trois ateliers en parallèle). Le public était à l’image du projet : pluridisciplinaire. L’organisation a été à la hauteur et les retours ont été très satisfaisants. Un ouvrage doit paraître avant la fin de l’année qui permettra d’approfondir les thèmes qui ont été abordés.

Ceux-ci ont été variés et la logique a été de permettre la confrontation des points de vue.

En tant que membre du projet, je suis intervenu sur le thème de l’assistance sexuelle, en collaboration avec Bruno Py, porteur du projet. Cette intervention faisait suite à la communication de Mme Sheila Warembourg et avait pour objectif de replacer la question de l’assistance sexuelle dans une perspective juridique. La tache était délicate tant les débats sont vifs entre partisans et opposants à cette pratique.

Sans revenir en intégralité sur le contenu de cette intervention, qu’il soit tout de même permis d’en résumer rapidement les deux principaux points :

  • le régime légal de l’assistance sexuelle dépend entièrement du régime de la prostitution. En droit français, la prostitution n’est pas interdite et l’assistance sexuelle ne l’est donc pas davantage. Il en va différemment du racolage et du proxénétisme;
  • l’assistance sexuelle n’est qu’une l’une des réponses à apporter aux différents problèmes soulevés par la question de la sexualité des personnes handicapées mentales. La stérilisation, la contraception, l’interruption de grossesse sont autant de mécanismes qui concernent la sexualité et démontrent l’existence d’une discrimination négative à l’égard des personnes handicapées. Dès lors, l’attention ne doit pas être portée uniquement sur l’accompagnement érotique, mais englober d’autres facteurs déterminants, comme celui de l’accessibilité par exemple.

La difficulté d’une recherche sur l’assistance sexuelle est qu’elle se heurte à l’absence totale de contentieux. Il n’existe pas de décisions accessibles sur la condamnation (ou la relaxe) d’un assistant sexuel qui se serait livré à du racolage ou d’une personne qui aurait mis en relation une personne handicapée et un assistant sexuel. La recherche est alors purement prospective et doit intégrer plusieurs éléments:

  • la nécessité de légiférer, qui n’est pas si évidente : les personnes handicapées sont loin d’être unanimes quant à la nécessité de permettre le recours à des assistants sexuels;
  • la manière de légiférer, qui doit intégrer les développements liés à la responsabilité civile ou pénale qu’une telle pratique ne manquerait pas de créer.

Les personnes qui seraient intéressées par la parution de l’ouvrage sur la Sexualité et le Handicap en Institution peuvent se rapporter au site du projet SEXHI qui contiendra, dès que cela sera possible, toutes les précisions sur cette publication.

Doctes en rang

Préparer une thèse est un travail de longue haleine, qui a considérablement changé. Comme le rappelait l’ancien directeur de l’École doctorale SJPEG de Nancy, la thèse n’est plus un tête à tête entre le directeur et son thésard mais intègre désormais plusieurs nécessités impérieuses : l’insertion professionnelle des doctorants et docteurs, l’obligation de diminuer la durée des thèses (aussi discutable soit-elle), la diminution des abandons, etc.

Dès lors le doctorant peut avoir l’impression de se transformer en « docte en rang » tant il doit satisfaire à des obligations toujours plus nombreuses. L’arrêté du 25 avril 2002 relatif aux études doctorales prévoit ainsi que les doctorants doivent suivre des formations spécifiques. L’École doctorale SJPEG de Nancy a également mis en place deux obligations supplémentaires:

  • chaque doctorant doit, préalablement à sa réinscription, remettre un « rapport d’étape » afin de présenter par écrit l’état d’avancement de ses travaux;
  • les laboratoires doivent organiser pour les doctorants suffisamment avancés (au bout de la deuxième année de thèse) des séminaires de présentation des travaux réunissant doctorants, directeurs de thèses, et autres collègues intéressés.

Ce dernier exercice est, à plusieurs égards, particulièrement intéressant. D’abord, il offre la possibilité de présenter oralement ses travaux, l’avancement, le planning envisagé. L’exercice est très formateur puisqu’il oblige à exposer clairement un travail scientifique à des personnes qui, le directeur excepté, n’ont qu’une connaissance très vague du thème exposé. Ensuite, l’occasion est donnée au doctorant de répondre aux questions posées, de confronter sa recherche individuelle à une première évaluation destinée à préparer la future soutenance. Le but n’est évidemment pas d’évaluer, mais d’aider, les remarques des participants devant être, en principe, constructives. Enfin, les participants trouvent également leur intérêt, la logique du partage de la connaissance ne pouvant qu’être bénéfique.

Vu de mon côté du côté du participant ni doctorant ni directeur de recherches, il s’agit d’un vrai exercice qui doit entraîner une saine émulation. À défaut, ce n’est qu’un instant perdu. La difficulté principale est d’essayer de percer les points faibles ou forts d’un raisonnement, de prodiguer des conseils utiles, de penser à ce qui aurait pu être oublié, consciemment ou non.

Ces réunions, aussi contraignantes soient-elles, sont bénéfiques pour tous. Elles sont salvatrices parenthèses, ne sont pas des foutaises, et rappellent au doctorant qu’il doit finir sa thèse.

Les outils du chercheur

Il y a peu était publié un billet sur les outils informatiques utiles dans le cadre d’une thèse. La liste fournie était intéressante mais les outils utilisés n’étaient pas tous libres, ce qui peut en gêner certains, dont je suis (une multitude de sites traitent des logiciels libres : Framasoft est l’un des plus didactiques). Sur le plan juridique, les logiciels libres soulèvent certes plusieurs interrogations, qu’ils soient relatifs à validité de la licence ou à la vente liée, par exemple.

Qu’il soit donc permis d’en lister quelques-uns, utiles au chercheur, en les accompagnant d’explications sur la pertinence de leur utilisation dans le domaine juridique:

  • le système d’exploitation! S’il ne s’agit pas d’un logiciel à proprement parler, c’est évidemment l’outil élémentaire. Et puisqu’il sera question de logiciels libres, c’est évidemment principalement d’une distribution linux dont il s’agira. Debian, Ubuntu, Mandriva, etc : elles ne manquent pas. À chacun la sienne. Et non, Linux n’est pas plus compliqué que MacOS ou Windows. J’utilise pour le moment Ubuntu, après avoir fait mes premiers pas sous Mandriva, puis Debian. Les logiciels qui suivent fonctionnent parfaitement sous MacOS ou Windows.
  • Le traitement de texte ensuite. L’excellent Openoffice est évidemment incontournable. Il s’agit d’une suite logicielle, intégrant un traitement de texte, une base de données, un tableur et également un logiciel de diaporamas, de plus en plus prisés. L’honnêteté oblige à préciser que les éditeurs juridiques ne l’utilisent pas : dès lors, et même si Openoffice gère le format propriétaire .doc, il peut y avoir quelques surprises de mise en page.  Ils ne fournissent pas davantage une feuille de style toute prête, qui faciliterait pourtant grandement le travail… LaTeX mérite également une place ici : il ne s’agit certes pas d’un traitement de texte, mais d’un outil bien plus puissant et au rendu incomparable. Il nécessite toutefois un apprentissage poussé et est largement négligé dans le domaine du droit.
  • Le navigateur internet : vu le nombre de ressources accessibles en ligne, il est bien évidemment incontournable. Firefox est devenu l’un des leaders et est d’une facilité d’utilisation et de configuration difficilement égalée.
  • Zotero : un outil bibliographique particulièrement adapté au web. Il permet de créer des bibliographies automatisées, de capturer, archiver, classer des documents de manière automatique. Malheureusement, la plupart des sites juridiques en ligne négligent cet outil et l’indexation doit alors se faire manuellement.
  • Un agrégateur de flux : même s’il existe des outils recensant les principales publications juridiques accessibles en ligne, on peut préférer y accéder depuis son ordinateur : la liste est longue et chacun y trouvera son bonheur.
  • Les amateurs de mindmapping ne sont pas négligés : il peut en effet être intéressant de pouvoir organiser ses idées clairement.

Cette liste n’est pas limitative. On peut envisager de nombreuses utilisations : travailler à plusieurs avec egroupware, utiliser l’ENT de son université (qui est le plus souvent basé sur un logiciel libre), etc.

D’une manière générale, on notera que l’informatique est largement sous-utilisée et mal connue dans nos universités. Tout le monde pense savoir utiliser « son » word, mais la fin de rédaction d’une thèse montre que ce n’est que trop rare. Tout le monde pense savoir utiliser « internet », mais là encore les surprises sont nombreuses. Les logiciels libres sont également méconnus : comme ils ne sont pas pré-installés, livrés avec l’ordinateur, ils ont une mauvaise réputation imméritée. Pour aller plus loin, on peut même se demander s’il n’existe pas un paradoxe entre la démarche de l’enseignant-chercheur et la non-utilisation de ressources libres. «Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends», cette citation attribuée à Benjamin Franklin est transposable à l’informatique et à l’utilisation de ressources libres. «Tu me donnes un logiciel, je crois savoir l’utiliser. Tu me montres comment m’en servir, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends».