Archives mensuelles : mars 2013

Colloque Héroïsme et Droit, Limoges, 10-11 avril 2013

Le mercredi 10 et le jeudi 11 avril 2013, le Réseau européen de recherche en droits de l’Homme (RERDH) organise un colloque sur le thème «Héroïsme et Droit». Les interventions seront très variées. J’ai l’honneur d’y intervenir sur le sujet suivant : «Le mouvement Real life super heroes».

On peut en savoir un peu plus sur les RLSH, en consultant le site de Pierre-Elie de Pibrac ou celui du mouvement.

Voici le programme de la manifestation :

2820086-0

Matinée du Mercredi 10 avril 2013

Sous la présidence de Pierre-Marie Martin, Professeur à l’Université de Toulouse I

 

 

9 h : Accueil des participants

                                              

9 h.30 : Hélène Pauliat, Présidente de l’Université de Limoges

Allocution d’ouverture

9h.45 : Sophie Demonfort, Présidente du RERDH, doctorante

à l’Université de Limoges

Présentation des journées d’étude

 

10h : Pierre-Marie Martin, Professeur à l’Université de Toulouse I

L’Héroïsme et le droit : quelques paradoxes

                                                    —————

10h.30 : Pause

 —————

11h : Amir Arjomand, Professeur à l’Université de Téhéran

De quelques moyens de résistance

 

 11h.30 : Willy Tshitende, Doctorant à l’Université de Limoges

L’activisme des ONG face au principe de non-ingérence

—————

12h : Débat avec le public

—————

12h.30 : Buffet offert aux intervenants par l’association RERDH

Après-midi du Mercredi 10 avril 2013

Sous la présidence de Jean-Pierre Marguénaud, Professeur à l’Université de Limoges

 

 

14h : Jean-Pierre Marguénaud, Professeur de droit à l’Université de Limoges

Du droit, du rock et des héros

 

14h.30 : Alexandre Estève, doctorant en droit public à l’Université de Limoges

L’héroïsme d’opinion dans la société civile

 

15h : Jean-Baptiste Thierry, Maître de conférences à l’Université de Nancy II

Le mouvement Real Life Super Heroes

 

—————

15h.30 : débat avec le public – pause

—————

 

16h : Salwa Hamrouni, Maitre assistante à la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis

L’héroïsme dans les printemps arabes

 

16h.30 : Anne-Marie Tournepiche, Professeur à l’Université de Bordeaux IV

De la légitimité à la légalité

 

 

—————

17h Débat avec le public – fin de la première journée d’étude

—————

Matinée du Jeudi 11 avril 2013 : L’héroïsme progrès du droit

Sous la présidence d’Ibrahima Kaboglu, Professeur invité à l’Université de Limoges

 

9h.30 : Accueil des participants

10h : Ibrahim Kaboglu, Professeur invité à l’Université de Limoges

Propos introductifs

10h.30 : Julien Lacaze, Docteur en histoire du droit, ATER

à l’Université de Limoges

Léon Duguit ou la doctrine héroïque

11h : Adil Fathi, Adjoint du Procureur du Roi près le tribunal

de première instance de Taza

Le courage de dire le droit

11h.30 : David Labouysse, Rapporteur public au tribunal

administratif de Limoges, Professeur invité à l’Université de Limoges

Le courage du rapporteur public

—————

12h : Débat avec le public

—————

12h.30 : Buffet offert aux intervenants par l’association RERDH

Après-midi du Jeudi 11 avril 2013 : L’héroïsme par le droit

Sous la présidence d’Aurélien Lemasson, Professeur à l’ULCO

14h : Aurélien Lemasson, Professeur à l’ULCO

Propos introductifs

 

14h.30 : Marie-Angèle Hermitte, Directrice de recherche au CNRS

L’héroïsme dans la sphère scientifique, l’exemple des lanceurs d’alerte

 

15h : Ibrahima Dia, Doctorant en droit privé à l’Université de Limoges

La légitimation de l’acte héroïque par le truchement des droits de l’homme

 

15h.30 : Regards croisés sur l’héroïsme de circonstances

Avec les interventions de :

– Aurélien Lemasson, Professeur à l’ULCO

Héroïsme et obligation de porter secours

– David Charbonnel, doctorant à l’Université de Limoges

L’agent public face à l’ordre manifestement illégal 

– Marie-Christine Sordino, Maître de conférences à l’Université de Montpellier I

Héroïsme et état de nécessité

– Nathalie Deffains, Maître de conférences à l’Université de Nancy II

 L’héroïsme du collaborateur occasionnel du service public

17h : Hélène Pauliat, Présidente de l’Université de Limoges

La récompense du héros

 

17h.30 : Jean Morange, Professeur à l’Université de Limoges

Synthèse des journées d’étude

Festival Ciné-Droit, 5e édition, Sceaux, 5-9 avril 2013

Du 5 au 9 avril se déroulera la cinquième édition du festival Ciné-Droit. J’ai la chance d’intervenir à cette manifestation. J’interviendrai sur le sujet suivant : «Le secret professionnel du médecin aujourd’hui et demain : à propos de La Maladie de Sachs (M. Deville) et Gattaca (A. Nichols)».

Voici le programme.

2819962-02819962-1    2819962-22819962-32819962-42819962-5

Bibliographie romans et témoignages sur la prison

Voici une bibliographie d’ouvrages (romans et témoignages divers) sur la prison. Elle sera conservée sur une page dédiée à cet effet. N’hésitez pas à la compléter ou la corriger.

 

Karim Amellal, Cités à comparaître, Stock, 2006.

Marcos Ana, Dites-moi à quoi ressemble un arbre : Mémoires de prison et de vie, Aden Editions, 2010.

Siméon Aude, Prof chez les taulards, Editions Glyphe, 2012.

51XvHKQpDvL._SL500_

Lutz Bassmann, Haïkus de prison, Editions Verdier, 2008.

Bast, En chienneté : Tentative d’évasion artistique en milieu carcéral, La Boîte à Bulles, 2013.

Charlie Bauer, Fractures d’une vie, Édition revue et augmentée., Agone, 2004.

Faraj Bayrakdar, Ni vivant ni mort, Editions Al Dante, 2012.

Abdel-Hafed Benotman, Garde à vie, Syros, 2011.

Abdel-Hafed Benotman, Marche de nuit sans lune, Rivages, 2008.

Jeremy Bentham, Panoptique, Mille et Une Nuits, 2002.

Maïté Bernard, Un cactus à Versailles, Syros, 2009.

Roger-Louis Bianchini, Un maton au parloir, Fayard, 2007.

René Biard, Bagnards en culottes courtes, La Table Ronde., La Table Ronde, 1968.

François Bon, Prison, Verdier, 1997.

Bonnelle M. Caillol a, Lettres en liberte conditionnelle, Pocket, 1993.

Virginie Brac, Double peine, Pocket, 2005.

Jean-Denis Bredin, Un Coupable, Gallimard, 1987.

Patrick Brice, L’Amour à main armée, Denoël, 2001.

Léonore Le Caisne, Prison. Une ethnologue en centrale, Odile Jacob, 2000.

Sylvie Callet, Les mots derrière les murs, Les Presses du Midi, 2008.

Jean-Yves Cendrey, Une simple créature, Editions de l’Olivier, 2001.

Claude Charmes, Le maximum, Rombaldi, 1978.

P. Claudel, Le bruit des trousseaux, Le Livre de Poche, 2003.

Laure Delmas et Thomas Gauthier, Détenu cherche plume facile pour relation légère, J’ai lu, 2002.

Patrick Dils et Karen Aboad, Je voulais juste rentrer chez moi, J’ai lu, 2003.

Audrey Diwan et Fatou Biramah, Confessions d’un salaud : Histoire vraie d’un braqueur,dealer,taulard, Denoël, 2004.

Boris Dumont, Mes prisons, Editions Labor, 2004.

Michel Foucault, Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma soeur et mon frère…: Un cas de parricide au XIXe siècle, [Rééd.]., Folio, 1994.

Arthur Frayer, Dans la peau d’un maton, J’ai lu, 2012.

R. Fregni, Où se perdent les hommes, Gallimard, 2000.

René Frégni, Tu tomberas avec la nuit, Folio, 2009.

Jean Genet, Le Condamné à mort et autres poèmes, suivi de «  Le Funambule », Gallimard, 1999.

Jean Genet, Haute surveillance, Nouv. version., Gallimard, 1988.

41D3F26VBPL._SL500_

Nicole Gérard, Sept ans de penitence, ROBERT LAFFONT., Robert Laffont, 1972.

Bruno Gibert, Petit papa prison, Casterman, 2010.

José Giovanni, Il avait dans le coeur des jardins introuvables, ROBERT LAFFONT., Robert Laffont, 1995.

Caroline Glorion et Ludovic Aubert, Ecoutez-nous !, Plon, 2006.

Jean-Albert Guénégan, Pontaniou les barreaux : graffitis du monde carceral.

Jean-Pierre Guéno et Collectif, Paroles de détenus, J’ai lu, 2012.

Alain Guyard, La zonzon, Points, 2013.

Michèle Halberstadt, Un écart de conduite, ALBIN MICHEL, 2010.

Pierre Hanot, Rock’n taules, Editions Le Bord de l’eau, 2005.

Brigitte Hemmerlin, Un été à Fleury, L’Archipel, 2004.

Frank Henry, Mauvaises nouvelles du milieu, Le Cherche-midi Editeur, 2004.

Patrick Henry, Avez-vous à le regretter ?, Calmann-Lévy, 2002.

Amnesty International, Ben Othman, et Jean-Pierre Darmon, Cent poèmes pour la liberté, Le Cherche-midi Editeur, 1985.

Laurent Jacqua, J’ai mis le feu à la prison, JC GAWSEWITCH EDITEUR, 2010.

Russier Gabrielle et Raymond Jean, Lettres de prison précédé de : pour gabrielle de raymond jean., Seuil, 1970, 1970.

Tahar Ben Jelloun, Cette aveuglante absence de lumière, Seuil, 2002.

Giovanni Jose, Le trou, Folio, 1973.

41O45qD9WPL._SL500_

Eugénie De Keyser, Eugénie De Keyser. Le Chien, Gallimard Lagny-sur-Marne, impr. E. Grevin et fils, 1964.

Daniel Koehl, Révolte à perpétuité, La Découverte, 2002.

Aïssa Lacheb, Scènes de la vie carcérale, Au Diable Vauvert, 2013.

Luc Lang, Mille six cents ventres, Gallimard, 2000.

Marylise Lebranchu, Pontaniou les barreaux : graffitis du monde carceral, La Part Commune, 2002.

Catherine Erhel Catherine Leguay, Prisonnières, France Loisirs, 1979.

Michèle Lesbre, Victor Dojlida, une vie dans l’ombre, Sabine Wespieser, 2013.

Edouard Limonov, Mes prisons, Actes Sud, 2009.

Carlos Liscano, Le fourgon des fous, 10 X 18, 2008.

Serge Livrozet, De la prison à la révolte, Nouv éd rev. et corr., Esprit frappeur, 1999.

Joseph Lubsky, La Cellule de Zarkane, Le Livre de Poche, 2009.

Lucas, Suerte, Omnibus, 1999.

Sophie Lucet, Parloir avec toi, Max Milo Editions, 2005.

Valérie Macraigne, CuBB, Les Editions du Net, 2012.

Thierry Maricourt et Tardi, Frérot Frangin, Editions Sarbacane, 2007.

Maud Marin et Marie-Thérèse Cuny, Le Quartier des maudites, FIXOT., Fixot, 1994.

Marsden, Lettres de l’interieur, L’Ecole des loisirs, 1998.

Roger Martin, Les ombres du souvenir, Le Cherche Midi, 2010.

Malinbaum Martine, Mesrine Intime – Lettres de prison à son avocate, Editions du Rocher, 2008.

Olivier Maurel, Le taulier : Confessions d’un directeur de prison, J’ai lu, 2012.

Philippe Maurice et Collectif, Fraternité à perpète : Retour sur la tentative d’évasion de la prison de Fresnes du 27 mai 2001, L’Insomniaque, 2006.

Christiane Merigeaud, Carnets d une Visiteuse, Theles, 2010.

Jacques Mesrine, L’Instinct de mort, Flammarion, 2008.

Patrick Modiano, Remise de peine, Points, 2013.

Pierre Montagnon, 42, rue de la santé: Une prison politique, Pygmalion, 2012.

Gabriel Mouesca, La nuque raide, Philippe Rey, 2006.

Hans Georg Noack et Édith Vincent, Tu as volé, Jochen, L’amitié., Éditions de l’Amitié, 1974.

André Patry, Confidences de prisonniers.

Silvio Pellico, Mes Prisons: Ou Memoires de Silvio Pellico, Kessinger Publishing, 2009.

Judith Perrignon, Les chagrins, Stock, 2010.

41wYCGCdy1L._SL500_

Michel de Saint Pierre, L’accusée, Le Cercle du Nouveau Livre. J. Tallandier, 1972.

Frédéric Ploquin, La prison des caïds : Enquête inédite, Plon, 2011.

Grisélidis Réal, Suis-je encore vivante ?: Journal de prison, Verticales, 2008.

Jean-Marc Rouillan, Chroniques carcérales :, Agone, 2008.

Jean-Marc Rouillan, Lettre à Jules, suivi de « Voyages extraordinaires des enfants de l’extérieur », suivi de « Chroniques carcérales », Agone, 2004.

Jean-Marc Rouillan, Je hais les matins, DENOEL IMPACTS., Denoël, 2001.

Michèle Sales, La Grande Maison.

Eric Sanvoisin, Le parloir, Editions Gründ, 2012.

Carmelo Sardo, Les Nuits de Favonio, Le Livre de Poche, 2012.

Albertine Sarrazin, L’astragale, Points, 2011.

Albertine Sarrazin, La crèche, Editions Sarrazin, 1975.

Albertine Sarrazin, La traversiere, EDITIONS LIVRE DE POCHE N° 2705., Le Livre de Poche, 1974.

Albertine Sarrazin, Journal de prison 1959, Sarrazin, 1972.

Anne Savelli, Franck, Stock, 2010.

Régis Schleicher, Clairvaux, instants damnés, L’éditeur, 2010.

Pierre Siniac, Bon cauchemar, les petits–, Rivages, 2001.

Alexandre Soljénitsyne, L’archipel du Goulag, Fayard, 2013.

Stendhal, La Chartreuse de Parme, Le Livre de Poche, 2000.

Bernard Stiegler, Passer à l’acte, Editions Galilée, 2003.

Pierre Tartakowsky, Marie-Claire à double tour, Eden Productions, 2003.

Jean Teule, Longues peines, Pocket, 2011.

Alexis de Tocqueville, OEuvres complètes, IV, 2 : Écrits sur le système pénitentiaire en France et à l’étranger, Gallimard, 1985.

Joël troussier, J’aurais préféré que l’on me tue…, Presses de la Renaissance, 2002.

Jean-Marc Varaut, Poètes en prison, Perrin, 1992.

Véronique Vasseur, Médecin chef à la prison de la santé, Le Livre de Poche, 2001.

Michel Vaujour, Ma plus belle évasion, Presses de la Renaissance, 2005.

Nadine Vaujour, La fille de l’air, J’ai lu, 2001.

Verlaine, Mes prisons, Mille et une nuits, 2003.

François Vidocq, Considérations sommaires sur les prisons, les bagnes et la peine de mort, Nouv. éd., Mille et une nuits, 1999.

Boris Vilde, Journal et lettres de prison, Allia, 1998.

Jean-Louis Viot, Les Cent mille briques, Casterman, 2001.

John Wideman, Suis-je le gardien de mon frère ?, Gallimard, 1999.

Magali Wiéner, Les carcérales, Editions Milan, 2010.

Akira Yoshimura, Liberté conditionnelle, Actes Sud Editions, 2012.

Evgueni Ivanovitch Zamiatine et Bernard Kreise, Seul, Rivages, 2005.

 

Bandes dessinées

Bast, En chienneté : Tentative d’évasion artistique en milieu carcéral, La Boîte à Bulles, 2013.

Collectif, Paroles de taule, Delcourt, 2001.

Éric Corbeyran et BD boum (Association), Paroles de taulards, Delcourt, 2004.

Kazuichi Hanawa, Dans la prison, Ego comme X, 2005.

Nicoby, 20 ans ferme: Un récit pour témoigner de l’indignité d’un système, Futuropolis, 2012.

Berthet One, L’Evasion, Indeez, 2011.

Anita Richard et Collectif, Paroles de parloirs, Delcourt, 2003.

Liste des qualifiés aux fonctions de MCF, section 01

La liste des qualifiés aux fonctions de Maître de conférences de droit privé était attendue : la voici :

AIT-AHMED Faroudja, L’intégration européenne de la fiscalité directe des entreprise : recherche sur l’évolution des modalités de l’intégration fiscale, Université Paris 13, 2012

AKHOUAD Smahane, La notion de partie dans l’arbitrage, Université Versailles Saint Quentin, 2012

ALLAIN Tanguy, Les actions de préférence dans les groupes de société, Université Rennes 1, 2012

AMARO Rafael, Le contentieux privé des pratiques anticoncurrentielles, Université Paris 5 Descartes, 2012

AZAR-BAUD Maria José, Les actions collectives en droit de la consommation. Etude de droit français et argentin à la lumière du droit comparé, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2011

BAHUREL Charles, Les volontés des morts : vouloir pour le temps où l’on ne sera plus, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2012

BARBAUD Marc-Olivier, La notion de contrat unilatéral : analyse fonctionnelle, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2012

BARGAIN Gwenola, Normativité économique et droit du travail, Université de Nantes, 2012

BARON Elisa, La coaction en droit pénal, Université Bordeaux 4, 2012

BERTHIER Pierre-Emmanuel, La récompense en droit du travail. Contribution à l’étude du pouvoir de l’employeur, Université Lumière Lyon 2, 2012

BIGOT Rodolphe, L’indemnisation par l’assurance de la responsabilité civile professionnelle. L’exemple des professionnels du chiffre et du droit, Université François Rabelais Tours, 2012

BOESCH Romain, La possession par autrui, Université de Strasbourg, 2011

BOUIX Caroline, Les mécanismes correcteurs d’origine prétorienne, Université Jean Monnet Saint Etienne, 2012

BRINGUIER Sabrina, La bonne foi en droit de la concurrence, Université Toulouse 1 Capitole, 2012

BROCHE Christophe, La notion juridique de dommage en droit de la responsabilité civile extracontractuelle, Université de Grenoble, 2010

BURDIN Elsa, L’atypique. Essai de systématisation à partir des modes de production des normes en droit privé, Université de Savoie, 2008

CAPELLO Aurélie, La constitutionnalisation du droit pénal. Pour une étude du droit pénal constitutionnel, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2011

CLAVEL Julie, Le déni de justice économique dans l’arbitrage international. L’effet négatif du principe de compétence-compétence, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2011

COMPAIN Adrien, La cohérence du droit judiciaire européen en matière civile et commerciale, Université de Nantes, 2012

COUPET Caroline, L’attribution du droit de vote dans les sociétés, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2012

DIRRINGER Josépha, Les sources de la représentation collective des salariés, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2012

DORANGES Gregory, Le jugement indemnitaire, Université Paris 1 Panthéon-Assas, 2012

GALOPIN Benoit, Les exceptions à usage public en droit d’auteur français, Université Paris Sud, 2011

GATTO Caroline, Le pardon en droit pénal, Université de Nice Sophia Antipolis, 2012

GIJSBERS Charles, Sûretés réelles et droit des biens, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2012

HABLOT Cécile, De la norme privée à la norme publique en droit du travail, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2012

HERRAN Thomas, Essai d’une théorie générale de l’entraide policière internationale, Université de Pau et des pays de l’Adour, 2012

HYDE Aurore-Angélique, Les atteintes aux libertés individuelles par contrat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2012

JEAN Severin, La protection des droits subjectifs par la responsabilité civile, Université Toulouse 1 Capitole, 2012

KASPARIAN Patrick-Georges, Le contrôle conjoint, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2012

LAGOUTTE Julien, Les conditions de la responsabilité en droit privé, Université Bordeaux 4, 2012

LE BRETON Gwenaël, Arbitrage et droit européen, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2011

LE GUEUT Thomas, Le paiement de l’obligation monétaire en droit privé interne, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2012

LE MOINE Cathy, Le pouvoir du juge de détermination et de gestion de la peine en droit pénal français. Etude de la peine dans sa dimension juridictionnelle, Université Rennes 1, 2012

LE NORMAND Sabrina, Droit et fiscalité du transfert temporaire de valeurs mobilières, Université Rennes 1, 2011

LEBLOND Lauren, Pratiques anticoncurrentielles et brevet : étude en faveur de la promotion européenne de l’innovation, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2012

LEGRAND Bénédicte, L’opération de transport, Université Lilles 2, 2010

LEMAY Pierre, Le principe de la force obligatoire du contrat à l’épreuve de l’unilatéralisme, Université Lilles 2, 2012

MALPEL Caroline, L’office du juge judiciaire et la rétroactivité, Université de Pau et des pays de l’Adour, 2012

MANGEMATIN Céline, La faute de fonction en droit privé, Université Bordeaux 4, 2012

MATHIEU Benjamin, Directives européennes et conflits de lois, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2012

MAUREL Amélie, Les chercheurs saisis par la norme. Contribution à l’étude des droits et devoirs des chercheurs, Université Toulouse 1 Capitole, 2012

MEZEN Chantal, Les contrats de famille, Université des Antilles et de la Guyane, 2008

MOLIERE Aurélien, Dissolution des couples et compensation patrimoniale, Université Lyon 3, 2012

ORIF Vincent, La règle de l’unicité d’instance, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2010

PAPAIS Laury, Titrisation et fiducie, Université de Toulouse 1 Capitole, 2012

PERIN Ariane, L’obligation fiscale à l’épreuve des droits et libertés fondamentaux, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2012

PERRIER Jean-Baptiste, La transaction en matière pénale, Université d’Aix-Marseille, 2012

PEZZELLA Virginie, L’occupation immobilière. Etude de droit privé, Université Lyon 3, 2012

POITEVIN Claire, L’avant-contrat en droit des contrats d’auteur, Université d’Avignon, 2011

PORTOLANO Diane, Essai d’une théorie générale de la provocation, Université d’Aix-Marseille, 2011

RIOT Cédric, Le risque social, Université de Montpellier 1, 2004

RISSEL Aurélien, L’information médicale. Contribution à l’étude de la relation médicale, Université Rennes 1, 2011

ROOZ Delphine, L’intégration du droit de l’Union européenne au sein du droit français des contrats, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne , 2012

ROUX François-Xavier, De l’entraide pénale à l’Europe pénale, Université de Lyon 3, 2012

RUFFIEUX Gaëlle, Les sanctions des obligations familiales, Université de Grenoble, 2012

SAFI Farah, Le prosélytisme intellectuel et le droit pénal, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2012

SASSOLAS Delphine, Les contrats de crédit, Université de Grenoble, 2012

SEGURA Jordane, De la diversité des protections juridiques des animaux à la recherche du statut de l’animalité, Université de Lorraine, 2006

SERANDOUR Isabelle, La cause dans la délégation, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2012

SUPIOT Elsa, Les tests génétiques. Contribution à une étude juridique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2012

THOMAS Delphine, Contribution à l’étude des  procédures pénales dérogatoires : pour une approche cohérente et encadrées des dérogations en procédure pénale, Université d’Aix-Marseille, 2012

TOUILLIER Marc, Procédure pénale de droit commun et procédures pénales spéciales, Université Montpellier 1, 2012

VERNAC Stéphane, Le pouvoir d’organisation. Au croisement du droit du travail et du droit des sociétés, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2012

VERNIERES Christophe, Les libéralités à trois personnes, Université Paris 2 Panthéon-Assas, 2012

VIDALENS Virginie, Le droit des sociétés et la protection de l’environnement, Université Toulouse 1 Capitole, 2011

ZAMBRANO Guillaume, L’inefficacité de la réparation des infractions en droit de la concurrence, Université Montpellier 1, 2012

Mon ami Dahmer : D. Backderf

Mon-ami-Dahmer Quiconque s’intéresse au droit pénal se demande quelles peuvent êtres les raisons expliquant un passage à l’acte. L’objectif de prévention des infractions ne peut se départir de ce questionnement. Cette interrogation est importante et peut trouver des réponses pour certains actes de la délinquance «courante». En revanche, plus l’acte est extra-ordinaire, plus il heurte le sens commun, plus la compréhension des raisons du geste est difficile. Psychologues, psychiatres, criminologues, enquêteurs semblent bien désarmés pour expliquer ce qui peut amener une personne humaine à commettre l’inhumain.

Derf Backderf a fréquenté Jeffrey Dahmer, tueur en série, lorsqu’il était adolescent. Tous deux sont originaires de la même ville et ont fréquenté le même lycée. Le récit, fortement documenté, permet de connaître l’adolescence du futur meurtrier. Le roman graphique de Derf Backderf est étonnant. Son existence même surprend le lecteur et ce, à double titre. Il est d’abord incroyable qu’un dessinateur de BD talentueux ait cotoyé un tueur en série : voilà une trame narrative dont l’auteur se serait bien passé. Ensuite, la volonté de publier un tel récit n’est guère évidente. Mon ami Dahmer vient s’ajouter à la longue liste d’ouvrages consacrés au criminel: que pourrait-il apporter de plus? Ne s’agit-il pas d’une énième impudeur, d’un voyeurisme malsain? La lecture est rassurante : il n’y a rien d’offensant dans le récit de Backderf. Au contraire, l’auteur multiplie les interrogations sur Jeffrey Dahmer, adolescent mutique, solitaire, étrange. Mais, comme il le relève à plusieurs reprises, d’autres camarades de lycée pouvaient passer pour fous. L’attitude extérieure de Dahmer ne laissait en rien présager ce qu’il deviendrait.

Ce qui marque avant tout, c’est la solitude de l’adolescent Dahmer. Il est peu intégré dans son lycée en raison de son comportement étrange. Ces camarades s’amusent beaucoup, mais rient en réalité beaucoup de lui. Le fan-club Dahmer, les mimiques et cris de ce dernier font rire ses camarades, qui pourtant ne l’invitent jamais chez eux. Ignoré des élèves, il l’est également des adultes. Les enseignants ne s’en préoccupent guère. Ses parents ne sont pas plus attentifs. L’une des choses qui marque le lecteur est sans doute le silence de Dahmer. Il parle peu avec ses camarades, encore moins avec ses parents, semble entièrement tourné vers lui-même. Derf Backderf se demande souvent ce qu’il serait advenu si Dahmer avait été mieux écouté, mieux intégré. A cet égard, le fait que le premier meurtre de Dahmer ait été commis quelques jours après la fin des cours n’est pas anodin. L’auteur souligne à plusieurs reprises les défaillances des adultes qui ne s’intéressaient guère à Jeffrey Dahmer. Une fois le constat de la solitude fait, l’auteur n’épargne personne, pas même lui. Cette critique est d’autant plus violente que l’on ne peut s’empêcher de se demander si la mise en place de mécanismes de protection de l’enfance en danger aurait pu changer le cours de la vie de Jeffrey Dahmer.

dahmerright

L’auteur réussit à montrer que Dahmer était un homme comme les autres : inquiétant, mais pas plus qu’un autre. Comme l’écrit Philippe Conte, à un autre sujet  – la castration chimique – : «on n’a d’ailleurs pas hésité à affubler parfois les criminels de qualificatifs divers, tel celui de “monstre” : si les tenants d’un pareil vocabulaire ont voulu, ainsi, gagner le combat devant l’opinion (qui n’avait pas besoin d’être poussée dans cette voie), ils ont aussi pris le risque d’instiller l’idée que nous n’aurions donc plus affaire à des hommes. On a pourtant déjà tenté, dans l’Histoire, de diviser l’humanité en plusieurs catégories ; son caractère sacré en a toujours été atteint, par le sacrifice de principes qui lui sont immanents» (Ph. Conte, «Oxymores», Dr. pén. 2009, rep. 11).

Le livre n’est pas une œuvre de justification des crimes commis, mais une tentative de compréhension. Comme l’auteur le relève : « Ayez de la pité pour lui mais n’ayez aucune compassion ». C’est l’un des rôles de la justice pénale que de permettre de comprendre ce passage à l’acte. Ces considérations sont essentielles pour décider si le discernement de l’individu était aboli, ou encore pour choisir une peine, par exemple. Mais elles sont également fondamentales pour les destinataires de l’œuvre de justice : les citoyens. Le temps passé, les interrogations, les raisons, réelles ou supposées, sont autant d’éléments qui permettent à la justice de produire du sens et d’avoir des effets sociaux pacificateurs. Reste alors à faire le choix d’une peine. Dahmer a été condamné à plus de 900 ans d’emprisonnement. Il semble, mais cela n’est pas retracé dans Mon ami Dahmer, qu’il ait été un détenu modèle. Il mourra en prison, tué par un co-détenu.

Il faut enfin noter le dessin et la qualité de la mise en scène. La route est omniprésente. Elle est toujours droite, sans possibilités de bifurcations. L’idée de destin n’est pas loin : le dessin traduit mieux que beaucoup de mots l’idée selon laquelle la voie de Jeffrey Dahmer était malheureusement tracée. Mais cette route n’était pas à sens unique, en témoignent les nombreuses cases où le personnage va dans des sens différents. Le déterminisme est rejeté, même s’il aurait été bien commode pour expliquer les crimes de Mon ami Dahmer.

En chienneté : Bast

chiennete_couvRécemment paru à la Boîte à bulles, En chienneté, tentative d’évasion artistique en milieu carcéral, de Bast est le récit de l’expérience d’animateur d’ateliers de bandes-dessinées vécue par l’auteur. Contacté par le SPIP, Bast accepte de participer à ces ateliers pendant quatre années au sein de la maison d’arrêt de Gradignan, dans le quartier des mineurs.

Bast retrace quelques moments marquants, les rencontres faites, sa confrontation avec le monde carcéral. Le récit reprend les interrogations de l’auteur, depuis sa première entrée dans le quartier des mineurs, jusqu’à la fin de ces ateliers, que l’on devine motivée par la lassitude et le sentiment de vanité qui point petit à petit.

De nombreux éléments font de En chienneté une œuvre intéressante. La couleur, d’abord. La teinte bleutée des planches évoque la froideur et l’uniformité du milieu carcéral. L’établissement pénitentiaire, ensuite, qui est un élément clef du récit : son architecture extérieure («le bâtiment du quartier des mineurs me fait penser à un énorme cétacé à grande bouche avachi de tout son long. Un monstre gris et vorace qui engouffre tout ce qui se trouve à sa portée et ne garde dans son ventre que les détenus à digérer» p. 10), les abords du bâtiment où viennent les familles, le hall d’entrée, «lieu de rendez-vous de tout le monde carcéral» (p. 17), mais également son organisation panoptique : l’œil scrutateur qui surveille les entrées, le centre de commande, véritable centre nerveux de l’établissement, et les perspectives biaisées par les barreaux. La mise en scène carcérale est remarquablement montrée par l’auteur.

Le récit est utilement enrichi de quelques planches plus générales sur l’histoire de la maison d’arrêt, l’évolution des établissements pour mineurs et le fonctionnement des partenariats public-privé pour la construction des établissements pénitentiaires. L’auteur interroge l’utilité de la prison pour les mineurs, lieu où la conciliation entre l’impératif d’éducation et les contraintes de la sanction est quasiment impossible (p. 50-51).

Les détenus sont également les acteurs principaux de ce récit. Dessinés comme des adultes, leur comportement est celui d’enfants : malgré la gravité des infractions commises, malgré leur cynisme et la violence de leurs relations, ils restent enfantins. Les planches retraçant la fanfaronnade des détenus, rivalisant d’exploits criminels, brusquement interrompue par la fin de l’atelier est remarquable : l’explosion de joie des enfants apprenant qu’ils auront le droit de jouer aux jeux vidéos jusqu’à 16h montre que ces condamnés ne peuvent décidément pas être traités comme les autres. Ces adultes en construction, démolis par la peine et le chemin qui les a amenés là, sont vulnérables. Ils sont traités avec une certaine bienveillance par Bast, qui montre leur potentiel créatif, celui de tout enfant, mais également leurs paradoxes. Le dessin qu’ils feignent d’ignorer est ainsi déjà dans leur corps, au travers des tatouages que tous arborent fièrement.

Enfin, il faut souligner l’intérêt de ces ateliers bande-dessinée. L’auteur s’interroge sur son rôle. Il ne s’agit pas de faire des détenus des dessinateurs accomplis, mais peut-être de leur offrir un espace de liberté : «et si mon rôle n’était pas celui d’un professeur mais d’un passeur ? Que ces ateliers ouvrent des portes et fassent sauter des verrous… Le dessin ne serait pas une fin en soi. Il n’en serait qu’un prétexte. Un prétexte pour vibrer, rêver, s’émouvoir et se souvenir de bons moments. Un prétexte pour se viriliser et se valoriser et se construire une autre vie plus stable, plus solide et structurée. Un simple prétexte» (p. 92-93).

L’échange final entre Bast et les détenus résume à merveille l’illusion du pénalocentrisme, celle qui consiste à voir dans la peine (utile ou inutile) la seule réponse à la commission d’infraction et à la prévention de la récidive. Interrogé sur son métier de dessinateur, et alors que les enfants s’étonnent de sa faible rémunération, Bast leur explique : «Je fais pas ça pour l’argent. Ce qui me plaît, c’est de dessiner ou de raconter des histoires. C’est la passion, quoi… C’est ce qui me fait lever de mon tous les jours, vous savez… C’est pas plus compliqué que ça. Ce qui serait bien, c’est que tout le monde puisse trouver cette motivation pour se lever. Mais si ça se trouve, je suis fou, c’est vrai » (p. 95).

L’ouvrage est accompagné d’une préface de Dominique Simonnot et d’une postface de Gabi Mouesca. Il constitue un bel outil de connaissance de la prison et de réflexion sur ses fonctions, son utilité, ses nombreuses limites.

La recherche, l’université et Free, acte II

La procédure initiée par Free concernant l’étude réalisée par Bruno Deffains a connu hier une étape importante. Rappelons que Free avait déposé une requête pour avoir accès à certaines données de l’ordinateur de Bruno Deffains. Par une décision du 15 novembre dernier, un huissier de justice a été désigné pour procéder à une recherche limitée. La «méthode Free» a profondément heurté et une pétition de soutien a été faite.

La rétractation de l’ordonnance sur requête a été demandée et, par une ordonnance du 1er mars, le juge a rétracté la requête. Il a estimé que Free n’avait pas démontré l’existence d’indices permettant de supposer que les actes reprochés (en l’espèce dénigrement et concurrence déloyale) ont été commis. Or, le juge a estimé que l’étude de Bruno Deffains «ne comporte aucune critique des services proposés par la société Free Mobile, qu’aucun élément ne conforte l’allégation d’un lien entre Monsieur Bruno Deffains et des concurrentes de la société Free Mobile» de sorte que «la société Free Mobile ne justifiait d’aucun intérêt légitime à faire rechercher les preuves d’un éventuel comportement déloyal».

La décision est accessible dans son intégralité sur le site du Nouvel Obs.

Do not feed the troll

DoNotFeedTroll.svgA en croire Wikipedia, un troll n’est pas seulement un être de la mythologie nordique. Il s’agit également d’une «personne qui participe à une discussion ou un débat […] dans le but de susciter ou nourrir artificiellement une polémique, et plus généralement de perturber l’équilibre de la communauté concernée», ou bien encore d’un «message dont le caractère est susceptible de provoquer des polémiques ou est provocateur».

Sinelege est  relativement préservé : force est de constater que les commentaires sont peu nombreux et la majorité des billets ne se prêtent guère aux trolls. Certains d’entre eux toutefois entraînent des réactions de soutien, nombreuses et variées, ou au contraire des attitudes critiques, voire franchement hostiles. On pense aux commentaires de la pétition de soutien à Patrick Mistretta (101 commentaires) ou à la publication de la liste des qualifiés aux fonctions de Maître de conférences en 2012 (26 commentaires : presque un record! Il ne faut pas désespérer pour la liste 2013…). Ces commentaires ont tous en commun d’être signés, parfois avec des pseudonymes, mais au moins avec des adresses électroniques fiables. Tous les auteurs ne sont pas facilement identifiables, mais cela ne pose souvent pas de problème.

La récente publication du texte de la pétition et du lien vers cette pétition en faveur de Bruno Deffains et pour la liberté de la recherche (1176 signatures au 1er mars) a donné lieu à quelques réactions sur sinelege. Les contributions anonymes ont été rejetées : les personnes qui soutiennent signent, celles qui marquent leur désaccord, non (sauf une, mais son commentaire a été retiré à sa demande). Les commentaires marquant leur désapprobation avec la démarche de soutien à notre collègue peuvent bien évidemment être publiés, mais, comme ceux de soutien, ils doivent être signés ou avoir une adresse mail valide. Il ne s’agit pas d’empêcher le débat, mais uniquement de s’assurer qu’il se déroule dans les meilleures conditions. Si les commentateurs souhaitent garder leur anonymat, ils peuvent laisser leurs commentaires sur le site où la pétition est hébergée.