Archives mensuelles : mars 2014

Meilleure copie de l’examen Droit et littérature

Après la publication du sujet de l’examen Droit et littérature organisé par Lionel Miniato au Centre Universitaire Jean-François Champollion, voici enfin le moment tant attendu de la lecture de la meilleure copie, œuvre de Marie-France Rabaudy, qui a très gentiment accepté de voir son travail diffusé.

« Mesdames, messieurs ». L’archétype de tout discours, non, non, je ne voulais pas commencer mon projet d’une façon aussi rasoir. Je regardais le robot à ma droite, Beng, qui comme d’autres attendaient que je porte mon projet, leur projet, à son adoption. Son corps en forme d’écran s’illumina, me montrant cette pub vieille de presque un siècle où un robot jouant sous la pluie se transformait petit à petit en enfant. C’était le symbole d’un robot célèbre qui avait été démonté il y a peu par un non-partisan de la cause des « métaux sans vie » comme il aimait les appeler. Un nom qui me répugnait. Dans ses derniers programmes, le robot avait diffusé cette pub avec l’hologramme dont il disposait. Je tapotais a tête de Beng, que j’avais surnommé ainsi, le robot à ma droite, c’est lui qui m’accompagnerait pour mon discours, je le connaissais depuis tout petit.

« Mesdames, messieurs », c’était tout de même ainsi que je poursuivais mon discours. Il fallait rappeler l’histoire des robots… « Depuis plus d’un siècle, l’avancée technologique, comme les manuels d’Histoire l’ont longtemps qualifiée, a permis aux robots d’avoir des capacités égales à celles des hommes, voire plus élaborées ». J’entendais déjà les critiques : ce ne sont pas des hommes, on ne peut pas les laisser faire, ils nous manipuleront… Même le parti des animaux Orwellien le dirait, surtout Karly, leur représentant au visage de bouledogue comme c’était la mode dans les années 40, de faire de la chirurgie esthétique pour avoir des traits semblables à son animal préféré.

Là mes idées couraient toutes seules sur le papier, puisque je les savais. Depuis 5 ans que je soutenais la cause des robots… Ce ne sont pas des hommes ? C’est ce que l’on disait des esclaves au temps de la colonisation. Nous sommes leurs créateurs ? Alors pourquoi les considérer comme des esclaves et pas des enfants ? C’était l’opinion de la majorité des créateurs de robots dont les plus célèbres étaient dans le parti Robots. Je savais que j’aurais leur soutien. Des émeutes violentes ? C’était aussi le cas du temps de Martin Luther King, même s’il avait choisi la voie pacifique. Les robots ont besoin de se faire entendre. Je tapais du poing seul à mon bureau et Beng grésilla, comme à chaque fois qu’il sentait une vibration dans l’air.

Il fallait arrêter de comparer les robots aux hommes. Les robots devaient avoir leurs propres droits, leur propre rémunération, on ne pouvait continuer à les exploiter. J’envisageais, pour lutter contre cela, une procédure d’adoption pour avoir un robot dans son foyer, la possibilité pour les robots de recevoir un salaire afin qu’ils puissent par exemple améliorer leurs capacités, leurs composants, se recharger pour les plus anciens. Avec un vieil ami avec qui j’avais fait mes études, Lionel, j’avais même écris dans le projet la possibilité de souscrire à une assurance pour les robots et qu’ils aient leur propre patrimoine où leurs pièces, leurs composants seraient inscrits afin de les protéger des violences qu’ils subissaient. Ils pourraient d’ailleurs, avec l’acquisition d’une personnalité juridique spéciale et adaptée, obtenir réparation civile et pénale des tords qu’ils subissaient. Enfin, j’avais prudemment tenté une dernière disposition qui leur permettrait de créer leurs propres entreprises grâce à leur savoir-faire. Je ne parlerais pas de tout mon projet bien sûr mais j’espérais toucher l’Assemblée avec des idées permettant aux robots de vivre en harmonie avec les humains.

Mais je savais qu’un point me serais défavorable, l’opinion publique, que l’on m’opposerait, au nom d’un Etat démocratique, je n’avais qu’une carte à jouer contre elle, moi-même. En effet, j’avais accompagné le chef de l’Etat dans sa campagne et nous partagions la même opinion au sujet des robots et ni lui ni moi ne nous en étions cachés. Surtout lui, Stéphane, stérile, considérait le robot avec lequel il vivait comme son fils. Et malgré cela, nous avions été élus.

♫ Clic, clic, comme le battement d’un cœur,

Clic, clic ils résonnent en chœur,

Mes boulons métalliques…

Le refrain de la chanson de Vocaloid me tira de mes songes tout en indiquant l’heure. J’avais presque fini. Bien sûr il me faudrait retravailler la forme, mais les idées étaient là.

 

Sujet d’examen « Droit et littérature »

Les étudiants de Licence 3ème année de droit du centre universitaire Jean-François Champollion suivent un séminaire de Droit et littérature, assuré par M. Lionel MINIATO (20h). Chaque séance permet d’évoquer un thème particulier (le courant droit et littérature, le fait divers, le juge, l’avocat, etc.) illustrée par une œuvre littéraire étudiée et lue (extraits) en séance.
Le séminaire ne donne pas lieu à un examen car elle est intégrée à une « unité d’ouverture ». Les étudiants qui le souhaitent peuvent passer une épreuve et les cinq meilleures copies voient leur auteur récompensé par des ouvrages.
Le sujet et la meilleure copie de l’examen qui a eu lieu l’année dernière est disponible sur le site Un peu de droit.

Cette année, le sujet était le suivant :

«Nous sommes en 2070. Depuis quelques décennies déjà, les robots ont pris une place importante dans la société et leur nombre aussi bien que leur intelligence n’ont cessé de croître. Accomplissant toutes sortes de tâches – les plus ingrates –, les robots ont entrepris de revendiquer des droits identiques aux êtres humains.

La société française est divisée sur cette question, même si l’opinion publique, majoritairement, (60%), refuse que l’on accorde le moindre droit aux robots. Seule une minorité (10 %) pense que les robots ne devraient plus être considérés comme des biens, en étant dotés de la personnalité juridique et en jouissant de tous les Droits de l’Homme. Le reste de la population (30%) affirme que seuls certains droits économiques et sociaux pourraient leur être accordés.

Des manifestations, des émeutes violentes et même des actions meurtrières de la part des robots ont fait que le Gouvernement français a décidé de présenter un projet de loi pour satisfaire à ces revendications.

Vous êtes le premier Ministre de la République française. Dans quelques jours, vous aurez à présenter et à défendre votre projet devant l’Assemblée Nationale. Il vous faut écrire votre discours

Suite au prochain épisode.

)