Archives par étiquette : bibliothèques

Comment écrire sa thèse : U. Eco

ecoQuelques conseils méthodologiques ont déjà été donnés ici, de manière générale ou plus précise. Ces conseils concernaient la rédaction d’un mémoire de Master, mais plusieurs éléments pouvaient utilement être extrapolés à la préparation d’une thèse. Difficile donc de passer à côté de la récente publication en langue française de l’ouvrage méthodologique de Umberto Eco, Comment écrire sa thèse. L’ouvrage date en réalité de 1977, a fait l’objet de plusieurs rééditions et a été traduit en français pour la première fois en 2016.

Les familiers de l’œuvre d’Umberto Eco pouvaient s’attendre à de grandes considérations sur l’amour de la recherche, la beauté des bibliothèques, la grandeur de l’Université. Il n’en est rien. L’ouvrage est un guide méthodologique, précis et détaillé, à destination des personnes s’apprêtant à rédiger une thèse, mais pas n’importe laquelle. Le titre original de l’ouvrage est en effet Come si fa une tesi di laurea : il ne concerne que la thèse dite de laurea, propre au système académique italien (j’ignore par ailleurs si elle existe encore : un lecteur mieux informé sera peut-être à même de m’éclairer). Il ne s’agit pas de l’équivalent de nos mémoires de Master, car elle peut se préparer sur plusieurs années, ni d’une thèse de doctorat, « thèse authentique […] réservée hors d’Italie à une espèce de « super-laurea » […], travail original de recherche apportant la preuve que le candidat est un chercheur capable de faire progresser la discipline à laquelle il se consacre » (p. 22-23). L’objet et la portée de la thèse de laurea sont différents, mais de nombreux conseils contenus dans cet ouvrage méthodologique peuvent utilement être repris pour les mémoires de Master et pour la thèse de doctorat, « même si on peut espérer que quelqu’un qui arrive à ce niveau sait déjà tout ce que j’expose ici – mais on ne sait jamais » (p. 12). La date de Comment écrire sa thèse importe également. Plusieurs conseils ont vieilli (l’utilisation d’une boîte à fiches – encore que… –, le problème de la dactylographie, l’absence de numérotation automatique des notes de bas de page, l’intérêt d’utiliser une photocopieuse…), d’autres ne sont pas transposables à toutes les disciplines. Peu importe : les autres sont suffisamment importants pour être attentivement suivis. Dernière précision : l’auteur insiste beaucoup sur le public auquel s’adresse son livre. Il s’agit des personnes qui souhaitent faire un travail sérieux, « rédiger une thèse qui leur procure une certaine satisfaction intellectuelle et leur serve après la fin de leurs études » (p. 27). D’autres peuvent n’avoir aucun intérêt à lire ce livre, soit qu’ils connaissent déjà les règles applicables (même si une piqûre de rappel ne peut pas faire de mal), soit qu’ils souhaitent obtenir leur diplôme sans autre considération : « ils auront plus vite fait de choisir entre deux options : (1) investir une somme raisonnable pour faire rédiger leur thèse par quelqu’un d’autre ; (2) recopier une thèse déjà réalisée quelques années auparavant dans une autre université (en prenant garde de ne pas recopier une thèse déjà publiée, même en langue étrangère parce que si l’enseignant est un tant soit peu informé, il en connaîtra l’existence). En recopiant à Milan une thèse faite à Catane, on a des chances raisonnables de s’en sortir, à condition bien sûr de s’informer auparavant pour savoir si le directeur de thèse, avant d’enseigner à Milan, n’avait pas enseigné à Catane – même recopier une thèse exige un travail de recherche intelligent » (p. 27). La thèse de laurea peut ainsi permettre de « retrouver un sens positif aux études et à leur progression, entendues non pas comme une accumulation de savoir, mais comme réflexion critique sur une expérience, comme l’acquisition d’une compétence, utile à son avenir, à identifier les problèmes, à les aborder avec méthode et à les exposer suivant certaines techniques de communication » (p. 15, c’est nous qui soulignons). Ce n’est finalement pas tant le sujet qui importe que « l’entraînement qu’elle impose, l’école de rigueur, la capacité d’organisation du matériau qu’elle exige » (p. 69).

La leçon de méthodologie de Umberto Eco porte à la fois sur le fond et sur la forme. Sur le fond, les conseils sont évidemment généraux, puisqu’ils ne concernent pas toutes les disciplines. On restera toutefois amusé par le nombre impressionnant de sujets donnés en exemple : Les Différentes Versions du roman Le Printemps du guerrier de Beppe Fenoglio, La Néo-avant-garde littéraire des années 1960, L’Image du Piémont chez Pavese et Fenoglio, Parentés et différences entre trois écrivains « fantastiques » : Savinio, Buzzatti et Landolfi, L’Histoire du Popcatepetl, La Naissance et la mort apparente du Paricutin, Le Thème du « monde à l’envers » chez les écrivains médiévaux, Le Thème du « monde à l’envers » chez les poètes de l’époque carolingienne, Le Concept d’action sociale chez Parsons, La Perception des couleurs chez un groupe d’enfants handicapés, L’Église de Santa Maria del Castello à Alexandrie, La Réception de Raffaele La Capria dans la critique italienne contemporaine, L’Interprétation de la Deuxième Guerre Mondiale dans les manuels d’histoire pour le collège des cinq dernières années, Les Modèles du roman historique dans les œuvres narratives de Garibaldi, L’influence de Francesco Domenico dans la culture italienne du Risorgimento, Le Concept de vie comme art entre romantisme et décadence, L’Idée des mondes possibles dans la science-fiction américaine, L’Attentat contre Palmiro Togliatti et les informations radiophoniques… Ne manque que Les Chevaliers de l’an mil du lac des paysans, à moins qu’il ne s’agisse de Les Chevaliers-paysans de l’an mil au lac de Paladru.

Même si les conseils sont généraux, ils restent utiles, en ce qu’ils permettent de prendre un peu de recul sur ce travail de recherche pour l’aborder autrement. Il est ainsi question de l’utilité de la thèse au-delà des études (p. 28), des règles de délimitation du sujet (p. 33 et s.), du choix du type de thèse… Il est toujours bon de lire que « faire une thèse rigoureusement monographique ne signifie nullement perdre de vue le contexte panoramique » (p. 39) : un sujet, quel qu’il soit, s’inscrit toujours dans un contexte plus large, qu’il est nécessaire de maîtriser. Ceci vaut aussi sur la manière de conduire ses recherches (du général au particulier, et non l’inverse). Les risques de la thèse sont évoqués : l’erreur dans le choix du sujet, ou bien encore « la névrose de la thèse : on l’abandonne, on la reprend, on s’y sent irréalisé, on entre dans un état de dispersion, on utilise la thèse comme alibi pour bien des lâchetés, on ne la soutiendra jamais » (p. 47), sans oublier les risques de se faire exploiter par son directeur (p. 83).

D’autres réflexions intéressent la scientificité d’un travail de recherche (p. 60 et s.). L’auteur considère ainsi qu’une recherche est scientifique si elle répond à plusieurs critères : porter « sur un objet précis, défini de telle manière qu’il soit identifiable par les autres » (p. 61), « dire sur ce sujet des choses qui n’ont pas été déjà été dites, ou bien revoir dans une optique différente les choses qui ont déjà été dites » (p. 63), « être utile aux autres » (p. 63), « apporter des éléments permettant de confirmer ou d’infirmer les hypothèses » exposées (p. 65). Ainsi, « un des avantages d’une procédure scientifique est qu’elle ne fait jamais perdre de temps aux autres » (p. 67).

On appréciera particulièrement les recommandations sur le repérage des sources et la construction de la bibliographie. « Dans une thèse, on étudie un objet en se servant d’instruments spécifiques » (p. 89) : « un chercheur va parfois en bibliothèque pour chercher un livre dont il connaît déjà l’existence, mais, souvent, il ne s’y rend pas avec une bibliographie mais pour établir une bibliographie. Cela signifie chercher des livres ou des articles dont on ne connaît pas encore l’existence. Le bon chercheur est celui qui est capable d’entrer dans une bibliothèque sans avoir la moindre idée sur un sujet et d’en sortir en en sachant un peu plus » (p. 103). Beaucoup de sources sont aujourd’hui dématérialisées : le conseil reste pourtant toujours valable.

eco_it

Les conseils sur les normes bibliographiques, l’usage des abréviations, sont tout aussi importants, parce que ces normes sont expliquées : « ce sont des normes très importantes et vous devez avoir la patience de vous familiariser avec elles. Vous verrez que ce sont des normes fonctionnelles, qui doivent vous permettre, ainsi qu’à vos lecteurs, d’identifier le livre dont il est question. Mais ce sont aussi des normes que l’on pourrait appeler d’étiquette universitaire : l’auteur qui les respecte montre qu’il est familier de sa discipline, les transgresser trahit le parvenu scientifique et cela peut parfois jeter une ombre de discrédit sur son travail par ailleurs bien fait. Ce qui ne signifie pas que ces normes d’étiquette soient dépourvues d’importance réelle ou qu’elles ne soient que des tracasseries formalistes […] : à Rome, fais comme les Romains, ou encore, comme dit le proverbe italien : « Qui ne pisse en compagnie, ou il vole ou il épie. » D’ailleurs, pour transgresser des règles ou s’y opposer, il faut d’abord les connaître et en démontrer les incohérences éventuelles ou la fonction purement répressive. Mais avant de dire qu’il n’est pas nécessaire de mettre le titre d’un livre en italique, il faut savoir qu’on le met en italique et pourquoi. » (p. 114-115). On se reportera donc utilement aux informations et tableaux fournis. Car « citer, c’est comme apporter des témoignages lors d’un procès. Vous devez toujours être en mesure de retrouver les témoins et de démontrer qu’ils sont fiables » (p. 254). Les fonctions des notes de bas de page sont donc expliquées (p. 262 et s.).

D’autres conseils sont tout aussi utiles. Ainsi, sur l’humilité scientifique, Umberto Eco rappelle « qu’il n’est pas sûr que les meilleures idées nous viennent des auteurs les plus importants » (p. 224) et d’expliquer ainsi l’origine de l’abbé Vallet, devenu, en hommage, personnage de son libre Au Nom de la Rose (et d’expliquer également que la lecture de l’abbé Vallet n’avait finalement pas le sens qu’il lui avait d’abord donné). « C’est cela, l’humilité scientifique. N’importe qui peut nous enseigner quelque chose » (p. 226). Les conseils de style sont tout aussi importants : « c’est un problème très délicat : s’il existait des règles définitives en la matière, nous serions tous de grands écrivains » (p. 232). Mais en gardant à l’esprit que « Vous n’êtes pas Marcel Proust » (p. 232), « Vous n’êtes pas e.e cummings » (p. 235), plus quelques autres conseils formels, on peut être tout à fait lisible.

Au final, on ne peut que souscrire à l’idée d’Umberto Eco selon laquelle « faire une thèse est un travail divertissant » (p. 323), ou à celle de son traducteur qui explique que le discours du chercheur, quel qu’il soit, « s’inscrit toujours déjà dans un ensemble assez vaste d’autres chercheurs, qui ont commencé à chercher avant lui et continueront après lui – et en partie grâce à lui. On ne cherche jamais seul, même dans la solitude d’une bibliothèque, même en lisant un livre ou en rédigeant son propre texte » (p. 335).

Bibliographies : à propos d’une nouvelle page sinelege

Une page consacrée à la QPC en matière pénale, une autre au CV, une sur les romans et témoignages sur les prisons, une page Ressources (qui n’est plus trop à jour) : le bandeau de navigation de ce site devient chargé. Il s’est d’ailleurs enrichi d’une rubrique supplémentaire : « Bibliographies doctrinales ». Titre mensonger, une seule bibliographie étant pour le moment accessible : celle d’Alain Prothais.

A tower of used books - 8446

Quelques explications sur cette nouvelle page. Elle s’inscrit dans une démarche plus globale, qui ne pourra malheureusement pas être généralisée sur ce site, de traitement des sources doctrinales. Dans le cadre d’un article à paraître prochainement, j’ai été amené à m’intéresser aux travaux du Pr. Alain Prothais, pénaliste qui s’est beaucoup intéressé au droit médical. Il est rapidement apparu intéressant de constituer sa bibliographie, que j’espère la plus exhaustive possible. Ce besoin est apparu suite à un constat simple : les bibliographies des différents auteurs sont difficilement accessibles. Lorsque, par chance, des Mélanges ont été consacrés au dit auteur, il est possible de se reporter, en début d’ouvrage, à la liste de ses publications. Mais ceci n’est pas systématique. Les Mélanges peuvent ne comporter aucune mention des publications éparses de l’auteur. Que l’on songe par exemple aux Mélanges consacrés au Pr. André VITU : nulle mention de ses publications, pourtant nombreuses. En outre, les auteurs ne s’arrêtent pas d’écrire lorsque des Mélanges leur sont consacrés, de sorte que la liste des publications n’est qu’indicative. Quand bien même ces bibliographies sont accessibles, elles ne font l’objet d’aucun traitement particulier : nul classement par thèmes, par mots-clés, nul abstract, difficulté de l’exploitation des données, etc.

La jurisprudence fait aujourd’hui l’objet d’un traitement particulier : possibilité de recherche en texte intégral, par mots-clés, en fonction du titrage ou du résumé… Rien de tel pour les sources doctrinales. Quelques exceptions existent : chaque éditeur offre la possibilité de recherche les articles d’un auteur selon différents critères ; on pense également au fameux Doctrinal, qui permet de procéder à des recherches très fines, en fonction de différents critères. Mais aucun de ces outils ne permet aujourd’hui de savoir ce qui a été publié avant l’informatisation des publications, ni de savoir ce qui a été publié chez un autre éditeur, dans des Mélanges, des ouvrages collectifs, etc. L’idée, assez simple en vérité, consiste alors à constituer des bibliographies exhaustives d’auteurs, qui pourront être par la suite enrichies de résumés, de mots-clés, voire des articles numérisés (en respect des règles du droit d’auteur), permettant une recherche efficace. La page de ce site a donc une durée de vie limitée, car une base de données pourrait être constituée. Il est d’ores et déjà possible d’utiliser Zotero à cette fin, mais l’utilisation d’un outil de gestion bibliographique est également envisageable.

Ce travail ciblerait, dans un premier temps, les grands auteurs aujourd’hui décédés pour éviter de froisser les susceptibilités car ce sont leurs publications qui sont les plus difficiles à trouver. S’agit-il d’un travail de recherche ? Difficile à dire : indéniablement utile aux chercheurs, ce travail relève sans doute davantage de l’ingénierie de la recherche. Il n’en est pas moins utile et il faut espérer qu’il pourra prospérer et constituer un outil important pour les recherches à venir.

image

Constituer une bibliographie peut être une tâche bien compliquée (via cielmondoctorat)

Rapports et mémoires de master: quelques conseils

La fin de l’année universitaire rime avec soutenances : rapports de stages et mémoires donnent parfois le tournis à l’enseignant-chercheur qui doit ingurgiter énormément de pages en peu de temps. La difficulté est renforcée par la coexistence de ces soutenances avec les autres obligations professionnelles (recherches, tâches administratives, corrections, rédaction) voire extra-professionnelles (on dit que certains sont devenus pères pendant les périodes de soutenance !). L’exercice est éminemment formateur pour l’étudiant, confronté à la rédaction d’un travail conséquent, parfois précurseur d’une future thèse, obligé de soigner l’expression de sa pensée, d’obéir aux règles de l’exercice, de construire une pensée, etc. Mais l’exercice est également formateur pour l’évaluateur : chaque rapport de stage, chaque mémoire est l’occasion d’enrichir ses connaissances, de voir un étudiant construire un raisonnement, de prendre connaissance de règles jusque-là ignorées, d’appréhender des contraintes concrètes. Aussi, même si la répétition peut sembler rébarbative, on en sort toujours enrichi.

Les perles des copies, déjà mentionnées ici ou , pourraient connaître des développements nouveaux : perles de mémoires, perles de soutenances… Mais là n’est pas l’objet de ce billet. Il est surtout l’occasion de dresser quelques conseils méthodologiques sur cet exercice particulier. On trouve nombre de conseils sur la présentation des rapports et mémoires. Hervé Causse a consacré plusieurs billets au rapport de stage, aux dangers du plagiat, au plan en deux parties ; Gilles Guglielmi met à disposition des conseils de méthode pour l’élaboration des mémoires de master ; et l’on ne compte plus les sites regorgeant de conseils. Il ne s’agit pas ici d’être redondant, mais peut-être d’ajouter une pierre à l’édifice à partir de quelques constats dressés.

Les internets regorgent de conseils méthodologiques

Les internets regorgent de conseils méthodologiques

On sait que le document doit comporter une couverture et une page de garde : les deux doivent être identiques. Sur ces pages, on trouve l’indication de l’université de soutenance, de l’UFR, de l’intitulé du mémoire ou du rapport, de la date de soutenance (si elle est connue au jour du dépôt), du directeur des recherches ou du maître de stage. La formule sacramentelle « L’université n’entend ni donner aucune approbation ni improbation aux opinions contenues dans cette thèse. Les opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur » peut connaître quelques variations. Des remerciements peuvent être formulés. L’essentiel est qu’ils soient sincères : ils sont trop souvent dithyrambiques ou hypocrites. Certains ajoutent une dédicace : je n’y suis guère favorable pour un mémoire ou un rapport de stage, mais il ne s’agit pas d’une franche hostilité. La liste des abréviations vient ensuite.

Jusqu’ici, tout va bien. Arrive alors le sommaire. Si l’on en croit le Trésor informatisé de la langue française, un sommaire est une « analyse écrite ou orale, se limitant aux points essentiels et qui rend compte d’une information ou d’un texte donnés ou qui sert de base à un développement ultérieur ». Le sommaire est une sorte de mini table des matières : il doit tenir sur une seule page et indiquer les principaux développements. Surtout, on fera attention à indiquer les pages de ces développements. Le sommaire est fondamental : la lecture du sommaire permet de connaître le plan retenu. Cette première appréhension est importante : la qualité du plan, le soin apporté aux intitulés sont autant d’indications de la qualité générale du travail. Les développements peuvent certes être décevants, mais, le plus souvent, la première impression n’est guère démentie par la suite.

Continuons la lecture, qui s’effectue pour ma part à la fin, en examinant la bibliographie. Une bibliographie est un élément incontournable. Pour être tout à fait franc, il me semble que l’on peut noter un mémoire de master à partir de cet élément. Sur la forme, la bibliographie est révélatrice de la rigueur du rédacteur, qui aura pris soin d’effectuer une présentation ordonnée des ressources utilisées (ou consultées). Il faut alors respecter quelques règles simples et se fier à un système de citation. Sur le fond, la bibliographie est révélatrice de la démarche du rédacteur. L’absence de manuels ou ouvrages généraux est souvent annonciatrice d’une absence de réflexion globale. L’indication de sites entiers, de portails n’est d’aucune utilité, quand elle n’est pas contre-productive : indiquer dans une rubrique « sites » www.legifrance.gouv.fr signifie que l’on a lu tout ce site ; indiquer www.wikipedia.org montre que l’on a quelque peu négligé les ressources doctrinales habituelles. On a même pu voir des références à des sites loufoques… Un article paru sur un site ne se distingue guère d’un article paru dans une revue papier : il faut indiquer l’auteur, le titre de l’article, la revue (ici, le site), l’année, etc. En lisant la bibliographie, on peut voir si le candidat s’est contenté d’exploiter un moteur de recherche ou s’il est allé dans une bibliothèque. Les thèses, les mélanges sont des ressources importantes, qu’il faut exploiter.

Ne pas se contenter des ressources facilement accessibles

Ne pas se contenter des ressources facilement accessibles

Il est alors temps d’attaquer la lecture de l’introduction. Une introduction trop courte est décevante : elle est le signe que beaucoup de points n’ont pas été envisagés et, trop souvent, que le premier chapitre de la première partie constitue en réalité une introduction. Une introduction doit être enlevée, élégante, pour appâter le lecteur : gare aux citations grandiloquentes, mais les références littéraires ou cinématographiques peuvent être bienvenues, si le sujet s’y prête. Au-delà de l’introduction, les transitions et annonces sont également importantes : trop souvent négligées, elles permettent pourtant au lecteur de connaître à l’avance ce qui va être démontré, de savoir où il se trouve, etc. Toutes les subdivisions doivent ainsi faire l’objet d’annonces soignées. Quant aux développements, ils seront évidemment structurés, clairs, précis. L’appareil scientifique (i.e les notes de bas de page) est indispensable : il permet de sourcer les propos, d’apporter des justifications importantes, de renvoyer à des opinions concordantes (ou non), voire de consacrer quelques lignes à des aspects accessoires au sujet.

Quand je mets une référence dont je ne suis plus très sûre en note de bas de page, et que j’espère que personne n’ira vérifier (cielmondoctorat)

Quand je mets une référence dont je ne suis plus très sûre en note de bas de page, et que j’espère que personne n’ira vérifier (cielmondoctorat)

Il ne faut pas hésiter à faire œuvre de proposition. De même, une démonstration doit être construite, au risque de tomber à plat : affirmer une chose avec la force de l’évidence, sans prendre le soin de justifier les propos, d’exposer le raisonnement, revient à s’exposer à une critique certaine.

Les annexes ne sont pas toujours utiles : elles doivent être pertinentes et on peut être bien avisé de les exploiter dans les développements. S’il ne s’agit que de reproduire des textes législatifs ou réglementaires, il vaut mieux éviter. S’il s’agit d’illustrer le propos, ou de permettre l’accès à un document rare, c’est déjà plus intéressant. Quoiqu’il en soit, formellement, les annexes figureront avant la table des matières.

Vient enfin la soutenance à proprement parler, qui entre pleinement dans la note qui sera attribuée. Un petit discours introductif est demandé : inutile de répéter ce qui a été écrit. Il vaut mieux s’attacher au contexte du travail, aux difficultés rencontrées, à ses points forts. Les membres du jury prennent ensuite la parole. Certains posent finalement peu de questions ; d’autres procèdent parfois à un examen de connaissances (signe que le rapport ou le mémoire présente des lacunes). Il faut bien évidemment se défendre, mais ne pas tomber dans la mauvaise foi. Un étudiant avait rendu un mémoire ne comportant aucune bibliographie et avait cherché à expliquer qu’il s’agissait d’un choix : mal lui en a évidemment pris. Reconnaître ses erreurs, sans pour autant tomber dans une spirale d’excuses est un exercice délicat.

awkwrd

Quand ma soutenance est dans une semaine (cielmondoctorat)

Tout au long de la rédaction du mémoire, il faut essayer de respecter quelques règles élémentaires qui faciliteront grandement le travail : constituer la bibliographie au fur et à mesure (en utilisant au besoin des outils utiles, comme zotero), utiliser une feuille de style sont des éléments qui font gagner du temps. On voit encore ici ou là des tables des matières faites à la main, et l’on songe au malheureux candidat qui compte le nombre de points, en essayent de respecter l’alignement. Pendant la phase de recherche, d’élaboration du plan ou de rédaction, il ne faut pas hésiter à solliciter son directeur, qui pourra apporter de précieux conseils, de nouvelles orientations, indiquer des références, etc.

Le bon mémoire ou rapport est finalement celui qui fera le moins l’objet de remarques : voir un membre du jury arriver avec de nombreuses feuilles de notes n’est pas vraiment de bon augure.

Ces quelques conseils qui ne prétendent pas à l’exhaustivité, devraient guider la réflexion des candidats. Alors, certains peut-être s’inscriront en doctorat.

Quand tu es accepté en master recherche, que tu veux faire une thèse mais que tu tombes sur ciel mon doctorat

Quand tu es accepté en master recherche, que tu veux faire une thèse mais que tu tombes sur ciel mon doctorat

La gestion de la documentation juridique : St. Cottin

L’appréhension est légitime lorsqu’on est amené à lire un ouvrage rédigé par un «non-juriste» dans lequel il est question de droit. L’ouvrage de M. Stéphane Cottin en fait partie et ce que mû par la nécessité de préparer un cours d’informatique documentaire juridique que je me suis plongé dans son ouvrage La gestion de la documentation juridique, qui vient de paraître chez Lextenso éditions, dans la collection Systèmes Droit. Une autre note de lecture traite, avec l’oeil du documentaliste, du livre de M. Cottin.

Et pourtant : le seul regret à l’issue de la lecture est que ce livre ne fût pas plus long! Les charmes de l’interdisciplinarité ne sont plus à vanter et le juriste ne peut que trouver un intérêt dans la présentation des bibliothèques juridiques (p.17) ou dans la bibliographie sur l’enseignement de la documentation juridique (p.24 et s.). L’ouvrage fourmille de statistiques utiles, notamment en ce qui concerne l’analyse quantitative de l’offre des données juridiques (p.34 et s.). Au-delà de la documentation juridique, bien évidemment au coeur du propos, Stéphane Cottin montre les enjeux de cette documentation, sur la validité des normes notamment (v. p.90-93 sur la validité des publications électroniques; v. également p. 35-36 sur l’abrogation; v. également p. 96 au sujet de l’efficacité économique du droit).

L’aspect technique, qui peut en rebuter certains, est un réel atout : les présentations sont toujours claires, ordonnées, précises et, ce qui est logique mais appréciable, enrichies d’une bibliographie conséquente. Surtout, Stéphane Cottin, aussi attaché qu’il soit au développement de la numérisation des données juridiques, insiste à plusieurs reprises sur l’importance du papier, démontrant, s’il en était besoin, que la recherche ne peut s’effectuer utilement en texte intégral. Les exemples étrangers sont utilisés à bon escient, habilement et intelligemment (v. par ex. p.93 et 94).

Tout est envisagé : du blog aux bases de données, du podcast à l’utilisation (indispensable?) de Zotero. L’ouvrage est à recommander à toute personne qui utilise la documentation juridique électronique : il offre plusieurs degrés de lecture, ouvrant des perspectives insoupçonnées au néophyte. Une proposition de modèle de citation des articles et ouvrages est également faite (que l’auteur ne suit pas toujours dans ses notes de bas de page), ce qui constituera évidemment un outil précieux pour tous ceux qui ont à établir une bibliographie ou à effectuer un travail de recherche (la citation de l’URL, recommandée par l’auteur, n’est toutefois pas toujours souhaitable, ou alors sous une forme abrégée, en raison de son manque de lisibilité). Les perspectives offertes concernent également l’évolution du livre et le développement des livres électroniques : les hyperliens peuvent être intelligemment utilisés comme manière d’aller plus loin, d’intégrer des références enrichissant le corps du texte, etc.

Bien évidemment, l’enseignant-chercheur sera déçu de quelques développements succincts sur la doctrine juridique ou de la jurisprudence (p.10), laquelle n’est pas réductible aux décisions de la Cour de cassation ou du Conseil d’État. La lecture est parfois rendue malaisée par la citation de longues URL, que jamais le lecteur n’utilisera telles quelles. Mais ces désagréments sont bien véniels au regard de l’intérêt du livre.

La gestion de la documentation juridique est bien plus qu’une synthèse des bases et outils disponibles. Il s’agit, chose surprenante, d’un ouvrage qui permet de réfléchir d’une autre manière sur le droit, en s’interrogeant sur ses modes de diffusion.

Apologie du livre : R. Darnton

En ces temps de rentrée universitaire, il est bon de s’interroger sur l’avenir des ressources principales de la recherche juridique : les livres! Robert Darnton est un historien du livre qui dirige la Harvard University Library. L’essai qu’il livre aux éditions Gallimard, ou plutôt la somme de petits essais, Apologie du livre, pourrait laisser le juriste froid et indifférent. Pourtant, les propos développés par l’éminent auteur intéressent le droit à plus d’un titre.

Il est d’abord question du développement du livre et de l’édition numérique, mais pas seulement.car ce développement est replacé dans son contexte historique, depuis l’invention de l’imprimerie. Ainsi, les peurs ressenties face à cette nouvelle technologie sont ramenées à leur juste mesure.

De nombreux développements sont relatifs aux accords conclus entre Google et plusieurs bibliothèques. L’auteur ne livre pas les stipulations contractuelles, mais met en avant un certain nombre de risques qui pèsent sur la conclusion de tels accords : conservation des ouvrages, privatisation de l’accès à la connaissance, etc. Il milite clairement pour un rôle plus important des bibliothèques dans la numérisation des ouvrages.

L’aspect de la numérisation est sans aucun doute le point fort du livre de Robert Darnton. L’auteur ne cache pas son attachement à l’objet livre, insistant sur les indications fournies par le papier : au-delà de la relation particulière que tout lecteur crée avec son livre, le papier est une source d’informations non négligeable pour la conservation. Il insiste également sur le fait que le papier est sans aucun doute le meilleur moyen de conservation trouvé à ce jour, qu’aucun support informatique ne peut égaler. Mais Robert Darnton dépasse rapidement le stade de l’opposition papier/numérique. L’avancée du numérique est telle qu’il serait idiot et contreproductif de s’en passer. Mieux, Robert Darnton explique comment un nouveau modèle de livre est envisageable, adapté au numérique. Brièvement, son modèle consisterait à superposer plusieurs couches, des liens permettant d’approfondir de nombreuses notions. C’est tout l’objet livre qui apparaît alors repensé. L’auteur explique même comment cette nouvelle manière de faire a été mise en œuvre, ses difficultés pratiques et théoriques, etc.

L’essai est à mettre en relation avec le développement des bases de données juridiques, dont la maîtrise est indispensable. Un nombre très important de revues est aujourd’hui accessible sur les sites des principaux éditeurs juridiques. Les encyclopédies le sont également. Mais toute cette connaissance n’est guère accessible pour le chercheur, sans l’aide financière et logistique des bibliothèques. Le coût d’un abonnement électronique est prohibitif et quelques éditeurs ont tendance à «saucisonner» leurs offres. Dalloz en est un bon exemple : la base dalloz.fr permet d’accéder aux revues, mais pour consulter les sommaires, il faut passer par le site dalloz-revues.fr, puis pour consulter les manuels, par une autre base, etc. D’autres éditeurs offrent une navigation par sommaire, mais le rendu est peu plaisant. Et très peu d’éditeurs permettent d’avoir accès à une image de la revue, ce qui rend toute citation de l’exact numéro de page impossible. Les pratiques sont donc encore à développer.

Surtout, la numérisation telle qu’elle existe aujourd’hui dans le domaine juridique fait fi des archives ouvertes et du libre accès à la connaissance. Cette problématique est quasiment absente en droit, alors qu’elle tout aussi fondamentale que dans les autres disciplines. La différence essentielle est sans doute que les publications juridiques correspondent à un marché et qu’au-delà de la recherche, elles intéressent les professionnels du droit – ce qui constitue un abus de langage car on voit mal en quoi les enseignants-chercheurs ne seraient pas des professionnels du droit.

Un moteur de recherche pour les Mélanges – II

Un précédent billet décrivait les outils disponibles pour effectuer des recherches dans les tables des Mélanges. Un site a été mis de côté qui vient compléter l’offre déjà disponible : le Centre européen de droit et d’économie met à disposition les tables des matières de plusieurs Mélanges. Il suffit de suivre ce lien.

Un moteur de recherche pour les Mélanges

Les Mélanges sont une source importante de savoir et sont particulièrement prisés des chercheurs en Droit. Confronté à la multiplication des revues quotidiennes, hebdomadaires, mensuelles, trimestrielles, annuelles, le chercheur est bien souvent démuni dans sa quête perpétuelle de l’actualité.

Heureusement, des outils existent qui permettent de se tenir informé aisément. Malgré tout, l’impression demeure d’une information souvent superficielle, voire incomplète du fait

  1. de la nécessité d’écrire dans l’urgence, pour réagir rapidement à une décision, un texte;
  2. de l’obligation de respecter les contraintes éditoriales, plus ou moins drastiques.

Dès lors, il est courant d’entendre dire que l’on ne pense plus que dans les Mélanges. Leur faible nombre − même si cette assertion doit être nuancée car, en tant que nouvel espace de publication, les Mélanges se multiplient également −, la réputation des auteurs et l’attention portée par les collègues à ces écrits en font des objets d’études privilégiés.

Inconvénient majeur : l’absence de référencement systématique. Plusieurs méthodes sont alors envisageables :

  1. l’exploration systématique et au petit bonheur la chance des tables des matières;
  2. l’utilisation d’outils mis à disposition par des âmes charitables.

A ce titre, il faut bien évidemment mentionner l’ouvrage de Xavier Dupré de Boulois, Bibliographie des Mélanges, aux éditions La Mémoire du Droit, paru en 2001. Malheureusement, le prix de l’ouvrage est prohibitif pour les particuliers(certains sites vont jusqu’à 275 euros, ce qui n’est après tout que la juste rétribution d’un travail colossal : vive les bibliothèques, donc!) et de nombreux Mélanges sont parus depuis 2001.

On ne peut davantage passer sous silence l’initiative de Stéphane Darmaisin qui met en accès libre les tables de nombreux Mélanges. Mais là encore, la tâche est titanesque et on ne peut accéder à l’intégralité.

Enfin, le site de la bibliothèque de Paris 2 offre un outil de recherche dans les Mélanges,  par titre, auteur ou sujet.

Ces outils sont précieux. Ils ne sont certes pas isolés, mais méritent d’être connus.

Quand les chercheurs discutent avec les professionnels de la recherche

Dans le cadre d’une formation organisée par MEDIAL, j’ai eu l’occasion d’intervenir avec deux collègues publicistes auprès des personnels de la bibliothèque universitaire de Droit, Sciences économiques et Gestion.

Cette formation poursuivait plusieurs objectifs:

  • Présenter les principaux parcours des études en Droit, principalement pour la Licence.
  • Présenter les méthodes de travail employées par les enseignants responsables des cours magistraux ou des travaux dirigés.
  • Présenter les grands principes du droit privé, du droit public et du droit communautaire et international.

A priori, il s’agissait de vulgariser les connaissances juridiques pour en présenter la substantifique moelle. Rien de neuf sous le soleil.

Et pourtant, au fil des questions et des attentes du public qui assistait à cette formation, de réels intérêts communs sont apparus. Les étudiants, tout d’abord : l’enseignant a devrait avoir le souci de la réussite de ceux auxquels il s’adresse; les bibliothécaires ont celui de fournir les renseignements appropriés, d’orienter les recherches, etc. Les chercheurs, ensuite : l’enseignant est également chercheur et a donc des besoins spécifiques; le bibliothécaire est un professionnel de la recherche et est donc un partenaire indispensable. L’Université, enfin : il est particulièrement regrettable que l’UFR ne soit pas en étroite relation avec le SCD et ses bibliothèques surtout quand, comme c’est le cas à Nancy, seul un parking sépare les deux bâtiments. La politique documentaire des bilbiothèques est, il est vrai, satisfaisante, mais échanger des informations ne peut que participer à son amélioration. Chacun a sans doute une anecdote sur ce trésor retrouvé au fond d’une poubelle de la BU, jeté parce que jamais consulté : comment en vouloir aux « désherbeurs » si personne n’a jamais mentionné l’intérêt de l’ouvrage ?

Les outils sont nombreux qui permettent de rechercher l’information.

Début de la publicité

L’un est encore méconnu, mais ne saurait le rester.

Fin de la publicité

D’autres sont connus, mais mériteraient d’être harmonisés : il s’agit des bases de données des éditeurs juridiques. Des réflexions peuvent également être menées sur la faible place des archives ouvertes dans le domaine juridique, sur la concertation entre enseignants, doctorants, étudiants, bibliothécaires, etc. Chacun a bien souvent une idée sur la marche à suivre : les mettre en commun ne peut qu’améliorer les conditions de travail de tous.