Archives par étiquette : littérature

The Paper Chase (film): J. Bridges (à propos de l’enseignement du droit)

affiche_paper_chaseEt si l’on regardait un film sur les études de droit pendant les vacances ? Il a déjà été question sur ce site de la question de l’enseignement du droit : sur ce qu’il pourrait être dans La Cuisine du droit ou dans Qu’est-ce qu’un grand juriste ?, sur l’hypothèse d’une contrefaçon appliquée à un cours de droit pénal, ou bien encore sur les travers de l’institution. Il a même été question de l’enseignement du droit aux Etats-Unis, dans cette note de lecture consacrée au livre de Duncan Kennedy : L’enseignement du droit et la reproduction des hiérarchies. Difficile de ne pas mettre ce dernier ouvrage en relation avec un film de 1973, réalisé par James Bridges et adapté d’un roman de John Jay Osborn Jr (une série télévisée a également été réalisée) : The Paper Chase (traduit maladroitement en français par La Chasse aux diplômes).

L’histoire est surprenante de banalité : il s’agit de suivre la première année de droit d’un jeune étudiant de Harvard (auparavant diplômé de l’Université du Minnesota), du premier cours aux résultats des examens. L’étudiant en question est James Hart, brillant étudiant, travailleur, qui, malgré une première expérience traumatisante en cours (v. l’extrait suivant), devient un inconditionnel de son professeur de droit des contrats, le glaçant professeur Kingsfield.

Le spectateur suit alors la vie de cet étudiant, éloigné de sa famille (dont il n’est d’ailleurs jamais question), surmené, impliqué et amoureux … de la fille de son professeur. Le film alterne alors scènes de cours et scènes personnelles. L’obtention du diplôme devient une obsession pour le héros (l’un des étudiants fera même une tentative de suicide). Obsédé par sa réussite et l’envie de plaire au terrible professeur Kingsfield, Hart travaille avec acharnement et se consacre corps et âme au droit des contrats. Il ira même jusqu’à consulter clandestinement les notes de ce professeur, précieusement conservées à la bibliothèque.

Les deux héros du film sont le professeur Kingfield et… la méthode socratique. Voici comment le professeur la décrit : « We use the Socratic Method here. I call on you, ask you a question… and you answer it. Why don’t I just give you a lecture? Because through my questions, you learn to teach yourselves. Through this method of questioning, answering… questioning, answering… we seek to develop in you the ability to analyze that vast complex of facts that constitute the relationships of members within a given society. Questioning and answering. At times you may feel that you have found the correct answer. I assure you that this is a total delusion on your part. You will never find the correct, absolute, and final answer. In my classroom, there is always another question… another question to follow your answer. Yes, you’re on a treadmill. My little questions spin the tumblers of your mind. You’re on an operating table. My little questions are the fingers probing your brain. We do brain surgery here. You teach yourselves the law but I train your mind. You come in here with a skull full of mush and you leave thinking like a lawyer ». Rien à voir, on l’aura compris, avec l’enseignement du droit dans nos Facultés, où le cours magistral reste la règle, articulé avec les travaux dirigés qui permettront aux étudiants de résoudre différents exercices. Elle se rapproche peut-être de la méthode utilisée dans certains séminaires de Master 2 où le faible nombre d’étudiants se prête davantage à ce genre d’exercice. Cette méthode aboutit surtout à un travail conséquent des étudiants qui doivent, avant chaque cours, étudier les cas sélectionnés par l’enseignant, les comprendre, pour pouvoir être à même de répondre aux questions posées.

Dans l’idéal, cette méthode permet de développer les capacités de réflexion, l’aisance dans la prise de parole, la compréhension des cas, etc. Mais, dans le film, on voit vite ce qu’elle peut avoir de terrible entre les mains d’un enseignant hautain, pétri de son importance et méprisant (v. l’extrait suivant). Malgré tous les efforts de Hart, il ne se souviendra jamais de son nom. Celui-ci espère pourtant avoir réussi à gagner l’estime de son professeur lorsqu’il se voit confier des recherches, mais il sera déçu, n’ayant pas réussi à effectuer à temps sa mission. Las, lors d’un bref tête à tête dans un ascenseur, après toute une année, le professeur ne daignera pas se souvenir de celui qui semble bien être son meilleur étudiant et son plus fervent admirateur. Pourtant, Hart ne lui en tiendra pas rigueur : il est le premier à se lever, à la fin de l’année, pour applaudir le professeur Kingsfield, entraînant tout l’amphithéâtre avec lui. On peut y voir un syndrome de Stockholm, ou, plus vraisemblablement, le fait que Hart a plus appris sur lui-même que sur le droit, grâce à ce cours : l’homme qu’il admirait comme juriste est peut-être celui qui a permis, par son exigence, à Hart de devenir un homme accompli. La scène finale en est la preuve : debout sur un rocher, face à l’océan, Hart envoie voler l’enveloppe contenant ses résultats, transformée en avion en papier.

Dans le cours du professeur Kingsfield, la méthode socratique aboutit à une classification drastique des étudiants, que James Hart explique à sa petite amie, Susan: «It’s very interesting to me how quickly the classes have divided up into three factions. One faction being the students who sit in the back. Given up sitting in their assigned seats, preparing the cases. […] The second group are the ones who won’t raise their hands or volunteer an answer, but will try when called upon. That’s where I am, right now, living in a state of constant fear. And then there’s the third echelon. The upper echelon. The volunteers. They raise their hands in class. They thrust themselves into the fray. I don’t think they’re smarter than anyone else but they have courage. And they’ll achieve the final recognition. The teachers will get to know their names and they’ll get better grades». Avoir des étudiants apeurés, voilà un projet pédagogique particulier…

Le cœur du film dépasse bien évidemment (et heureusement) l’enseignement du droit : cette chasse au papier est la chasse aux diplômes, aux livres, aux notes de cours, cette quête absurde dans un système qui en exclut beaucoup, comme le rappelle Susan à Hart : « You’re gonna pass because you’re the kind the law school wants. You’ll get your little diploma, your piece of paper that’s no different than this, and you can stick it in your silver box with all the other paper in your life. Your birth certificate, your driver’s license, your marriage license, your stock certificates and your will ».

De manière plus anecdotique, le film est également marquant car il réussit à montrer la soif d’apprendre des étudiants du petit groupe d’études : passionnés par leurs études, ils apprennent avec envie. « Though I walk through the valley of the shadow of ignorance, I shall fear no evil for the law is with me », dit Hart lors d’une effraction nocturne dans la bibliothèque pour récupérer un livre dont il a besoin. L’envie devient obsession car ils en oublient de vivre et excluent presque malgré eux ceux qui ne les suivent pas, qui ne correspondent pas au stéréotype de l’étudiant en droit. C’est évidemment l’amour qui sauve James Hart et lui montre la voie de la sagesse. La morale du film peut être plus prosaïque, comme il est dit dans le film : « Nothing makes you hornier than studiying ». A bon entendeur !

NB : j’ai eu connaissance de ce film grâce à Tis et Livia : merci!

Real Humans (Äkta människor, 100% humain) : humanitude et droit

spoiler

Gare aux spoilers!

Les séries nordiques rencontrent un grand succès. Parmi elles, Real Humans (Äka Männistor) se distingue par son originalité. Le point de départ est assez simple : la vie quotidienne de citoyens suédois qui vivent entourés de robots (les hubots). Ceux-ci ont une apparence humaine et sont plus ou moins spécialisés: conduite, aide aux personnes âgées, coaches sportifs, robots à tout faire… Le récit s’enrichit tout au long des épisodes : on rencontre des robots autonomes, qui développent une conscience d’eux même, les relations entre humains et robots se complexifient et la frontière entre l’homme et la machine apparaît de plus en plus ténue. L’un des intérêts de la série est d’avoir refusé l’option d’une anticipation trop poussée. Un tel sujet aurait pu être abordé dans un futur lointain, rempli de voitures volantes. Au contraire, le choix a été fait d’ancrer le récit dans un réel contemporain : seuls les robots sont sophistiqués ; les téléphones portables sont parfois désuets, les voitures, très actuelles, et certains objets sont déjà un peu datés (un réveil des années 70, un tensiomètre dépassé…).

L’idée de Real Humans n’est pas nouvelle, que ce soit dans la littérature (Do Androids Dream of Electric Sheep ?, Philip K. Dick ; le Cycle des robots de Isaac Asimov), le cinéma (Blade runner, Ridley Scott, adaptation du roman de Philip K. Dick) ou les séries télé (Battlestar Galactica). Comme un clin d’œil, les scénaristes évoquent d’ailleurs les règles de sécurité applicables aux robots, qui les empêchent de mentir ou de frapper les humains, par exemple, appelées Asimov restrictions. La doctrine s’est également intéressée à la chose (v. Science-fiction et science juridique, P.-J. Delage (coord.) et spéc. P.-J. Delage, « Les androïdes rêveront-ils de personnalité juridique ? », p. 165. Il ne faut pas désespérer : les actes de ce colloque organisé par le RERDH feront bien un jour l’objet d’une note de lecture sur sinelege).

Difficile de regarder cette série sans y percevoir d’importants problèmes juridiques, soit parce qu’ils sont expressément abordés, comme la question du statut légal des robots par exemple, soit parce qu’ils sont constamment sous-entendus, comme la question de la définition de l’humain. La série a déjà fait l’objet de quelques analyses.

On peut ainsi avoir une vision « positiviste » de la série en se demandant quelles seraient les règles applicables aux dommages commis par un robot : le régime de la responsabilité du fait des choses est à l’évidence applicable. La série va un peu plus loin lorsque que deux propriétaires de robots se prétendent victimes de discrimination pour n’avoir pas pu accéder à une boîte de nuit avec leurs compagnons. Malheureusement, le procès n’aura pas lieu : une transaction est proposée aux plaignantes, qui la refusent pour une question de principe. Mal leur en a pris, puisqu’elles sont prises au piège : la loi prévoit que les robots ne doivent pas faire l’objet de modifications illicites ; or, toutes deux ont modifié leur robot, notamment pour lui incorporer des améliorations… fonctionnelles (que je laisse le soin au lecteur d’imaginer). Le procès aurait pu être passionnant : discrimination envers les robots ou discrimination envers les personnes accompagnées de robots ? Les enjeux sont conséquents, mais les scénaristes ont fait le choix de ne pas aborder frontalement la question. Cette fausse piste habile peut être décevante du point de vue du juriste, mais elle ne fait que relancer le récit.

D’autres aspects juridiques sont mis en avant dans la série : droits des salariés face aux robots utilisés par les entreprises, infractions commises par les robots (il existe même une unité policière consacrée aux infractions commises par les robots ; l’ironie du sort veut que l’une des enquêtrices est elle-même un robot), revendications politiques, infractions terroristes, statut du suspect, droits de la défense…

Au-delà de l’interrogation sur les règles applicables aux robots, Real Humans permet surtout de s’interroger sur la définition de l’humain. Au cœur du récit, cette question est riche de développements juridiques (v. encore une fois Science-fiction et science juridique, P.-J. Delage (coord.) et toutes les références indiquées). Le droit n’ignore pas la délimitation de l’humain et du non humain, de la personne humaine et des choses humaines : que l’on songe simplement aux débats récents et récurrents sur le statut de l’animal, aux problèmes soulevés par les xénogreffes ou bien au statut du fœtus. Récemment, on a pu lire ou entendre des propos sur la nécessité de donner au statut spécifique aux robots. On a également pu envisager le recours aux robots humanoïdes comme « remède » à la pédophilie. Ces questions sont toutes présentes dans Real Humans.

La difficulté entre les robots est bien montrée dans le recours à la langue : en anglais, un robot doit-il être désigné comme une chose (it), un homme (he) ou une femme (she) ? Le tour de force de la série est de montrer que la distinction entre l’homme et la machine n’est pas évidente, pas plus que celle entre l’homme et l’animal. Quels sont les facteurs qui permettent de distinguer un humain d’un robot ? Si l’on recourt à l’intelligence, les robots sont assurément humains, voire surhumains ; il en va de même si l’on utilise la mémoire. On peut alors songer à l’empathie, difficile à quantifier et difficile à isoler : on voit plusieurs robots risquer leur vie pour sauver des humains. Les robots de Real Humans sont également capables d’apprendre ; ils ont des envies (de vêtements, de liberté…) ; l’un d’eux, Gordon, semble même devenir croyant. Dans la série, la question de leur humanité est renforcée par leur apparence : l’un des personnages dit d’ailleurs que si les robots ont une apparence humaine, c’est pour que les humains puissent mieux les exploiter. Le parallèle avec l’esclavage n’est pas loin. L’originalité de la série est de montrer que l’humanité  s’acquiert par ses travers : le robot devient presque humain lorsqu’il devient capable d’auto-détermination et qu’il emprunte alors les défauts de caractère des humains. Lorsque le robot n’est que serviable, lorsqu’il n’accomplit que les tâches pour lesquelles il a été conçu,  la question de son « humanitude » (expression de J.-F. Seuvic : « Variations sur l’humain comme valeurs pénalement protégées »in Mélanges Bolze) ne se pose guère. Mais lorsqu’il commence à poursuivre un but personnel, serait-ce en raison d’un code de programmation particulier, la ressemblance avec les humains devient comportementale. Real Humans comprend ainsi des robots manipulateurs (Vera, le robot d’aide aux personnes âgées, qui n’hésite pas à mettre des somnifères dans la nourriture), menteurs (les « enfants » de David Eischer mentent fréquemment), homophobes (Saison 01, épisode 06 : Flash a des propos injurieux envers le couple de femmes qui l’accueille), violents (Rick corrige l’ex-époux)… Mieux l’acquisition de cette « humanitude » passe par la violation de la loi : l’auto-détermination, l’autonomie, l’expression de la volonté passent par la commission d’infractions, y compris par des atteintes à la vie humaine. La capacité à violer la norme serait alors ce qui permet de distinguer l’homme de la machine.

La série va encore plus loin lorsqu’elle s’intéresse au cas de Léo Escheir : enfant biologique de David, il a été ramené à la vie en devenant un être humain augmenté. La distinction biologique entre humains et robots à laquelle on aurait pu penser, se révèle inopérante en présence de cet homme biologique particulier. Représente-t-il le futur de l’humanité ? On peut le penser lorsque la question des clones digitaux est évoquée. Léo est-il mortel ? Peut-on le tuer impunément ? Il bénéficie en tout cas du droit à l’assistance d’un avocat (même si l’on apprend par la suite qu’il ne s’agit que d’un stratagème pour connaître ses plans secrets).

Autant de questions soulevées par cette remarquable série, qui montre, une fois de plus, que le droit – sa compréhension, son application et son évolution – a beaucoup à gagner en se frottant à l’imaginaire artistique. Autant de questions qui restent à résoudre, l’auteur de ces lignes n’ayant pas encore terminé la première saison.

Sur les toits : N. Drolc

En 1971 et 1972, plusieurs révoltes ont marqué l’histoire de la prison : Lyon, Toulouse, Nîmes, Toul et Nancy, notamment. L’histoire de ces mutineries a déjà été abordée ici ou . Un documentaire réalisé par Nicolas DROLC en 2013 revient sur l’épisode de la mutinerie des détenus de la maison d’arrêt Charles III, de Nancy.

Sur les toits. Hiver 1972 : mutineries dans les prisons françaises from mutins on Vimeo.

Le documentaire offre d’intéressantes images d’archives retraçant l’histoire de cette révolte. L’histoire est savamment mise en scène, la « grande » histoire des droits des détenus rencontrant la « petite » histoire des détenus de Nancy. Le réalisateur a en outre réussi à obtenir des témoignages des mutins, de leur avocat, Me Henri Leclerc, mais également d’un ancien surveillant pénitentiaire. Replaçant ce mouvement important dans un contexte plus global, le réalisateur s’attache, au début du documentaire, à décrire le Groupe Informations Prisons, en s’appuyant sur le témoignage de Daniel Defert. Très didactique, le documentaire s’attache d’abord au parcours des différents protagonistes. Ce petit récit de la délinquance ordinaire nous montre des individus ayant tous souffert de difficultés scolaires et ayant tous commencé leur carrière délinquante relativement jeune. L’activité du G.I.P est ensuite expliquée, documents à l’appui. Arrive ensuite le contexte général de la mutinerie de Nancy et sa description, passionnante et encore actuelle. Elle a ceci de particulier que les détenus, sur les toits, lançaient directement leurs revendications aux passants. La suite de cette mutinerie est également habilement traitée, puisque le documentaire s’arrête sur sa répression, le procès des détenus, ses implications politiques et les difficultés de ce combat. Difficultés judiciaires d’abord, car il était difficile de contester la réalité des infractions commises. Difficultés politiques ensuite, l’action des détenus ayant été fortement contestée dans l’opinion, comme le montre un micro-trottoir organisé lors de ces évènements, un passant déclarant que le problème de la mutinerie aurait été facilement résolu à l’aide d’une mitraillette.

On regrettera une utilisation parfois maladroite d’extraits de films anciens montrant des révoltes de détenus : il s’agit de films américains où la mutinerie passe par l’ouverture des cellules individuelles, à barreaux ouverts, ce que notre système carcéral ignore. De la même manière, une place trop importante est accordée au témoignage de Serge Livrozet, ancien détenu défenseur de la « délinquance alimentaire » : si ses propos sont intéressants, ils s’inscrivent malheureusement mal dans le documentaire car il n’y est plus question de la mutinerie de 1972, mais d’une réflexion plus globale sur l’illégitimité de la prison. Le documentaire ne souffre heureusement pas trop de ces digressions finales.

CapturePour rappel : on peut consulter avec intérêt la bibliographie «Romans et témoignages sur la prison».

Meilleure copie de l’examen Droit et littérature

Après la publication du sujet de l’examen Droit et littérature organisé par Lionel Miniato au Centre Universitaire Jean-François Champollion, voici enfin le moment tant attendu de la lecture de la meilleure copie, œuvre de Marie-France Rabaudy, qui a très gentiment accepté de voir son travail diffusé.

« Mesdames, messieurs ». L’archétype de tout discours, non, non, je ne voulais pas commencer mon projet d’une façon aussi rasoir. Je regardais le robot à ma droite, Beng, qui comme d’autres attendaient que je porte mon projet, leur projet, à son adoption. Son corps en forme d’écran s’illumina, me montrant cette pub vieille de presque un siècle où un robot jouant sous la pluie se transformait petit à petit en enfant. C’était le symbole d’un robot célèbre qui avait été démonté il y a peu par un non-partisan de la cause des « métaux sans vie » comme il aimait les appeler. Un nom qui me répugnait. Dans ses derniers programmes, le robot avait diffusé cette pub avec l’hologramme dont il disposait. Je tapotais a tête de Beng, que j’avais surnommé ainsi, le robot à ma droite, c’est lui qui m’accompagnerait pour mon discours, je le connaissais depuis tout petit.

« Mesdames, messieurs », c’était tout de même ainsi que je poursuivais mon discours. Il fallait rappeler l’histoire des robots… « Depuis plus d’un siècle, l’avancée technologique, comme les manuels d’Histoire l’ont longtemps qualifiée, a permis aux robots d’avoir des capacités égales à celles des hommes, voire plus élaborées ». J’entendais déjà les critiques : ce ne sont pas des hommes, on ne peut pas les laisser faire, ils nous manipuleront… Même le parti des animaux Orwellien le dirait, surtout Karly, leur représentant au visage de bouledogue comme c’était la mode dans les années 40, de faire de la chirurgie esthétique pour avoir des traits semblables à son animal préféré.

Là mes idées couraient toutes seules sur le papier, puisque je les savais. Depuis 5 ans que je soutenais la cause des robots… Ce ne sont pas des hommes ? C’est ce que l’on disait des esclaves au temps de la colonisation. Nous sommes leurs créateurs ? Alors pourquoi les considérer comme des esclaves et pas des enfants ? C’était l’opinion de la majorité des créateurs de robots dont les plus célèbres étaient dans le parti Robots. Je savais que j’aurais leur soutien. Des émeutes violentes ? C’était aussi le cas du temps de Martin Luther King, même s’il avait choisi la voie pacifique. Les robots ont besoin de se faire entendre. Je tapais du poing seul à mon bureau et Beng grésilla, comme à chaque fois qu’il sentait une vibration dans l’air.

Il fallait arrêter de comparer les robots aux hommes. Les robots devaient avoir leurs propres droits, leur propre rémunération, on ne pouvait continuer à les exploiter. J’envisageais, pour lutter contre cela, une procédure d’adoption pour avoir un robot dans son foyer, la possibilité pour les robots de recevoir un salaire afin qu’ils puissent par exemple améliorer leurs capacités, leurs composants, se recharger pour les plus anciens. Avec un vieil ami avec qui j’avais fait mes études, Lionel, j’avais même écris dans le projet la possibilité de souscrire à une assurance pour les robots et qu’ils aient leur propre patrimoine où leurs pièces, leurs composants seraient inscrits afin de les protéger des violences qu’ils subissaient. Ils pourraient d’ailleurs, avec l’acquisition d’une personnalité juridique spéciale et adaptée, obtenir réparation civile et pénale des tords qu’ils subissaient. Enfin, j’avais prudemment tenté une dernière disposition qui leur permettrait de créer leurs propres entreprises grâce à leur savoir-faire. Je ne parlerais pas de tout mon projet bien sûr mais j’espérais toucher l’Assemblée avec des idées permettant aux robots de vivre en harmonie avec les humains.

Mais je savais qu’un point me serais défavorable, l’opinion publique, que l’on m’opposerait, au nom d’un Etat démocratique, je n’avais qu’une carte à jouer contre elle, moi-même. En effet, j’avais accompagné le chef de l’Etat dans sa campagne et nous partagions la même opinion au sujet des robots et ni lui ni moi ne nous en étions cachés. Surtout lui, Stéphane, stérile, considérait le robot avec lequel il vivait comme son fils. Et malgré cela, nous avions été élus.

♫ Clic, clic, comme le battement d’un cœur,

Clic, clic ils résonnent en chœur,

Mes boulons métalliques…

Le refrain de la chanson de Vocaloid me tira de mes songes tout en indiquant l’heure. J’avais presque fini. Bien sûr il me faudrait retravailler la forme, mais les idées étaient là.

 

Sujet d’examen « Droit et littérature »

Les étudiants de Licence 3ème année de droit du centre universitaire Jean-François Champollion suivent un séminaire de Droit et littérature, assuré par M. Lionel MINIATO (20h). Chaque séance permet d’évoquer un thème particulier (le courant droit et littérature, le fait divers, le juge, l’avocat, etc.) illustrée par une œuvre littéraire étudiée et lue (extraits) en séance.
Le séminaire ne donne pas lieu à un examen car elle est intégrée à une « unité d’ouverture ». Les étudiants qui le souhaitent peuvent passer une épreuve et les cinq meilleures copies voient leur auteur récompensé par des ouvrages.
Le sujet et la meilleure copie de l’examen qui a eu lieu l’année dernière est disponible sur le site Un peu de droit.

Cette année, le sujet était le suivant :

«Nous sommes en 2070. Depuis quelques décennies déjà, les robots ont pris une place importante dans la société et leur nombre aussi bien que leur intelligence n’ont cessé de croître. Accomplissant toutes sortes de tâches – les plus ingrates –, les robots ont entrepris de revendiquer des droits identiques aux êtres humains.

La société française est divisée sur cette question, même si l’opinion publique, majoritairement, (60%), refuse que l’on accorde le moindre droit aux robots. Seule une minorité (10 %) pense que les robots ne devraient plus être considérés comme des biens, en étant dotés de la personnalité juridique et en jouissant de tous les Droits de l’Homme. Le reste de la population (30%) affirme que seuls certains droits économiques et sociaux pourraient leur être accordés.

Des manifestations, des émeutes violentes et même des actions meurtrières de la part des robots ont fait que le Gouvernement français a décidé de présenter un projet de loi pour satisfaire à ces revendications.

Vous êtes le premier Ministre de la République française. Dans quelques jours, vous aurez à présenter et à défendre votre projet devant l’Assemblée Nationale. Il vous faut écrire votre discours

Suite au prochain épisode.

)

Hors les murs, journal d’un voyage immobile : C. Borzycki

exe_couv_bd-penitencierLes articles D. 440 et suivants du Code de procédure pénale traitent de l’action socioculturelle comme d’une action de préparation à la réinsertion des personnes détenues. Plusieurs initiatives existent, selon les établissements pénitentiaires. Certaines d’entre elles font l’objet de récits documentaires. On se souvient de En chienneté, qui relatait l’expérience d’un animateur d’un atelier bande dessinée au sein de la maison d’arrêt de Gradignan, dans le quartier des mineurs.

Hors les murs repose sur le même principe, si ce n’est que l’objet de l’ouvrage n’est pas de décrire le quotidien de la vie carcérale, mais de décrire la mise en place d’un projet ambitieux: une exposition, au sein du centre pénitentiaire Sud-Francilien, consacrée au voyage. La construction de cette exposition obéit aux règles du genre : commissaire d’exposition, choix et procédure de prêt des œuvres, élaboration du catalogue, mise en scène, etc. Les détenus volontaires sont aidés de professionnels volontaires et ont, en plus, été accompagnés de Cendrine Borzycki qui a su croquer ces différentes étapes.

Même s’il ne s’agit pas d’un livre sur la prison, mais d’un livre sur la mise en place d’une exposition dans une prison, la vie carcérale est évidemment au cœur du récit: l’entrée en prison de personnes extérieures, les contraintes de sécurité, l’architecture carcérale, le travail en prison, sont autant de thèmes abordés. L’ouvrage est remarquable qui présente cette vie carcérale et cette construction d’un projet culturel. On peut d’ailleurs lire un compte-rendu de ce projet dans la presse.

Enquêtes générales, Immersion au coeur de la BRB : R. Pellicer, Titwane

couv-BRB-1La dernière note de lecture concernait un essai consacré à la gestation pour autrui. Mais le droit n’est pas que dans les essais juridiques, actes de colloques et autres publications spécialisées. Les lecteurs de ce site le savent qui ont pu consulter de brèves notes de lecture de bandes dessinées.

Paru en 2013, Enquêtes générales, immersion au cœur de la Brigade de répression du banditisme, est un petit bijou de BD documentaire : le projet devait initialement être réalisé sous forme de film documentaire, mais c’est finalement la forme du carnet de voyage qui a été retenue.

Les auteurs réussissent parfaitement à montrer les spécificités d’une enquête ou d’une instruction. Le cadre procédural des dossiers racontés dans l’ouvrage n’est pas toujours précisé, mais le lecteur parvient aisément à les identifier (nature criminelle des faits qui suppose une instruction, commissions rogatoires, etc.).

Ce qui marque à la lecture de l’ouvrage, c’est la volonté de vérité des auteurs. Vérité des hommes car les vrais héros de ce documentaire sont les enquêteurs de la B.R.B, mais également les suspects. Vérité de la procédure car les auteurs ont réellement cherché à ne pas enjoliver la réalité : les temps de l’enquête sont bien rendus, l’attente longue étant entrecoupée de brusques accélérations dues à la découvertes d’un nouvel élément de preuve. A cet égard, le déroulement des gardes à vue est montré de manière tout à fait pertinente : importance du rôle de l’avocat, jeu du chat et de la souris, rôle des déclarations faites en «off»… Le souci de réalisme est le même pour le déroulement des perquisitions ou le mode opératoire des délinquants.

L’ouvrage permet d’offrir une vision originale de la phase préparatoire du procès pénal, aidée par les aquarelles de Titwane et la curiosité de Raynal Pellicer. Il est un outil intéressant d’appréhension de la procédure pénale et de ses spécificités et est, à ce titre, à recommander aux étudiants. Mais il est surtout un magnifique et passionnant documentaire éloigné des visions fantasmées de l’enquête.

Enquêtes Générales par LaMartiniere

Poetic Justice : Martha C. Nussbaum

51xP5+FF7pL._SY300_Lorsque l’on parle de « Droit et littérature », cela peut revêtir plusieurs sens. Il peut tout d’abord s’agir du droit de la littérature, ce qui ne présente guère de spécificité dans la méthodologie juridique. Il peut également être question du droit dans la littérature : cette approche est plus intéressante en ce qu’elle permet de comprendre et d’expliquer différemment les règles juridiques, mais également de voir comment celles-ci peuvent être reçues, perçues, ressenties. Il peut également être question d’envisager le droit comme littérature et de s’attacher à l’aspect littéraire des textes et décisions. On pense alors aux citations de Shakespeare par la Cour suprême des Etats-Unis. Ces différents aspects ont déjà été évoqués dans différents ouvrages.

L’essai de Martha C. NussbaumPoetic Justice, The literary imagination and public life – va bien plus loin. Martha Nussbaum envisage en effet la littérature comme un outil d’analyse juridique. Il s’agit alors de concevoir la littérature comme un outil au service du droit, de sa conception à son application. Cette conception n’est pas surprenante a priori : la littérature fait partie d’une culture indispensable et, à ce titre, elle constitue un outil de connaissance du monde qui ne peut nuire à l’analyse juridique. Mais Martha Nussbaum va bien plus loin : la littérature apporte des éléments pour construire une théorie politique et morale (p. 12) ; elle est un moyen de contrer l’excès de rationalisme grâce au recours à l’imagination (p. 36-37) ; elle permet de comprendre l’autre et ses émotions (chap. 3), ce qui est indispensable à l’acte de juger (chap. 4 – Poets as Judges).

L’auteur construit sa démonstration autour de deux points principaux. Le premier est l’opposition à l’analyse économique du droit ou, plus précisément, à l’analyse utilitariste du droit. L’approche Droit et Littérature est parfois raillée en raison de sa fantaisie, de son manque de rigueur. Or, Martha Nussbaum démontre qu’il n’en est rien. Elle conçoit « l’analyse littéraire du droit » comme un outil permettant d’éviter les errements de l’analyse économique utilitariste. Il faut souligner à cet égard que l’auteur a une bonne connaissance de ces théories car elle a été co-directrice, aux côtés de Amartya Sen, d’un projet sur l’évaluation de la qualité de vie dans les pays en voie de développement mené dans le cadre du World Institute for Development Economics Research, à Helsinki. La littérature est ainsi un précieux outil de justice sociale. Il ne s’agit pas pour Martha Nussbaum de lutter contre l’analyse économique du droit, mais de construire l’économie sur des données humaines, présentes dans la littérature, pour complexifier et affiner la science économique (p. 11). L’originalité de l’essai est que cette critique de l’approche utilitariste se fait grâce à un roman : Hard Times (Les Temps difficiles) de Charles Dickens. Ce roman lui permet de démontrer que les principales caractéristiques de l’utilitarisme (l’approche quantitative de données qualitatives ; la prise en compte de l’homme comme une donnée parmi d’autres ; la volonté de trouver une solution mathématique aux problèmes humains ; le simplisme qui ne permet pas de modéliser les comportements humains : p. 20 à 23) rendent cette théorie insuffisante : the economic min dis blind (p. 26). Elle insiste alors sur l’importance de l’imagination pour comprendre autrement le monde. « Literary works are […] artificial constructions of some crucial elements in a norm of public rationality, and valuable guides to correct response » (p. 78).

Le second point concerne la vision « scientiste » du droit. Si le droit était une science, tout serait connu d’avance. Martha Nussbaum se livre ainsi à une critique de la méthode socratique d’enseignement du droit qui prévaut aux Etats-Unis. Selon elle, c’est l’aspiration scientiste du droit qui explique le succès de l’analyse économique (p. 86). Or, « the law is a humanistic as well as a scientific field, and […] its excellences include the special excellences of practical reasoning as they are understood in the humanities » (p. 86). Dès lors, les juges peuvent s’approprier la literature, s’aider d’une compréhension littéraire des litiges pour lutter contre leurs prejudges et favoriser l’impartialité. Martha Nussbaum s’appuie sur plusieurs décisions pour démontrer comment cette compréhension littéraire permet aux juges d’imaginer, de se mettre à la place des parties. Le propos n’est pas « jusqu’au-boutiste » : force doit rester à la loi, mais la compréhension des faits et l’interprétation du texte peuvent aller dans le sens de la justice sociale (p. 117) : « the light of the poetic imagination is a crucial agent of democratic equality […], since only that imagination will get the facts of their lives right, and see in their unequal treatment a degradation of oneself » (p. 119).

La méthode de Martha Nussbaum est également intéressante. Elle ne nie pas l’intérêt des autres arts pour le droit. Même si elle est réservée sur la musique, relevant selon elle davantage du rêve (p. 6) – ce que l’on peut contredire si l’on repense aux relations entre le Droit et le Rock (voire entre le Droit, l’héroïsme et le Rock) – elle reconnaît l’intérêt du cinéma (même si elle n’y voit que l’histoire en mettant de côté la mise en scène). Toutefois, elle ne considère pas que toutes les œuvres soient utiles pour le droit. Les romans sont utiles, mais pas tous. L’essai est limité à la littérature anglo-saxonne réaliste qui développe des thèmes sociaux et politiques. Ce réalisme met de côté un aspect essentiel, pourtant cher au cœur de Martha Nussbaum : la pédagogie. Martha Nussbaum enseigne en effet à l’Université de Chicago – par ailleurs berceau de l’analyse économique du droit – et se sert d’anecdotes de cours pour montrer l’intérêt de l’approche Droit et Littérature. Il faut dès lors être ouvert sur les romans qui peuvent être utilisés pour ne pas assommer les étudiants d’œuvres anciennes, certes passionnantes.

Quoiqu’il en soit, l’ouvrage de Martha C. Nussbaum constitue une ouverture passionnante sur la conception et l’interprétation du droit. Il démontre, s’il en était besoin, que l’approche Droit et Littérature n’est pas réductible à un passe-temps mais qu’elle constitue un enrichissement important de la matière juridique et, sans aucun doute, un riche champ de recherches.

On peut en apprendre un peu plus sur l’ouvrage et la pensée de Martha Nussbaum en écoutant l’émission qui lui a été consacrée.

 

Un notaire peu ordinaire : Y. Ravey

v_9782707322593

Ce carnet s’ouvre décidément aux contributions extérieures : voici la note de lecture rédigée par M. Thomas-Léopold Axelroud, étudiant en L3 à l’Université de Lorraine, à propos du roman de Yves Ravey.

«Rares sont les romans dans lesquels un notaire y figure comme le personnage principal. En effet, le notaire est davantage le sujet d’essais voire même des manifestes. Néanmoins, la surprise est agréable à la lecture du roman de Yves Ravey, Un notaire peu ordinaire, paru aux Editions de Minuit.

Dans ce roman, une mère de famille apprend que son cousin a terminé d’exécuter sa peine de prison. Elle ne désire pas qu’il s’approche de ses deux enfants et plus particulièrement de sa petite fille. Elle demande donc à son notaire de protéger sa petite dernière.

Le lecteur se croirait dans l’univers de Georges SIMENON – auteur notamment des aventures du commissaire Jules Maigret – tellement chaque détail est décrit minutieusement.

En effet, l’auteur décrit, d’une part, la réinsertion du délinquant après l’exécution d’une peine privative de liberté.

Tout d’abord, il est nécessaire de retrouver un logement“Votre cousin est rayé des listes du foyer-logement. Faute de place. […] Les services sociaux  l’ont relogé derrière le stade, dans un vestiaire desaffecté. On a installé des couvertures, un lit de camp” (p. 29).

Ensuite, il est également nécessaire d’étudier le comportement du délinquant “Il n’a pas commis  le moindre acte suspect depuis sa libération… […], votre cousin, c’est peut être un simple d’esprit, un peu brut de décoffrage, je suis d’accord… En attendant sa conduite est irréprochable. Et, vu les circonstances, cet homme, qui est votre parent, et qui n’a pas de famille, ici, dans cette ville, dans ce pays, sa responsabilité vous incombe.”(p. 30).

Enfin, la recherche doit porter également sur une activité professionnelle “Remarquez, on peut encore faire un effort et lui trouver un stage à la mairie, il peut s’occuper des ordures ménagères, ça c’est possible , mais il nous reste le logement…” (p. 31).

D’autre part,  le notaire est considéré comme le notable provincial intouchable vu que “Le notaire avait décapoté le coupé sport rouge”. (p. 58) ou encore “Après la cérémonie, Maître Montussaint s’était arrêté devant ma mère pour la saluer. Il l’avait fait en sa qualité de président de la société de chasse”. (p. 60).

Grâce à cette description, il apparaît alors comme la personne idéale pour protéger un enfant mineur. D’ailleurs, la petite fille est une amie du fils du notaire “ Clémence, pour la première fois de sa vie, passerait la soirée et une bonne partie de la nuit chez le notaire, avec Paul. […] De fait, elle pourrait se rendre directement chez maître Montussaint, […] lui demander, par précaution, s’il n’aurait pas la gentillesse, […] d’autoriser son fils Paul à raccompagner Clémence, en recommandant à celui-ci, en priorité, de ne pas la lâcher avant l’arrivée devant la maison. Paul pourrait même la raccompagner sur le pas de la porte et sonner. (p. 66)

Néanmoins, le notaire ne va pas exactement respecter la mission qui lui a été confiée.

L’histoire pourrait se dérouler dans nimporte quelle ville de province. Pourtant, l’auteur n’a fait aucune enquête sur la profession notariale. Il ne s’agit pas de clichés mais davantage d’une histoire vécue avec quelques ressemblances avec D’autres vies que la mienne d’Emmanuel CARRERE.

A la fin de la lecture, le lecteur peut regretter que le roman ne fut pas plus long dans la recherche de l’auteur de l’infraction. Néanmoins, la lecture peut être une mise en bouche agréable avant la projection du film de Claude Miller, Garde à vue».

Bibliographie romans et témoignages sur la prison

Voici une bibliographie d’ouvrages (romans et témoignages divers) sur la prison. Elle sera conservée sur une page dédiée à cet effet. N’hésitez pas à la compléter ou la corriger.

 

Karim Amellal, Cités à comparaître, Stock, 2006.

Marcos Ana, Dites-moi à quoi ressemble un arbre : Mémoires de prison et de vie, Aden Editions, 2010.

Siméon Aude, Prof chez les taulards, Editions Glyphe, 2012.

51XvHKQpDvL._SL500_

Lutz Bassmann, Haïkus de prison, Editions Verdier, 2008.

Bast, En chienneté : Tentative d’évasion artistique en milieu carcéral, La Boîte à Bulles, 2013.

Charlie Bauer, Fractures d’une vie, Édition revue et augmentée., Agone, 2004.

Faraj Bayrakdar, Ni vivant ni mort, Editions Al Dante, 2012.

Abdel-Hafed Benotman, Garde à vie, Syros, 2011.

Abdel-Hafed Benotman, Marche de nuit sans lune, Rivages, 2008.

Jeremy Bentham, Panoptique, Mille et Une Nuits, 2002.

Maïté Bernard, Un cactus à Versailles, Syros, 2009.

Roger-Louis Bianchini, Un maton au parloir, Fayard, 2007.

René Biard, Bagnards en culottes courtes, La Table Ronde., La Table Ronde, 1968.

François Bon, Prison, Verdier, 1997.

Bonnelle M. Caillol a, Lettres en liberte conditionnelle, Pocket, 1993.

Virginie Brac, Double peine, Pocket, 2005.

Jean-Denis Bredin, Un Coupable, Gallimard, 1987.

Patrick Brice, L’Amour à main armée, Denoël, 2001.

Léonore Le Caisne, Prison. Une ethnologue en centrale, Odile Jacob, 2000.

Sylvie Callet, Les mots derrière les murs, Les Presses du Midi, 2008.

Jean-Yves Cendrey, Une simple créature, Editions de l’Olivier, 2001.

Claude Charmes, Le maximum, Rombaldi, 1978.

P. Claudel, Le bruit des trousseaux, Le Livre de Poche, 2003.

Laure Delmas et Thomas Gauthier, Détenu cherche plume facile pour relation légère, J’ai lu, 2002.

Patrick Dils et Karen Aboad, Je voulais juste rentrer chez moi, J’ai lu, 2003.

Audrey Diwan et Fatou Biramah, Confessions d’un salaud : Histoire vraie d’un braqueur,dealer,taulard, Denoël, 2004.

Boris Dumont, Mes prisons, Editions Labor, 2004.

Michel Foucault, Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma soeur et mon frère…: Un cas de parricide au XIXe siècle, [Rééd.]., Folio, 1994.

Arthur Frayer, Dans la peau d’un maton, J’ai lu, 2012.

R. Fregni, Où se perdent les hommes, Gallimard, 2000.

René Frégni, Tu tomberas avec la nuit, Folio, 2009.

Jean Genet, Le Condamné à mort et autres poèmes, suivi de «  Le Funambule », Gallimard, 1999.

Jean Genet, Haute surveillance, Nouv. version., Gallimard, 1988.

41D3F26VBPL._SL500_

Nicole Gérard, Sept ans de penitence, ROBERT LAFFONT., Robert Laffont, 1972.

Bruno Gibert, Petit papa prison, Casterman, 2010.

José Giovanni, Il avait dans le coeur des jardins introuvables, ROBERT LAFFONT., Robert Laffont, 1995.

Caroline Glorion et Ludovic Aubert, Ecoutez-nous !, Plon, 2006.

Jean-Albert Guénégan, Pontaniou les barreaux : graffitis du monde carceral.

Jean-Pierre Guéno et Collectif, Paroles de détenus, J’ai lu, 2012.

Alain Guyard, La zonzon, Points, 2013.

Michèle Halberstadt, Un écart de conduite, ALBIN MICHEL, 2010.

Pierre Hanot, Rock’n taules, Editions Le Bord de l’eau, 2005.

Brigitte Hemmerlin, Un été à Fleury, L’Archipel, 2004.

Frank Henry, Mauvaises nouvelles du milieu, Le Cherche-midi Editeur, 2004.

Patrick Henry, Avez-vous à le regretter ?, Calmann-Lévy, 2002.

Amnesty International, Ben Othman, et Jean-Pierre Darmon, Cent poèmes pour la liberté, Le Cherche-midi Editeur, 1985.

Laurent Jacqua, J’ai mis le feu à la prison, JC GAWSEWITCH EDITEUR, 2010.

Russier Gabrielle et Raymond Jean, Lettres de prison précédé de : pour gabrielle de raymond jean., Seuil, 1970, 1970.

Tahar Ben Jelloun, Cette aveuglante absence de lumière, Seuil, 2002.

Giovanni Jose, Le trou, Folio, 1973.

41O45qD9WPL._SL500_

Eugénie De Keyser, Eugénie De Keyser. Le Chien, Gallimard Lagny-sur-Marne, impr. E. Grevin et fils, 1964.

Daniel Koehl, Révolte à perpétuité, La Découverte, 2002.

Aïssa Lacheb, Scènes de la vie carcérale, Au Diable Vauvert, 2013.

Luc Lang, Mille six cents ventres, Gallimard, 2000.

Marylise Lebranchu, Pontaniou les barreaux : graffitis du monde carceral, La Part Commune, 2002.

Catherine Erhel Catherine Leguay, Prisonnières, France Loisirs, 1979.

Michèle Lesbre, Victor Dojlida, une vie dans l’ombre, Sabine Wespieser, 2013.

Edouard Limonov, Mes prisons, Actes Sud, 2009.

Carlos Liscano, Le fourgon des fous, 10 X 18, 2008.

Serge Livrozet, De la prison à la révolte, Nouv éd rev. et corr., Esprit frappeur, 1999.

Joseph Lubsky, La Cellule de Zarkane, Le Livre de Poche, 2009.

Lucas, Suerte, Omnibus, 1999.

Sophie Lucet, Parloir avec toi, Max Milo Editions, 2005.

Valérie Macraigne, CuBB, Les Editions du Net, 2012.

Thierry Maricourt et Tardi, Frérot Frangin, Editions Sarbacane, 2007.

Maud Marin et Marie-Thérèse Cuny, Le Quartier des maudites, FIXOT., Fixot, 1994.

Marsden, Lettres de l’interieur, L’Ecole des loisirs, 1998.

Roger Martin, Les ombres du souvenir, Le Cherche Midi, 2010.

Malinbaum Martine, Mesrine Intime – Lettres de prison à son avocate, Editions du Rocher, 2008.

Olivier Maurel, Le taulier : Confessions d’un directeur de prison, J’ai lu, 2012.

Philippe Maurice et Collectif, Fraternité à perpète : Retour sur la tentative d’évasion de la prison de Fresnes du 27 mai 2001, L’Insomniaque, 2006.

Christiane Merigeaud, Carnets d une Visiteuse, Theles, 2010.

Jacques Mesrine, L’Instinct de mort, Flammarion, 2008.

Patrick Modiano, Remise de peine, Points, 2013.

Pierre Montagnon, 42, rue de la santé: Une prison politique, Pygmalion, 2012.

Gabriel Mouesca, La nuque raide, Philippe Rey, 2006.

Hans Georg Noack et Édith Vincent, Tu as volé, Jochen, L’amitié., Éditions de l’Amitié, 1974.

André Patry, Confidences de prisonniers.

Silvio Pellico, Mes Prisons: Ou Memoires de Silvio Pellico, Kessinger Publishing, 2009.

Judith Perrignon, Les chagrins, Stock, 2010.

41wYCGCdy1L._SL500_

Michel de Saint Pierre, L’accusée, Le Cercle du Nouveau Livre. J. Tallandier, 1972.

Frédéric Ploquin, La prison des caïds : Enquête inédite, Plon, 2011.

Grisélidis Réal, Suis-je encore vivante ?: Journal de prison, Verticales, 2008.

Jean-Marc Rouillan, Chroniques carcérales :, Agone, 2008.

Jean-Marc Rouillan, Lettre à Jules, suivi de « Voyages extraordinaires des enfants de l’extérieur », suivi de « Chroniques carcérales », Agone, 2004.

Jean-Marc Rouillan, Je hais les matins, DENOEL IMPACTS., Denoël, 2001.

Michèle Sales, La Grande Maison.

Eric Sanvoisin, Le parloir, Editions Gründ, 2012.

Carmelo Sardo, Les Nuits de Favonio, Le Livre de Poche, 2012.

Albertine Sarrazin, L’astragale, Points, 2011.

Albertine Sarrazin, La crèche, Editions Sarrazin, 1975.

Albertine Sarrazin, La traversiere, EDITIONS LIVRE DE POCHE N° 2705., Le Livre de Poche, 1974.

Albertine Sarrazin, Journal de prison 1959, Sarrazin, 1972.

Anne Savelli, Franck, Stock, 2010.

Régis Schleicher, Clairvaux, instants damnés, L’éditeur, 2010.

Pierre Siniac, Bon cauchemar, les petits–, Rivages, 2001.

Alexandre Soljénitsyne, L’archipel du Goulag, Fayard, 2013.

Stendhal, La Chartreuse de Parme, Le Livre de Poche, 2000.

Bernard Stiegler, Passer à l’acte, Editions Galilée, 2003.

Pierre Tartakowsky, Marie-Claire à double tour, Eden Productions, 2003.

Jean Teule, Longues peines, Pocket, 2011.

Alexis de Tocqueville, OEuvres complètes, IV, 2 : Écrits sur le système pénitentiaire en France et à l’étranger, Gallimard, 1985.

Joël troussier, J’aurais préféré que l’on me tue…, Presses de la Renaissance, 2002.

Jean-Marc Varaut, Poètes en prison, Perrin, 1992.

Véronique Vasseur, Médecin chef à la prison de la santé, Le Livre de Poche, 2001.

Michel Vaujour, Ma plus belle évasion, Presses de la Renaissance, 2005.

Nadine Vaujour, La fille de l’air, J’ai lu, 2001.

Verlaine, Mes prisons, Mille et une nuits, 2003.

François Vidocq, Considérations sommaires sur les prisons, les bagnes et la peine de mort, Nouv. éd., Mille et une nuits, 1999.

Boris Vilde, Journal et lettres de prison, Allia, 1998.

Jean-Louis Viot, Les Cent mille briques, Casterman, 2001.

John Wideman, Suis-je le gardien de mon frère ?, Gallimard, 1999.

Magali Wiéner, Les carcérales, Editions Milan, 2010.

Akira Yoshimura, Liberté conditionnelle, Actes Sud Editions, 2012.

Evgueni Ivanovitch Zamiatine et Bernard Kreise, Seul, Rivages, 2005.

 

Bandes dessinées

Bast, En chienneté : Tentative d’évasion artistique en milieu carcéral, La Boîte à Bulles, 2013.

Collectif, Paroles de taule, Delcourt, 2001.

Éric Corbeyran et BD boum (Association), Paroles de taulards, Delcourt, 2004.

Kazuichi Hanawa, Dans la prison, Ego comme X, 2005.

Nicoby, 20 ans ferme: Un récit pour témoigner de l’indignité d’un système, Futuropolis, 2012.

Berthet One, L’Evasion, Indeez, 2011.

Anita Richard et Collectif, Paroles de parloirs, Delcourt, 2003.

l’Ascension du Haut Mal : David B.

De 1996 à 2003, David B. a fait paraître 6 tomes de l’Ascension du Haut Mal, récit autobiographique où le Haut Mal désigne l’épilepsie de son frère.

Ouvrage remarquable par sa mise en page, la matérialisation de la maladie, les liens faits entre l’évolution parallèle des deux frères, l’importance du soutien familial malgré son inefficacité, l’Ascension du Haut Mal soulève également d’intéressantes questions en droit médical. Au-delà, c’est également le regard porté sur cette maladie qui intrigue, tout comme les modalités de prise en charge du handicap.

David B. n’épargne pas grand monde dans son récit : sa famille, le corps médical, les guérisseurs divers et variés, lui-même, son frère.

La première réaction des parents est de s’orienter vers la médecine. L’inhumanité de la relation de soins est très mal vécue par les parents et tous les membres de la famille. La maladie est alors un prétexte à l’expérimentation, sans aucune prise en compte de la volonté réelle du patient, mineur, de ses parents, sans la moindre considération pour les éléments qui, aujourd’hui, sont considérés comme essentiels. Le frère de David B. était un cas scientifique intéressant qui valait plus par l’éventuelle renommée qu’il apporterait au chirurgien que par la nécessité de le guérir. L’attitude paternaliste, inhumaine du corps médical est ce qui a conduit les parents à s’orienter vers des soins non conventionnels, voire dangereux. La nécessité de la loi du 4 mars 2002 sur les droits des malades et la qualité du système de santé n’a peut-être jamais été mieux démontrée que dans les quelques planches de l’ouvrage : «Mes parents sont bouleversés par les risques qu’entraîne l’opération. La morgue des médecins les glace. Jean-Christophe est le “cas”. Il va permettre au professeur T. de réaliser une brillante opération. Qu’importe le résultat pourvu que le praticien tranche avec élégance et précision sous les yeux émerveillés de ses assistants».

 

Face aux risques de l’opération et après avoir lu un ouvrage sur la macrobiotique, les parents s’orientent vers cette méthode. De manière surprenante, elle porte ses fruits pendant longtemps, les crises disparaissent et la famille est plus apaisée. La famille s’embarque alors dans une quête sans fin de la méthode miracle de guérison. Les péripéties sont nombreuses qui jalonnent la vie de Jean-Christophe et de sa famille. Charlatans, gourous, endoctrinement, autant de comportements qui flirtent avec l’exercice illégal de la médecine ou l’abus de faiblesse «d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l’exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement, pour conduire ce mineur ou cette personne à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables» (art. 223-15-2 C. pén.).

Difficile de ne pas voir dans l’inhumanité de la première réponse médicale l’explication au choix du recours à ces méthodes farfelues. Un passage important de l’ouvrage relate une discussion entre l’auteur et sa mère :

« –Pourquoi vous faisiez tout ça? Aller voir ou écrire à tous ces types…

C’est la seule chose qui nous restait. Tous nos repères s’étaient effondrés! Le repère pour ton père c’était le catholicisme. Pour moi c’était l’idéal laïque et républicain que ma mère m’avait inculqué. C’était liberté, égalité, fraternité. Le catholicisme ne pouvait rien pour nous. Dieu sait que ton père a prié pour Jean-Christophe. La liberté, nous n’en avions plus, avec un fils malade nous ne pouvions plus faire ce que nous voulions. Nous nous sommes vite rendu compte que nous avions beaucoup moins de moyens que d’autres pour faire soigner Jean-Christophe. Et la fraternité nous ne l’avons pas beaucoup vue. Il fallait voir les gens crier au fou quand Jean-Christophe avait une crise dans la rue.Je cherchais une solution en aveugle».

Car le regard porté sur la maladie de l’enfant, ses crises plus précisément, constitue également un fil rouge important de l’ouvrage. L’incompréhension face à l’inconnu, le rejet voire la violence participent à la lente dé-socialisation d’un enfant. Mieux, l’auteur ne se ménage pas en mettant en images ses propres sentiments : sa volonté de soigner, mais aussi de tuer ce frère dont la maladie empêche son plein épanouissement.

Pour le droit, la maladie et le handicap sont difficiles à aborder parce qu’il s’agit de situations entraînant des réactions irrationnelles pour lesquelles la loi est souvent bien impuissantes. Le législateur ne peut que tenter de créer les conditions favorables à une intégration sans pouvoir parvenir effectivement a changer instantanément les mentalités et représentations. Il est certes utile d’incriminer les discriminations mais les réactions de rejet de toutes sortes sont en dehors du champ pénal. Sur elles, aucune prise possible, sinon celle du temps.

 

L’ascension du Haut Malest l’œuvre magistrale d’un «professeur d’histoires» (préface), démontrant que «il y a une vie après le Haut Mal» (postface).

Pour information, David B. est également l’auteur, avec Jean-Pierre Filiu, d’un autre ouvrage remarquable : Les meilleurs ennemis, une histoire des relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient.

Les dessous de la robe : D. Forest, G. Kaufman, J. Meyer-Bisch

Idée cadeau de dernière minute : Les dessous de la robe de David Forest, Gautier Kaufman et Jérôme Meyer-Bisch, paru récemment aux éditions Lextenso Gazette du Palais.

L’ouvrage est court (88 pages) et d’une lecture agréable. Les différents portraits d’avocats en situation sont brillamment illustrés par Jérôme Meyer-Bisch. Au fil des pages, le lecteur croise l’avocat qui murmure à l’oreille des patrons, le jeune collaborateur, la mère courage, l’avocat de province, la secrétaire du cabinet, quelques magistrats et même des enseignants.

Quelques formules font mouche, comme ces chefs de petits barreaux de province, «bâtonniers perpétuels à tour de rôle de ce Barreau aux dimension d’un mouchoir de poche» (p. 17), les Mélanges qui «ne contiennent, en réalité, que du pur droit, de préférence de source agrégée, en une succession d’articles remis à un auguste professeur, dont le portrait “studio Harcourt” peine à restituer l’éclat d’une robe rouge mitée et le glamour de lunettes brejnéviennes» (p. 68).

Lorsque les auteurs se demandent si le droit est l’école du conformisme (p. 69), ils le font en référence au manque d’exotisme des écrits juridiques et judiciaires, mais l’interrogation vaut pour la faune qu’ils croquent avec humour : il existerait, à bien lire, une typologie des avocats, organisée en six ou sept catégories reprenant leur manière de s’habiller (p. 49), de s’exprimer (p. 73 et 85), d’écrire (57).

Les portraits des candidats à l’élection du bâtonnier sont particulièrement drôles (et d’actualité). Entre le techno, le réac, le gendre idéal, le vieux beau, le lofteur, l’equity partner, le confessionnel, le perdant magnifique, voire le marabout, on se prend à espérer qu’une telle classification existe pour les facultés de Droit. Vous en rêviez ? Valoche l’a fait :  les profs, chargés de TD, les étudiants (en deux parties!), et même le personnel administratif!

Le droit dans les bandes dessinées : M. Reverchon-Billot (dir.)

L’association des doctorants en droit des facultés de droit de Poitiers, d’Angers, du Mans, Limoges et de la Rochelle, Thesa nostra, a récemment publié les actes de la journée d’étude consacrée au droit dans les bandes dessinées. Cette initiative est remarquable à plus d’un titre. Elle permet de démontrer, s’il en était besoin, que l’analyse juridique ne peut que s’enrichir dans ces approches originales. L’initiative est celle de doctorants qui ont décidé de « sortir le nez » de leur thèse pour organiser une manifestation sur un thème original ; les contributions sont d’une grande qualité et les analyses menées méritent d’être distinguées.

–         Me Jean-Marie DIGOUT, L’affaire Seznec : l’appréhension du droit par la bande dessinée

–         Evan RASCHEL, De quelques infractions commises par Lucky Luke. Regard d’un pénaliste sur le comportement très cavalier du cow-boy solitaire

–         Alice GASCON, Et si la peine m’était dessinée… Le sens de la peine dans « Lucky Luke »

–         Pierre GUERIN et Morgane REVERCHON-BILLOT, Etude du cas de Madame Lustucru, de l’euthanasie à l’indignité successorale : regards croisés d’un pénaliste et d’un civiliste

–         Cécile PERICHOU, Gaston enchaîne les gaffes : la conclusion des contrats n’aura pas lieu. Quels remèdes à la déception des anticipations légitimes ?

–         Julien LHUGUENOT, Thorgal au pays d’Aran, Réflexions candides d’un jeune chercheur des facultés de droit

–         Louis BAHOUGNE, L’idée de « bonne administration » : réflexions sur la représentation des institutions romaines dans les albums d’Astérix

–         Michael RIOUX, Le « village des fous » est-il un Etat démocratique ?

–         Albéric BAUMARD, Chronique d’une collision inattendue. Regards croisés sur la procédure d’expropriation

–         Adrien LAUBA, Une relecture du Lotus Bleu par un historien du droit. Sur les traces de Tintin dans les fumeries d’opium de Shanghai durant les années folles

–         Tiphaine et Mathieu TOUZEIL-DIVINA, Un droit à l’utopie ? Voyage au cœur des aventures de Philémon de Fred

Beaucoup de disciplines sont représentées. Les études sur Lucky Luke permettent de mettre en application des règles de procédure pénale (l’infiltration, la provocation à la commission d’infractions) et de revenir sur des questions importantes, comme celle relative à l’impossibilité de retenir la légitime défense involontaire (qui est le fait de Jolly Jumper dans les différents albums). Le sens de la peine est également abordé, même si l’on peut regretter que la logique de réinsertion soit absente avec l’album Les Dalton se rachètent où les auteurs traitaient de la libération conditionnelle. Le propos de l’album était d’ailleurs étonnant : l’échec de la mesure pour les Dalton ne signifie pas l’échec de la mesure pour les autres détenus. L’exception confirme la règle.

Les regards croisés d’un civiliste et d’un pénaliste autour de la question de l’euthanasie sont particulièrement intéressants, tout comme le traitement de la rupture des pourparlers dans Gaston Lagaffe. Les mécanismes de droit des obligations qui sont mobilisés font de Gaston Lagaffe une excellente illustration des débats doctrinaux en la matière.

La contribution de Louis BAHOUGNE sur la « bonne administration » est également très pertinente. L’auteur a su adopter une approche originale et fondée, notamment, sur la mise en scène (p. 95).

On doit également signaler l’audacieuse comparaison entre Thorgal et le jeune chercheur : la quête de l’un et de l’autre présente des similitudes amusantes.

La rigueur des analyses est à souligner. Certes, la bande dessinée est quelquefois prise comme prétexte à faire une analyse juridique d’une situation donnée, mais cela ne nuit pas à la qualité de l’ensemble en raison de la qualité de chaque étude. La conclusion de ce billet peut d’ailleurs reprendre les propos de Albéric BAUMARD, au sujet de Rural d’Etienne Davodeau : « la bande dessinée ressemble […] à un cas pratique grandeur nature et c’est là que la réflexion devient à notre avis la plus intéressante. […] Il ne faut pas se limiter […] au regard du juriste qui met en lumière les approximations de l’auteur. Il est aussi nécessaire d’endosser le rôle du citoyen pour montrer au juriste les failles de la procédure, ou en tout cas les possibles améliorations à apporter à la procédure » (p. 151). Détachée des destinataires de la norme, l’analyse juridique ne peut qu’être lacunaire. Elle prend tout son sens dans de telles approches qui mettent en lumière les mécanismes de mise en œuvre du droit.

 

Droit et bande dessinée. L’univers juridique et politique de la B.D : C. Ribot (dir.)

Il devenait difficile d’écrire des notes de lecture sur des bandes-dessinées sans mentionner les ouvrages traitant des relations entre le droit et le neuvième art. Un ouvrage de 1998 édité par les Presses Universitaires de Grenoble, sous la direction de Catherine Ribot, fait figure de précurseur : Droit et Bande dessinée, L’univers juridique et politique de la bande dessinée. La table des matières est impressionnante et l’on saura gré aux auteurs d’avoir su dépasser les bandes dessinées « traditionnelles » (Tintin, Astérix, etc.) en se frottant à des auteurs différents : Enki Bilal, Hugo Pratt, Schuiten et Peeters, etc.

Le résultat est remarquable, quantitativement – 454 pages, ce qui démontre la richesse des relations entre droit et bande dessinée – et qualitativement – nombre de contributions démontrent l’intérêt d’une approche juridique. Un regret important toutefois : l’ouvrage contient principalement des contributions de publicistes et il en résulte un certain déséquilibre au regard des autres disciplines. Un autre est relatif à la lecture littérale des bandes dessinées, mettant de côté la mise en scène, le dessin qui en constituent les caractéristiques principales. Il faut à cet égard signaler la remarquable contribution de Agathe Van Lang, « Les cités obscures ou les figures de l’utopie » (p. 137).

La table des matières est trop riche pour pouvoir être reproduite ici. Signalons tout de même la variété des thèmes abordés : organisations internationales, approche historique, droit d’auteur (intéressante contribution sur le droit de la bande dessinée de Olivier Iung, « Le droit de copier dans la BD », p. 211), droit humanitaire, peine de mort, assurance, droit d’ingérence, violence légitime, etc.

L’enseignant y trouvera de nombreux exemples permettant d’appuyer une démonstration ; l’étudiant y appréhendera le droit autrement et constatera qu’il n’est pas pure technique ; l’amateur de bandes dessinées sera convaincu, s’il en est besoin, de la richesse de ses albums préférés.

Le flambeau a été repris brillamment par les doctorants de Poitiers qui ont récemment publié Le droit dans les bandes dessinées. Il sera bien évidemment question de cet ouvrage dans une prochaine note de lecture.

Notes et anecdotes d’un greffier : J.-J. Cuna

Après les anecdotes d’un notaire, voici celles d’un greffier : Notes et anecdotes d’un greffier est une autobiographie professionnelle de Jean-Jacques Cuna, employé aux écritures puis greffier à Epinal.

Le texte est assez court (96 pages), ce que l’on peut regretter au regard de la facilité de lecture de ces mémoires. Jean-Jacques Cuna ne livre pas une vision technique de sa profession et privilégie l’importance des relations humaines nouées tout au long de ses années d’exercice professionnel. Entré au tribunal d’Epinal à l’âge de 16 ans, comme employé aux écritures, il a connu les évolutions de cette juridiction.

La fonctionnarisation des greffiers est ainsi vécue de l’intérieur, tout comme la récente réforme de la carte judiciaire ou bien encore l’impact médiatique de l’affaire Grégory. Ce livre intéressera particulièrement les spinaliens qui verront leur ville racontée depuis le tribunal. Le récit de l’évolution d’un greffe de province se révèle assez émouvant.

Le travail en juridiction est montré comme un travail d’équipe : l’évolution de la carrière personnelle de l’auteur est indissociable de celle du travail en juridiction. La nostalgie pointe lorsque les changements de pratiques, d’environnement, sont synonymes de déshumanisation : les collègues ne travaillent plus réellement ensemble, la spécialisation des magistrats et greffiers aboutit à un cloisonnement, etc. Ces changements n’affectent pas que les méthodes de travail, mais la justice elle-même. La description du fonctionnement quotidien d’une juridiction permet d’en relativiser l’importance symbolique tout en insistant sur l’intérêt des liens entre greffiers et magistrats. Le livre regorge d’anecdotes amusantes et tragiques (comme la réaction affligeante d’un magistrat suite au décès d’une greffière, p.74).

Le petit monde de la justice est raconté par ceux qui la composent : les habitudes de chacun, les blagues de bureau, les petits larcins commis dans l’enceinte du tribunal, etc.

Photo : Nicolas de Potter

Le lien fréquent entre l’évolution des rapports professionnels et l’architecture du tribunal d’Epinal est intéressant à soulever : la configuration extérieure et intérieure du bâtiment ne manque pas d’avoir des effets sur la vie de la juridiction. On croit bien volontiers l’auteur lorsqu’il explique que le bâtiment d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celui de ses débuts. Jean-Jacques Cuna moque d’ailleurs gentiment le «1% culturel» que l’on aperçoit au premier plan de la photographie.

L’ouvrage est à recommander à tous : aux étudiants qui peuvent découvrir une profession dont on ne dit pas grand chose, aux spinaliens qui redécouvriront leur ville et leur tribunal, aux justiciables qui souhaitent connaître la justice autrement, loin des grands procès médiatisés.