Archives par étiquette : logiciels libres

La gestion de la documentation juridique : St. Cottin

L’appréhension est légitime lorsqu’on est amené à lire un ouvrage rédigé par un «non-juriste» dans lequel il est question de droit. L’ouvrage de M. Stéphane Cottin en fait partie et ce que mû par la nécessité de préparer un cours d’informatique documentaire juridique que je me suis plongé dans son ouvrage La gestion de la documentation juridique, qui vient de paraître chez Lextenso éditions, dans la collection Systèmes Droit. Une autre note de lecture traite, avec l’oeil du documentaliste, du livre de M. Cottin.

Et pourtant : le seul regret à l’issue de la lecture est que ce livre ne fût pas plus long! Les charmes de l’interdisciplinarité ne sont plus à vanter et le juriste ne peut que trouver un intérêt dans la présentation des bibliothèques juridiques (p.17) ou dans la bibliographie sur l’enseignement de la documentation juridique (p.24 et s.). L’ouvrage fourmille de statistiques utiles, notamment en ce qui concerne l’analyse quantitative de l’offre des données juridiques (p.34 et s.). Au-delà de la documentation juridique, bien évidemment au coeur du propos, Stéphane Cottin montre les enjeux de cette documentation, sur la validité des normes notamment (v. p.90-93 sur la validité des publications électroniques; v. également p. 35-36 sur l’abrogation; v. également p. 96 au sujet de l’efficacité économique du droit).

L’aspect technique, qui peut en rebuter certains, est un réel atout : les présentations sont toujours claires, ordonnées, précises et, ce qui est logique mais appréciable, enrichies d’une bibliographie conséquente. Surtout, Stéphane Cottin, aussi attaché qu’il soit au développement de la numérisation des données juridiques, insiste à plusieurs reprises sur l’importance du papier, démontrant, s’il en était besoin, que la recherche ne peut s’effectuer utilement en texte intégral. Les exemples étrangers sont utilisés à bon escient, habilement et intelligemment (v. par ex. p.93 et 94).

Tout est envisagé : du blog aux bases de données, du podcast à l’utilisation (indispensable?) de Zotero. L’ouvrage est à recommander à toute personne qui utilise la documentation juridique électronique : il offre plusieurs degrés de lecture, ouvrant des perspectives insoupçonnées au néophyte. Une proposition de modèle de citation des articles et ouvrages est également faite (que l’auteur ne suit pas toujours dans ses notes de bas de page), ce qui constituera évidemment un outil précieux pour tous ceux qui ont à établir une bibliographie ou à effectuer un travail de recherche (la citation de l’URL, recommandée par l’auteur, n’est toutefois pas toujours souhaitable, ou alors sous une forme abrégée, en raison de son manque de lisibilité). Les perspectives offertes concernent également l’évolution du livre et le développement des livres électroniques : les hyperliens peuvent être intelligemment utilisés comme manière d’aller plus loin, d’intégrer des références enrichissant le corps du texte, etc.

Bien évidemment, l’enseignant-chercheur sera déçu de quelques développements succincts sur la doctrine juridique ou de la jurisprudence (p.10), laquelle n’est pas réductible aux décisions de la Cour de cassation ou du Conseil d’État. La lecture est parfois rendue malaisée par la citation de longues URL, que jamais le lecteur n’utilisera telles quelles. Mais ces désagréments sont bien véniels au regard de l’intérêt du livre.

La gestion de la documentation juridique est bien plus qu’une synthèse des bases et outils disponibles. Il s’agit, chose surprenante, d’un ouvrage qui permet de réfléchir d’une autre manière sur le droit, en s’interrogeant sur ses modes de diffusion.

Collaborer en ligne

La vie universitaire souffre parfois de réunionite : les occasions de rencontrer officiellement les collègues sont nombreuses pour décider d’une question particulière (recrutements, organisation des plaquettes, fonctionnement de laboratoire, etc.). Les mauvaises langues diraient que ces réunions ne servent pas à grand chose, dès lors que l’essentiel est décidé en dehors des dites réunions.

Ces réunions peuvent être fondamentales lorsqu’il est question de monter un projet de financement, un projet de recherches, un article commun, etc. Elles doivent alors se multiplier et seront concrétisées par un encombrement des boîtes électroniques par des messages à l’objet évocateur (« Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: ») et aux pièces jointes illisibles à force de modifications apportées.

Il était question dans un précédent billet des outils informatiques libres du chercheur. Il faut ajouter à ces outils l’excellent Framapad, dérivé d’Etherpad. L’outil est présenté sur le Framablog. Voici son intérêt en quelques lignes :

«Qu’est-ce donc qu’Etherpad ? Il s’agit d’un éditeur de texte collaboratif en temps réel qui permet à plusieurs personnes de partager un texte en cours d’élaboration[2].

Les contributions de chacun apparaissent immédiatement sur l’écran de tous les participants et sont signalées par des couleurs différentes. Un historique permet de revenir en arrière et une fenêtre de messagerie instantanée (ou tchat) est également disponible permettant aux différents collaborateurs de communiquer à côté du texte en construction.

Le gros avantage d’Etherpad réside dans sa rapidité et simplicitié d’utilisation.

Ni installation ni inscription ne sont demandées, tout se fait en ligne sur Internet. Il suffit de vous rendre sur le site Framapad en cliquant sur « Créer un Pad » et vous voici tout de suite opérationnel, prêt à inviter d’autres participants à vous rejoindre sur la page de votre texte (ou pad) nouvellemment créée.

Si vous vous retrouvez en situation de devoir rédiger un texte à plusieurs mains, texte pas trop long et sans mise en forme particulière, pensez à Framapad.

C’est plus pratique (et plus ludique) qu’un wiki et plus libre (et moins lourd) qu’un Google Documents. […]

Par défaut, les pads sont publics, permanents et accessibles à tous. Mais il est également possible d’ouvrir des pads privés en se créant un compte. Vous disposerez alors de votre propre sous-domaine d’où vous pourrez gérer vos membres, contrôler l’accès, archiver et supprimer vos pads. Ce point précis fait l’objet d’un autre guide détaillé et illustré».

Les outils du chercheur

Il y a peu était publié un billet sur les outils informatiques utiles dans le cadre d’une thèse. La liste fournie était intéressante mais les outils utilisés n’étaient pas tous libres, ce qui peut en gêner certains, dont je suis (une multitude de sites traitent des logiciels libres : Framasoft est l’un des plus didactiques). Sur le plan juridique, les logiciels libres soulèvent certes plusieurs interrogations, qu’ils soient relatifs à validité de la licence ou à la vente liée, par exemple.

Qu’il soit donc permis d’en lister quelques-uns, utiles au chercheur, en les accompagnant d’explications sur la pertinence de leur utilisation dans le domaine juridique:

  • le système d’exploitation! S’il ne s’agit pas d’un logiciel à proprement parler, c’est évidemment l’outil élémentaire. Et puisqu’il sera question de logiciels libres, c’est évidemment principalement d’une distribution linux dont il s’agira. Debian, Ubuntu, Mandriva, etc : elles ne manquent pas. À chacun la sienne. Et non, Linux n’est pas plus compliqué que MacOS ou Windows. J’utilise pour le moment Ubuntu, après avoir fait mes premiers pas sous Mandriva, puis Debian. Les logiciels qui suivent fonctionnent parfaitement sous MacOS ou Windows.
  • Le traitement de texte ensuite. L’excellent Openoffice est évidemment incontournable. Il s’agit d’une suite logicielle, intégrant un traitement de texte, une base de données, un tableur et également un logiciel de diaporamas, de plus en plus prisés. L’honnêteté oblige à préciser que les éditeurs juridiques ne l’utilisent pas : dès lors, et même si Openoffice gère le format propriétaire .doc, il peut y avoir quelques surprises de mise en page.  Ils ne fournissent pas davantage une feuille de style toute prête, qui faciliterait pourtant grandement le travail… LaTeX mérite également une place ici : il ne s’agit certes pas d’un traitement de texte, mais d’un outil bien plus puissant et au rendu incomparable. Il nécessite toutefois un apprentissage poussé et est largement négligé dans le domaine du droit.
  • Le navigateur internet : vu le nombre de ressources accessibles en ligne, il est bien évidemment incontournable. Firefox est devenu l’un des leaders et est d’une facilité d’utilisation et de configuration difficilement égalée.
  • Zotero : un outil bibliographique particulièrement adapté au web. Il permet de créer des bibliographies automatisées, de capturer, archiver, classer des documents de manière automatique. Malheureusement, la plupart des sites juridiques en ligne négligent cet outil et l’indexation doit alors se faire manuellement.
  • Un agrégateur de flux : même s’il existe des outils recensant les principales publications juridiques accessibles en ligne, on peut préférer y accéder depuis son ordinateur : la liste est longue et chacun y trouvera son bonheur.
  • Les amateurs de mindmapping ne sont pas négligés : il peut en effet être intéressant de pouvoir organiser ses idées clairement.

Cette liste n’est pas limitative. On peut envisager de nombreuses utilisations : travailler à plusieurs avec egroupware, utiliser l’ENT de son université (qui est le plus souvent basé sur un logiciel libre), etc.

D’une manière générale, on notera que l’informatique est largement sous-utilisée et mal connue dans nos universités. Tout le monde pense savoir utiliser « son » word, mais la fin de rédaction d’une thèse montre que ce n’est que trop rare. Tout le monde pense savoir utiliser « internet », mais là encore les surprises sont nombreuses. Les logiciels libres sont également méconnus : comme ils ne sont pas pré-installés, livrés avec l’ordinateur, ils ont une mauvaise réputation imméritée. Pour aller plus loin, on peut même se demander s’il n’existe pas un paradoxe entre la démarche de l’enseignant-chercheur et la non-utilisation de ressources libres. «Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends», cette citation attribuée à Benjamin Franklin est transposable à l’informatique et à l’utilisation de ressources libres. «Tu me donnes un logiciel, je crois savoir l’utiliser. Tu me montres comment m’en servir, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends».