Archives par étiquette : mélanges

Bibliographies : à propos d’une nouvelle page sinelege

Une page consacrée à la QPC en matière pénale, une autre au CV, une sur les romans et témoignages sur les prisons, une page Ressources (qui n’est plus trop à jour) : le bandeau de navigation de ce site devient chargé. Il s’est d’ailleurs enrichi d’une rubrique supplémentaire : « Bibliographies doctrinales ». Titre mensonger, une seule bibliographie étant pour le moment accessible : celle d’Alain Prothais.

A tower of used books - 8446

Quelques explications sur cette nouvelle page. Elle s’inscrit dans une démarche plus globale, qui ne pourra malheureusement pas être généralisée sur ce site, de traitement des sources doctrinales. Dans le cadre d’un article à paraître prochainement, j’ai été amené à m’intéresser aux travaux du Pr. Alain Prothais, pénaliste qui s’est beaucoup intéressé au droit médical. Il est rapidement apparu intéressant de constituer sa bibliographie, que j’espère la plus exhaustive possible. Ce besoin est apparu suite à un constat simple : les bibliographies des différents auteurs sont difficilement accessibles. Lorsque, par chance, des Mélanges ont été consacrés au dit auteur, il est possible de se reporter, en début d’ouvrage, à la liste de ses publications. Mais ceci n’est pas systématique. Les Mélanges peuvent ne comporter aucune mention des publications éparses de l’auteur. Que l’on songe par exemple aux Mélanges consacrés au Pr. André VITU : nulle mention de ses publications, pourtant nombreuses. En outre, les auteurs ne s’arrêtent pas d’écrire lorsque des Mélanges leur sont consacrés, de sorte que la liste des publications n’est qu’indicative. Quand bien même ces bibliographies sont accessibles, elles ne font l’objet d’aucun traitement particulier : nul classement par thèmes, par mots-clés, nul abstract, difficulté de l’exploitation des données, etc.

La jurisprudence fait aujourd’hui l’objet d’un traitement particulier : possibilité de recherche en texte intégral, par mots-clés, en fonction du titrage ou du résumé… Rien de tel pour les sources doctrinales. Quelques exceptions existent : chaque éditeur offre la possibilité de recherche les articles d’un auteur selon différents critères ; on pense également au fameux Doctrinal, qui permet de procéder à des recherches très fines, en fonction de différents critères. Mais aucun de ces outils ne permet aujourd’hui de savoir ce qui a été publié avant l’informatisation des publications, ni de savoir ce qui a été publié chez un autre éditeur, dans des Mélanges, des ouvrages collectifs, etc. L’idée, assez simple en vérité, consiste alors à constituer des bibliographies exhaustives d’auteurs, qui pourront être par la suite enrichies de résumés, de mots-clés, voire des articles numérisés (en respect des règles du droit d’auteur), permettant une recherche efficace. La page de ce site a donc une durée de vie limitée, car une base de données pourrait être constituée. Il est d’ores et déjà possible d’utiliser Zotero à cette fin, mais l’utilisation d’un outil de gestion bibliographique est également envisageable.

Ce travail ciblerait, dans un premier temps, les grands auteurs aujourd’hui décédés pour éviter de froisser les susceptibilités car ce sont leurs publications qui sont les plus difficiles à trouver. S’agit-il d’un travail de recherche ? Difficile à dire : indéniablement utile aux chercheurs, ce travail relève sans doute davantage de l’ingénierie de la recherche. Il n’en est pas moins utile et il faut espérer qu’il pourra prospérer et constituer un outil important pour les recherches à venir.

image

Constituer une bibliographie peut être une tâche bien compliquée (via cielmondoctorat)

La Mort et le Droit, sous la direction de Bruno Py

Le 7 juillet 2009 a eu lieu à la Faculté de Droit, Sciences économiques et Gestion de Nancy, un colloque sur la mort et le droit, en hommage à Catherine Latini-Courtault, membre de l’ISCRIMED disparue le 7 juillet 2008.

Catherine Lattini-Courtault était ingénieur d’études au Centre de Recherche de Droit Privé et préparait une thèse sur le statut juridique du cadavre. L’hommage de ses collègues et amis a donc tout naturellement pris la forme d’un ouvrage collectif, paru en octobre aux Presses Universitaires de Nancy, dans la collection Santé, qualité de vie et handicap.

L’ouvrage réunit de nombreuses contributions qui, par leur diversité et leurs problématiques, participent à l’éclairage d’une question difficile, perpétuellement sous les feux de l’actualité. Voici la table des matières de l’ouvrage :

  • Montrer son cadavre ! Quelle éthique du corps plastiné ? Bernard Andrieu ;
  • La circulation des personnes décédées dans l’Union européenne, Katia Blairon ;
  • Le regard du droit sur la fin de vie, Marie-France Callu ;
  • Les enfants du mort au regard du droit de la filiation, Isabelle Corpart ;
  • Le défunt devant la Cour européenne des droits de l’homme, Nathalie Deffains ;
  • Quelques réflexions sur la perception de la mort du Moyen-Âge à nos jours, Christian Dugas de la Boissony ;
  • Le décès à l’hôpital, Olivier Dupuy ;
  • L’assurance maladie face au décès du professionnel de santé, Cédric Estrada ;
  • Trois regards économiques sur la mort : Smith, Keynes et la théorie standard, Samuel Ferey ;
  • Le réginicide, un grand tabou, ou les diverses façons de tuer une Reine de France sous les Capétiens, Jean-François Gicquel ;
  • Cadavre à la une, Julie Léonhard ;
  • La mort en mode mineur, Bertrand Marrion ;
  • Cadavre : un statut en cendres ? Patrick Mistretta ;
  • Les entraves légales à la volonté de mourir, André Moine ;
  • Le médecin et la mort, Patrick Peton ;
  • Le médecin et l’agonie, Bruno Py ;
  • Les usages politiques de la mort, Ludivine Starck ;
  • La légistique de l’euthanasie, Jean-Baptiste Thierry ;
  • Décès collectifs et aide psychologique, Anne-Marie Toniolo ;
  • L’atteinte à la vie tolérée et le droit criminel, Jean-Philippe Vauthier ;
  • La France peut-elle avoir légalisé l’euthanasie ? François Vialla.

Au-delà de l’intérêt scientifique et de l’originalité des contributions, l’ouvrage montre la profonde estime de chercheurs pour celle qui «investit 47 années de sa vie à tisser des liens, par une énergie créatrice, stimulante. Nul obstacle ne résistait, face aux vagues de son dynamisme. La mort seule eut raison de sa détermination. Le souvenir de son regard éclaire le chemin.» (B. Py, p. 302).

Un moteur de recherche pour les Mélanges – II

Un précédent billet décrivait les outils disponibles pour effectuer des recherches dans les tables des Mélanges. Un site a été mis de côté qui vient compléter l’offre déjà disponible : le Centre européen de droit et d’économie met à disposition les tables des matières de plusieurs Mélanges. Il suffit de suivre ce lien.

Evaluer les publications juridiques

L’évaluation des revues juridiques a déjà fait l’objet de plusieurs commentaires. Il en ressort que les critères de l’AERES sont difficilement transposables aux écrits des enseignants-chercheurs en droit, pour plusieurs raisons que l’on peut brièvement lister:

  • les principales revues poursuivent avant tout un but commercial car elles s’adressent aux professionnels du droit;
  • les comités de lecture ne sont pas très répandus et il arrive que l’article proposé soit accepté en considération de la réputation de l’auteur, sans relecture particulière, voire en considération de la réputation du directeur de thèse de l’auteur. Les articles peuvent également être acceptés par un comité de lecture, mais l’examen ne répond pas aux mêmes exigences que les grandes revues internationales, qui exigent une soumission anonyme, par exemple;
  • l’attrait des revues internationales est différent : d’abord en raison de la nécessité d’écrire dans une langue étrangère ; ensuite en raison de la spécificité du langage juridique étranger; enfin, parce qu’elles correspondent davantage à une matière telle que la théorie du droit, le droit international, le droit comparé.

Mais le plus important est peut-être que de nombreuses publications ne se font pas dans les revues : il s’agira alors de Mélanges, de manuels, de « publications à feuillets mobiles » (i.e les encyclopédies), voire de blogs. La question est alors de savoir comment évaluer ces travaux? Si l’article destiné à des Mélanges ne pose pas de problèmes sur le contenu, les encyclopédies et manuels soulèvent davantage de questions. S’il s’agit bien évidemment d’oeuvres doctrinales, il n’en demeure pas moins que le rôle est avant tout pédagogique et pratique. L’auteur y exprime certes un avis sur l’interprétation ou l’application d’une règle, mais il ne s’agit en aucun cas d’une thèse. Ces présentations ordonnées d’un mécanisme juridique, d’une matière, reflètent l’avis personnel de leur auteur, mais ne sont pas comparables à une monographie sur la question.

Pourtant, ces publications « pratico-pédagogiques » participent à la réputation scientifique de l’auteur, lui permettent d’explorer d’autres domaines de recherche et de participer à la construction de la connaissance. « appliquée ». Elles constituent en outre un exercice intéressant de rédaction, le style d’un « feuillet » n’étant pas celui d’un manuel qui diffère lui-même d’une monographie, etc.

Parlons de moi prenons un exemple personnel, mes travaux de doctorant concernaient le handicap, le droit criminel, le droit de la santé. Petit à petit, plusieurs propositions m’ont été faites, relatives au droit pénal de la presse, puis à la procédure pénale… Certes, ces publications ne sont pas éloignées de mes domaines de recherche priviligiés : quiconque s’intéresse à un sujet en droit pénal doit être en mesure de s’intéresser au droit pénal dans son ensemble  Mais ces publications mettent parfois de côté l’avis sur ce qui devrait être, pour privilégier l’avis sur ce qui est : la prospective, si elle n’est pas totalement inopérante, reste à la marge d’écrits qui se veulent avant tout pratiques, destinés à apporter une réponse précise à un problème donné, à orienter le lecteur parmi les sources applicables afin de trouver l’information pertinente le plus rapidement possible, apporter des mises à jour. Toute évaluation doit alors intégrer l’objectif de la publication, s’attacher à ses particularismes.

Au final, n’est-ce pas la méthode d’évaluation qui doit être repensée ? Plutôt que de s’attacher à un classement de revue dites « professionnelles », de revues dites « académiques », n’y a-t-il pas lieu de se concentrer sur :

  1. l’existence d’une publication;
  2. le sérieux du contenu;
  3. les perspectives ouvertes.

La tâche est infiniment plus dure que le simple classement. Au reste, les deux méthodes ne sont pas nécessairement antinomiques. Combinées avec souplesse, elles permettraient sans doute de refléter une réalité difficile à saisir : l’activité des enseignants-chercheurs. Publish or perish, mais pas n’importe où, pas n’importe comment.

Un moteur de recherche pour les Mélanges

Les Mélanges sont une source importante de savoir et sont particulièrement prisés des chercheurs en Droit. Confronté à la multiplication des revues quotidiennes, hebdomadaires, mensuelles, trimestrielles, annuelles, le chercheur est bien souvent démuni dans sa quête perpétuelle de l’actualité.

Heureusement, des outils existent qui permettent de se tenir informé aisément. Malgré tout, l’impression demeure d’une information souvent superficielle, voire incomplète du fait

  1. de la nécessité d’écrire dans l’urgence, pour réagir rapidement à une décision, un texte;
  2. de l’obligation de respecter les contraintes éditoriales, plus ou moins drastiques.

Dès lors, il est courant d’entendre dire que l’on ne pense plus que dans les Mélanges. Leur faible nombre − même si cette assertion doit être nuancée car, en tant que nouvel espace de publication, les Mélanges se multiplient également −, la réputation des auteurs et l’attention portée par les collègues à ces écrits en font des objets d’études privilégiés.

Inconvénient majeur : l’absence de référencement systématique. Plusieurs méthodes sont alors envisageables :

  1. l’exploration systématique et au petit bonheur la chance des tables des matières;
  2. l’utilisation d’outils mis à disposition par des âmes charitables.

A ce titre, il faut bien évidemment mentionner l’ouvrage de Xavier Dupré de Boulois, Bibliographie des Mélanges, aux éditions La Mémoire du Droit, paru en 2001. Malheureusement, le prix de l’ouvrage est prohibitif pour les particuliers(certains sites vont jusqu’à 275 euros, ce qui n’est après tout que la juste rétribution d’un travail colossal : vive les bibliothèques, donc!) et de nombreux Mélanges sont parus depuis 2001.

On ne peut davantage passer sous silence l’initiative de Stéphane Darmaisin qui met en accès libre les tables de nombreux Mélanges. Mais là encore, la tâche est titanesque et on ne peut accéder à l’intégralité.

Enfin, le site de la bibliothèque de Paris 2 offre un outil de recherche dans les Mélanges,  par titre, auteur ou sujet.

Ces outils sont précieux. Ils ne sont certes pas isolés, mais méritent d’être connus.