Archives par étiquette : sexualité

Sexy dressing : D. Kennedy

kennedyIl a déjà été question sur ce site de Duncan Kennedy et, plus particulièrement, de son ouvrage L’Enseignement du droit et la reproduction des hiérarchies. Fondateur des Critical Legal Studies, Duncan Kennedy est, par essence, un auteur iconoclaste dont les analyses éclairent autant qu’elles déstabilisent le lecteur français. Sexy dressing, violences sexuelles et érotisation de la domination ne déroge pas à la règle. L’ouvrage, publié en 1993, a été traduit en France en 2008 et est précédé d’un utile et passionnant entretien de Mikhaïl Xifaras avec l’auteur. L’auteur s’intéresse à la problématique des violences sexuelles, à leur analyse et signification dans les rapports de genre et au rôle de l’habillement sexy dans les relations entre hommes et femmes. L’essai qu’il livre constitue une double surprise, tant méthodologique, sur la forme, que sur le fond du propos.

Sur la forme, la surprise vient, mais il ne faut plus s’en étonner, de la différence méthodologique au regard de la doctrine française. Duncan Kennedy mobilise en effet une multitude de savoirs, le droit étant finalement un savoir parmi d’autres, utilisé aux côtés de la sociologie, de l’analyse économique, du cinéma, de la littérature, de la sociologie, des théories féministes, et même de clips de Madonna (ainsi, les clips illustrant cet article ne doivent pas être vus comme l’expression du goût musical de l’auteur de ces lignes, mais comme un complément utile aux propos de Duncan Kennedy!). Il passe indifféremment de la pensée marxiste à la lecture d’un magazine féminin, expose clairement et fréquemment que son point de vue est celui d’un homme blanc, américain, hétérosexuel, bourgeois. Il conçoit et revendique donc que son analyse n’a pas de portée universelle. Ses analyses n’ont rien de systématique : lorsqu’un point lui paraît évident, acquis, il ne s’embarrasse pas de démonstration. Son objectif est clair : remettre en cause le « point de vue conventionnel » sur les violences sexuelles et les relations entre hommes et femmes. Son style est pour le moins inhabituel, son langage, parfois cru. Ces éléments sont surprenants, mais l’auteur les explique très clairement dans l’entretien qui précède l’essai. Évoquant les nombreux courants de pensée qui existent dans les Facultés – qu’il qualifie de « sectes juridiques » (p. 49) – il montre que cette diversité est consubstantielle au fonctionnement académique des États-Unis, où il n’existe pas de système national reconnaissant la qualité de professeur et donc aucun système « lissant » les exigences et produisant des chercheurs aux méthodes identiques : « le champ académique américain valorise l’innovation, l’amour de la paroisse et l’esprit sectaire » (p. 50). Sexy dressing peut ainsi être vu comme le fruit de cette « balkanisation » de la pensée juridique.

Cette surprise méthodologique passée, pour qui n’est pas familier de la pensée de Duncan Kennedy, l’approche qu’il privilégie est séduisante. Le droit ne pouvant se concevoir comme un objet d’étude détaché de son application, il est nécessaire d’envisager la règle dans le cadre de sa mise en œuvre effective et de son contexte. Le droit n’est donc pas un système « hors-sol » : « n’êtes-vous pas vous-même, au moins un peu, choqué par le fait que la théorie du droit, pour de nombreuses sectes juridiques du monde académique américain – et d’après vos questions peut-être pas seulement du monde américain –, plusieurs décennies après que Brecht, Bartóck, Gropius ou Picasso ont produits leurs œuvres majeures, puisse encore parfois cultiver la spécialisation disciplinaire jusqu’à se désintéresser spectaculairement des grands courants de pensée et de création qui ont marqué le siècle ? Pour ma part, je ne crois pas qu’il soit possible de faire comme si nos formes de représentation pouvaient avoir été bouleversées de fond en comble dans le domaine de l’art, de la philosophie ou de la morale sans qu’il soit nécessaire, ou même simplement utile, d’en tirer la moindre conséquence dans le domaine du droit » (p. 48).

Le fond du propos est tout aussi surprenant. L’auteur ne cherche pas à analyser les causes des violences sexuelles, ni même à proposer des moyens de les réduire. Il s’intéresse au contraire à leurs conséquences sur les relations entre hommes et femmes et démontre que leur réduction apportera un intérêt à la fois aux hommes et aux femmes, non sous l’angle de la morale ou de la protection de l’intégrité, mais sous l’angle des rapports de séduction.

Duncan Kennedy explique ainsi qu’il existe un « résidu toléré » de violences sexuelles. Celles-ci sont certes réprimées, mais les facteurs sont nombreux qui empêchent une juste punition et réparation. Ce système juridique « qui condamne abstraitement les violences faites aux femmes et tolère en fait nombre de violences clairement illégales […] pèse sur la vie des hommes et des femmes de deux manières différentes. Tout d’abord, les hommes et femmes essuient à la fois des gains et des pertes du fait de l’existence de ces violences, qu’ils soient eux-mêmes ou pas victimes ou auteurs. […] En second lieu, la prévention et la tolérance relatives de ces violences créent un ensemble spécifique de motivations pour les auteurs et les victimes potentiels, comme pour tous les membres de la société. En d’autres termes, cet état de fait induit des conduites qui diffèrent de celles qu’ont trouverait soit dans une société qui dissuaderait radicalement ces violences, soit dans une société qui en légaliserait entièrement la pratique » (p. 81). Ces violences entraînent des comportements de négociation qui ont de nombreux retentissements, depuis la répartition des tâches ménagères, jusqu’à la construction de l’identité. L’auteur explique en effet que ces violences sexuelles créent un conflit d’intérêts entre les hommes et les femmes (2e partie). Rejetant l’idée selon laquelle la violence sexuelle serait le fruit d’une anormalité (p. 88), ou qu’elles s’expliqueraient par l’incompétence des femmes victimes qui ne sauraient pas « comment s’y prendre », l’auteur dresse la liste des coûts des violences sexuelles pour les femmes et les intérêts masculins à ces violences sexuelles. Ainsi, « le premier problème qui se pose ici, c’est le coût de la violence sexuelle quand les femmes refusent d’accepter ces contraintes et finissent par en payer le prix […]. Le second problème c’est le coût pour celles qui parviennent à échapper aux violences en s’abstenant de faire des choses qu’elles ont envie de faire » (p. 89). Autrement dit, les femmes ont un grand intérêt à ne plus être victimes de « cette peur diffuse » (p. 89). Les hommes ont quant à eux intérêt à ce que la réduction des violences sexuelles ne soit pas trop importante : « il existe parmi les hommes aux idées progressistes, une sorte de loi du silence sur ce que nous aurions à perdre si les femmes étaient mieux protégées » (p. 91). Les hommes tirent un avantage du résidu toléré de violences sexuelles car cela leur évite d’avoir à prendre des précautions contre le risque d’une application trop rigoureuse de la loi. Or, une protection accrue contre les violences sexuelles augmenterait le pouvoir de négociation des femmes (p. 99). Ce constat est dépassé par Duncan Kennedy, qui explique que, au-delà de cette perte d’un pouvoir de négociation, les hommes ont en réalité un intérêt érotique à la réduction des violences sexuelles.

Les violences sexuelles aboutissent en effet à un « régime disciplinaire » (3e partie) : les hommes ont en réalité un intérêt à ce qu’il existe une « identité féminine traditionnelle » (p. 106). « La violence est une déviance. Mais c’est souvent une déviance qui en sanctionne une autre. […] En d’autres termes, le violent pathologique est aussi milicien à ses heures. La femme victime a enfreint l’une des règles coutumières qui régissent la manière dont les femmes sont censées se conduire » (p. 102). C’est exprimer autrement l’idée, trop répandue, selon laquelle une femme victime de violences sexuelles, l’a cherché en raison d’un comportement inapproprié. L’auteur expose et approuve alors les théories féministes selon lesquelles les femmes souscrivent elles-mêmes à ce système de domination, acceptant un marché patriarcal qui leur impose une ligne de conduite.  Mais il en critique la généralisation excessive, expliquant que le régime disciplinaire des genres ne constitue en réalité pas une « totalité cohérente » (p. 116).
La dernière partie est consacrée au vêtement sexy et s’intéresse à la manière dont un vêtement est considéré comme sexy (en produisant d’ailleurs un savant tableau). Duncan Kennedy réfute ici le « point de vue conventionnel » selon lequel l’habillement sexy est la cause de la violence sexuelle. Il explique que l’érotisation propre aux relations hommes femmes s’oppose à ce que la lutte contre les violences sexuelles passe par une « moralisation » de l’habillement. Les hommes ont ainsi un intérêt « érotique » à l’habillement sexy, tout comme les femmes ont un intérêt « exhibitionniste ». Duncan Kennedy propose donc que l’habillement sexy soit préservé, pour protéger ces intérêts masculins et féminins, mais que les rôles d’acteurs et de spectateurs soient souvent échangés : femmes et hommes doivent pouvoir être à la fois « voyeur » et « exhibitionniste ». La thèse de Duncan Kennedy est donc que les hommes ont un intérêt érotique à la réduction des violences sexuelles. En quelque sorte, lutter contre les violences sexuelles permettrait aux femmes de s’habiller comme elles le veulent et d’érotiser leur autonomie.

L’auteur reconnaît lui-même ce que cette position peut être scandaleuse. Il lui a ainsi été reproché d’être un « voyeur impénitent », d’entrer « dans le détail des stratégies de séduction, dans le but de produire quelque chose comme une phénoménologie des mécanismes d’objectivation, d’érotisation, etc., sans chercher à condamner ces phénomènes, en se contentant de parler des pouvoirs qu’ils confèrent et de mettre en évidence comment ces pouvoirs régulent les échanges dans la vie intime et dans la vie publique » (p. 27). On peut certes ne pas souscrire à l’intégralité des propos, notamment en raison des chemins particulièrement biaisés empruntés par l’auteur. Il faut bien avouer que lorsqu’il reproche à certaines théories féministes d’ignorer la complexité de la réalité, il ne s’embarrasse lui-même pas d’explications. De la même manière, son point de vue est, de son propre aveu, clairement situé, de sorte qu’il n’a aucune portée universelle. On peut également regretter l’absence de propositions sur la diminution effective des violences sexuelles : si le droit s’envisage surtout comme un « droit en action », le lecteur de Sexy dressing reste alors sur sa faim, tant les mécanismes de lutte contre les violences sexuelles n’intéressent pas l’auteur. On ne peut en revanche qu’être séduit par l’originalité de la démarche. Sexy dressing est un essai qui, de l’aveu de son auteur, est incomplet. Mais cette incomplétude est le reflet de l’honnêteté de l’auteur, d’une part, et de l’intérêt de ses propos, d’autre part.

 

Merci à Nicolas Mathey qui, dans un récent billet consacré à la question de la « mode islamique » a adopté, comme point de départ de son analyse, cet ouvrage et m’a ainsi donné envie de le lire.

« Hey mademoiselle ! » : faut-il incriminer le harcèlement de rue ?

La pudibonderie et l’intolérance auraient-elles envahi l’espace public ? La question peut sembler saugrenue en ces temps où les revendications autour d’une sexualité épanouie fleurissent, où il est possible « d’adopter un mec », de choisir ses partenaires grâce à une application mobile, ou bien encore de s’inscrire sur un site permettant de pratiquer sereinement l’adultère. La sexualité est partout : dans la rue, au cinéma, dans les écoles. Pourtant, l’impression d’un paradoxe peut poindre : cette valorisation croissante de la sexualité s’accompagne d’une opposition de plus en plus importante à la considération du corps des femmes comme un simple objet sexuel. Les débats récurrents autour de la publicité louant les femmes-objets, contre l’image de mannequins trop maigres[2] ou la sexualisation des enfants[3] en sont une illustration, comme pourraient l’être les mobilisations autour de la question dite du « harcèlement de rue »[4].

Ce paradoxe n’existe évidemment pas pour peu que l’on comprenne que les revendications autour de la considération du corps des femmes ne s’opposent pas à la « sexualisation » de l’espace public, mais sont en réalité une manifestation du respect des individus. Pour simplifier, il n’y a rien de contradictoire entre le port d’une mini-jupe et le respect de l’intégrité ou de l’honneur d’une personne[5]. Les préoccupations envers le « harcèlement de rue » sont à cet égard tout autant révélatrices du problème qu’il constitue que de la prise en compte croissante et heureuse de la place des femmes dans l’espace public.

Le « harcèlement de rue » apparaît comme la négation ou le mépris pour cette autonomie. Le « harcèlement de rue », également appelé « harcèlement sexiste » « se caractérise par le fait d’imposer tout propos ou comportement, à raison du sexe, de l’orientation ou de l’identité sexuelle supposée ou réelle d’une personne, qui a pour objet ou pour effet de créer une situation intimidante, humiliante, dégradante ou offensante portant ainsi atteinte à la dignité de la personne »[6]. La définition, on le voit, n’est pas juridique et englobe des comportements très variés : regards insistants, invectives, contacts, agressions… La Belgique a franchi le pas en adoptant le 22 mai 2014 une loi tendant à lutter contre le sexisme dans l’espace public[7] punissant d’un an d’emprisonnement et d’une amende de 50 à 1000 euros, quiconque exprime, par son comportement, « un mépris à l’égard d’une personne, en raison de son appartenance sexuelle, ou [la considère] comme inférieure ou comme réduite essentiellement à sa dimension sexuelle [entraînant] une atteinte grave à sa dignité ». La formulation n’est guère heureuse[8], mais a le mérite de montrer que le « harcèlement de rue » a été considéré comme suffisamment problématique pour justifier la création d’une incrimination. Récentes en France les préoccupations autour du « harcèlement de rue » sont plus anciennes Outre-Atlantique[9] et accompagnent les préoccupations sur le genre et le féminisme.

 

Le manque de publications françaises ou francophones est frappant, quand la problématique est déjà ancienne Outre-Atlantique. Sans doute parce que les Gender Studies n’y sont pas nouvelles. Les différents écrits sur la question sont marqués par un militantisme important : les associations, magazines, témoignages sur le harcèlement de rue sont l’expression de points de vue appelant les pouvoirs publics à sanctionner de tels comportements. Le constat est logique : on imagine mal une prise de position soulignant la normalité de ces comportements, même si ce n’est pas impossible. En revanche, si les différents écrits sont majoritairement le fait de femmes – qui sont les personnes visées par ces pratiques – la lutte contre le harcèlement est également menée par des hommes. L’argument qui délégitimerait une prise de position en seule considération du sexe de l’auteur peut être écarté : après tout, si l’on peut penser que le sexe n’est pas neutre, il faut bien admettre qu’il n’empêche ni l’empathie[10], ni l’analyse.

Le harcèlement de rue est difficile à cerner avec précision. Au-delà de la réalité des pratiques[11] qui restent à analyser complètement, c’est surtout leur diversité qui rend la tâche complexe : regards insistants, sifflements, injures, harcèlement stricto sensu[12], agressions sexuelles et tentatives d’agressions sexuelles, violences, viols et tentatives… Entrent donc dans le champ du harcèlement de très nombreux comportements, éventuellement constitutifs d’infractions. Il faut dès lors prendre garde à ne pas assimiler l’ensemble de ces comportements qui obéissent à des logiques très différentes : l’invective n’est pas un préalable au viol ou à l’agression et les « harceleurs de rue » ne sont pas obligatoirement des agresseurs sexuels au sens pénal du terme, loin s’en faut. En revanche, ces attitudes participent d’une inquiétude, voire d’une peur, de fréquenter l’espace public.

De lege lata. En droit positif, nombre de ces comportements sont d’ores et déjà incriminés : il en va ainsi de l’injure publique, du harcèlement sexuel, des violences, des agressions sexuelles et tentatives d’agressions sexuelles, des viols et tentatives de viols. Il faut ajouter que lorsque l’infraction est commise à raison du sexe, de l’orientation ou de l’identité sexuelle de la victime, certaines de ces infractions sont aggravées[13]. La répression de ces infractions n’est toutefois pas chose aisée : le recueil de la preuve est un parcours du combattant pour une simple injure ; les modalités des poursuites sont redoutables pour l’injure publique ; les agressions sexuelles ne sont pas toujours vécues comme telles ou il peut arriver que la victime estime que le jeu n’en vaut pas la chandelle, etc.

De lege ferenda. Très sagement, la réaction des associations et des personnes mobilisées autour du harcèlement de rue, ne va pas dans le sens d’une pénalisation croissante, le droit pénal positif apparaissant satisfaisant. Au reste, il n’est pas sûr que la promotion de l’égalité dans l’espace public soit rendue possible par une pénalisation de ce même espace public. De même, on peut légitimement penser que la prévention du harcèlement de rue doit primer, tant elle apparaît ancrée dans les mœurs de certains individus qui considèrent normal de siffler, héler, insulter… Lorsque le « harcèlement de rue » devient plus qu’une attitude, mais constitutif d’une infraction, il faut alors faciliter la répression de ces comportements. Un exemple récent peut être mis en avant : celui d’une vidéo mise en ligne sur un réseau social – dont on ne mettra pas le lien ici – où l’on voit un jeune homme lever la jupe d’une jeune fille puis lui frapper les fesses, le tout sous les acclamations de ses amis. Signalée, la vidéo aurait été supprimée et les autorités ont été invitées à réagir, l’agression sexuelle étant caractérisée.

Les réponses ne peuvent qu’être multiples pour répondre au caractère protéiforme du harcèlement de rue. Il ne faut bien évidemment pas minimiser l’intérêt d’une réponse pénale, pas plus qu’il ne faut l’amplifier, en créant une nouvelle incrimination. De même, il ne faut pas sous-estimer l’intérêt des vertus préventives de l’éducation – étant entendu qu’il n’est pas question ici que de l’éducation des jeunes enfants – et de la sensibilisation.

[1] Je tiens à remercier tout particulièrement Joséphine Pasieczny pour ces réflexions éclairantes et pertinentes sur le sujet.

[2] Les discussions parlementaires sur le projet de loi de modernisation de notre système de santé ont donné lieu à un amendement qui créerait un nouvel article 223-2-1 dans le Code pénal, rédigé en ces termes : « Le fait de provoquer une personne à rechercher une maigreur excessive en encourageant des restrictions alimentaires prolongées ayant pour effet de l’exposer à un danger de mort ou de compromettre directement sa santé est puni d’un an d’emprisonnement et de 10 000 € d’amende ».

[3] Proposition de loi visant à protéger les enfants de l’hypersexualisation, 27 fév. 2013.

[4] L’utilisation des guillemets se justifie car le harcèlement de rue correspond à des comportements très variés, d’une part, et qu’il ne s’agit pas d’une qualification juridique, d’autre part.

[5] Même si le port de la mini-jupe en lui-même n’est pas neutre au regard de considérations féministes : M. Duru-Bellat, « Entre la très mini-jupe et le port choisi du voile, quelle différence ? », alterecoplus, 26 mai 2015 consulté le 8 nov. 2015.

[6] Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes, Avis sur le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun, avis no 2015-04-16-VIO-16, 16 avr. 2015.

[7] Loi tendant à lutter contre le sexisme dans l’espace public et modifiant la loi du 10 mai 2007 tendant à lutter contre la discrimination entre les femmes et les hommes afin de pénaliser l’acte de discrimination, 22 mai 2014, Moniteur belge, 24 juill. 2014, p. 55452 : J. Charruau, « Une loi contre le sexisme ? Etude de l’initiative belge », La Revue des droits de l’homme[En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 05 juin 2015, consulté le 8 nov. 2015. URL : http://revdh.revues.org/1130.

[8] Pour une vision critique du texte, v. J. Charruau, art. préc.

[9] V. par ex. la bibliographie conséquente sur le site stopstreetharassment.org et, plus particulièrement, l’article de C. Bowman, « Street Harassment and the Informal Ghettoization of women », Harvard Law Review, janv. 1993, 106, no 3.

[10] On peut par exemple considérer que l’une des grandes œuvres romanesques sur le féminisme a été écrite par un homme : Henning Mankell, Daisy sisters, éd. Seuil, 1982 (trad. 2015).

[11] 100% des femmes en auraient déjà été victimes : le chiffre est marquant, mais 100% des personnes ont subi beaucoup de choses, sans que ce soit réellement parlant. L’ampleur du chiffre masque la variété des pratiques et il ne saurait être question de traiter identiquement une personne qui a pu se sentir mal à l’aise et celle qui a été victime d’une agression sexuelle.

[12] Art. 222-33 C. pén.

[13] L’injure publique, l’injure non publique, lorsqu’elles sont commises à raison du sexe, de l’orientation ou de l’identité sexuelle de la victime ; les violences, les agressions sexuelles, le viol lorsqu’elles sont commises à raison de l’orientation ou de l’identité sexuelle de la victime

Pilules bleues : F. Peeters

Récemment primé au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême pour sa série (en cours) Aâma, Frederik Peeters est bien connu des amateurs du genre : le célèbre auteur de Lupus a publié en 2001 un ouvrage remarquable de pudeur et de sensibilité : Pilules bleues.

Cette bande dessinée est a priori très éloigné du droit, qui se préoccupe en principe peu des sentiments. L’histoire est celle de l’auteur lui-même : sa rencontre avec Cati, jeune mère célibataire, et, surtout, leur histoire naissante.

Ce qui rend le récit de Frederik Peeters touchant, au-delà de son dessin, c’est la maladie de Cati, qui est séropositive. Son fils l’est également. Les doutes des personnages, l’attachement à l’enfant, le regard des autres, les difficultés quotidiennes (liées aux pilules bleues de la trithérapie ou aux hospitalisations fréquentes de l’enfant) sont abordées simplement, sans dramatisation ni dissimulation. L’ouvrage est franc et même amusant, notamment lorsque les amoureux traquent obsessionnellement les moindres plaies, pour éviter la transmission du virus au membre «sain» du couple.

L’histoire se déroule en Suisse, mais elle pourrait avoir lieu en France. L’attitude discriminante des tiers est mise en avant, même si elle n’est pas exagérée : l’entourage du couple est suffisamment clairvoyant pour ne pas exclure Cati.

Un personnage secondaire de l’histoire, mais central de leur histoire, est le médecin. Présenté comme un individu foncièrement humaniste, un bonus medicus familias, il est celui qui permet au couple de vivre pleinement leur relation. Il leur explique ce qu’ils peuvent faire, ne pas faire, dédramatisant les angoisses, apaisant les craintes. Son attitude franche et directe permet au couple de s’épanouir : la normalisation, à défaut de la banalisation, de la maladie est alors le moyen de l’accepter et de la faire accepter.

Le droit est indirectement malmené : les mécanismes de lutte contre les discriminations fondées sur l’état de santé et le handicap apparaissent bien insuffisant pour endiguer l’exclusion résultant du regard des autres. S’il peut sanctionner le refus opposé en considération d’un critère arbitraire (la maladie), il est bien impuissant pour modifier le rejet quotidien, seul véritable obstacle à la pleine égalité des individus. Inapte à sanctionner les exclusions banales qui ne trouvent d’explication que dans l’ignorance, le droit ne peut que sanctionner les comportements les plus graves.

Les Pilules bleues abordent également, à la marge, deux autres aspects juridiques. L’auteur, lorsqu’il aborde sa relation avec le fils de Cati, évoque des questions sociales et juridiques importantes : le rôle du tiers qu’il est face à cet enfant dont il s’occupe réellement, sa relation à cette paternité de fait et à l’accompagnement de l’enfant. Autant de questions intéressants le droit de la famille.

Il est enfin question de la législation suisse sur l’usage de drogues. Deux planches expliquent parfaitement l’encadrement juridique existant et son évolution. Le droit s’immisce partout et Frederik Peeters peut aisément être alors considéré comme un excellent vulgarisateur du droit suisse.

Les Pilules bleues est de ces ouvrages qui permettent de voir le droit en action ou en inaction. Il ne s’agit pas d’un ouvrage juridique, mais le juriste ne peut s’empêcher d’en «juridiciser» la lecture. Il permet de comprendre, d’accepter les problèmes liés à la séropositivité afin de les tolérer et de les respecter.

Au-delà, l’ouvrage est une magnifique histoire d’amour, édifiante par sa banalité exemplaire.

Avis de prochaine parution : Des Sexualités et des Handicaps

Dans le cadre de la Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine, paraîtra prochainement aux Presses Universitaires de Nancy, un ouvrage intitulé : Des Sexualités et des Handicaps, Questions d’intimité, sous la direction de Alain Giami, Bruno Py, et Anne-Marie Toniolo.

Un peu de teasing
(clic sur les images pour les agrandir)



Vingt-trois prostituées : C. Brown

Les débats sur la prostitution semblent aussi vieux que la prostitution elle-même. Régulièrement, des propositions sont faites pour abolir, encadrer, autoriser la prostitution. Les avis sociologiques succèdent aux questions juridiques, qui prennent en compte les opinions des associations pro ou anti prostitution. Régulièrement des arguments sont avancés qui s’appuient sur la liberté ou l’oppression, sur les abus ou les intérêts, sur l’ordre public ou l’autonomie personnelle. Il ne s’agit pas ici de revenir sur ces arguments, ni les évolutions envisageables ou souhaitables, mais de mentionner la parution d’un ouvrage de Chester Brown, Vingt-trois prostituées,  qui vient apporter un angle de réflexion nouveau au débat : la bande-dessinée.

Comme le titre l’indique, il n’est question que de la prostitution féminine. L’histoire est assez simple, mais surprenante car autobiographique. Chester Brown vit avec une femme qui lui annonce qu’elle va avoir une relation avec un autre homme. Il n’en est pas choqué, ni amer, et va jusqu’à accepter que l’amant vienne vivre dans leur domicile commun. Sa vie amoureuse est réduite à néant, mais l’auteur n’en tire aucune peine. Mieux, il se réjouit de cette situation et de la complicité retrouvée. Une chose toutefois le tracasse : l’impossibilité d’avoir des relations sexuelles. Il décide donc de recourir aux services de prostituées. Le livre raconte donc cette expérience, le ressenti de l’auteur et celui de ses proches, auxquels il raconte ses différentes aventures. L’ouvrage est complété par un argumentaire écrit, où l’on a parfois l’impression que l’auteur, plutôt que de livrer une analyse objective, cherche davantage à justifier le fait qu’il ait eu recours aux services de prostituées. Cela n’en a que plus d’intérêt.Le récit et son auteur sont surprenants : Chester Brown livre un récit particulièrement intime (son rapports aux femmes, sa relation amoureuse, la fréquence de ses rapports sexuels, etc.) tout en faisant preuve de … pudeur. Il respecte ainsi la pudeur des prostituées qu’il a recontrées, se refusant à dessiner leur visage, pour éviter d’interférer dans leur vie privée. Tout élément qui pourrait permettre de les identifier est soigneusement écarté. Il montre également toute l’ambiguïté du rapport aux personnes qui se livrent à la prostitution. D’abord honteux d’avoir recours aux services d’une prostituée, il ne peut ensuite plus s’en passer, tant la facilité et la simplicité du rapport lui plaisent. Les prostituées sont évaluées, individuellement lorsqu’il les rencontre la première fois, mais également collectivement, sur des forums dédiés.

 

Le cadre légal de la prostitution au Canada n’est guère expliqué dans l’ouvrage. L’auteur s’en explique dans la préface : «J’habite à Toronto, si bien que je pensais commencer cette préface en parlant des lois qui régissent la prostitution au Canada, mais récemment un amendement a créé une certaine incertitude quant à l’avenir de ces lois» (p. vii). L’auteur explique qu’en 2003, seule la prostitution «outcall» était autorisée (celle où la travailleuse du sexe se rend chez le client) mais pas la prostitution «incall» (celle où le client se rend chez la travailleuse du sexe). Cette différence rappelle le cadre légal français où la prostitution n’est pas interdite, contrairement au racolage ou au proxénétisme. L’amendement auquel il fait référence semble être une décision de la cour d’appel de l’Ontario affirmant que les articles du Code pénal canadien incriminant différents comportements de proxénétisme ou liés aux maisons closes étaient inconstitutionnels. Il a été considéré que ces incriminations sont attentatoires aux droits fondamentaux à la sécurité. L’affaire aurait été portée devant la Cour suprême du Canada.

L’ouvrage de Chester Brown est intéressant à plusieurs égards. D’abord parce qu’il montre l’illusion de l’incrimination. Malgré les interdits pénaux, la prostitution reste une activité exercée. Ensuite, parce qu’il permet d’aborder la question sous un angle nouveau : la prestation sexuelle est une prestation comme une autre et il l’envisage comme un commerce. L’ouvrage dérange le lecteur autant qu’il a dérangé son auteur : les quelques cases où Chester Brown se demande s’il n’est pas en train d’avoir des relations sexuelles avec une mineure sont à cet égard surprenantes. De la même manière, la mise à nue des sentiments et de la vie de l’auteur constitue une démarche aussi singulière que perturbante. L’un de ses amis le note en appendice : «il semble que Chet soit plus limité que la plupart des gens en ce qui concerne ses émotions. Je crois qu’il y a quelque chose qui cloche chez lui» (p. 255). Enfin, Vingt-trois prostituées est un bel outil de réflexion qui permet de penser l’équilibre entre autonomie personnelle des uns et morale des autres : le parti de l’auteur est celui de la liberté.

 

Regards sur le handicap

Ce début d’année est l’occasion de revenir sur le handicap, suite à l’évocation du rapport Chossy sur ce carnet. La fin de l’année 2011 a en effet été marquée par le succès du film Intouchables, comédie que l’on ne présente plus.

Avec moins de retentissement que le film (mais avec plus de réflexions!) un article de Zig Blanquer et Pierre Dufour prend le prétexte d’Intouchables, de la logique animant le Téléthon et, surtout, celui de la mort de Vic Finkelstein  pour aborder la perception stagnante du handicap dans le discours public: les auteurs évoquent ainsi un «agencement qui ne sait pas encore élaborer la créativité inhérente à l’altérité corporelle, qui ne parvient pas à l’envisager indépendamment de la relation d’aide, comme début imprévisible et non comme fin nécessiteuse. Hors des critères anatomiques et gestuels propres au corps standard, point de salut, semblerait-il».

Sans doute ne faut-il pas prêter aux réalisateurs du film des pensées qu’ils n’ont certainement pas eues lors de la réalisation. Sans doute qu’un film qui aurait cherché à avoir une perception plus politique, activiste, du handicap, n’aurait pas rencontré le même succès. Il n’en demeure pas moins qu’un film si populaire est le reflet d’une manière de percevoir le handicap et qu’il est possible de critiquer le message qu’il porte sans pour autant en dresser une critique cinématographique. L’article de Zig Blanquer et Pierre Dufour devient alors chargé d’un message fort, celui de l’inutilité du compassionnel, de l’assistanat et de la nécessité de changer radicalement la perception sociale des personnes en situation de handicap. «Cibler une maladie génétique ou un accident de parapente invite immanquablement à saisir la biographie par le corps, la chair devenant alors décisive de l’échec existentiel et de l’urgence d’être sauvé, le passé brisé n’attendant alors qu’un futur salutaire».

Le droit s’inspire un peu de cette vision du handicap au travers de la loi du 11 février 2005, du moins dans les principes qu’elle affirme. Beaucoup de progrès restent à accomplir et le chemin est encore long lorsque l’on lit le rapport Chossy… Mais un texte n’est pas réductible à ses dispositions; il est indissociable de sa réception par le corps social, de son interprétation, de son application. En ce sens, Intouchables, le Téléthon ne participent pas réellement d’une modification de la perception du handicap.

Dans le même esprit, est récemment parue une courte bande-dessinée : Y’a pas de malaise! Un autre regard sur le handicap. Plusieurs auteurs sont réunis : Jul, Philippe Vuillemin, Didier Tronchet, Frank Margerin, Lisa Mandel, Matthias Lehmann, Fabcaro et James. Il s’agit de courtes histoires sur la relation entre les personnes handicapées et les personnes valides. Il y a une certaine inégalité entre les récits et j’avoue avoir eu une préférence pour ceux de Fabcaro, Jul et Vuillemin pour l’humour, et Lisa Mandel pour la pédagogie. Sont abordés les quotas relatifs à l’emploi des personnes handicapées, l’accessibilité des lieux de travail, ou bien encore des handicaps psychiques plus méconnus (autisme et dépression). Le message délivré pourrait presque se résumer au monologue du personnage en fauteuil dessiné par Jul : «Le vrai problème, ce n’est pas d’avoir à traverser un openspace sur cinq niveaux, trois escaliers, quatre couloirs, dont deux sans visibilité, pour accéder à mon poste de travail… Le vrai problème, c’est de le faire sans passer par la case “Jean-Claude”, le connard du 2e qui raconte des histoires de blondes!».

A propos d’un rapport inutile sur le handicap

"Cruce" par Daquella Manera, Flickr

Remis au Premier Ministre, au Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale et au Secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, le rapport de Jean-François CHOSSY, intitulé Passer de la prise en charge… à la prise en compte, facilement accessible, appelle quelques réflexions sur ce carnet.

Annoncé à grands renforts de publicité sur plusieurs média, il pouvait paraître prometteur. Les quelques mentions faites sur le rapport ne traitaient que de l’accompagnement sexuel. La consultation montre que l’auteur a souhaité traiter de nombreux autres aspects : éducation, accessibilité, citoyenneté, travail, loisirs, etc.

Malheureusement, ce rapport n’est guère utile pour les personnes qui s’intéressent au handicap. Il n’est qu’une succession de déclarations de principes, d’affirmations non sourcées, de lieux communs et de bons sentiments. Le titre même du rapport est symptomatique : Passer de la prise en charge… à la prise en compte. Voilà une déclaration qui ne fâchera personne. Voilà une remarque gratuite, qui laisse supposer ce que le corps du rapport reprend, une partie étant consacrée aux «mots». Le lecteur apprend ainsi qu’il ne faut plus dire «inapte» mais «différemment apte», «handicap» mais «restriction de capacité» (ce qui est bien réducteur…), «projet de vie» mais «parcours de vie», etc. Mieux: «il faut définitivement bannir les termes « handicap », « handicapé », synonymes d’Indignité [sic]; ou « situation de handicap » qui sont stigmatisants» (p.17). Voilà qui évoque curieusement un réquisitoire du Tribunal des flagrants délires, où le procureur de la République Desproges disait : « on ne dit plus un infirme, on dit un handicapé ; on ne dit plus un vieux, on dit une personne du troisième âge. Pourquoi alors continue-t-on à dire un jeune, et non pas une personne du premier âge ? Est-ce que dans l’esprit des beaux messieurs bureaucratiques qui ont inventé ces merveilleux néologismes, la vieillesse serait une période de la vie infamante au point qu’on ne peut plus l’appeler par son nom ? Est-ce que nous vivons au siècle de l’hypocrisie suprême ? […] Il y a de moins en moins de pauvres vieux, mais de plus en plus de joyeux troisièmâgistes ; il n’y a plus de pauvres affamés sous-développés, mais de brillants affamés en voie de développement ; il n’y a plus d’infirmes, mais de pimpants handicapés ; il n’y a plus de mongoliens, mais de brillants trichromosomiques. Françaises, Français, réjouissons-nous : nous vivons dans un siècle qui a résolu tous les vrais problèmes humains en appelant un chat un chien ».

Plus sérieusement, le rapport suscite de nombreuses interrogations. Tout d’abord, il constitue une suite de recommandations de modifications de la loi du 11 février 2005, encore jeune et dont les effets ne se sont pas encore produits totalement, pourtant déjà complétée par la loi 2011-901 du 28 juillet 2011 tendant à améliorer le fonctionnement des maisons départementales des personnes handicapées et portant diverses dispositions relatives à la politique du handicap. Cette indifférence au temps du droit n’est malheureusement pas isolée, ce qui ne la rend pas acceptable pour autant. Ensuite, les recommandations faites semblent être motivées par la volonté de plaire plutôt que de construire une meilleure politique du handicap. Les contradictions se multiplient alors : ne plus employer le mot «handicap», mais créer les «Entretiens du handicap» et une «journée du handicap»; «la dimension du handicap doit être systématiquement considérée lors de l’élaboration de la discussion et du vote de chaque nouvelle loi» (p.23), alors que le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées doit être seulement invité à «accompagner toutes les initiatives concernant le handicap» (p.28). Enfin, nombre de recommandations et de constats n’engagent pas à grand chose, ce qui est regrettable.

Lorsqu’il aborde la question de l’assistance sexuelle, le rapport ne dépasse pas le cadre du compassionnel, des évidences, voire des erreurs grossières. Le débat doit ainsi être posé sur la place publique car il est jusqu’alors «discrètement et soigneusement dissimulé» (p.104) : on compte pourtant nombre de manifestations, de colloques, d’émissions et documentaires sur la question… Le raisonnement n’est pas facile à suivre : «Faut-il ou ne faut-il pas s’immiscer dans la vie intime des personnes fragilisées par le handicap? […] Pour certains tenants du non, la démarche qui consiste à permettre la rencontre est dégradante et même perverse, elle ramène à une sexualité débridée bestiale et dépravée» (p.104). Voilà qui est pour le moins curieux : comment considérer que le fait de dire non à la question posée a un lien avec une considération sur la sexualité des personnes handicapées ? On l’apprend juste après : c’est parce qu’en réalité, le rapport ne répond pas à la question posée avant, mais au problème évoqué après: celui de l’aide sexuelle. L’accompagnement sexuel est présenté comme une nécessité pour les personnes n’ayant pas accès à leur propre corps (l’expression est énigmatique), alors que les exemples donnés concernent des personnes qui ont un accès physique (i.e qui peuvent se masturber), mais d’accès «intellectuel» à la sexualité. Sont ensuite mélangés plusieurs problèmes : alors qu’il aborde l’accompagnement sexuel, est envisagé le cas des professionnels confrontés à un «rapprochement en couple des personnes handicapées» (p.106), pour revenir ensuite à l’accompagnement sexuel… Or, lier ces deux aspects relève d’une confusion maladroite et problématique! Est bien évidemment envisagé le droit à la sexualité (qui n’existe pas…) et la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, obligeant les Etats à prendre «des mesures efficaces et appropriées […] dans tout ce qui a trait au mariage, à la famille, à la fonction parentale et aux relations personnelles et [à veiller] à ce que […] soit reconnu aux personnes handicapées le droit de décider librement et en toute connaissance de cause du nombre de leurs enfants et de l’espacement des naissances, ainsi que le droit d’avoir accès, de façon appropriée pour leur âge, à l’information et à l’éducation en matière de procréation et de planification familiale et à ce que les moyens nécessaires à l’exercice de ces droits soient fournis» (p.109). Il y aurait beaucoup à dire sur cette référence à une disposition que respecte déjà l’Etat français. Il n’est absolument pas question dans ce texte d’obliger à créer un statut d’assistant sexuel. En outre, il est étonnant que l’auteur du rapport, alors qu’il cite un texte traitant de procréation, ne s’offusque pas de la justification légale des stérilisations non thérapeutiques des personnes «dont l’altération des facultés mentales constitue un handicap» (article L. 2123-2 du Code de la santé publique).

Intervenant fréquemment sur les aspects juridiques de l’assistance sexuelle, je suis souvent confronté à des partisans de cette pratique. Les échanges sont pourtant toujours constructifs et les arguments employés à mille lieux de ceux du rapport Chossy. Il faut savoir rendre hommage aux personnes qui militent pour la reconnaissance d’une assistance sexuelle et reconnaître que leurs arguments sont bien plus pertinents que ceux du rapport.

Il est ennuyeux que ce rapport soit gouverné par l’émotion, mauvaise conseillère légistique, ne cite aucune de ses sources et, au final, desserve les personnes qu’il est censé défendre. Il n’est pas question ici de nier les problèmes soulevés par le rapport, mais plutôt de se désoler du traitement qui leur est réservé.

Des salopes et des anges : T. Benacquista, Fl. Cestac

La bande dessinée occupe une place de plus en plus importante sur ce carnet, tout simplement parce que l’imagination des auteurs et les sujets traités rejoignent les problématiques de recherche de nombreux juristes. L’ouvrage de Tonino Benacquista et Florence Cestac, Des Salopes et des Anges, est intéressant car il retrace rapidement l’histoire de la loi relative à l’interruption volontaire de grossesse.

L’histoire de trois femmes sert de prétexte à ce retour sur une période importante de l’histoire législative. La première est une jeune femme qui ne peut être enceinte car son mari le refuse pour le moment, privilégiant sa carrière professionnelle. La deuxième est une militante pro-avortement qui exerce ce qu’elle considère comme un droit. La troisième est une femme issue d’un milieu aisé et très conservateur, enceinte suite à une relation adultère.

Chacune empruntera le même bus pour se rendre en Angleterre afin d’y subir une interruption volontaire de grossesse. Les problèmes de chaque femme sont montrés : solitude, difficultés psychologiques de l’acte que nulle ne considère comme anodin. Malheureusement, l’ensemble est rapide, pour ne pas dire caricatural : la simplification est inévitable dès lors que seulement quelques cases sont utilisées pour montrer une réalité éminemment complexe.

Le dessin de Florence Cestac participe à cette impression. Les personnages aux gros nez conduisent à une différence trop importante entre la forme et le fond. Cela répond certes à une volonté du dessinateur : Florence Cestac explique en effet que son dessin «apporte de la légèreté à des sujets difficiles». Si la légèreté est appréciable pour dédramatiser des situations délicates, on regrettera toutefois qu’elle aboutisse souvent à une simplification excessive, pour ne pas dire grossière.

 

Malgré tout, l’intérêt juridique de l’ouvrage réapparaît lorsque sont retracés les débats parlementaires et les raisons de l’autorisation de l’interruption volontaire de grossesse. Les arguments soulevés, les difficultés de l’adoption du texte sont mises en avant, démontrant que l’adoption d’un texte, quel qu’il soit, obéit à des considérations qui n’ont que peu à voir avec les grands principes du droit. Apparaissent ainsi les problèmes, classiques, de l’adaptation du droit aux faits, de la nécessité de préserver un équilibre entre des valeurs contraires, d’application d’une norme. L’ouvrage m’a étrangement rappelé la communication de Mlle Stéphanie DORION, relative au processus politique ayant abouti au vote d’une loi relative à la gratuité de la fécondation in vitro au Québec, qui a eu lieu lors du 79e Congrès de l’ACFAS. Il était question des tensions et arguments utilisés pour aboutir au vote du texte. La bande dessinée s’attache, d’une manière différente, à montrer les raisons de la loi Veil et les difficultés de son adoption.

Des Salopes et des Anges devient alors un instrument utile pour aborder autrement des questions fondamentales, trop souvent mises de côté lorsqu’il est question de l’intérêt d’adopter telle ou telle réforme.

Personne handicapée, vie affective et sexuelle… Quel accompagnement ?

Le Conseil général du Val d’Oise organise ce jeudi un colloque sur le thème de la vie affective et sexuelle des personnes handicapées. J’aurai l’honneur d’y intervenir.

Droit et Rock : W. Mastor, J.-P. Marguénaud, F. Marchadier (sous la dir.)

 « Il se passe décidément des choses bizarres à Limoges », citons Jean-Pierre Marguénaud et Pascale Deumier le citant dans un article retraçant le colloque Droit et Rock qui s’est tenu à Limoge les 1er et 2 avril 2009. Les actes de ce colloque sont parus cette années, sous la direction de Wanda Mastor, Jean-Pierre Marguénaud et Fabien Marchadier.

Lecture réjouissante qui prouve, s’il en était besoin, que l’on peut intéresser au droit de multiples manières (Harry Potter, le cinéma, la BD…) et quelle manière quand le talent s’allie à l’impertinence rock. Une fois n’est pas coutume, commençons par la fin et par le rapport de synthèse collant parfaitement au sujet, au style nerveux, enlevé, presque punk (n’exagérons rien) d’Éric Millard (p.193: I fought the Law).

 Synthèse qui reprend parfaitement le rapport introductif de Jean-Pierre Marguénaud (p.1), ouvrant très rapidement les hostilités : un colloque sur le droit, un autre sur les brouettes (sic), voilà qui fait tout de suite penser à Bob Dylan, chantant les mérites de la brouette pour emmener la femme dont on tombe amoureux.

Le thème du colloque peut prêter à sourire et c’est tant mieux : il montre que le droit n’est pas que tristesse, que les juristes sont conscients de la nécessiter de bousculer l’ordre établi (dans la limite des infractions de presse, v. P. Beauvais, «Rock et ordre public : jusqu’où peut aller la liberté du rockeur ?», p.51). Quelques-uns s’attachent à la délimitation du rock (X. Magnon «La vision de la justice dans les chansons de Bob Dylan (1962-2001)», p.65, où l’on apprend que Bob Dylan, c’est du rock, au moins dans l’esprit!).

D’autres critiquent les faux engagements des rockeurs (F. Marchadier, «Des vrais et des faux rockeurs engagés», p.169) tapant sur les Fatals Picards, lesquels ont critiqué a posteriori et loin des problèmes la participation des athlètes français aux Jeux Olympiques de Pékin, vantant les mérites de Björk, appelant à libérer le Tibet pendant un concert chinois. Étrangement, la communication colle assez bien aux faux engagements qu’elle met en avant, ce qui démontre toute la difficulté de la critique d’un régime (faut-il être sur place, risquer sa vie?).

Il faut remercier Wanda Mastor, «la Scarlett Johanson du droit constitutionnel» (dixit J.-P. Marguénaud, p.3) d’avoir livré une bonne analyse de l’incidence de la guerre du Vietnam sur le rock  («Les rockeurs et la guerre du Vietnam», p.159) et, surtout, de la description magnifique de l’œuvre de Jimmy Hendrix, de sa guitare «pleurant l’hymne américain» (p.161) : «The Star spangled banner, dérivant de l’introduction de Voodoo Chile, ne peut se raconter, il s’écoute. Quelques notes de l’hymne américain revisitées qui expriment, plus que tout autre morceau, l’essence même de la protestation. Tout le génie d’Hendrix réside dans cette possibilité de dire, à travers de simples notes, plus que ne l’auraient fait les plus talentueux des discours» (p.163). Il faut également la remercier pour avoir (enfin) cité Neil Young et Ohio. Il faut enfin la remercier pour la plus belle coquille de l’ouvrage –lapsus serait peut-être plus juste– lorsqu’elle évoque les ennuis judiciaires de John Lennon qui «sera le seul des Beatles à renvoyer sa médaille de Member of the British Empire pour protester contre le soutien britannique à la guerre du Vietnam. Protestations multiples qui lui vaudront quatre années de procédure judiciaire pour possession de cabanis (sic)» (p.163). Incidence du concert du Peuple de l’Herbe donné dans le cadre du colloque ? Le lapsus ne pouvait être que toulousain!

 Et le rock français ? Il est un peu mis à part, ce qu’explique parfaitement François Ducray («Que faut-il entendre par “musique rock”?», p.11) : l’histoire du rock est américaine, puis anglosaxonne, la musique étant étroitement liée à la sonorité des paroles. Mais Noir Désir apparaît ici ou là, tout comme les Rita Mitsouko, réjouissant l’amateur.

 Difficile de donner une idée de la richesse de l’ouvrage : de l’utilisation de l’image du rockeur (E. Tricoire, «L’image du rockeur», p.109), à l’analyse économique lumineuse des problématiques soulevées par la numérisation et l’échange de données (qu’il est bon de lire quelques vérités sur la licence globale ou la nécessité d’inventer un nouvel modèle économique de la musique, loin des sentiers battus de l’appauvrissement des artistes! N. Moureau, «Vers une nouvelle économie de la propriété intellectuelle : le marché, le web et le rockeur», p.131), en passant par le rôle du rock dans la protection des droits des femmes (K. Garcia, «De Roxanne à Maria : rock et droits des femmes», p.181), chaque contribution est l’occasion d’enrichir ses cultures rock et juridique.

Le caractère effectivement subversif du rock est mis en cause (F. Hein, «Le rock, une musique subversive?», p.31), même si l’on reconnaît que «dénoncer les injustices [,]s’indigner  [,] protester [,] hurler sa rage […] ne change pas le monde. Mais cela fait du bien. Et cela n’est déjà pas si mal!» (Ibid. p.40). S’il est quelquefois question de la forme subversive de la musique rock – au-delà des paroles ou des rockeurs – (v. not. X. Bioy, «Rock et subversion», p. 45) on peut regretter que la question n’ait pas été approfondie : après tout, quelques groupes se sont illustrés par les détournements d’instruments (archer utilisé pour jouer de la guitare par Jimmy Page, repris depuis par le groupe Sigur Ros ou Joseph Arthur, par exemple), offrant une illustration des avancées jurisprudentielles ou doctrinales ou l’innovation permet de faire émerger de nouvelles notions. Car le rock est avant tout une sensation, magnifiquement décrite par William Burroughs assistant à concert de Led Zeppelin («Rock et magie», Essais, Ch. Bourgois, 2008). Un autre regret est lié à l’absence du post-rock, représenté par des groupes comme Explosions in the sky, sans doute explicable par le caractère essentiellement instrumental des morceaux.

Regrets vite dépassés à la lecture de contributions éloquentes sur l’anarchisme et le nihilisme dans la mouvance punk (D. Szymczak, p.79) les comparaisons États-Unis/France sur la réaction des autorités face aux messages dangereux du porn rock (B. Nicaud, p. 93, par ailleurs véritable inspirateur du colloque grâce à son mémoire sur le rock et les droits de l’homme), ou bien encore l’analyse du rôle du rock dans la promotion de la démocratie (A.-M. Tournepiche, p.151). Même la fiscalité est envisagée (V. Dussart, p.121)!

Le rock est bien cette «bande-son d’une contestation politique» (p.32), qui souffre malheureusement d’exemples racistes, heureusement isolés. Son influence est sujette à caution : s’attacher les services d’une icône rock n’est pas une nécessité pour remporter des élections! «Les dernières élections présidentielles en France ont penché en faveur du candidat soutenu par Barbelivien, Faudel, Enrico Massias et Mireille Matthieu» (p.171).

Malgré tout, «dans un pays où 80% des électeurs sont persuadés que le rock se confond avec Johnny Hallyday, adhérant au parti du président de la République qui a prononcé les discours de Dakar et du Latran, il n’est pas mauvais, en effet, que quelqu’un rappelle de temps en temps que le rock est d’abord rébellion contre l’ordre établi et les valeurs réactionnaires, indocilité, subversion, sensualité, provocation, souffre et scandale » (p.1).

Sexualité et handicap : et si on en parlait ? Nancy, 6 octobre 2011

 

Le 6 octobre prochain a lieu un colloque sur la sexualité des personnes handicapées. J’aurai l’honneur d’y intervenir sur le thème de l’encadrement de l’accompagnement de la sexualité. Le programme du colloque est intéressant :  venez nombreux!

Sexualité, handicaps et vieillissement : Ph. Pitaud (sous la dir.)

Faisant suite à la parution d’un numéro spécial de la Revue du CREAI PACA, Personnes âgées et personnes handicapées : approches de la sexualité, lui-même issu d’un colloque organisé par le Pr Philippe Pitaud en 2010 à Marseille, l’ouvrage, dirigé par le même Philippe Pitaud, Sexualité, handicaps et vieillissement paraîtra prochainement aux éditions Érès, dans la collection Pratiques du champ social.

Cet ouvrage démontre, une fois de plus, l’intérêt des échanges disciplinaires et, au-delà.

Le quatrième de couverture en dira plus :

«Vieillir avec ou sans déficiences pose avant tout la relation de l’individu au monde qui l’entoure, aux interactions avec les autres et interroge en permanence sur l’échange, au sens du partage, et dans ce mouvement, de l’amour à donner mais également à recevoir, la sexualité n’étant, elle, que l’une des formes de la manifestation de cet amour si vital et indispensable pour notre survie quotidienne. Les professionnels de ce secteur, acteurs de l’accueil en institution comme du soutien au domicile, mais également les familles, trouveront là un espace de réflexion, de confrontation et de débats pour se pencher, en retour, sur leurs pratiques professionnelles comme sur leur engagement auprès de ces populations souvent privées d’une vie intime.»

Bonne lecture à tous.

Le sexe et la norme, Bruno Py et Nathalie Deffains (sous la dir.)

Les Presses Universitaires de Nancy vont voir la collection «Santé, qualité de vie, handicap» s’enrichir d’un ouvrage collectif supplémentaire : Le Sexe et la norme, sous la direction de Bruno Py et Nathalie Deffains. L’ouvrage, qui paraîtra dans quelques jours, a un but clair, rappelé par le quatrième de couverture : «“Jouissons sans entrave !” Cette formule revendique en tant que réalisation de la libération sexuelle la disparition de la norme dans le domaine du sexe. La révolution attendue a-t-elle eu lieu ? Le droit peut-il ou doit-il “réglementer ou normer la sexualité qui est diverse ? De ce point de vue, le droit de la sexualité fut longtemps le droit d’une sexualité hétérosexuelle, monogame dans le cadre institutionnel de la famille. Comment s’adapte-t-il dans une société où la sexualité de chacun procède d’une histoire singulière, sans double, écrite une fois dans l’univers et ne reproduisant jamais dans le cosmos (Michel ONFRAY, Le souci des plaisirs, Construction d’une érotique solaire, Flammarion 2008) ?
La liberté sexuelle a pu s’affirmer dès lors que s’affaiblissait le poids de la morale traditionnelle ou de la
morale sexuelle civilisée coupable selon Freud de la maladie nerveuse des temps modernes (Sigmund FREUD, La vie sexuelle, 13ème édition, PUF 1997). Ainsi, certains comportements socialement tolérés ont disparu du champ pénal (tel a été le cas de l’adultère ou encore de l’homosexualité). Pour autant, le droit n’a pas disparu de la sphère intime des relations sexuelles. L’objet de l’ouvrage est de donner un éclairage actuel et renouvelé sur les relations qu’entretiennent aujourd’hui le sexe et la norme juridique.»

Le sommaire de l’ouvrage :

Première partie – La « règlementation » du sexe : de quel droit ?

Le Sexe et le Droit : un couple sulfureux
Bruno PY

La liberté sexuelle : Quelle liberté ? Pour quel régime ?
Nathalie DEFFAINS

Deuxième partie – Le sexe dévoilé

La nudité toute nue
Julie LEONHARD

La police des publications licencieuses et pornographiques
Nelly ACH

La représentation de la sexualité au cinéma – Les critères juridiques de sa visibilité
André MOINE

Troisième partie – Le sexe sans discrimination

La liberté sexuelle des mineurs : des limites utiles et fondées ?
Jérôme BERNARD

La Cour européenne des droits de l’Homme face à l’homosexualité
Diane COISSARD

Les conséquences juridiques du traitement du transsexualisme
Céline BENOS

Quatrième partie – Questions d’éthique

Libres propos sur l’assistance sexuelle au sujet de la liberté sexuelle des personnes handicapées
Jean-Baptiste THIERRY

Le sexe sous le microscope du droit
Jean-Philippe VAUTHIER

Cinquième partie – La prostitution

La prostitution face aux libertés de circulation en droit de l’Union européenne
Katia BLAIRON

Profession : prostitué !
Bertrand MARION

Néo-féminisme et Prostitution
Ludivine STARCK

Rappelons que l’ouvrage est disponible sur le site du Comptoir des Presses d’Université. Bonne lecture!

Personnes âgées et personnes handicapées : approches de la sexualité, Revue CREAI, déc. 2010

En avril 2010, l’Institut de Gérontologie Sociale et l’Université de Provence organisaient, sous la direction du Professeur Philippe Pitaud, un colloque consacré à la sexualité des personnes âgées et des personnes handicapées.

Les actes – enrichis – de ce colloque sont parus dans un numéro spécial de la Revue du CREAI PACA, daté de décembre 2010. Ma contribution intitulée «Appréhension juridique de la sexualité : le droit a-t-il réponse à tout ?» figure en page 44 de l’ouvrage, aux côtés d’articles très intéressants signés Alain Giami, Denis Vaginay, Gérard Ribes, Marcel Nuss, etc.

Le tout est accessible pour la modique somme de 13 euros.

En bref, encore un exemple de l’intérêt de la pluridisciplinarité!

Sexualité en MAS et FAM, CREAI Lille, 2 décembre 2010

photo par Constantin Philipoff, Flickr.com

Que d’acronymes dans le titre de ce billet! Le 2 décembre prochain, le CREAI (i.e Centre Régionale d’Etudes et d’Actions sur les handicaps et les Inadaptations) organise une journée d’études sur le thème de la sexualité en MAS (i.e Maison d’Accueil Spécialisée) et FAM (i.e Foyer d’Accueil Médicalisé) : expressions, questionnements, et si on en parlait ?

J’interviendrai à 14h sur le thème de l’appréhension juridique de la sexualité des personnes handicapées, puis ferai une présentation du projet SEXHI. La journée sera animée par Monsieur Denis Vaginay.

La présentation de cette journée est suffisamment parlante :

«Si la question de la sexualité est devenue moins « taboue » dans les établissements médico-sociaux comme dans le reste de la société civile, il n’en demeure pas moins que la question de la sexualité des personnes en situation de handicap mental reste problématique, parfois même difficile à aborder. Sans doute parce qu’elle renvoie aux représentations du handicap mental et à la difficulté, malgré la déficience, de reconnaître la personne handicapée dans son statut d’adulte ; probablement parce que parler de la sexualité de l’autre renvoie chacun à sa propre sexualité, à ce qu’il y a de plus intime pour une personne.

Les lois du 2 janvier 2002 et du 11 février 2005 affirment l’égalité des droits et des chances des personnes handicapées, la garantie de l’exercice de leurs droits et libertés individuelles et le respect de leur dignité, de leur intégrité, de leur vie privée, de leur intimité et de leur sécurité ; le décret du 20 mars 2009 relatif aux obligations des établissements et services accueillant ou accompagnant des personnes handicapées adultes n’ayant pu acquérir un minimum d’autonomie engage les professionnels à veiller au développement de la vie affective des usagers. Malgré ces dispositions légales et réglementaires, les professionnels se sentent souvent démunis face aux manifestations de la sexualité de personnes qui, pour la plupart et du fait de leur handicap, ne peuvent pas verbaliser leurs désirs, leurs envies, leurs besoins. Ce sentiment est d’autant plus fort qu’ils accompagnent ces personnes dans les actes essentiels de la vie quotidienne, dont les plus intimes.

Au-delà des représentations et des tabous, il apparaît que la question de la prise en compte de la sexualité des personnes handicapées mentales en établissement met en lumière, à elle seule, les principaux paradoxes qui se posent aux professionnels dans leur pratique quotidienne : concilier le devoir de protection de personnes dont le consentement est difficile à évaluer de façon objective et l’exigence de la reconnaissance de leurs droits à être actrices de leur propre vie et à exercer leur droit à l’intimité et à la vie privée ; reconnaître et respecter l’individualité tout en instaurant et en imposant des règles de vie collective. Paradoxes d’autant plus difficiles à assumer face à des adultes qui, pour la plupart, n’ont pas bénéficié de l’éducation qui aurait pu leur permettre d’intégrer les notions fondamentales du droit et de l’interdit.

L’ensemble de la journée sera animé par Denis VAGINAY, docteur en psychologie clinique, psychanalyste, intervenant en institutions sur la question de la sexualité des personnes handicapées mentales, auteur notamment de « Comprendre la sexualité de la personne handicapée mentale, état des lieux et perspectives » (Chroniques Sociales, 2006) et « Découvrir les déficiences intellectuelles » (Erès, 2005).

Renseignements : Kathy LECLAIRE, CREAI Nord/Pas-de-Calais, 54 Boulevard Montebello, 59041 LILLE CEDEX
Tél. : 03 20 17 03 09 – Fax. : 03 20 17 03 17 – k.leclaire.creainpdc@orange.fr».

Quant au programme, il est bien évidemment disponible ici.

Dernière minute : cette journée est annulée et reportée à une période encore indéterminée, plus printanière, voire estivale.