Compte-rendu du colloque « Positions laïques en terme de bioéthique », Barcelone, 30 septembre, 1er octobre 2011

La faculté de Droit de l'Université de Barcelone

Les 30 septembre et 1er octobre derniers avaient lieu à Barcelone un colloque intitulé «Positions laïques en terme de bioéthique : bilan et perspectives». J’ai eu la chance de pouvoir intervenir sur les aspects liés à l’autonomie personnelle. N’ayant pas pu assister à l’intégralité des communications en raison des contraintes du déplacement, je ne me hasarderai pas à relater des propos que je n’ai pas directement entendus. Certaines interventions ayant eu lieu en catalan, je dois également avouer mon incapacité à restranscrire la teneur de ces communications.

Une fois n’est pas coutume, plutôt que d’un compte-rendu intégral, intervention par intervention, il sera davantage question dune vision d’ensemble de cette journée et demie de travail.

Travaillant fréquemment sur le thème de la bioéthique, de la fin de vie, du handicap, j’ai pu rencontrer et écouter des intervenants particulièrement intéressants. Ainsi, Mme Jacqueline Herremans, présidente de l’Association Mourir dans la dignité, ou bien encore M. Jan Bernheim, tous deux spécialistes de l’euthanasie «à la belge», ont présenté des aspects méconnus de la loi: de son adoption aux modalités pratiques de sa mise en œuvre (1% environ des décès en soins palliatifs), beaucoup d’aspects ont été évoqués. Il est particulièrement enrichissant de voir la manière dont le texte a pu être perçu par nos voisins du Benelux (les Pays-Bas et le Luxembourg ayant des législations similaires) et de percevoir les problèmes juridiques fondamentaux soulevés par son application. Les présentations ont permis de démontrer, s’il en était besoin, que les pratiques belges, néerlandaises ou luxembourgeoises sont avant tout marquées par le profond humanisme des différents intervenants. Certains problèmes juridiques n’ont malheureusement pu être évoqués : l’obligation de déclaration à laquelle le médecin qui pratique une euthanasie est soumis n’est pas encore complètement respectée, mais il n’y a pour l’heure aucune poursuite en raison de la volonté d’assurer un effet pédagogique pour les non-déclarants.

Il était également question du début de la vie et de la recherche sur l’embryon, soumise à de nombreuses restrictions. Les communications sur ce thème n’ont pas toujours permis d’aborder sereinement les aspects juridiques, se centrant sur des considérations semblant relever du bon sens mais faisant fi de considérations essentielles (sur le rôle du juge, du droit, etc.). Les chercheurs qui s’exprimaient faisaient ainsi part de leur souhait sincère de contribuer, par la recherche, à améliorer les conditions d’accès à l’assistance médicale à la procréation ou bien les connaissances sur ce stade de développement encore peu connu.

Des réflexions philosophiques ont également permis de mettre en avant les principes des libres penseurs sur la recherche. La vision de l’homme qu’ils développent suppose un strict respect de son autonomie et de sa volonté personnelle. La tâche qui m’incombait était alors délicate, consistant à montrer les limites du consentement et les exigences propres au droit, que l’on ne voit malheureusement que comme une juxtaposition de normes qu’il suffit de modifier pour influer sur les comportements sociaux (le «yakafokon» ne prend pas toute la mesure du droit!).

Les divergences de point de vue n’ont rien d’insurmontable : la libre pensée repose avant tout sur la libre discussion et l’enrichissement ne peut qu’être mutuel à apporter les éléments du débat. J’étais heureux en tant qu’universitaire de pouvoir visiter la belle ville de Barcelone de contribuer à ces débats sociaux d’une importance capitale.

Les actes de ce colloque feront l’objet d’une publication au début de l’année 2012.

En guise de petite provocation pour les libres penseurs, la Sagrade Familia, emblématique de Barcelone


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *