Le procès Colonna : Tignous, Paganelli

Un préfet assassiné. Une cavale digne d’un film. Une affaire corse où la présomption d’innocence est malmenée. Un sujet d’actualité, puisque la décision de la cour d’assises d’appel date seulement du 20 juin 2011. Il s’agit bien évidemment de l’affaire Colonna.

Un blog lui est consacré. Un refus de transmission d’une question prioritaire de constitutionnalité a été rendu par la Cour de cassation. La cour d’assises d’appel a, fait exceptionnel, motivé sa décision, bien avant l’heure.

Cette affaire entremêle donc de nombreux aspects techniques, médiatiques, juridiques, politiques, et… artistique. Le compte-rendu d’audience réalisé par Tignous et Paganelli (bande dessinée, roman graphique ?), paru aux éditions 12bis, permet d’offrir un nouveau point de vue sur un grand procès d’assises.

Ce point de vue est précieux car les règles relatives à la publicité des débats juridictionnels sont strictes et aucune demande d’enregistrement audiovisuel ne semblait avoir été formulée. Le compte-rendu dessiné, joint à de courts textes retraçant les débats, était donc le seul moyen de savoir ce qui s’est passé lors du procès Colonna.

Ce qui frappe avant tout, c’est le perfectionnisme des auteurs. Ils ne se sont d’ailleurs pas contentés de reproduire quelques propos ici où là : tout le procès est couvert, du début à la fin (les dates sont indiquées. En outre, le procès n’est pas le seul élément qui soit rapporté. L’ambiance du procès l’est également : du témoin dont la plastique attire les regards de tous, au major qui annonce l’entrée de la cour, en passant par les «brèves» de la salle des pas perdus. La justice en marche, avec ses moments de rire initiés par le président de la cour d’assises, en passant par la gravité des déclarations de la partie civile, les tentatives des avocats de déplacer le débat, le rôle de la presse, la vie d’une juridiction, tout est présent. Tout le rituel judiciaire est en action, mais la force des auteurs est d’avoir réussi à le désacraliser pour le rendre accessible.

À cet égard, Le Procès Colonna a largement sa place en illustration d’un cours d’introduction au droit ou de procédure pénale, voire de droit de la peine, puisqu’il y est question de période de sûreté, de droit d’appel, de preuve, etc.

Tignous et Paganelli réussissent à transcrire une affaire éminemment complexe, où les membres du commando accusent Colonna, puis l’innocentent cinq ans après, où le rôle des pouvoirs politiques, des luttes internes entre services, des fuites organisées, est très bien retracé. Ce reportage est très proche du réel mais l’histoire qu’il rapporte flirte avec les polars des plus grands auteurs, où la solitude de l’homme poursuivi, de la victime est magnifiquement rapportée.

L’ouvrage est, en outre, une splendide illustration de la difficulté de juger, du doute qui s’insinue, est combattu, prouvé, rejeté par les magistrats chargés de statuer, mais également chez les deux journalistes, clairement convaincus par la thèse de la défense, et, bién évidemment, chez le lecteur. Plusieurs moments sont importants dans ce livre qu’il faut absolument recommander. On ne retiendra que le rappel de la formule de l’article 353 du Code de procédure pénale lue par le président:

 « La loi ne demande pas compte aux juges des moyens par lesquels ils se sont convaincus, elle ne leur prescrit pas de règles desquelles ils doivent faire particulièrement dépendre la plénitude et la suffisance d’une preuve ; elle leur prescrit de s’interroger eux-mêmes dans le silence et le recueillement et de chercher, dans la sincérité de leur conscience, quelle impression ont faite, sur leur raison, les preuves rapportées contre l’accusé, et les moyens de sa défense. La loi ne leur fait que cette seule question, qui renferme toute la mesure de leurs devoirs : « Avez-vous une intime conviction ? »

 

Pour finir, cette note de lecture, comme les précédentes qui ont traité de bande dessinée, doit beaucoup aux libraires de La Parenthèse qui ont su éclairer mes choix face à une demande délicate et sortant de l’ordinaire.

On peut consulter la motivation du verdict rendu par la cour d’assises d’appel.


3 réflexions au sujet de « Le procès Colonna : Tignous, Paganelli »

  1. Eric Verdeil

    pardon mais cette parution date déjà de quelques années, n’est-ce pas? A-t-elle été mise à jour en fonction de la décision de la cour de cassation à laquelle vous faîtes allusion?

    Répondre
  2. Ping : Le procès Colonna : Tignous, Paganelli | Sine lege | Chronique des Droits de l'Homme | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *