Sous l’entonnoir : Sibylline, N. Sicaud

L’encadrement juridique de l’hospitalisation psychiatrique est une question passionante. D’abord parce les enjeux sont importants (privation de liberté, soins sans consentement, débats éthiques, etc.). Ensuite, en raison de la récente  loi du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge, précédée de plusieurs décisions QPC ayant fortement influencé le processus législatif (Sur cette réforme: J.-Ph. Vauthier, «De la nouveauté en psychiatrie», Lamy Droit de la santé, actualités, no 110, oct. 2011, p.1). Enfin, parce que le monde de la psychiatrie est caractérisé par des fantasmes et fausses croyances.

De nombreux ouvrages spécialisés abordent la question de l’hospitalisation psychiatrique. Une bande dessinée aborde le quotidien des personnes hospitalisées. Parue aux éditions Delcourt, Sous l’entonnoir (Sybilline et Natacha Sicaud), retrace l’expérience d’une jeune fille, Aline, hospitalisée à Sainte-Anne à l’âge de 17 ans suite à une tentative de suicide.

Le sujet est d’autant plus délicat qu’il est autobiographique. L’évocation des raisons de la tentative de suicide ne fait qu’accentuer la sensation de malaise du lecteur. Pourtant, l’ouvrage ne sombre pas dans le misérabilisme : seules quelques pages sont explicitement relatives à l’enfance de l’héroïne et aux raisons de son geste. La suite est éloignée de toute forme d’apitoiement.

S’agissant de l’hospitalisation d’une mineure, les règles de l’hospitalisation forcée ne sont pas concernées, puisque les titulaires de l’autorité parentale sont les décideurs. En revanche, le régime des soins forcés apparaît rapidement au cœur de l’ouvrage : médicaments prescrits sans réelle explication, trafic de médicaments, utilisation des contentions, etc.

Le droit n’est bien évidemment pas le sujet du livre. Toutefois, de nombreux sujets dont il est question soulèvent une réflexion juridique. Il en est ainsi de la brimade dont Aline est victime : alors qu’elle est tranquillement recroquevillée devant la télévision, une infirmière lui hurle dessus pour qu’elle pose ses pieds par terre. De même, la relation avec le médecin psychiatre  appelle l’attention sur la toute puissance médicale, que le législateur a cherché à combattre en faisant intervenir le juge des libertés et de la détention. Sont également abordées les règles d’accès au dossier médical, ou bien encore l’effet désocialisant de l’institution.

Autant de thèmes délicats que les auteurs réussissent à aborder avec finesse et intelligence : le livre n’est pas une charge contre l’hospitalisation psychiatrique. Mieux, l’humour, léger, diffus, est également présent : Aline, jeune adolescente, passe ses premières journées à lire Antonin Artaud, en faisant semblant de tout comprendre; ou bien encore l’activité escalade, se concluant par un magnifique «abruti» in petto.

Il faut enfin ajouter le soin apporté aux pages d’illustration de chaque nouveau chapitre/thème, riches de sens. Sous l’entonnoir est une œuvre délicate, sincère, loin des clichés de la folie parce qu’il n’en est finalement guère question. Le parcours de cette adolescente est touchant et le partage de son expérience, précieux.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 4 janvier 2012

    […] lire : les chroniques d’Yvan, d’Eric Guillaud et celui, surprenant, d’un maître de conf’ en droit privé ! Sous l’Entonnoir (one-shot) Scénario : Sibylline Dessins : Natacha Sicaud Editions : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *