Ma circoncision : R. Sattouf

9 novembre 2012
Par

Quiconque s'intéresse au corps et au droit pénal s'est un jour intéressé à la question de la circoncision religieuse : pourquoi cet acte rituel ne fait-il l'objet d'aucunes poursuites pénales ni de décisions de condamnation ? La question est principalement abordée en droit de la famille, sous l'angle des règles de l'autorité parentale, et en droit pénal, sous l'angle des causes de justification des infractions.

Ce billet n'a pas pour objet de décrire les mécanismes juridiques à l'œuvre. Il est une petite tentative d'enrichissement d'un article écrit dans le dernier numéro de la Revue Juridique Personnes Familles, «La circoncision de l'enfant». Cet article a été écrit suite à la décision d'une juridiction allemande ayant relevé le caractère illicite de la circoncision rituelle, en raison de l'atteinte à l'intégrité physique de l'enfant, d'une part, et de l'atteinte à sa liberté religieuse, d'autre part.

Dans cet article, j'ai fait référence à la bande-dessinée de Riad Sattouf, La circoncision, parue en premier lieu chez Bréal Jeunesse, et reprise en 2008 chez L'Association. Faute de place disponible, il n'a pas été possible de livrer une lecture juridique de cet ouvrage, ce qui est regrettable vu la richesse de l'expérience de Riad Sattouf.

Comme le titre l'indique, Riad Sattouf raconte l'expérience de sa circoncision, un instant important de sa vie, non pour des raisons religieuses, mais en raison du caractère traumatisant d'un tel acte sur un jeune enfant. Riad Sattouf, jeune enfant syrien, fasciné par Conan Le Barbare, est le seul de son groupe de camarades à ne pas avoir été circoncis. Alors qu'il se demande pourquoi le pénis de ses amis n'est pas pareil que le sien, son père lui annonce qu'il sera bientôt circoncis. Commence alors un récit très drôle, raconté à la première personne, de l'attente de ce moment important, des bravades et interrogations intimes du jeune Riad Sattouf.

Cette histoire prend place en Syrie, ce qui permet également d'avoir un point de vue particulier du régime politique aujourd'hui contesté. L'éducation est ainsi fondée sur la contrainte. Celle-ci est d'abord parentale. La circoncision est un acte imposé par le père dit «tu dois te faire circoncire, c'est la tradition». Quand son fils lui répond «Ouais, mais j'ai vraiment pas hyper envie...», l'argument d'autorité tombe : «Je ne suis pas sûr d'avoir dit : “Veux-tu être circoncis?” J'ai dit : “Je vais te faire circoncire”»).

La contrainte est également étatique. L'éducation des enfants est très brutale: «Hélas pour nous, les châtiments corporels étaient institutionnalisés. Tout était prétexte à frapper les enfants. On les frappait dans le dos, sur la tête, au visage, sur les mains. On nous obligeait à être complices de cette violence». La pire punition était l'atli, infligée en public, juste avant les vacances.

La contrainte est enfin sociale. Elle résulte de la pression du groupe familial et de celle des camarades. Tous les amis et proches de Riad Sattouf sont circoncis. Il est donc logique qu'il le soit également. Cette évidence met en avant le caractère dogmatique de la circoncision, que l'on retrouve à plusieurs niveaux. Le père de l'enfant ne remet pas ce dogme en cause, il ne le discute même pas et n'accepte pas que son fils le fasse. Mieux, il promet à son enfant un jouet qu'il n'aura jamais. Pourtant, le père de Riad Sattouf est décrit comme un homme ouvert, titulaire d'un double doctorat. Les camarades de l'enfant lui affirme que la circoncision est ce qui permet d'être un bon cimmérien et de se différencier de l'ennemi juré : l'israëlien. Quelle n'est pas la surprise de Riad Sattouf quand il apprend que les juifs sont également circoncis! Le dogme touche à la légende : quand l'enfant demande à un adulte si le président Assad est circoncis, on lui répond «on raconte qu'à l'âge de 6 ans, il s'est circoncis lui-même pour aller plus vite».

Malgré les angoisses de l'enfant, la circoncision a enfin lieu. Apparaît alors un problème qui explique que la prudence commande de recourir à un médecin: «à ce moment là, je ne savais pas que deux mois et demi de calvaire m'attendaient. En effet, Conan le circonciseur n'était pas un spécialiste de la désinfection». Le problème principal est là : bien pratiquée, la circoncision est un acte chirurgical bénin, mais peut entraîner des complications qui nécessiteraient une réparation, le cas échéant.

Le récit de Riad Sattouf est drôle et émouvant. Ses personnages acceptent l'inévitable avec une angoisse visible, traduite par des gouttes de sueur. La circoncision n'est que le prétexte à raconter un monde absurde, où la force empêche la discussion, sinon la remise en cause. L'enfant est appelé à reproduire ce qu'il a subit, plutôt que de le comprendre pour mieux l'accepter. En ce sens, la pratique de la circoncision plus que la circoncision elle-même peut être critiquée.

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Notes de lectures

2 commentaires pour “ Ma circoncision : R. Sattouf ”

  1. T-L.A le 17 novembre 2012 à 19:53

    L'ouvrage est intéressant. Il ne va pas tarder à être lu. Néanmoins, il a aussi écrit La vie secrète des jeunes dont le troisième volume est sorti récemment.

    Il raconte des petites séquences d'adolescents sur son chemin au quotidien.

  2. [...] Quiconque s’intéresse au corps et au droit pénal s’est un jour intéressé à la question de la circoncision religieuse : pourquoi cet acte rituel ne fait-il l’objet d’aucunes poursuites pénales ni de décisions de condamnation ? La question est principalement abordée en droit de la famille, sous l’angle des règles de l’autorité parentale, et en droit pénal, sous l’angle des causes de justification des infractions...   >>>> Une belle rasade de Riad Sattouf : http://www.riadsattouf.com/ >>>> Pour ceux qui ne connaissent pas (!?) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Riad_Sattouf      [...]

Laisser un commentaire


Carnets de recherche