Littérature et droit médical : à propos de Martin Winckler

Quiconque s’intéresse au droit médical doit bien évidemment se plonger dans la lecture des ouvrages spécialisés., qu’il s’agisse des Grandes décisions du droit médical (sous la direction de François Vialla), de La responsabilité du médecin (Bruno Py et Sophie Hocquet-Berg), ou de tout autre manuel.

Pourtant la seule lecture de ces ouvrages sera bien insuffisante pour traduire la complexité des problèmes soulevés par la pratique médicale. Une approche « inter » ou « trans » disciplinaire viendra alors compléter les lacunes du juriste. Pour ce faire, des rencontres avec des professionnels de santé doivent avoir lieu, des échanges et des formations doivent être organisés.

Mais il serait dommage de se contenter de ces seuls éléments et de passer à coté de la lecture des romans de Martin Winckler. Tous ne concernent pas la médecine : l’auteur apprécie les séries télévisées et la littérature policière., comme en témoigne son site personnel, et est avant tout médecin. Sans mentiionner tous ses ouvrages, qu’il soit juste permis de parler de la trilogie constituée par La Maladie de Sachs, Les Trois Médecins et Le Choeur des femmes. Le premier de ces trois romans (et le meilleur à mon avis) a fait l’objet d’une magnifique adaptation cinématographique signée Michel Deville, le docteur Sachs étant incarné avec brio par Albert Dupontel.

Ces trois romans sont avant tout des oeuvres littéraires importantes, tant sur la forme (on pense surtout à celle des Trois médecins) que sur le fond des sujets traités. Mais ils sont également des objets de réflexion pour le juriste qui se penche sur la pratique médicale. L’histoire de ce praticien, humaniste généraliste, qui se bat contre les mandarins, prône le respect du patient (de sa personne et de ses choix, quels qu’ils soient) et se réalise au service des autres, appelle de nombreuses réflexions pour le juriste.

On peut ainsi voir  dans le docteur Sachs l’exemple du « bonus medicus familias » : toujours attentif à l’information délivrée au patient, respectueux de la déontologie médicale (sauf parfois de la confraternité), diligent dans les soins apportés, soucieux du bien-être physique et psychique de sa clientèle, le héros des romans de Martin Winckler n’est pas un médecin arrogant, négligent ou imprudent.

Si l’on compare cette « méthode Sachs » au contentieux juridictionnel ou aux affaires dont sont saisies les commissions régionales de conciliation et d’indemnisation, on perçoit aisément l’importance du « colloque singulier » entre le médecin et son patient. Le litige qui survient trouve souvent une explication dans la psychologie, le patient ayant l’impression d’avoir été dupé, le médecin ayant pu avoir une attitude inadaptée. L’incompréhension mutuelle est source de difficultés.

Confronté aux choix de ses patientes, le docteur Bruno Sachs n’apporte jamais de jugement moral rédhibitoire, préférant accompagner chacune d’entre elles. La contraception, l’interruption volontaire de grossesse, la maternité sont au centre du Choeur des femmes (tout comme les questions de genre dont il était question dans un précédent billet) : autant de thèmes que le juriste abordera sous l’angle de l’indisponibilité du corps humain, de l’autonomie personnelle ou bien encore de l’éternelle question de l’adaptation du droit aux faits (et vice-versa).

On ne saurait réduire ces romans à ces seuls aspects, puisqu’il est également question de santé publique, de la place des laboratoires pharmaceutiques, de la recherche biomédicale, etc. Mais ces romans sont avant tout une expérience de lecture difficile à oublier, que l’on se plaît à renouveler, pour partir de nouveau à la rencontre du héros de Martin Winckler : pas seulement « le principal personnage […] d’une oeuvre artistique« , mais surtout celui « qui incarne dans un certain système de valeurs un idéal de force d’âme et d’élévation morale».


3 réflexions au sujet de « Littérature et droit médical : à propos de Martin Winckler »

  1. Ping : Pilules bleues : F. Peeters | Sine lege

  2. The Major Tom

    Magnifique ouvrage, tant sur la forme que sur le fond. D’ailleurs l’auteur livre une description si précise et réaliste des patients (mais également des gestes médicaux et habitudes des médecins), que le film, à mon sens, ne parvient pas à retranscrire toute la force de l’écriture et des portraits dressés. Si le film est bon, il me semble néanmoins que le jeu des acteurs n’est pas au niveau de l’écriture des personnages.

    Cet ouvrage remarquable, mériterait sans doute un traitement cinématographique différent. En particulier sous la forme d’une série télévisée (sur le modèle de la série « In treatment » mettant en scène un psychiatre). Ce qui permettrait de mieux représenter les nuances des personnages et renforcer l’image routinière et paradoxalement si riche du métier de « médecin de campagne ».
    D’autant plus que ce média est particulièrement apprécié par l’auteur du livre…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *