Evaluer les publications juridiques

L’évaluation des revues juridiques a déjà fait l’objet de plusieurs commentaires. Il en ressort que les critères de l’AERES sont difficilement transposables aux écrits des enseignants-chercheurs en droit, pour plusieurs raisons que l’on peut brièvement lister:

  • les principales revues poursuivent avant tout un but commercial car elles s’adressent aux professionnels du droit;
  • les comités de lecture ne sont pas très répandus et il arrive que l’article proposé soit accepté en considération de la réputation de l’auteur, sans relecture particulière, voire en considération de la réputation du directeur de thèse de l’auteur. Les articles peuvent également être acceptés par un comité de lecture, mais l’examen ne répond pas aux mêmes exigences que les grandes revues internationales, qui exigent une soumission anonyme, par exemple;
  • l’attrait des revues internationales est différent : d’abord en raison de la nécessité d’écrire dans une langue étrangère ; ensuite en raison de la spécificité du langage juridique étranger; enfin, parce qu’elles correspondent davantage à une matière telle que la théorie du droit, le droit international, le droit comparé.

Mais le plus important est peut-être que de nombreuses publications ne se font pas dans les revues : il s’agira alors de Mélanges, de manuels, de « publications à feuillets mobiles » (i.e les encyclopédies), voire de blogs. La question est alors de savoir comment évaluer ces travaux? Si l’article destiné à des Mélanges ne pose pas de problèmes sur le contenu, les encyclopédies et manuels soulèvent davantage de questions. S’il s’agit bien évidemment d’oeuvres doctrinales, il n’en demeure pas moins que le rôle est avant tout pédagogique et pratique. L’auteur y exprime certes un avis sur l’interprétation ou l’application d’une règle, mais il ne s’agit en aucun cas d’une thèse. Ces présentations ordonnées d’un mécanisme juridique, d’une matière, reflètent l’avis personnel de leur auteur, mais ne sont pas comparables à une monographie sur la question.

Pourtant, ces publications « pratico-pédagogiques » participent à la réputation scientifique de l’auteur, lui permettent d’explorer d’autres domaines de recherche et de participer à la construction de la connaissance. « appliquée ». Elles constituent en outre un exercice intéressant de rédaction, le style d’un « feuillet » n’étant pas celui d’un manuel qui diffère lui-même d’une monographie, etc.

Parlons de moi prenons un exemple personnel, mes travaux de doctorant concernaient le handicap, le droit criminel, le droit de la santé. Petit à petit, plusieurs propositions m’ont été faites, relatives au droit pénal de la presse, puis à la procédure pénale… Certes, ces publications ne sont pas éloignées de mes domaines de recherche priviligiés : quiconque s’intéresse à un sujet en droit pénal doit être en mesure de s’intéresser au droit pénal dans son ensemble  Mais ces publications mettent parfois de côté l’avis sur ce qui devrait être, pour privilégier l’avis sur ce qui est : la prospective, si elle n’est pas totalement inopérante, reste à la marge d’écrits qui se veulent avant tout pratiques, destinés à apporter une réponse précise à un problème donné, à orienter le lecteur parmi les sources applicables afin de trouver l’information pertinente le plus rapidement possible, apporter des mises à jour. Toute évaluation doit alors intégrer l’objectif de la publication, s’attacher à ses particularismes.

Au final, n’est-ce pas la méthode d’évaluation qui doit être repensée ? Plutôt que de s’attacher à un classement de revue dites « professionnelles », de revues dites « académiques », n’y a-t-il pas lieu de se concentrer sur :

  1. l’existence d’une publication;
  2. le sérieux du contenu;
  3. les perspectives ouvertes.

La tâche est infiniment plus dure que le simple classement. Au reste, les deux méthodes ne sont pas nécessairement antinomiques. Combinées avec souplesse, elles permettraient sans doute de refléter une réalité difficile à saisir : l’activité des enseignants-chercheurs. Publish or perish, mais pas n’importe où, pas n’importe comment.


Une réflexion au sujet de « Evaluer les publications juridiques »

  1. Ping : A propos de l’originalité d’un cours | Sine lege

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *