L’année où j’ai vécu selon la Bible : A. J. Jacobs

Ce livre, paru en France en 2008 chez Actes Sud, intitulé, dans sa version d’origine, The Year of Living Biblically, One Man’s Humble Quest to Follow the Bible as Literally as Possible, est une grande source de réflexion pour le juriste.

A. J. Jacobs n’en est pas à son coup d’essai : il est l’auteur de The Know-It-All: One Man’s Humble Quest to Become the Smartest Person in the World, dans lequel il lit l’Encyclopédie Britannica de A à Z (littéralement), et de The Guinea Pig Diaries: My Life as an Experiment, où il devient un sujet de recherches biomédicales.

L’année où j’ai vécu selon la Bible est donc le récit d’une expérience particulière. S’interrogeant sur sa foi (ou plutôt son absence de foi), A. J. Jacobs se demande si devenir respectueux de la lettre de la Bible lui permettra de devenir croyant.

Drôle et intelligent, le livre montre les limites d’une interprétation littérale de l’Ancien et du Nouveau Testament : ne pas toucher une femme pendant ses menstruations car elle est impure , ne pas toucher un objet qu’une femme impure aurait touché, ce qui amène A.J. Jacobs à s’acheter un siège pliant dans le métro pour éviter de contrevenir par inadvertance à ce principe ; choisir avec soin ses vêtements qui doivent être tissés d’une certaine façon ; ne pas mentir, etc.

Le récit est particulièrement enlevé, amusant et de nombreuses scènes cocasses animent le parcours initiatique du narrateur. Au final, le respect strict des règles apparaît bien illusoire, surtout à New-York, pour un individu progressiste, ouvert aux autres, journaliste pour Esquire. Mais l’intérêt du livre ne réside pas dans ce que beaucoup savent déjà. Il permet de montrer que la démarche du narrateur n’est pas si absurde qu’il y paraît. À la fin de son expérience, il écrit: «Chaque jour, je m’habitue un peu plus à avoir le choix. Choisir n’est pas nécessairement mauvais, me dis-je. Et mon année m’aura au moins aidé à limiter mes choix. Jamais plus je ne serai Jacob. Jamais plus je ne serai soumis à tant de restrictions. Mais une part de mon alter ego biblique demeure. De ma barbe de trente centimètres, il ne me reste plus qu’une barbe d’un jour, mais elle est là. Et je crois qu’elle sera toujours là». Comme dans tout voyage, la destination de A.J. Jacobs n’importe pas autant que le chemin qu’il a emprunté.

Le parallèle entre le respect des règles bibliques et les règles juridiques est évident et l’on pourrait facilement envisager l’écriture d’un récit intitulé L’Année où j’ai vécu selon le Droit. La règle «pure», interprétée littéralement n’a guère de sens dans un système juridique où le rôle de l’interprétation est fondamental, créateur, et où le pouvoir judiciaire permet d’amenuiser les effets d’une norme qui, trop strictement interprétée, pourrait produire des effets néfastes. Le Droit n’est pas qu’un ensemble de normes qui se juxtaposent, se superposent et s’articulent selon des règles déterminées. Le Droit est également l’application de ces normes, qui ne peut s’envisager qu’avec souplesse,voire leur non-application : un texte seul est peu utile, c’est replacé dans l’ensemble du système qu’il prendra du sens. Comme l’écrivait le doyen Carbonnier, « une loi n’est pas seulement un texte avec les juges et les praticiens qui l’appliqueront, c’est aussi le peuple auquel on prétend l’appliquer» (J. Carbonnier, Droit civil, Paris : PUF, 2004, vol. 1, texte de la 27 éd., 2002, Quadrige, no 31).

Le narrateur réussit à montrer que la Bible ne vaut pas tant par ses préceptes mêmes ou les règles que chacun y trouve, que par son esprit et sa réception dans le corps social.


Une réflexion au sujet de « L’année où j’ai vécu selon la Bible : A. J. Jacobs »

  1. Ping : Jeux vidéo, tuerie, médias, handicap et electro clash | Clumsybaby, blog musical

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *