L’Art selon madame GoldGruber : Mahler

Ce carnet s’ouvre à des territoires décidément nouveaux : entre manifestations scientiques, organisation de cours et de diplômes, participation à des projets de recherche et préparation d’articles, il est bon de pouvoir s’ouvrir quelques perspectives. La bande dessinée, qu’elle soit comique, historique, judiciaire, est, comme le cinéma ou la littérature, sources de réflexions.

De manière inattendue, L’Art selon madame Goldgruber, de Mahler, édité par L’Association, fait partie de ces ouvrages surprenants, qui dépassent largement leur cadre narratif pour laisser le lecteur construire lui-même sa propre œuvre. Que l’on soit ou non attiré par le droit, ce livre est à recommander tant il pétille d’intelligence derrière un dessin volontairement sec, caricatural et qui semble dénué de technique.

L’histoire est relativement simple : Mahler rencontre la personne de l’administration fiscale autrichienne, madame Goldgruber, en charge de sa déclaration de revenus. Sûr de son bon droit, l’auteur déclare ses revenus dans la rubrique «artistes», afin de bénéficier d’un taux d’imposition de 10% au lieu de vingt.

Le livre permet d’amener plusieurs réflexions. La première est liée à l’idée des critères. Toute norme a ses conditions d’application, ses critères qui permettent de savoir si elle peut entrer en vigueur, s’appliquer à telle situation – ce que permet de déterminer l’opération de qualification. Le point de départ de l’ouvrage est à cet égard relativement simple : le taux d’imposition préférentiel réservé aux artistes concerne-t-il les auteurs de bande dessinée ?

 

 L’ouvrage dépasse heureusement cette seule question et nous entraîne dans les méandres de la démarche artistique d’un homme cynique, misanthrope, élitiste et rejeté par beaucoup (on le serait à moins). C’est une réflexion drôle, intelligente sur la commercialité, la nécessité de préserver des sphères d’incompréhension du public, le besoin d’être parfois déconnecté des envies du public (il faut lire le chapitre sur l’expérience de Mahler, responsable d’un magasin de location de vidéos). L’incompris n’a pas à être rejeté, l’inutile à être écarté, car ils participent à la vie en société. Or, qu’est-ce que le droit sinon l’art de régler cette vie en société, en conciliant des valeurs parfois contraires pour essayer d’aboutir au juste et au bon : jus est ars boni et aequi ?

 

De manière plus prosaïque, l’ouvrage de Mahler est également un moyen de constater le glissement, voire l’opposition entre l’affirmation de l’existence d’un droit, sa reconnaissance et son application concrète. Ce problème est bien connu des juristes, qui s’offusquent souvent de l’inapplicabilité ou de l’inapplication d’une norme. Il est également au centre des préoccupation des économistes du droit. Mais la psychologie a également son mot à dire sur ces aspects. C’est une chose que d’être titulaire d’une créance, mais c’en est une autre de réussir à la recouvrir. C’est une chose de présenter la pièce justificative exigée pour une démarche administrative, mais c’en est une autre de convaincre une personne que les orientations d’une circulaire ou d’un chef de service n’ont pas de force obligatoire. La prétention de Mahler est juste : c’est un artiste. Mais sa conseillère fiscale n’est pas de cet avis.

Ce roman graphique est donc une excellente lecture, aux multiples points d’entrée. Pour s’en convaincre, on peut également lire l’excellente critique parue sur du9.org.

La bonne nouvelle, c’est qu’il y a une suite.

Pour finir, cette note de lecture, comme les précédentes qui ont traité de bande dessinée, doit beaucoup aux libraires de La Parenthèse qui ont su éclairer mes choix face à une demande délicate et sortant de l’ordinaire. Qu’ils en soient ici remerciés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *