La gestion de la documentation juridique : St. Cottin

L’appréhension est légitime lorsqu’on est amené à lire un ouvrage rédigé par un «non-juriste» dans lequel il est question de droit. L’ouvrage de M. Stéphane Cottin en fait partie et ce que mû par la nécessité de préparer un cours d’informatique documentaire juridique que je me suis plongé dans son ouvrage La gestion de la documentation juridique, qui vient de paraître chez Lextenso éditions, dans la collection Systèmes Droit. Une autre note de lecture traite, avec l’oeil du documentaliste, du livre de M. Cottin.

Et pourtant : le seul regret à l’issue de la lecture est que ce livre ne fût pas plus long! Les charmes de l’interdisciplinarité ne sont plus à vanter et le juriste ne peut que trouver un intérêt dans la présentation des bibliothèques juridiques (p.17) ou dans la bibliographie sur l’enseignement de la documentation juridique (p.24 et s.). L’ouvrage fourmille de statistiques utiles, notamment en ce qui concerne l’analyse quantitative de l’offre des données juridiques (p.34 et s.). Au-delà de la documentation juridique, bien évidemment au coeur du propos, Stéphane Cottin montre les enjeux de cette documentation, sur la validité des normes notamment (v. p.90-93 sur la validité des publications électroniques; v. également p. 35-36 sur l’abrogation; v. également p. 96 au sujet de l’efficacité économique du droit).

L’aspect technique, qui peut en rebuter certains, est un réel atout : les présentations sont toujours claires, ordonnées, précises et, ce qui est logique mais appréciable, enrichies d’une bibliographie conséquente. Surtout, Stéphane Cottin, aussi attaché qu’il soit au développement de la numérisation des données juridiques, insiste à plusieurs reprises sur l’importance du papier, démontrant, s’il en était besoin, que la recherche ne peut s’effectuer utilement en texte intégral. Les exemples étrangers sont utilisés à bon escient, habilement et intelligemment (v. par ex. p.93 et 94).

Tout est envisagé : du blog aux bases de données, du podcast à l’utilisation (indispensable?) de Zotero. L’ouvrage est à recommander à toute personne qui utilise la documentation juridique électronique : il offre plusieurs degrés de lecture, ouvrant des perspectives insoupçonnées au néophyte. Une proposition de modèle de citation des articles et ouvrages est également faite (que l’auteur ne suit pas toujours dans ses notes de bas de page), ce qui constituera évidemment un outil précieux pour tous ceux qui ont à établir une bibliographie ou à effectuer un travail de recherche (la citation de l’URL, recommandée par l’auteur, n’est toutefois pas toujours souhaitable, ou alors sous une forme abrégée, en raison de son manque de lisibilité). Les perspectives offertes concernent également l’évolution du livre et le développement des livres électroniques : les hyperliens peuvent être intelligemment utilisés comme manière d’aller plus loin, d’intégrer des références enrichissant le corps du texte, etc.

Bien évidemment, l’enseignant-chercheur sera déçu de quelques développements succincts sur la doctrine juridique ou de la jurisprudence (p.10), laquelle n’est pas réductible aux décisions de la Cour de cassation ou du Conseil d’État. La lecture est parfois rendue malaisée par la citation de longues URL, que jamais le lecteur n’utilisera telles quelles. Mais ces désagréments sont bien véniels au regard de l’intérêt du livre.

La gestion de la documentation juridique est bien plus qu’une synthèse des bases et outils disponibles. Il s’agit, chose surprenante, d’un ouvrage qui permet de réfléchir d’une autre manière sur le droit, en s’interrogeant sur ses modes de diffusion.


Une réflexion au sujet de « La gestion de la documentation juridique : St. Cottin »

  1. Stephane Cottin

    Merci beaucoup pour cette note de lecture.

    Bien vu pour les notes de bas de page : si j’ai pu faire admettre aux correcteurs (très sympa et très pro) de la LGDJ que la bibliographie nécessitait d’être normalisée, je n’ai pas pu les convaincre pour le corps de l’ouvrage, et toutes les notes de bas de page ont été revues selon les normes de la LGDJ, qui ne sont pas celles préconisées par l’AFNOR et l’ISO.

    J’espère que cela ne gêne pas trop.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *