Droit et Rock : W. Mastor, J.-P. Marguénaud, F. Marchadier (sous la dir.)

 « Il se passe décidément des choses bizarres à Limoges », citons Jean-Pierre Marguénaud et Pascale Deumier le citant dans un article retraçant le colloque Droit et Rock qui s’est tenu à Limoge les 1er et 2 avril 2009. Les actes de ce colloque sont parus cette années, sous la direction de Wanda Mastor, Jean-Pierre Marguénaud et Fabien Marchadier.

Lecture réjouissante qui prouve, s’il en était besoin, que l’on peut intéresser au droit de multiples manières (Harry Potter, le cinéma, la BD…) et quelle manière quand le talent s’allie à l’impertinence rock. Une fois n’est pas coutume, commençons par la fin et par le rapport de synthèse collant parfaitement au sujet, au style nerveux, enlevé, presque punk (n’exagérons rien) d’Éric Millard (p.193: I fought the Law).

 Synthèse qui reprend parfaitement le rapport introductif de Jean-Pierre Marguénaud (p.1), ouvrant très rapidement les hostilités : un colloque sur le droit, un autre sur les brouettes (sic), voilà qui fait tout de suite penser à Bob Dylan, chantant les mérites de la brouette pour emmener la femme dont on tombe amoureux.

Le thème du colloque peut prêter à sourire et c’est tant mieux : il montre que le droit n’est pas que tristesse, que les juristes sont conscients de la nécessiter de bousculer l’ordre établi (dans la limite des infractions de presse, v. P. Beauvais, «Rock et ordre public : jusqu’où peut aller la liberté du rockeur ?», p.51). Quelques-uns s’attachent à la délimitation du rock (X. Magnon «La vision de la justice dans les chansons de Bob Dylan (1962-2001)», p.65, où l’on apprend que Bob Dylan, c’est du rock, au moins dans l’esprit!).

D’autres critiquent les faux engagements des rockeurs (F. Marchadier, «Des vrais et des faux rockeurs engagés», p.169) tapant sur les Fatals Picards, lesquels ont critiqué a posteriori et loin des problèmes la participation des athlètes français aux Jeux Olympiques de Pékin, vantant les mérites de Björk, appelant à libérer le Tibet pendant un concert chinois. Étrangement, la communication colle assez bien aux faux engagements qu’elle met en avant, ce qui démontre toute la difficulté de la critique d’un régime (faut-il être sur place, risquer sa vie?).

Il faut remercier Wanda Mastor, «la Scarlett Johanson du droit constitutionnel» (dixit J.-P. Marguénaud, p.3) d’avoir livré une bonne analyse de l’incidence de la guerre du Vietnam sur le rock  («Les rockeurs et la guerre du Vietnam», p.159) et, surtout, de la description magnifique de l’œuvre de Jimmy Hendrix, de sa guitare «pleurant l’hymne américain» (p.161) : «The Star spangled banner, dérivant de l’introduction de Voodoo Chile, ne peut se raconter, il s’écoute. Quelques notes de l’hymne américain revisitées qui expriment, plus que tout autre morceau, l’essence même de la protestation. Tout le génie d’Hendrix réside dans cette possibilité de dire, à travers de simples notes, plus que ne l’auraient fait les plus talentueux des discours» (p.163). Il faut également la remercier pour avoir (enfin) cité Neil Young et Ohio. Il faut enfin la remercier pour la plus belle coquille de l’ouvrage –lapsus serait peut-être plus juste– lorsqu’elle évoque les ennuis judiciaires de John Lennon qui «sera le seul des Beatles à renvoyer sa médaille de Member of the British Empire pour protester contre le soutien britannique à la guerre du Vietnam. Protestations multiples qui lui vaudront quatre années de procédure judiciaire pour possession de cabanis (sic)» (p.163). Incidence du concert du Peuple de l’Herbe donné dans le cadre du colloque ? Le lapsus ne pouvait être que toulousain!

 Et le rock français ? Il est un peu mis à part, ce qu’explique parfaitement François Ducray («Que faut-il entendre par “musique rock”?», p.11) : l’histoire du rock est américaine, puis anglosaxonne, la musique étant étroitement liée à la sonorité des paroles. Mais Noir Désir apparaît ici ou là, tout comme les Rita Mitsouko, réjouissant l’amateur.

 Difficile de donner une idée de la richesse de l’ouvrage : de l’utilisation de l’image du rockeur (E. Tricoire, «L’image du rockeur», p.109), à l’analyse économique lumineuse des problématiques soulevées par la numérisation et l’échange de données (qu’il est bon de lire quelques vérités sur la licence globale ou la nécessité d’inventer un nouvel modèle économique de la musique, loin des sentiers battus de l’appauvrissement des artistes! N. Moureau, «Vers une nouvelle économie de la propriété intellectuelle : le marché, le web et le rockeur», p.131), en passant par le rôle du rock dans la protection des droits des femmes (K. Garcia, «De Roxanne à Maria : rock et droits des femmes», p.181), chaque contribution est l’occasion d’enrichir ses cultures rock et juridique.

Le caractère effectivement subversif du rock est mis en cause (F. Hein, «Le rock, une musique subversive?», p.31), même si l’on reconnaît que «dénoncer les injustices [,]s’indigner  [,] protester [,] hurler sa rage […] ne change pas le monde. Mais cela fait du bien. Et cela n’est déjà pas si mal!» (Ibid. p.40). S’il est quelquefois question de la forme subversive de la musique rock – au-delà des paroles ou des rockeurs – (v. not. X. Bioy, «Rock et subversion», p. 45) on peut regretter que la question n’ait pas été approfondie : après tout, quelques groupes se sont illustrés par les détournements d’instruments (archer utilisé pour jouer de la guitare par Jimmy Page, repris depuis par le groupe Sigur Ros ou Joseph Arthur, par exemple), offrant une illustration des avancées jurisprudentielles ou doctrinales ou l’innovation permet de faire émerger de nouvelles notions. Car le rock est avant tout une sensation, magnifiquement décrite par William Burroughs assistant à concert de Led Zeppelin («Rock et magie», Essais, Ch. Bourgois, 2008). Un autre regret est lié à l’absence du post-rock, représenté par des groupes comme Explosions in the sky, sans doute explicable par le caractère essentiellement instrumental des morceaux.

Regrets vite dépassés à la lecture de contributions éloquentes sur l’anarchisme et le nihilisme dans la mouvance punk (D. Szymczak, p.79) les comparaisons États-Unis/France sur la réaction des autorités face aux messages dangereux du porn rock (B. Nicaud, p. 93, par ailleurs véritable inspirateur du colloque grâce à son mémoire sur le rock et les droits de l’homme), ou bien encore l’analyse du rôle du rock dans la promotion de la démocratie (A.-M. Tournepiche, p.151). Même la fiscalité est envisagée (V. Dussart, p.121)!

Le rock est bien cette «bande-son d’une contestation politique» (p.32), qui souffre malheureusement d’exemples racistes, heureusement isolés. Son influence est sujette à caution : s’attacher les services d’une icône rock n’est pas une nécessité pour remporter des élections! «Les dernières élections présidentielles en France ont penché en faveur du candidat soutenu par Barbelivien, Faudel, Enrico Massias et Mireille Matthieu» (p.171).

Malgré tout, «dans un pays où 80% des électeurs sont persuadés que le rock se confond avec Johnny Hallyday, adhérant au parti du président de la République qui a prononcé les discours de Dakar et du Latran, il n’est pas mauvais, en effet, que quelqu’un rappelle de temps en temps que le rock est d’abord rébellion contre l’ordre établi et les valeurs réactionnaires, indocilité, subversion, sensualité, provocation, souffre et scandale » (p.1).


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. T-L. A dit :

    Voici un article sur THE CLASH avec un morceau à télécharger gratuitement:

    http://entrelesoreilles.blogspot.com/2009/12/sine-hebdo-66-londres-nous-appelle.html

    Pour son auteur, THE CLASH « restent indémodables et inégalables dans leur rebellion sans transiger sur la qualité musicale ».

    Il y a également un ouvrage autobiographique du groupe :

    http://www.amazon.fr/Clash-Mal-Peachey/dp/2846262489/ref=pd_cp_eb_0

    Concernant NEIL YOUNG, voici un article sur un ouvrage qui permet de mieux comprendre sa personnalité :

    http://www.lexpress.fr/culture/livre/francois-busnel-a-lu-neil-young-long-may-you-run_1058548.html

    Néanmoins, l’histoire de Ohio, la chanson (reprise par les Isley Brothers) mais aussi le fait politique (la tuerie de Kent State), est fondamentale. C’est pourquoi, ces deux vidéos :

    D’une part, la version des Isley Brothers est combinée à « Machine Gun » de Jimi Hendrix

    http://www.youtube.com/watch?v=C6aS6tbI1Zk

    D’autre part,un des meilleurs reportages vu sur le sujet (politique) est de Al Jazeera English, et on le trouve ici:

    http://www.youtube.com/watch?v=TdCpI2qdsd8

    Ces deux vidéos sont en anglais.

    Concernant Jimmy HENDRIX, cet article évoque sa parodie de l’hymne américain:

    http://www.lexpress.fr/culture/livre/hymne_1033444.html

    Enfin, d’un point de vue global, il y a le DICTIONNAIRE AMOUREUX DU ROCK de Antoine DE CAUNES mais qui n’évoque pas certains artistes tels que Janis JOPLIN ou Van MORRISON.

  2. LM dit :

    A lire également l’ouvrage « De la culture rock » de C. Chastagner (PUF, 2011).
    4eme de converture :
    La lecture classique de la « culture rock » est soit qu’elle constitue une des ultimes formes de résistance aux forces du marché, soit que son image rebelle a été récupérée par la publicité et le commerce. Cet ouvrage avance une troisième interprétation : la dimension rebelle de la culture rock a favorisé l’émergence de nouvelles formes de capitalisme. La démonstration s’appuie sur l’ambiguïté des stratégies rock (slogans, sons, images) et celle d’artistes spécifiques (Zappa, Aphrodite’s Child, etc.) et sur le rôle des musées du rock ou du téléchargement illégal. L’auteur analyse les points communs entre les idéaux et modalités de fonctionnement de la culture rock (provocation, transgression, indifférenciation) et ceux de l’organisation économique capitaliste, avant de tracer un parallèle entre la culture rock, mai 68 et le pop art. Sont également convoquées les théories de René Girard, Luc Boltanski et Ève Chiapello, et Jean-Claude Michéa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.