Doctes en rang

Préparer une thèse est un travail de longue haleine, qui a considérablement changé. Comme le rappelait l’ancien directeur de l’École doctorale SJPEG de Nancy, la thèse n’est plus un tête à tête entre le directeur et son thésard mais intègre désormais plusieurs nécessités impérieuses : l’insertion professionnelle des doctorants et docteurs, l’obligation de diminuer la durée des thèses (aussi discutable soit-elle), la diminution des abandons, etc.

Dès lors le doctorant peut avoir l’impression de se transformer en « docte en rang » tant il doit satisfaire à des obligations toujours plus nombreuses. L’arrêté du 25 avril 2002 relatif aux études doctorales prévoit ainsi que les doctorants doivent suivre des formations spécifiques. L’École doctorale SJPEG de Nancy a également mis en place deux obligations supplémentaires:

  • chaque doctorant doit, préalablement à sa réinscription, remettre un « rapport d’étape » afin de présenter par écrit l’état d’avancement de ses travaux;
  • les laboratoires doivent organiser pour les doctorants suffisamment avancés (au bout de la deuxième année de thèse) des séminaires de présentation des travaux réunissant doctorants, directeurs de thèses, et autres collègues intéressés.

Ce dernier exercice est, à plusieurs égards, particulièrement intéressant. D’abord, il offre la possibilité de présenter oralement ses travaux, l’avancement, le planning envisagé. L’exercice est très formateur puisqu’il oblige à exposer clairement un travail scientifique à des personnes qui, le directeur excepté, n’ont qu’une connaissance très vague du thème exposé. Ensuite, l’occasion est donnée au doctorant de répondre aux questions posées, de confronter sa recherche individuelle à une première évaluation destinée à préparer la future soutenance. Le but n’est évidemment pas d’évaluer, mais d’aider, les remarques des participants devant être, en principe, constructives. Enfin, les participants trouvent également leur intérêt, la logique du partage de la connaissance ne pouvant qu’être bénéfique.

Vu de mon côté du côté du participant ni doctorant ni directeur de recherches, il s’agit d’un vrai exercice qui doit entraîner une saine émulation. À défaut, ce n’est qu’un instant perdu. La difficulté principale est d’essayer de percer les points faibles ou forts d’un raisonnement, de prodiguer des conseils utiles, de penser à ce qui aurait pu être oublié, consciemment ou non.

Ces réunions, aussi contraignantes soient-elles, sont bénéfiques pour tous. Elles sont salvatrices parenthèses, ne sont pas des foutaises, et rappellent au doctorant qu’il doit finir sa thèse.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Guillaume B. dit :

    En l’état, je crois que ne conseillerais à personne de faire une thèse en droit… A Toulouse, nous allons, a priori, créer une association de doctorants/docteurs, afin d’aider et de promouvoir l’enseignement et la recherche des personnes qui ne disposent pas d’un statut. Le champ des possibles inexploité par les écoles doctorales est très grand, mais les initiatives ne viennent pas. On va donc prendre les initiatives, et on verrra !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.