Regards sur le handicap

Ce début d’année est l’occasion de revenir sur le handicap, suite à l’évocation du rapport Chossy sur ce carnet. La fin de l’année 2011 a en effet été marquée par le succès du film Intouchables, comédie que l’on ne présente plus.

Avec moins de retentissement que le film (mais avec plus de réflexions!) un article de Zig Blanquer et Pierre Dufour prend le prétexte d’Intouchables, de la logique animant le Téléthon et, surtout, celui de la mort de Vic Finkelstein  pour aborder la perception stagnante du handicap dans le discours public: les auteurs évoquent ainsi un «agencement qui ne sait pas encore élaborer la créativité inhérente à l’altérité corporelle, qui ne parvient pas à l’envisager indépendamment de la relation d’aide, comme début imprévisible et non comme fin nécessiteuse. Hors des critères anatomiques et gestuels propres au corps standard, point de salut, semblerait-il».

Sans doute ne faut-il pas prêter aux réalisateurs du film des pensées qu’ils n’ont certainement pas eues lors de la réalisation. Sans doute qu’un film qui aurait cherché à avoir une perception plus politique, activiste, du handicap, n’aurait pas rencontré le même succès. Il n’en demeure pas moins qu’un film si populaire est le reflet d’une manière de percevoir le handicap et qu’il est possible de critiquer le message qu’il porte sans pour autant en dresser une critique cinématographique. L’article de Zig Blanquer et Pierre Dufour devient alors chargé d’un message fort, celui de l’inutilité du compassionnel, de l’assistanat et de la nécessité de changer radicalement la perception sociale des personnes en situation de handicap. «Cibler une maladie génétique ou un accident de parapente invite immanquablement à saisir la biographie par le corps, la chair devenant alors décisive de l’échec existentiel et de l’urgence d’être sauvé, le passé brisé n’attendant alors qu’un futur salutaire».

Le droit s’inspire un peu de cette vision du handicap au travers de la loi du 11 février 2005, du moins dans les principes qu’elle affirme. Beaucoup de progrès restent à accomplir et le chemin est encore long lorsque l’on lit le rapport Chossy… Mais un texte n’est pas réductible à ses dispositions; il est indissociable de sa réception par le corps social, de son interprétation, de son application. En ce sens, Intouchables, le Téléthon ne participent pas réellement d’une modification de la perception du handicap.

Dans le même esprit, est récemment parue une courte bande-dessinée : Y’a pas de malaise! Un autre regard sur le handicap. Plusieurs auteurs sont réunis : Jul, Philippe Vuillemin, Didier Tronchet, Frank Margerin, Lisa Mandel, Matthias Lehmann, Fabcaro et James. Il s’agit de courtes histoires sur la relation entre les personnes handicapées et les personnes valides. Il y a une certaine inégalité entre les récits et j’avoue avoir eu une préférence pour ceux de Fabcaro, Jul et Vuillemin pour l’humour, et Lisa Mandel pour la pédagogie. Sont abordés les quotas relatifs à l’emploi des personnes handicapées, l’accessibilité des lieux de travail, ou bien encore des handicaps psychiques plus méconnus (autisme et dépression). Le message délivré pourrait presque se résumer au monologue du personnage en fauteuil dessiné par Jul : «Le vrai problème, ce n’est pas d’avoir à traverser un openspace sur cinq niveaux, trois escaliers, quatre couloirs, dont deux sans visibilité, pour accéder à mon poste de travail… Le vrai problème, c’est de le faire sans passer par la case “Jean-Claude”, le connard du 2e qui raconte des histoires de blondes!».


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. T-L. A dit :

    Il y a aussi Stéphane GUILLON qui a un certain regard sur le handicap:

    http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Bruce-Toussaint/Videos/Guillon-La-droite-c-est-un-betisier-en-ce-moment-825679/

    Malheureusement, il s’agit du discours tenu par les attachés de presse ou, en l’espèce, Muriel COUSIN, son épouse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.