Rappel : séminaire “Médicaments, drogues, agents thérapeutiques”, 9 février 2012

L’Institut Inter-Régional de Santé Publique du Grand Est (IReSaP), qui vise à «renforcer la recherche, la formation doctorale et l’interdisciplinarité dans les domaines de la santé», organise le 9 février 2012 un séminaire interdisciplinaire sur le thème «Médicaments, drogues, agents thérapeutiques», en collaboration avec l’Université de Bourgogne, l’Université de Franche-Comté, l’Université de Strasbourg, Nancy-Université, l’Université de Reims, l’Institut François Gény et le Centre régional universitaire lorrain d’histoire (CRULH). Voici le programme de la manifestation :

Wally Gobetz sur Flickr

9h – Accueil des participants

9h15 – Licite et illicite : questions de définition

J.-F. Seuvic : Drogues et médicaments, définitions légales

B. Py : Médicaments : le foisonnement des infractions pénales

10h – Médicament et histoire

A. Rasmussen : Médicaments et culture matérielle : questions aux formes pharmaceutiques (XIXe-XXe siècles)

N. Kessel : Accidents et médicaments : du Stalinon au Médiator (1950-2010)

H. Guillemain : La résistance au traitement chez les patients schizophrènes. Autour de l’introduction du neuroleptique retard en psychiatrie (1960-1970)

12h30 – Déjeuner

14h – Répression et réparation

S. Hocquet-Berg : La réparation des dommages causés par les médicaments

J.-B. Thierry : Répression de la consommation de drogues

15h15 – Sociologie des drogues

M. Kokoreff : L’héroïne : circulation, diffusion et réseaux maffieux (1970-1990)

16h – Anthropologie : les médicaments du Sud

E. Simon, C. Baxerres : La circulation des médicaments au Sud : un chaîne «dérégulée»? Réflexions anthropologiques à partir de deux études conduites en Afrique de l’Ouest.

17h – Questions/Débat


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Baptiste THIERRY (1 février 2012). Rappel : séminaire “Médicaments, drogues, agents thérapeutiques”, 9 février 2012. Sine lege. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u6wf


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Gaspard mais revient dit :

    Sait-on où aura lieu ce séminaire ?

    • Campus Lettres, Nancy, salle G04

      • Gaspard mais revient dit :

        Mille mercis =)

      • Naseem dit :

        OMARI dit :ab La criminologie est l’e9tude du crime : bre8ve limpse et rapide qui revient e0 dire que le rapport au crime tient e0 ce qui le de9fini, le droit pe9nal et ses constructions contemporaines. bb Mais le crime d’hier n’est en effet pas celui d’aujourd’hui ! Par exemple, hier, la sorcellerie e9tait qualifie9e de crime portant atteinte e0 la religion : la loi qui punissait l’auteur de sorcellerie a e9te9 abroge9e et le criminel sorcier a disparu ; aujourd’hui, le fait de stagner dans un hall d’immeuble peut eatre qualifie9 d’infraction pe9nale.En fait, la de9finition meame du crime se trouve dans les codes de droit et de proce9dure, une de9finition qui change en meame temps que les lois changent. Des lois qui relativisent les choses dans le sens of9 ces choses ne sont que des constructions de savoirs en relation e0 des temps, e0 des lieux et e0 des milieux socialement de9termine9s. En d’autres termes, le crime est institutionnalise9 e0 travers des lois comme des re9ponses pe9nales, il est institue9 socialement e0 travers des pratiques et des actes qualifie9s de criminels par ces meames lois. Des lois qui viennent en fin de compte e9laborer ce qui fait crime, le9gitimer les mœurs et contrf4ler les pratiques.Selon la de9finition propose9e par la confe9rence nationale de criminologie, la criminologie est ab l’e9tude scientifique du phe9nome8ne criminel et des re9ponses que la socie9te9 apporte ou pourrait apporter, prenant en compte les inadaptations, les de9viances et les infractions pe9nales. bb Vaste champ d’e9tude of9 se mutualisent diverses disciplines comme le droit, la sociologie, la psychologie, (je pourrais aussi ajouter la me9decine le9gale) et of9 se battent les the9oriciens chercheurs (pseudo spe9cialistes du domaine e9tudie9, pre9tendus experts en la matie8re), qui ne de9fendent leurs diffe9rences qu’e0 partir de la discipline e0 laquelle ils appartiennent : chacun regarde l’objet par sa feneatre sans e9videmment voir la meame chose ! C’est en d’autres termes, regarder la criminologie ou e9tudier le phe9nome8ne criminel par le trou de la serrure et ne pas voir que la criminologie de9borde de toutes parts dans un contexte socie9tal construit.La question de l’institutionnalisation de la criminologie apparaeet alors importante car elle permet de nous interroger sur sa le9gitimite9, bien qu’il serait aussi inte9ressant de se demander, au regard de l’ensemble des proble9matiques actuelles et susceptibles d’eatre anticipe9s pourquoi cette question se pose aujourd’hui comme un sujet e0 de9battre (si ce n’est un besoin de le9gitimation !). Un sujet qui apparaeet comme une nouvelle figure dans un champ disciplinaire pluriel.Ce de9bat conduit en fait e0 de9finir la criminologie et son inte9reat dans les sciences humaines et sociales, e0 re9fle9chir sur la mise en place d’un de9partement de criminologie avec filie8res ge9ne9raliste et professionnalisante, e0 la reconnaitre comme une branche autonome de la connaissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search