L’invention de la violence : L. Mucchielli

On ne présente plus Laurent Mucchielli. Pour les personnes qui souhaiteraient découvrir son travail, le mieux est de se reporter à son site. Son dernier ouvrage, destiné au grand public, L’invention de la violence, paru aux éditions Fayard, est un excellent ouvrage de vulgarisation sur la politique criminelle des dernières années.

L’interrogation est relativement simple : les statistiques sans cesse mises en avant pour justifier l’adoption d’un nouveau dispositif répressif sont-elles fiables ? La réponse est bien évidemment négative et l’ouvrage permet de démontrer la lecture qu’il convient d’avoir des différentes statistiques pénales utilisées. Laurent Mucchielli fournit ainsi de nombreuses clés de lecture, explications, démonstrations, qui permettent de mieux comprendre l’utilisation des chiffres au regard de la réalité.

L’intérêt de l’ouvrage est de sans cesse chercher à expliquer les mécanismes en œuvre. Ainsi lorsque, au début de l’ouvrage, l’auteur aborde l’instrumentalisation médiatique des faits divers, il cherche immédiatement à expliquer le tournant pris par le journalisme et le traitement de l’information en temps réel. Les causes de cette sur-utilisation du fait divers sont alors trouvées dans la nouvelle manière d’envisager l’information, souvent éloignée des enquêtes de fond.

Le style est direct, simple, clair, percutant. La démarche est également bien expliquée: plutôt que de céder à l’empathie pour les victimes d’infractions, Laurent Mucchielli cherche à discerner la réalité des faits, au-delà de toute empathie avec les victimes. L’ouvrage intéresse donc le pénaliste en ce qu’il lui permet de dépasser le seul raisonnement technique sur la construction de telle ou telle incrimination en essayant de dresser un tableau plus global de la politique criminelle. La doctrine pénale n’en ressort pas grandie : rares sont les lois pénales des dernières années qui ont été approuvées par les différents auteurs, nombreuses ont été les dénonciations de tel ou tel dispositif répressif. Pourtant, les réformes ont lieu qui complexifient et dénaturent de plus en plus la matière pénale, ce que l’on ne peut que regretter.

L’ouvrage de Laurent Mucchielli ne contient rien de révolutionnaire. De nombreux développements ont déjà fait l’objet d’études particulières. On pense ainsi à l’excellente Histoire de la violence, de Robert Muchembled. Toutefois, le but de l’auteur n’est pas d’expliquer quelque chose de nouveau mais bien d’ajouter une pierre supplémentaire à la construction de la connaissance sur l’élaboration des lois et, au-delà, à la dénonciation de l’utilisation fallacieuse des statistiques. Chaque étape est démontée, disséquée, expliquée. Il en est ainsi de la thématique de l’immigration, des homicides, des agressions sexuelles, de la délinquance financière, des atteintes aux personnes et aux biens, etc. Chaque chapitre permet de voir la réalité des infractions commises, les facteurs expliquant l’évolution d’une statistique (comme la judiciarisation du réglement des conflits de la vie sociale, l’évolution des atteintes aux biens vers les nouveaux biens de consommation, etc.), grâce à l’utilisation des statistiques existantes, mais également par le recours à des enquêtes de victimation.

Une erreur revient de temps en temps dans l’ouvrage : la loi sur la participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale et le jugement des mineurs est évoquée à plusieurs reprises, mais sa date est erronée. Il ne s’agit pas de la loi du 6 juillet 2011, mais bien de la loi du 10 août 2011. Il y a sans doute là une confusion entre la date de l’adoption du texte par l’Assemblée nationale et son adoption définitive.

Indépendamment de cette très légère erreur qui n’influence en rien le propos développé par Laurent Mucchielli, il faut conseiller la lecture de cet essai à toute personne intéressée par le droit pénal, les statistiques ou, au-delà, la fabrication d’un discours politique construit sur des craintes infondées. Reprenons la démonstration de l’auteur : jamais une époque n’a été plus sûre que la nôtre. Il faut garder cette situation à l’esprit et analyser les discours publics en conséquence.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. T-L.A dit :

    Une interview de Laurent MUCCHIELLI a été réalisée au début du mois de février par un mensuel satirique :

    http://www.sinemensuel.com/grandes-interviews/laurent-mucchielli-politique-securitaire-le-show-et-l%E2%80%99effroi/

    • Jawad dit :

      c’est pourtant smilpe : une came9ra effectue le travail d’un gardien de la paix myope, handicape9 (incapable de se de9placer), autiste (incapable de saisir la dimension sociale d’une situation), sourd, non-arme9 et muet (mais parlant le langage des signes avec un interlocuteur unique, qui peut, lui, faire preuve d’intelligence e0 partir des images prises par notre flic meame e0 1 euro par an, un tel flic ne serait jamais embauche9 si les questions d’efficacite9 primaient. mais curieusement, un grand nombre de personnes (enfin un grand nombre de personnes audible sur le net dans la vraie vie, tout le monde n’est pas un troll UMP) semble penser que ce flic handicape9-sourd-muet-myope-autiste est la solution qui va e9radiquer la criminalite9 Voile0 bien un comportement re9tif au progre8s technologique : ces came9ras myopes, handicape9es, autistes, sourdes, non arme9es et muettes datent des anne9es 1990 aujourd’hui, elles sont intelligentes et capables de de9tecter les comportements suspects .Il faudrait vous mettre e0 la pointe du progre8s !jmm (+1, ne9anmoins 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.