Liste des qualifiés aux fonctions de MCF, section 01

Le début de l’année civile rime avec qualification aux fonctions de Maître de Conférences. La liste des qualifiés dans la section 02 est accessible sur le site Combats pour les droits de l’Homme. Il faut signaler la réussite de Frédéric SCHMIED, pour sa thèse intitulée Les effets des accords de l’OMC dans l’ordre juridique de l’Union européenne et de ses Etats membres. L’invocabilité au service de l’influence de l’Union sur la mondialisation du droit, sous la direction de MM. MOUTON et CACHARD.

Pour la section 01, l’ISCRIMED et l’Institut François Gény sont heureux d’annoncer la qualification de Mlle Julie LEONHARD pour sa thèse intitulée Etude sur la pornographie pénalement prohibée, réalisée sous la direction de Bruno PY. Voici la liste des candidats qualifiés dans la section 01. En espérant qu’elle ne contienne pas d’erreurs!

  • ABADIE Pauline, Entreprise responsable et environnement. Recherche d’une systématisation en droit français et américain, Paris 1.
  • AUBRY Marie-Christine, Le patrimoine d’affectation, Paris 13.
  • BASCOULERGUE Adrien, Les caractères du préjudice réparable, réflexion sur la place du préjudice dans le droit de la responsabilité civile, Lyon III.
  • BASIRE Yann, Les fonctions de la marque, Strasbourg.
  • BEGUIN Céline, Les contrats d’assurance sur la vie et le droit patrimonial de la famille, Paris II.
  • BERSOLLE Angélique, Droits européens et droit de la famille: contribution à l’étude de la dynamique du rapprochement, Dijon.
  • BOISSON Alexis, La licence de droit d’auteur, Montpellier I.
  • BONNAMOUR Blandine, Le dommage en droit international privé européen. Réflexions à partir du réglement Rome II sur la loi applicable aux obligations non contractuelles, Lyon III.
  • BOTREL Elisabeth, Les conventions relatives à l’exécution forcée. Contribution à l’étude de la notion d’exécution forcée, Nantes.
  • BOUCARON Magali, Le principe compétence-compétence en droit de l’arbitrage, Nice.
  • BOURDEAU Marie, L’objectif économique du contrat (Contribution à l’étude des contrats d’affaires), Montpellier I.
  • BRONZO Nicolas, Propriété intellectuelle et valorisation des résultats de la recherche publique, Aix-Marseille III.
  • CAPDEPON Yannick, Essai d’une théorie générale des droits de la défense, Bordeaux IV.
  • CHATRY Sylvain, Le concours de droits de propriété intellectuelle. Essai d’une théorie générale, Nantes.
  • CLAVERIE Charlotte, L’habitude en droit pénal, Bordeaux IV.
  • COPAIN Carine, L’encadrement de la contrainte probatoire en procédure pénale française, Lyon III.
  • COTTET Marion, Essai critique sur la théorie de l’accessoire en droit privé, Paris XI.
  • COURT DE FONTMICHEL Maximin, Les parties faibles et l’arbitrage, Versailles Saint Quentin.
  • COURTAIGNE Coralie, L’adéquation du droit pénal à la protection de l’environnement, Paris II.
  • DABOSVILLE Benjamin, L’information du salarié. Contribution à l’étude de l’obligation d’informer, Nanterre.
  • DEBOURG Claire, Les contrariétés de décisions dans l’arbitrage international, Nanterre.
  • DECHEPY Johan, Les mutations de la chambre de l’instruction (Propositions pour une reconstruction de l’avant-procès pénal autour d’une juridiction du second degré, Rennes.
  • DELMOTTE Alexandre, Les aspects juridiques de la valorisation de la recherche, Grenoble.
  • DORMONT Sarah, Le conflit entre le droit d’auteur et le droit de la concurrence, Paris XI.
  • DUREZ Clément, La règle de jeu et le droit. Contribution à l’élaboration d’une théorie juridique du jeu organisé, Lyon III.
  • EYNARD Jessica, Essai sur la donnée à caractère personnel, Toulouse 1.
  • FORTI Valerio, La titrisation des créances en droit comparé. Contribution à l’étude de la propriété, Poitiers.
  • FREYD Clotilde, Bi-activité professionnelle des époux et communauté de biens. Pour une autre communauté légale, Strasbourg.
  • GALLARDO Eudoxie, La qualification pénale des faits, Aix-Marseille III.
  • GARDES Delphine, La notion de travail : essai et enjeux d’une définition juridique, Toulouse 1.
  • GARINOT Jean-Marie, Le secret des affaires, Dijon.
  • GOUEZEL Antoine, La subsidiarité en droit privé, Paris II.
  • GUILLEMAIN Maïté, Les chaînes de contrats de droit d’auteur, Poitiers.
  • HARTMANN Elodie, La maternité criminelle du XIIe au XXIe siècle : le droit pénal face à l’expression du désir et du refus d’enfant, Strasbourg.
  • ICARD Julien, Analyse économique et droit du travail, Paris I.
  • JULIENNE Maxime, Le nantissement de créance, Paris I.
  • JUREDIEU Franck, Ratification et acte juridique, Poitiers.
  • KNETSCH Jonas, Le droit de la responsabilité et les fonds d’indemnisation. Analyse en droits français et allemand, Paris II.
  • LATIL Arnaud, Création et droits fondamentaux, Lyon III.
  • LE CAM Stéphanie, L’auteur professionnel : entre droit d’auteur et droit social, Nantes.
  • LE MONNIER DE GOUVILLE Pauline, Le juge des libertés et de la détention, Paris II.
  • LEONHARD Julie, Etude sur la pornographie pénalement prohibée, Nancy.
  • LESTIENNE Laure, Le beau-parent en droit français et en droit anglais, Paris II.
  • LIEUTIER Jean-Philippe, Le modèle de l’actionnariat salarié, Aix-Marseille III.
  • LOPEZ DE TEJADA Maria Muskua, La disparition de l’exequatur, Paris II.
  • MANGIAVILLANO Alexandre, Le contribuable et l’Etat. L’impôt et la garantie constitutionnelle de la propriété (Allemagne – France), Aix-Marseille III.
  • MARGAINE Clément, La capacité pénale, Bordeaux IV.
  • MARGUERITE Magali, Le droit à la représentation des salariés dans la négociation collective, Paris II.
  • MAUCLAIR Stéphanie, Recherche sur l’articulation entre le droit commun et le droit spécial en droit de la responsabilité civile extracontractuelle, Orléans.
  • MAURIN Lucien, Contrats et droits fondamentaux, Aix-Marseille III.
  • MAYOUX Sébastien, Les conventions d’abandon amiable du contrat, Poitiers.
  • MAZEAU Laurène, La responsabilité civile des professionnels exploitant une activité à risque, Toulouse 1.
  • MEILLER Eric, La notion de servitude, Lyon III.
  • MENDUINA GORDON Eva, Existe-t-il en matière d’exécution des contrats un régime propre aux contrats synallagmatiques?, Nanterre.
  • MOREAU Flore, La mobilité des travailleurs dans les relations extérieures de l’Union européenne, Paris I.
  • MOURON Philippe, Le droit d’exposition des oeuvres graphiques et plastiques, Aix-Marseille III.
  • NICAUD Baptiste, La réception du message artistique à la lumière de la CEDH, Limoges.
  • NICOLAS Emeric, Le principe d’assimilation des investisseurs aux consommateurs sur les marchés financiers. Contribution à une théorie de l’assimilation juridique, Orléans.
  • PALLANTZA Dimitra, La créance de salaire, Paris I.
  • PALVADEAU Emmanuelle, Le contrat en droit pénal, Bordeaux IV.
  • PELLETIER Nicolas, La responsabilité au sein des groupes de sociétés en cas de procédure collective, Paris I.
  • PICOD Nathalie, La remise de dette en droit privé, Toulouse 1.
  • POIRRET Jennifer, La représentation légale du mineur sous autorité parentale, Paris Est.
  • PONTIF Valérie, La sécurité juridique et le droit du travail, Nanterre.
  • POSOCCO Laurent, La clause compromissoire. Contribution à l’étude sur l’arbitrabilité des litiges, Toulouse 1.
  • QUIQUEREZ Alexandre, La titrisation des actifs intellectuels au prisme du droit luxembourgeois. Etude au confluent de la propriété intellectuelle et du droit financier, Luxembourg/Poitiers.
  • RAYMOND Marie-Anne, Les infractions de résultats, Bordeaux IV.
  • ROCCATI Marjolaine, Le rôle du juge national dans l’espace judiciaire européen, du marché intérieur à la coopération civile, Nanterre.
  • RONET Delphine, Les créances de sécurité sociale et l’entreprise en difficulté, Aix-Marseille III.
  • ROSA Fabrice, Les actes de réglementation privée, Paris I.
  • ROUSVOAL Laurent, L’infraction composite (Essai sur la complexité en droit pénal), Rennes.
  • SCHLUMBERGER Edmond, Les contrats préparatoires à l’acquisition de droits sociaux, Paris I.
  • SERFATY Vidal, Les droits dérivés de l’oeuvre audiovisuelle, Paris II.
  • SICHEL Laureen, La gravité de la faute en droit de la responsabilité civile,Paris I.
  • SIRI Aurélien, Le mutuus dissensus. Notion, domaine, régime, Aix-Marseille III.
  • SWEENEY Morgan, L’égalité en droit social, au prisme de la diversité et du dialogue des juges, Nanterre.
  • TADROS Antoine, La jouissance des titres sociaux d’autrui, Paris I.
  • VERLHAC Jérôme, La mutation européenne du droit associatif, Limoges.
  • WALTZ Belinda, Le dol dans la formation des contrats : essai d’une nouvelle théorie, Lyon III.
  • WESTENDORF Hannes, Le transfert des sûretés, Paris II, Luxembourg.
  • WITTMANN Valérie, Les interférences entre instances civile et pénale parallèles. Contribution à l’étude de la cohérence en matière juridictionnelle, Dijon.
  • WYSZOGRODZKA Sylwia, Etude comparative de l’erreur-obstacle en droit français et du dissentiment en droit polonais, Paris V.


Vous aimerez aussi...

26 réponses

  1. Lily dit :

    *M’interrogeant sur, pardon!

  2. Lily dit :

    M’intéressant sur la possibilité (l’opportunité?) de tenter à nouveau la qualif, je suis tombée sur cet article.

    Ayant moi aussi été recalée, mon avis est forcement peu objectif.

    Cependant, connaissant personnellement certains qualifiés, pour lesquelles je suis très heureuse, je ne peux cependant m’empêcher d’être interloquée.

    J’ai quand même l’impression qu’il y a une prime au traditionalisme, au consensualisme, et au réseau. Que les qualités pédagogiques, les sujets originaux, les matières à la marge sont peu valorisées, voire pénalisées.

    Forcément, je me base sur mon cas personnel. Mais pas seulement.

    J’ai soutenu en 4 ans et demi, sans alloc (mon DEA n’avait eu aucune alloc, jeu d’influence en notre défaveur), seulement 2 ans d’ATER, dont un an à temps plein (donc bcp d’enseignements). J’ai enseigné, beaucoup, et de nombreuses matières, des TD, à des juristes et des non juristes, un CM en M2. J’ai enseigné dans une antenne de mon université de province, ce qui impliquait 5 heures de trajet AR pour 3 heures de TD.

    Je me suis investie dans la vie de mon université, j’ai assumé, modestement, certaines responsabilités pédagogiques.

    J’ai soutenu, devant un jury d’enseignants chercheurs dont j’admirais les travaux, connus et reconnus. Tout s’est bien passé, rapport très positif.

    Plusieurs publis, certes modestes, mais tout de même.

    Recalée. Deux fois. Internationaliste lue par des processualistes. Rapports qui contestaient le rapport de soutenance, ne tenaient pas compte des réponses apportées aux critiques.

    J’ai vu être qualifiés des gens qui avaient très peu enseigné. Qui affichaient publiquement leur mépris pour les étudiants. Une jeune MCF qualifiée me demandant ce qu’était une Licence pro…

    J’ai vu être qualifiés des gens qui, ayant été financé dès le début de leur thèse, ont mis néanmoins plus de 6 ans à soutenir.

    Je pense très sincèrement qu’il y a une prime au sujet “classique”. Je suis très agacée par le fait que des gens que j’estime moins que mon jury de thèse se permettent de refaire ma soutenance, en mon absence, sans me permettre de répondre aux critiques. Et surtout, je pense que l’on oublie que le but est de recruter des enseignants chercheurs: des gens qui sauront enseigner, chercher, mais aussi administrer l’université. Qui ne sont pas recroquevillés sur des codes, sur leur petit monde.

    C’est dommage.

  3. larissa33 dit :

    vos commentaires m’inspirent à vous confirmer , car j’en étais témoins lors des colloques, que:pour être qualifié, il faut être brillant , mais aussi être visible ; être visible=être vu par les têtes décideurs dans LEUR colloques =être connu en personne par ces têtes décideuses; je me permets ici de vous rapporter mot pour mot ce qu’une personne faisant partie de ces têtes pensantes a déclaré devant une assistance acquise à sa cause:” jamais je ne peux qualifier un étudiant que je ne connais pas, que je n’ai jamais côtoyé ni dans les colloques, ni en cours ni ailleurs en qualité de co-redacteurs d’articles par exemple ”
    bref, la qualification certes se fait selon le niveau intellectuel, mais également à la tête du candidat, bien avant la date de la réunion de la commission parfois, (par simple coup de fil de complaisance entre professeur au profit de leur poulain; j’en connais qui était au courant bien avant la réunion de la commission qu’il était qualifié, et qui en conséquence a pu diffuser bien à l’avance des cartons d’invitation pour FETER CA.Il est vrai qu’il s’agit souvent d’un primé de thèse…)

    ….RESUME: bon courage pour le parcours…

  4. DM dit :

    Permettez-moi la surprise récurrente d’un scientifique devant le mode de recrutement des enseignants-chercheurs en droit. Comme relevé par un autre intervenant, le CNU, dans les sections scientifiques, se contente de vérifier que le candidat a des qualifications “minimales” pour être maître de conférences (enseignement dans le domaine, recherche validée par des publications internationales sélectives, les critères exacts et leur sévérité variant suivant les sections). Il ne constitue pas un filtre sévère, car ce serait empiéter sur les décisions des comités de recrutement, qui à la fois ont plus de temps pour examiner chaque candidat et connaissent mieux les besoins locaux.

    • La logique CNU est effectivement différente dans les sections juridiques : le filtre est sévère et les comités de recrutement n’ont finalement guère de temps pour examiner les candidats (combien de travaux non lus…). Ceci s’explique peut-être par des différences de méthodes importantes entre le droit et les sciences “dures”.

      • Guillaume Beaussonie dit :

        Un récent rapport de la Cour des comptes demandé par la Ministre de l’ES vient, notamment, de souligner les baisses d’inscription en doctorant et le faible taux d’encadrement dans les facultés de droit… Il faut croire que ceux qui n’ont rien fait pour que les choses évoluent ont fini par vaincre.

  5. déprimé dit :

    C’est quand même terrible toutes ces personnes non qualifiées ou non recrutées… Il faut vraiment changer ce système et créer davantage de postes, les besoins existent. C’est trop facile d’utiliser des doctorants pour faire tourner les facs à moindre prix et les jeter ensuite…

  6. Chanceux ? dit :

    Je comprends la déception des non qualifiés.
    J’ai la “chance” d’avoir été qualifié sans pour autant jamais avoir porté de valise, préparer de café, ou mettre à jour des fascicules au nom d’un enseignant (si si, cela ce fait….

    Je pense donc qu’il est tout a fait possible d’obtenir le précieux sésame sans avoir a rentrer parfaitement dans le moule.

    En revanche, je suis pleinement d’accor pour reconnaître qu’existent des éléments troublants dans le “jeu” de la qualification.

    Ainsi, bien que ces facultés soient prestigieuses et comptent dans leurs murs de briallantes plumes susceptibles de transmettre un savoir non moins brillant, je suis toujours “surpris” par le nombre de qualifiés issus de Paris I et Paris II.

    Certes, nul doute que de très bonnes thèses y sont réalisés mais, sauf preuve du contraire, ce ne sont pas encore les directeurs de thèse qui font ces dernières. Dès lors, je m’interroge quant je vois un si grand nombre de docteurs de ces facs être qualifé.

    Les bouseux de provinciaux (dont je fais partie) seraient ils à ce point attardés ?

    Si vous procédez à la soustraction du nombre de qualifiés de ses thèses parisiennes et/ou des “grands” noms de directeur de notre noble matière il ne reste pas grand chose (quantitativement s’entend).

    Est-il normal d’avoir plus de chance d’obtenir la qualification selon que l’on fait sa thèse avec l’éminent Pr X de Paris truc ou avec l’inconnu de Trifoullie-les-oies ?

    Enfin, je suis tout autant surpris de ce conformisme qui voit chaque année toujours le même type de thèse permettre l’accès à la qualification, à savoir une énimème thèse en droit des obligations sur la cause, la bonne foi ou que sais-je encore.

    Le droit se résume t-il à ça ?

    J’ai eu la “chance” d’avoir des rapporteurs qui ne sont pas arrêtés au titre de ma thèse et au domaine traité. Il est anormal que cela soit une chance.

    En revanche, je ne pense pas qu’il faille élargir le nombre de qualifié. Nous sommes déjà trop nombreux et ceux qui n’ont pas connus la déception de la non-qualification sont nombreux à connaître celle du non-rectruement.

    Mais c’est là un autre sujet dont nous reparlerons certainement d’ici deux mois….

    • En espérant que le problème du recrutement soit réduit : il y a beaucoup de postes cette année!

    • Guillaume B. dit :

      Beaucoup de supputations, quand même, dans ce que vous dites… Je ne suis pas du tout un fan du système tel qu’il existe, loin de là, et vous allez constater que les discriminations sont plus criantes encore au stade du recrutement, mais je trouve que le CNU doit quand même se tenir à certains canons qui, s’ils conduisent sans doute à un certain conformisme (encore que cela se discute), sont quand même une sécurité pour les personnes qui font des thèses et qui désirent être qualifiés.

      Quant à la “réussite” des thèses parisiennes, il peut aussi y avoir un facteur simple : beaucoup plus de thésards conduit à beaucoup plus de qualifiés.

      Il faudrait plutôt juger les discriminations sur des pourcentages types thèses à finalité universitaire soutenues/thèses qualifiées.

      Mais bon, je le répète, cette procédure de qualification est très très loin d’être satisfaisante.

      • fluctuat nec mergitur dit :

        Un autre facteur conduit à une grande prportion de thèses parisiennes qualifiées(surtout Paris 1, 2 et 10). Celles-ci attirent les meilleurs étudiants de toute la France.
        Plus que le lieu de soutenance, il faudrait regarder d’où viennent ces thésards. On constaterait que beaucoup de thèses parisiennes sont le fait d’anciens étudiants de facultés de province, ce qui a posteriori rend hommage à la qualité de la formation qui y est dispensée.

        • Guillaume B. dit :

          Le retour de fluctuat !

          Je ne suis cependant pas d’accord avec vous. Paris n’attire qu’une partie des bons étudiants et, en thèse particulièrement, ceux qui ne disposent pas de la possibilité d’être dirigés chez eux. Mais un très grand nombre de très bons étudiants ne décrochent pas de la province.

          Dans certaines disciplines, d’ailleurs, par exemple le droit pénal, les pôles d’excellence ne se trouvent pas à Paris.

          Au surplus, la formation, au moins en licence, n’est pas moins bonne en province qu’à Paris.

          • fluctuat nec mergitur dit :

            Bonsoir à tous,

            “Le retour de fluctuat!” Je vois que l’on ne m’a pas oublié après toutes ces années! 🙂

            J’avais disparu de la toile avec la fermeture du blog de l’illustre Professeur Rolin néo scéen que je salue au passage.

            D’autres espaces comme celui-ci ont ouvert pour mon plus grand plaisir et je n’ai pas résisté à la tentation d’intervenir comme au bon vieux temps…

            Concernant votre message cher Guillaume, je suis tout à fait d’accord avec vous. Ce n’était pas mon propos.

            Pour ne citer que le droit pénal, en dehors de Paris 2, l’on trouve des pôles d’excellence notamment à Grenoble et Bordeaux, universités qui ont donné de nombreux agrégés de qualité aux derniers concours d’agrégation et encore plus de qualifiés à la maîtrise de conférence.

            Je voulais simplement souligner, comme vous le faîtes d’ailleurs vous-même, que la formation dispensée dans les universités de province jusqu’en master 1 était souvent de très bonne qualité et n’avait rien à envier aux grandes universités parisienne.

            Et il n’est pas rare que ces étudiants bien formés décrochent ensuite des contrats doctoraux sur Paris… quand ils viennent.

            La prépondérance des thèses parisiennes pour la maîtrise de conférence s’explique également par le fait que les universités de la capitale sont traditionnellement les plus grandes pourvoyeuses de docteurs chaque année.

            Loin de moi la volonté de dénigrer les facultés de province. Certaines ont développé des programmes remarquables mêlant maîtrise des fondamentaux, pluridisciplinarité et ouverture à l’internationale.

            Bref, vive la province! Et c’est un parisien qui le dit!

          • fluctuat nec mergitur dit :

            Mea culpa, mon argument sur l’importance quantitative des thèses parisiennes avait été évoqué par vous Guillaume.
            Rendons à César ce qui appartient à César…

  7. Grégoire Le Ponte dit :

    Cela me rappelle le Guépart de Visconti : “pour que rien ne change, il faut que tout change”. Si vous maintenez en l’état le système des rapporteurs, vous n’éviterez jamais le réseautage. Il faut cesser de s’en remettre à l’impartialité des contrôleurs en surajoutant des contrôles aux contrôles.
    L'”irréprochabilité des Sages” dites-vous … ma sagesse à moi me commande de ne surtout pas m’en remettre aux avis d’experts, même avec le brevet de sagesse en médaillon. Pour ne prendre que ce seul exemple. Je pense ici au cas d’une amie refusée par deux fois : pensez-vous que le rapport de soutenance avec tout ce qu’il comporte de subjectivité (bien souvent le président se contente de compiler l’envoi des membres de jury)n’ “assagisse” par leurs jugements ? Les rapporteurs nommés pour la qualification vont-ils volontiers se désolidariser de leurs collègues qu’ils côtoient certainement dans les colloques et autres séminaires ? Et prendre ensuite le risque de justifier leur “mauvais” choix ?

    Je pense qu’il faut changer de système au lieu de le replâtrer. Quand on a des années de thèse derrière soi, des publications et des enseignements et des heures de bénévolats (comme c’est le cas du témoignage ci-dessus)… je pense que l’on a raisonnablement démontré une certaine vocation, nonobstant toute appréciation de la “Sagesse” instituée … On devrait donc pouvoir au moins librement candidater. Les “siégeants” y perdraient. La qualité des enseignements de la recherche : cela reste à démontrer …

    Grégoire Le Ponte

    PS : mon dernier mail comportait une erreur d’adresse – mes excuses

  8. Nothung dit :

    Bien évidemment, Mat, avant d’estimer que la pratique du cnu renoue avec “les heures sombres du passé” (sic … ou lol), vous avez pris connaissance des dossiers admis et des qualités de leurs auteurs, que vous connaissez bien. Fort de cette étude, à n’en pas douter plus rigoureuse que celle des membres du cnu, vous concluez sur le fait que les reçus ne méritent pas leur réussite. Ai-je mal compris ?

    • MaT dit :

      Tout à fait, vous avez mal compris….

      Je ne considère pas que ceux qui ont été sélectionné ne le mérite pas, bien au contraire !!!. Je pense juste qu’objectivement, comme dans d’autres sections du CNU (notamment scientifique), le nombre de qualifiés devrait être plus important, car beaucoup de personnes de ma connaissance (et pas que moi) mériteraient de l’être au regard de leur dossier.

      Au moins, la qualité “d’enseignant-chercheur”, souvent déjà tenue bénévolement pendant des années au sein des labos (4-5-6… 8 ans pour certains) serait enfin officiellement reconnue….

      • MaT dit :

        Pour illuster et justifier un peu la source de mon énervement, je vous fait parvenir ma vision d’une “analyse objective”par un des mes rapporteurs concernant mon dossier …. (Celui-ci ayant eu la bonne ( ou pas ) idée de me renvoyer mes documents dès publication des resultats )

        Plan et intro de la thèse seulement parcourue, les articles non lus (photocopies comme neuves)….

        Je conçois que ce genre de lecture “rapide” puisse parfois avoir lieu pour les rapports de stage de M1 ou de M2 (et encore, le principe devrait d’être toujours respecter le travail des étudiants….) mais là, c’est quand même du grand n’importe quoi !

        Pour l’aspect visuel c’est par ici :

        http://www.zimagez.com/zimage/photofda6ea10cd3f087261602b41f87a76dd.php

    • J’ajoute un commentaire reçu par mail (?) :

      “Qu’il me soit permis d’ajouter mon commentaire. Le locuteur ci-dessous défend l’institution (les membres du CNU assurément voient “plus clairs
      “). Bien sûr, est-il seulement besoin de le préciser que des tas de qualifiés le méritent. Et même je leur adresses mes félicitations. Là n’est pas le problème. Il ne faut pas rabaisser, encore une fois, le point de vue d’un déqualifié à l’expression de son dépit. C’est trop facile. J’ajoute qu’il y a certainement quelques pensées a-typiques dans les qualifiés (le monde jurique on le sait est majoritairement conservateur : la matière n’incite pas à développer l’anticonformisme c’est un eupéhémisme). mais comme dans tout système on a besoin de quelques cas à citer en exemples pour proclamer ensuite ses vertus démocratiques. La masse des qualifiés ne sont pas ces quelques cas. Voilà tout.”

      • Nothung dit :

        Je ne vois pas très bien en quoi consiste la pensée atypique dans ce contexte précis. Est-ce le fait d’avoir une vue d’ensemble du sujet opposée sur le fond à celle de membres éminents de son jury ? Opposée à celle d’un ou de ses deux rapporteurs ? (Dans ce cas je peux y prétendre, mais quelle vaine satisfaction). A la doctrine dans son ensemble ? Sans doute non.
        J’ai tout de même lu des thèses de qualifiés, rebelles, contre le Monde entier (un bien petit Monde s’agissant de droit privé), et je les remercie d’avoir, en réaction, nourri mon conformisme également qualifié.
        Je ne suis pas pour autant étranger au questionnement sur la pertinence de certains choix opérés et dossiers rejetés (très sincèrement et très concrètement et non par esprit de modération). En revanche je ne pense pas que l’argument de l’anti-conformisme soit le plus pertinent. Il y aurait sans doute mieux à dire pour défendre ceux qui n’ont pas été qualifiés et méritaient de l’être (et il y en a, je n’ai jamais dit le contraire et ne défend pas une institution au prétexte que son jugement a été en ma faveur un temps). D’ailleurs, autres cas, en quoi la capacité à ingurgiter un maximum de connaissances en un minimum de temps préjuge-t-elle de l’aptitude à la profession de juge ou d’avocat ? … autres débats.

        • Grégoire Le Ponte dit :

          1 – Vous avez tout à fait raison de souligner qu’un esprit rebelle ne fait pas une thèse révolutionnaire et que le plus des conformismes, même, peut produire un travail de meilleure qualité. cela étant, j’incline à penser, pour ce que j’en vois, que le jusriste, en règle générale, se complaît davantage dans la dissection savante d’arrêts de jurisprudence que dans le pourquoi de cette jurisprudence et la fonction sociale du droit. vaste débat, je sais, et je ne prétends pas le maîtriser à moi seul.

          2 – Votre “questionnement sur la pertinence de certains choix” et cet aveu que certains “n’ont pas été qualifiés et méritaient de l’être” … laissent sur la faim : il ne s’agit pas de se questionner à l’infini sur la subjectivité des choix du jury (“souverain” de toute façon) et de perfectionner le système mais d’en sortir un peu pour donner sa chance un plus grand nombre au lieu de cette obsession bien française de la sélection des élites: si au moins cela faisait sortir les meilleurs du rang (je n’insiste pas sur l’ennui inversement proportionnel à leur titres d’agrégé et autres que certaines élmminences produisent, en amphi, sur des générations d’étudiants, même si ce n’est pas une règle absolue). La sélection ne pourrait-elle prendre davantage en compte, au lieu d’un deuxième examen d’une thèse déjà soutenue ( … sur la base d’un rapport de soutenance qui préoriente ce deuxième examen), d’autres critères : intérêt et originalité des publications, un rapport sur les qualités pédagogiques de l’enseignant … avec par exemple une période probatoire. Simples propositions mais toute autre modalité est envisageable. Le couperet de la “qualification” : c’est à cela qu’il faut mettre un terme. Car beaucoup de candidats ont déjà prouvé qu’ils l’étaient “qualifiés” pour exercer des fonctions enseignantes.
          Grégoire Le Ponte

          • camille dit :

            Je suis tout à fait d’accord avec vous. Pourquoi les capacités des candidats en tant qu’enseignant sont-elles indifférentes à la qualification? Ne devient-on pas ENSEIGNANT-chercheur?

            Des chargés de TD bâclent les TD et pompent systématiquement les préparations des autres… et sont qualifiés par la suite au CNU. Ils savent en réalité que l’investissement auprès des étudiants ne paye pas.Tout le monde s’en fou des étudiants.

            Minauder auprès d’un professeur connu, c’est cela qui “rapporte”.

            Mais quelle “élite” peut se satisfaire de cela?

  9. Antoine dit :

    Adresse aux membres du CNU par un candidat éconduit

    Je fais partie des candidats éconduits. Mon commentaire encourt donc le risque de se voir opposer la motivation d’un simple dépit : déception oui mais non dépit, j’y insite. Je suis beau joueur et je ne cultive pas l’aigreur. On me fera donc grâce de lire ma critique sous un autre jour :

    – La nomination d’un rapporteur inconnu du candidat se veut être une garantie d’ « objectivité ».

    Or les rapporteurs se connaissent, communiquent, savent quel étudiant est « en cour » ou pas car prompt à se manifester dans les lieux de sacre universitaire (colloque et autres séminaires dûment inventoriés …) : de ce que je vois, les plus « méritants » s’appliquent à se faire connaître et il n’est même pas besoin d’infléchir la décision des rapporteurs par un coup de fil pour être coopté : dans ce système, l’ « entre soi » prévaut. Autrement dit, la garantie d’ « anonymat », cette “fausse objectivité” (rapporteur non “influençable”) ne sert qu’à déporter l’influence vers d’autres modalités, périphériques à l’acte de sélection lui-même : subtilité dans l’inégalité de traitement et non “objectivité”.

    Il faut rapporter la sélection, en effet, à un contexte plus large de « grenouillage » universitaire, pour en comprendre la pleine logique. J’en parle en connaissance de cause car l’intérêt de ma thèse(en toute immodestie …) est attesté par de nombreuses publications – outre celles effectuées dans d’autres revues très connues et mes enseignements à des étudiants en droit. Cela n’aura donc pas suffi à “convaincre”. J’ai la conviction de payer ainsi mon indépendance d’esprit et mon peu de concession au système (je ne flatte pas et ne porte jamais les valises de personne – on m’a fait comprendre ce défaut de bienséance intellectuelle).

    On me rétorquera que « tout concours est une cooptation ». Certes mais dans celui-ci les dés sont pipés au départ : la cooptation efface largement l’égalité de traitement (rien à voir, par exemple avec un concours d’accès à la fonction publique où l’anonymat a une bien autre signification).

    – J’ajoute que si les acteurs du système ont la conviction de leur propre objectivité (il en va en effet de leur légitimité), je côtoie aussi leurs pairs très bien informés des règles du jeu qui se laissent parfois aller à des confidences – lesquelles accréditent mon propos : la résignation est de mise parfois assortie d’une certaine veulerie (« que voulez-vous, l’objectivité parfaite n’existe pas …», « dans tout système … » , « il est normal que …» etc).

    – En conclusion, on ne peut que s’affliger que les dépositaires d’un savoir juridique ne soient pas plus attachés au strict respect de la règle d’équité. Ils « siègeraient » peut-être moins que l’équité ne s’en porteraient pas moins bien.
    Les « gardiens du temple » s’auto-cooptent et ne contribuent pas à la fluidité de la pensée critique : on ne peut défendre son pré-carré au nom de principes universitaires hautement revendiqués (emphase, emphase ..) et prétendre à l’ouverture sur une pensée authentiquement indépendante et critique. Les « bons élèves » aiment leurs « professeurs » et réciproquement. Au demeurant, les lauréats – j’en connais quelques uns – reconnaissent bien souvent eux-mêmes, en aparté, avoir joué ce jeu en toute conscience.

    L’université, lieu supposé de l’ « esprit critique », est aussi le lieu d’une conformation absolue au principe d’allégeance. Ceux-là même qui vantent l’esprit critique sont dans cette contradiction – je l’ai observé à maintes reprises.

    Il serait donc temps d’abolir cette féodalité : le CNU (les mandarins s’y sont opposés bec et ongle au moment de la réforme des universités – à laquelle je ne souscris pas, par ailleurs). Comment deux personnes réunies en conclave, peuvent-elles, raisonnablement et en toute impartialité décider d’un avenir universitaire ou non ? Nonobstant l’arbitrage de cette noble assemblée qu’est le CNU, par la voix ultérieure de son président : « ressemble moi et je t’adouberai ». Tel est le principe de sélection et d’auto-reproduction de tout système de pouvoir. L’université vaut mieux qu’un pouvoir institué. C’est un lieu de libre parole et de libre-pensée. La garantie des rapporteurs d’un détachement par rapport à eux-mêmes n’est qu’une fatuité de l’esprit universitaire. Et la pratique dément, comme souvent,l’affirmation principe. La toge n’y change rien.

    Ce qui ne m’empêchera de me représenter … Mais en toute lucidité et de persister dans cet état d’esprit : que le succès soit au bout ou non. Le sentiment d’injustice vous fait naître une radicalité critique. Qui vaut mieux que la servilité établie.

    Réflexions d’un candidat éconduit mais fidèle à lui-même.

    • MaT dit :

      Clap clap … éconduit également, je ne trouve pas mieux à dire.

      Je rajouterai seulement que je rêve d’un jour meilleur pour ceux et celles qui me succéderont où la “qualification” ne se fera plus sur la simple étude de la thèse, document de travail ayant permis d’obtenir un diplôme, mais ne reflétant pas à lui seul la “qualité” de chercheur d’un individu et surtout sa qualité d’enseignant. Où la qualification ne se jouera plus sur un document devant rentrer “dans les clous” afin de nourrir le clonage reproductif tellement apprécié dans nos facultés. Où ceux et celles qui osent sortir des sentiers battus seront appréciés pour leur audace et non rejetés en raison de leur libre-pensée. (Même si le fait que julie soit qualifiée cette année démontre qu’il existe encore un espoir non négligeable de ce point de vue)

      Après avoir “sacrifié” (Je pense désormais que c’est le mot)cinq ans de ma vie à faire tourner modestement , comme d’autres, une université française sur le déclin, parfois bénévolement d’ailleurs, la seule récompense obtenu a été de me renier le droit de concourir aux recrutements avec ceux et celles avec qui je travaille pourtant. Les publications dans des revues nationales de rang A, l’organisation de colloque, l’animation de conférences, et des cours à tous les niveaux de formation n’y auront rien changé.

      Malheureusement, le CNU (ou plutôt les sections du groupe 1) a confondu sa mission d’évaluation et l’a transformé en mission de sélection. Bien entendu, nous le savons tous quand on commence à imaginer une hypothétique carrière universitaire, pour autant, en bons petits soutiers, on se met à rêver. Erreur grossière! Et quelle désillusion lorsque l’on se trouve confronté à cette barrière intellectuelle, cette pensée unique rappelant malheureusement parfois les heures sombres du passé.

      Alors, oui ! je suis amer. Mais pas simplement pour moi. Également pour ceux et celles qui me suivent et qui gaspillent leur temps et leur énergie pour faire fonctionner un bateau qui prend l’eau depuis plusieurs années déjà. Pour ceux qui comme moi ont travaillé dur pendant des années pensant pouvoir réunir les critères nécessaires sans se rendre que pour gagner cette course folle et aux exigences exponentielles, au delà d’afficher des qualités de chercheur (qui ne devrait plus être remise en doute à ce niveau) il fallait soit miser sur la chance pour tomber sur des personnes aptes à juger et critiquer ce que l’on a écrit (deux non-qualifications, à chaque fois des rapporteurs n’étant pas de la matière concernée, et ce, malgré la présence de personnes qualifiées pour ce faire dans la section), soit être en contact intime avec les cercles décisions.

      En écrivant ces quelques lignes, je me met à sourire, car je me rappelle avoir déjà lu ces commentaires émanant d’autres il y a de ça quelques années. A l’époque, je me disais que c'”était le jeu” et qu’ils n’avaient pas du avoir assez travaillé… Finalement, je comprend mieux désormais leur déception.

      Toutefois, ne nous laissons pas abattre !

      Comme la balle, il faut rebondir !

      Par conséquent, A tribord toute ! Et direction le monde merveilleux des avocats, vers la découverte de nouvelles turpitudes !

      Bon vent !

    • Guillaume B. dit :

      Des arguments dans les deux sens :

      – le système des rapporteurs n’est certainement pas parfaits. L’objectivité d’un conseil se limite du même coup à la subjectivité de deux de ses membres. Et la réflexion ne vaut pas que pour le CNU : les recrutements postérieurs fonctionnent de façon similaire ;

      – que faire d’autres ? Il est impossible d’exiger que chaque membre lise toutes les thèses et, quoi qu’il en soit, il faudra bien qu’une seule personne la présente.

      Il est donc nécessaire de travailler davantage les règles de désignation des membres (notamment exiger des travaux irréprochables ce que, par exemple, une sorte de comité des Sages pourrait apprécier) et, surtout, d’encadrer leur travail en veillant à ce que l’impartialité soit la plus totale : ils ne doivent connaître ni d’Eve ni d’Adam le candidat ou le directeur du candidat.

      Mais bon, il s’agit toujours de limiter l’injustice, pas de l’annihiler !

  1. 1 mars 2012

    […] "Liste des qualifiés 2012 aux fonctions de MCF, section 01", Sine Lege, 1er mars 2012. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.